Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tous les moyens pour la bonne conscience

Imprimer Pin it!

politique, société, cosse emmanuelle, amaury watremezQue l'on ne se méprenne pas, l'auteur des lignes ci-dessous bien que souvent qualifié de réactionnaire, j'en passe et des pires, a littéralement horreur du racisme primaire qui peut sévir un peu partout en France, et ce dans tous les milieux. Il hait également les racismes dont on parle moins, tel celui contre les asiatiques. Mais il a également en horreur la moralisation à haute dose et le dédain avec lesquels les pseudo élites traitent la France dite périphérique et son inquiétude vis à vis de l'afflux massif de migrants. J'en veux pour preuve la dernière saillie de madame Baupin.

 

Il n'est pas non plus question ici de justifier les balles tirées contre une maison d'accueil de migrants, ou de la tentative d'incendie contre celle du XVIème arrondissement. On peut se demander si cette violence n'est pas la conséquence de l'absence totale de dialogue entre les oligarques et les français.

 

La gauche sociétale, celle des bourgeois pédagogues, quand il s'agit de défendre ce qu'elle estime le bien suprême ne recule devant aucun procédé dont l'appel à la délation même anonyme. Tous les moyens sont acceptables voire encouragés y compris les plus abjects pour maintenir la bonne conscience. Entre autres, citons Emmanuelle Cosse qui intime aux français de dénoncer ce qu'elle désigne comme actes racistes qui serait commis contre les migrants (voir à ce lien).

 

Car contredire la bien-pensance, contredire la bonne parole en particulier concernant l'accueil des migrants, c'est être forcément raciste ou nostalgique des ordres noirs.

 

C'est un dogme bien plus appuyé, bien plus arbitraire, que celui du « Filioque » des chrétiens qui fut beaucoup plus discuté par les clercs. Pour les tenants de la bonne parole des bourgeois pédagogues la question est entendue, elle ne tolère aucune discussion, aucune remise en cause. Ce qu'ils reprochent aux chrétiens ou à leurs contradicteurs est précisément l'attitude qu'ils adoptent constamment envers leurs interlocuteurs.

 

Les français se doivent d'accueillir dans leurs villes et villages les migrants affluant à nos frontières. Les français se doivent de tolérer toutes les coutumes à commencer par celles le plus en contradiction avec leurs lois et valeurs. Bien entendu, on pourrait se demander combien madame Cosse en accueille dans son jardin pour être si péremptoire, sans doute une bonne douzaine ? Dans une interview à Europe 1 le 6 octobre 2016 elle a affirmé que « c’est pas difficile d’accueillir, sur l’ensemble du territoire, de petits groupes de personnes, on peut le faire ». Notons que ce questionnement que j'expose ici sur sa capacité d'accueil à elle sera dédaigné et qualifié de « populiste » par l'actuelle ministre du logement.

 

On se demande également où seront trouvés les crédits pour construire de nouveaux logements pour les migrants alors qu'aucun n'est dégagé pour loger les sans-abri ou les mal logés.

 

Pour se justifier elle évoque des « réactions de haine extrêmement dangereuses ». Les inquiétudes légitimes de la « France d'en bas », de cette « France périphérique » sont évidement dans son esprit des réactions de haine. Elle reste dans le registre olfactive (cf : article d'Elisabeth Lévy) de la gauche sociétale parlant de « militants notamment d’extrême droite utilisent ça pour faire de la politique nauséabonde ». Tout cela est comme à l'habitude d'une faiblesse argumentative rare et d'une grande paresse intellectuelle. L'invective est la seule réponse. Et objectivement la haine de l'autre car la haine est surtout de leur côté.

 

Illustration, l'auteur de ce texte

ayant envie de vomir

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

Commentaires