Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ubu éditorialiste : ode à Jean-Michel Aphathie

Imprimer Pin it!

La scène se passe au château royal de Pologne, c'est à dire nulle part. Deux valets de part et d'autres du trône du père Ubu en pleine méditation euphorique. La mère Ubu sur un tabouret s'agite soudain.

 

aphatie.jpgMère Ubu : Que t'arrive-t-il Père Ubu, ta figure me semble plus rougeaude que d'habitude ? Qu'est-ce qui te réjouis autant grand faquin ? Je ne t'ai pas vu ainsi depuis que tu récoltas tous ces impôts il y a dix ans.

 

Père Ubu : Merdre Mère Ubu, de par ma chandelle verte, je suis en effet fort réjoui ! Que n'ouis-je plus tôt les saillies drolatiques de ce bougre de bougre de Jean-Michel Apatie qui a l'accent chantant des cigales du sud de ma Pologne natale ! Tu devrais changer de ton bougresse et te montrer moins insolente. Prends garde à ce que je ne te donne de mon bâton à phynances !

 

Mère Ubu : Tu ne me fais pas peur grand coquin. Je t'approuve, le sieur Apatie sait se montrer respectueux des grands comme nous le sommes, il est moins insolent et vantard que mon regretté capitaine Venceslas. Il adore nous passer la brosse à reluire dans tous les coins de notre personne. Que ne le fais-tu maréchal de par le pouvoir de ton bâton à phynances ?

 

Père Ubu : Il veut que nous rasions ce bête château de Versailles beaucoup trop beau avec son jardin dispendieux, trop sublime pour nos sujets. C'est une idée que nous aurions pu avoir, cela ne va pas du tout. Il ne faut pas que nos bougre de bougres de sujets pauvres et crottés voit de la beauté sous leur nez, ce n'est pas pour eux cette splendeur ne crois-tu pas Mère Ubu ?

 

 Père Ubu : Tu as bien raison maraude ! Malheureusement pour toi je vais malgré tout te faire donner de mon bâton à phynances !

 

Un valet emmène la mère Ubu qui se débat comme une belle diablesse.

 

Père Ubu : Que l'on aille sur le champ me quérir ce bougre de bougre de Jean-Michel Apathie ! J'ai besoin d'entendre ses compliments, ses flatteries chantantes avec l'accent du Sud de la Pologne.

 

Jean-Michel Apathie arrive, chauve, le crâne luisant tout comme son œil. Il sourit, il est habillé d'un habit multicolore pour qu'on le voit bien. Il s'incline bien bas devant le trône du père Ubu qui vient de tirer la chasse.

 

Jean-Michel Apathie : Bonjourrr votrre majesté, je vais vous posèrre des questionses sanses conditionses ! Vous avèze beau êtrre majesté je suisse mouah Jean-Michel Apathie un bougre de bougre qui pourrait bien vous renverser de votre trône de porcelaine !

 

Père Ubu : Quoi ! Qu'ouis-je ? Te voilà bien insolent avec ton accent bien ridicule du Sud du sud de la Pologne et que tu joues bien mal. Moi qui voulais te faire mon bouffon personnel ! Me voilà fort déçu : Merdre tu es bien un bougre de  bougre sans plus de cervelet que la Mère Ubu, que le dieu des polonais ait la pauvre femme en sa sainte sollicitude !

 

Jean-Michel Apathie (parlant soudain sans aucun accent) : Que n'ais-je conservé ma barbe de jeune homme et mon bon sens, ils ne m'auraient pas fait flageller ! Pauvre de moi ! Bougre de bougre que je suis !

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires