Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les réacs encore timides

Imprimer Pin it!

politique, société, réacs, éditorialistes, zemmour, elisabeth lévy, amaury watremez, natacha polonySamedi, zappant paresseusement sur la télévision, je tombe sur une émission dite politique de "France  O" où Natacha Polony écoute attentivement, bien sagement, attendant docilement son tour, Rokhaya Diallo, lui répondant par des arguments posés et rationnels aux injures habituelles envers la France et les français de son interlocutrice visiblement dans la haine de ce vieux pays. Je me suis alors rappelé de ce que disait Mel Brooks à propos de son film "les Producteurs" dans un documentaire sur le tournage dudit chef d'œuvre d'humour caustique et de burlesque :

 

Aux fanatiques, aux idéologues obtus, aux personnes haineuses en général, leur opposer un discours construit et raisonnable c'est déjà en soi accepter ce qu'ils ont à dire bien que ce qu'ils ont à dire soit en soi inacceptable. La seule chose à leur opposer c'est de tourner leurs certitudes absconses en dérision, ce sont des valeurs solides. Non pas les valeurs dites "citoyennes" du "vivrensemble", non pas les fades valeurs dites "républicaines" tenant plus du plus petit commun dénominateur qu'autre chose, ne parlez surtout pas de valeurs morales. Là vous serez immédiatement rejeté vers les enfers.

 

 Excepté Zemmour qui assume à plein d'être de droite, et souverainiste, la plupart des éditorialistes dits politiquement incorrects a du mal à franchir le pas et s'affirmer pour ce qu'ils sont réellement. Ils ont toujours cette peur panique d'être éjectés des cercles fermés autour de l'oligarchie ou de tout simplement lui déplaire. Il suffit que des "intellectuels" comme l'essayiste ultralibéral Guy Sorman ou le "philosophe" François Noudelmann (dans "l Monde" du 2 octobre) entre autres donneurs de leçons se manifestent sur "l'horreur identitaire" pour que ces éditorialistes finalement bien timides se récrient comme à leur habitude.

 

On s'étonne toujours que "l'horreur identitaire" française soit donc bien pire que celle des islamistes...

 

Et les réacs timides n'osent pourtant pas franchir le pas décisif et s'accepter...

 

On les aura mal compris de toutes façons, ils ne sont pas de droite mais de gauche, mais attention de la vraie gauche, celle des "Hussards noirs", ils ne sont pas réactionnaires grands dieux. Parfois même ils le disent, ils ne sont ni de droite  ni de gauche, donc de droite, mais timorée. Ou alors ils sont de centre droite ou de centre gauche mais pas plus loin. C'est pratique, cela permet de ne fâcher personne. S'ils veulent s'avouer de droite c'est pour rajouter aussi sec qu'ils ont de très bons amis de gauche qu'ils écoutent, dont l'opinion compte pour eux.

 

Eux n'ont pas compris que pour la gauche "qui pense" ils sont de toutes façons déjà considérés comme aussi infâmes que les catholiques "tradis" tendance dure voire duraille de "Civitas". On les tolère comme autant d'alibis de pluralisme, c'est tout.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires