Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le clivage le plus important

Imprimer Pin it!

politique, FN, LR, PS, élections présidentielles, amaury watremez

réponse à Régis de Castelnau.

 

Parcourant un statut facebook (TM°) de Régis de Castelnau, contributeur de "Causeur", je lis que pour lui ce qui sera le plus important sera de combattre Marine le Pen en mai 2017 comme pour tous les observateurs issus des fameuses élites remises pourtant en questions depuis quelques élections. Pour la contrer il soutenait Sarkozy, et porte maintenant aux nues Mélenchon seul capable à le lire de récupérer le vote populaire parti au FN ainsi qu'il le développe dans cet article, tout en soutenant Fillon malgré tout, son nouveau champion contre la famille d'extrême-droite la plus célèbre.

 

Vous suivez toujours ?

 

Son raisonnement est honorable et argumenté bien qu'un peu difficile à saisir pour un pauvre idiot d'électeur "lambda" comme moi, modeste rédacteur de petits billets "de comptoir". Malheureusement il a le tort de raisonner selon les paradigmes en vigueur dans la "France d'en haut". Son combat contre Marine le Pen se mène donc par le haut et non en écoutant le peuple, en répondant  à ses angoisses engendrées par l'insécurité (qui n'est pas seulement un "sentiment d'insécurité"), le chômage, la précarisation accrue des salariés, et la montée des communautarismes dont en particulier l'islamiste, toutes choses qu'il n'aborde pas dans sa réflexion.

 

 C'est pourtant là le fond du problème, son point nodal. Bien entendu pour le comprendre il eût fallu se mettre à la place de ces citoyens de la "France périphérique" en souffrant un peu plus chaque jour. Elle subit toutes ces questions tout en étant en "concurrence" avec les populations "issues de la diversité" quant aux aides sociales. Cette "France périphérique" est trop précaire pour vivre confortablement et trop riche pour être aidée par l'Etat.

 

Et cela monsieur de Castelnau qui est sincère et raisonnable lui contrairement à de nombreux éditorialistes est loin d'être le seul dans son cas. Son discours est cependant intéressant car disponible sur "Causeur", publication largement en dehors de la "ligne officielle" et de la "pensée unique".

 

C'est là aussi que se situe le vrai clivage. Marine le Pen et ses lieutenants en ont fait un de leur thème favori non sans raison valable. Ils sont objectivement devenus une force d'opposition plus nette, plus marquée que les autres. La politique suivie par monsieur Fillon serait, à quelques nuances sociétales près, la même que celle de monsieur Juppé et que celle de la gauche sociétale, son candidat fût-il Mélenchon, depuis 2012 :

déréglementation mise en place accélérée de la mondialisation, "détricotage" de fait des services publics, abandon de plus en plus de prérogatives régaliennes par l'état au bénéfice de l'Union Européenne, immigration sans contrôle réel...

 

...Et dédain habituel de la colère du peuple même si je suppose qu'au soir du premier tour des présidentielles ils prétendront tous comprendre le "vote de protestation" des électeurs. A la différence que là il sera trop tard pour revenir en arrière.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires