Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le grand Charles

Imprimer Pin it!

politique, histoire, société, de gaulle, mon général, seconde guerre mondiale, amaury watremezLes icônes indéboulonnables sur leur piédestal m'ont toujours fait largement suer. L'adulation excessive m'emmerde. Quand j'entends des louanges dithyrambiques sur tel ou tel personnage, quels que soient ses mérites, cela me donne envie de provocation ou de dire exactement le contraire. Cela ne m'empêchera pas évidemment d'être capable d'admiration ou d'enthousiasme pour une personne. Ce que j'admire le plus ce sont surtout ceux qui se comportent comme tout le monde le devrait sans ressentir le besoin d'être en pleine lumière. Comme tout le monde le devrait, car nous sommes capables du meilleur bien que nous laissant le plus souvent aller au pire.

 

Dans ce petit texte, point n'est mon intention de diminuer l'importance des actes du général de Gaulle. Je ne veux pas non plus minimiser son courage durant la Seconde Guerre Mondiale ni même critiquer la constitution de la Vème République qui nous a donné une stabilité politique. Mais le "grand Charles" que l'on évoque tout le temps, à tout propos pour se justifier, pour s'auto-apitoyer, par nostalgie d'une époque pour toujours enfuie, j'ai du mal  à comprendre et cela m'agace profondément.

 

 Tout homme même un grand homme, même le meilleur des hommes, est naturellement complexe, n'est pas tout noir ou tout blanc. Il a ses zones d'ombres, l'âme humaine étant composée plus sûrement d'une infinité de gris. La grosse zone d'ombre du "grand Charles" c'est le sort qui fût réservé aux "harkis" après les accords d'Évian, une succession d'atrocités dont le "grand Charles" porte la responsabilité, ou aux "Pieds noirs", sans parler de la grâce refusée à Brasillach qui était surtout un imbécile n'ayant pas fait preuve d'opportunisme comme d'autres, tel Bousquet ou Mitterrand.

 

Tout homme est complexe car comme le disait saint François de Sales : "Là où il y a de l'homme il y a de l'hommerie".

 

De plus, au lieu que de pleurnicher sur un passé idéalisé n'ayant jamais existé, un passé où le "grand Charles" sert d'alibi à l'attentisme des français dans leur immense majorité pendant la dernière guerre, pourquoi ne pas essayer nous par nous-mêmes de faire preuve de courage.

 

Pourquoi ne pas essayer d'imaginer par nous-mêmes l'avenir de ce pays ?

 

Pourquoi ne pas tenter par nous-mêmes de retrouver toutes les valeurs perdues plutôt que d'exalter tout cela en exaltant le "grand Charles" ? En somme en se servant de lui pour être courageux et audacieux par procuration ?

 

On sait pourtant que ça ne fonctionnera pas comme ça.

 

Mais non, on nous ressortira encore le "grand Charles" pour éviter de faire preuve d'imagination et d'engagement ne serait-ce qu'en bougeant un cil, pour éviter de faire quoi que ce soit pour ce vieux pays qui s'appela un temps la France.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires