Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Devoir(s) de réserve

Imprimer Pin it!

politique, société, droite, gauche, syndicats, fonctionnaires, devoir de réserve, hypocrisie, amaury watremezEn France un fonctionnaire quel que soit son rang est, selon la loi, tenu au devoir de réserve et à souscrire voire à défendre au besoin les valeurs républicaines. Il se doit aussi de rester neutre sur le plan politique et religieux. Normalement, on devrait préciser : et ce quelles que soient ses opinions personnelles....

 

Mais en France, pour leurs syndicats et la plupart des politiques, ce sont les valeurs de gauche qui sont les seules valeurs républicaines et les fonctionnaires de gauche les plus en avance sur le sujet, les plus à la pointe. C'est l'opinion qui court à droite également, enfin la droite dite « républicaine » souffrant toujours d'un incompréhensible complexe d'infériorité intellectuelle vis à vis de la gauche sociétale ou de celle étant « plus pressée » de faire la Révolution (enfin si le temps le permet).

 

Ce complexe absurde est à s'arracher les cheveux car lorsqu'une opinion est raisonnablement présentée et argumentée pourquoi en interdire l'expression légitime ? Être de droite et l'affirmer ne veut pas dire que l'on fera l'éloge des camps de concentration. Las ! Il faut toujours et encore que l'électeur de droite se justifie de l'être sous le feu nourri des questions de procureurs politiques improvisés encore plus sévères que Fouquier-Tinville lui-même. Jusqu'à ce qu'il rende grâce ou qu'on lui fasse rendre gorge et s'inflige une sévère pénitence.

Pourtant ne serait-ce qu'arithmétiquement, il existe bien évidemment des fonctionnaires de droite voire très à droite. Ce ne sont pas des oiseaux rares tant s'en faut. Sans doute sont-ils présents en proportions moindres que dans le reste de la société mais il y en a, et j'en ai rencontré, pour paraphraser -irrespectueusement je l'avoue- le titre d'un livre célèbre d'André Frossard.

 

Ces fonctionnaires de droite « républicaine » ou radicale se taisent généralement, font chœur avec le reste de leurs collègues par peur de déplaire, par instinct. Ils ont également peur des mauvaises notations et des risques de sanction. On peut les comprendre. Car à gauche, étant tellement persuadés d'être dans le vrai que s'il le faut on est prêt à toutes les bassesses y compris à encourager la délation « civique » si la rééducation morale et idéologique des fauteurs de troubles politiques ne donne rien..

 

Il arrive aussi qu'ils soient tout simplement timorés car tous les fonctionnaires de gauche ne sont pas non plus dans leur majorité des censeurs terribles. On peut là encore comprendre cette timidité, les valeurs de droite, la Famille, le Travail, la Morale sont assimilées en réponse depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale à Vichy et à la Collaboration, à l'ignominie. Au mieux...

 

...Car généralement, à quelques exceptions, leur expression provoque instantanément un flot d'injures parfois grossières où l'abjection le dispute à la haine décomplexée sous prétexte d'être le seul à avoir la vérité.

 

A gauche, étant tellement persuadés de représenter que l'on est au nadir du progrès des idées on ignore royalement le devoir de réserve, on l'envoie aux orties, ainsi que la nécessité de respecter l'expression démocratique et sa pluralité. Quant à être neutre n'en parlons même pas c'est hors de question. Je dirais également que ce n'est pas sans raisons que dans les Assemblées Générales de fonctionnaires avant un conflit social on ne vote jamais à bulletins secrets. Le contradicteur en leur sein osant voter contre la majorité sera immédiatement conspué, rejeté, moqué jusqu'à ce qu'il vote comme il convient à savoir à gauche.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

 

Commentaires