Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un siècle de Canard

Imprimer Pin it!

 à propos de « le Canard Enchaîné, cent ans : un siècle d'artistes et de dessins » anthologie dans la collection « Beaux Livres » au Seuil

 

Canard enchaîné, irrévérence, presse, société, politique, maurice maréchal, amaury watremezLe « Canard Enchaîné » a cent et un ans. Son centenaire est fêté en 2016 car c'est la seconde version du « Canard » qui dure depuis 1916 qui est encore celle vivante de nos jours. Il est fondé par Maurice Maréchal pendant la Première Guerre Mondiale en septembre 1915 afin de contrecarrer la propagande belliciste  dans le reste de la presse auto-muselée par les services de l'Armée française. Ce premier Canard attaquait Barrès et les nationalistes, Millerand et les « va-t-en guerre ». Cette première version vécut deux mois le journal reparaissant un peu adouci en juillet 1916. Sa parution s'interrompt ensuite quatre ans durant l'Occupation à la différence d'autres journaux tel « l'Humanité ». Le « Canard » se fait toujours remarquer par son ton acerbe envers le régime bourgeois et son insolence piquante, son irrespect sans remords des grands personnages.

 

Ce n'est plus en 2016 un journal anarchiste depuis bien longtemps. Comme tout le monde « le Canard » vieillit, murit et parfois radote comme toutes les personnes âgées. Il a perdu de son mordant depuis longtemps déjà.. Le palmipède est, cela a commencé il y a plusieurs décennies déjà le fleuron de la liberté de la presse comme il faut, qui pense comme il convient. Il est rentré dans le rang en vivant sur sa légende, un peu comme l'oncle de famille qui porte une queue de cheval sur sa calvitie bien avancée pour laisser croire qu'il est encore rebelle.

 

On y conspue Trump, les cibles habituelles de la « bonne pensée » et la droite de la même manière que partout ailleurs dans les feuilles de chou des bourgeois pédagogues. De temps en temps on tape bien un peu sur la gauche sociétale ou non pour montrer que l'on a le sens de la dérision et que l'on est équitable dans la raillerie, on appelle Hollande « pépère »  mais cela ne trompe pas grand-monde. Si on engueule la gauche c'est surtout pour lui reprocher de ne pas l'être encore assez ce qui l'on me rétorquera est certes plutôt légitime. Il n'y a pourtant guère que l'épaisseur d'un papier à cigarette entre la droite dite républicaine et la gauche dite de gouvernement.

 

 L'irrévérence n'est plus là. L'irrévérence n'est plus vraiment à gauche, encore moins à droite. On a du mal à la trouver ailleurs il faut dire. Même dans les feuilles se voulant « politiquement incorrectes » ou juste plus courageuses, pluralistes, l'on respecte autant les « grands » personnages ou leur progéniture. L'on ne veut plus trop blesser les lecteurs. On ne veut surtout pas trop les déranger dans leurs certitudes ou le ronron habituel des lieux communs. On demeure dans un point de vue s'affirmant journalistique et employant donc la même méthodologie biaisée de réflexion que les autres, en arrivant forcément aux mêmes conclusions sur divers sujets que tout le monde.

 

Et finalement un point de vue surtout affectif et bien mièvre prime sur tout le reste. L'émotion devrait donc empêcher tout raisonnement sain, lucide ou clairvoyant.

 

Certes, « le Canard » est toujours lu par presque tout le monde en nos temps bien trop révérencieux surtout pour sa deuxième page où l'on trouve encore toutes les indiscrétions des parlementaires et des ministres. C'est devenu pour eux une façon de faire passer l'info en dehors des sources officielles afin de contrecarrer de temps à autres les ambitions de l'un ou de l'autre, de contrer les ambitions de l'un ou l'autre, ses projets, ses désirs. C'est devenu un moyen de transmission de la gauche à la droite, de Mélenchon à le Pen.

 

Où se cache l'irrévérence que l'on ne trouve plus dans cette presse traditionnelle ? Il semblerait qu'elle soit dans les blogs et sites politiques si l'on en croit les réactions de la plupart des politiques, de Taubira à Juppé sur leur désir de contrôler ce qui est dit sur le réseau sous prétexte de faire la chasse aux racistes et aux fascistes.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires