Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Mammouth a le dos large

Imprimer Pin it!

éducation nationale, société, politique, école, rentrée scolaire, parents, enfants, élèves, amaury watremezLes mammouths étaient des animaux un peu lents, à poil long car frileux. Il était très difficile pour les hommes préhistoriques de les chasser car il était quasiment impossible de lui faire prendre une direction qu’il n’avait pas choisi. On avait beau le cribler de flèches, il continuait à se mouvoir longtemps, même lorsque son cadavre était enfin à terre agonisant. A chaque rentrée, le  « Mammouth » actuel, l’Education Nationale,  est malmené, les décisions des ministres successifs le dirigeant ou essayant de le faire raillées, moquées, conchiées.  On prétend en conséquence que cet animal préhistorique refuse d’évoluer vers le XXIème siècle.

 

Il lui est reproché de ne plus apprendre grand-chose aux élèves à commencer par les fondamentaux, de ne plus transmettre de culture ou de valeurs ni même d’éducation basique.

 

Les enseignants sont jugés trop laxistes, trop idéologues, pas assez engagés, trop zélés et trop indifférents. Ils sont perçus à droite comme les anciens « hussards noirs » de la République, ce qu’ils ne sont plus, et à gauche comme les garants des progrès de la société, ce qui n’est pas non plus leur rôle exclusif. D’aucuns se disent que c’était « mieux avant », avant les multiples réformes de l’enseignement débutant en 1977 avec la réforme Haby. Mais « avant » bien que les élèves sachent mieux lire et mieux compter, beaucoup étaient laissés sur le bord du chemin, les trop rêveurs, ceux qui n’étaient pas scolaires, inadaptés aux normes.

 

 Et l’ancien système éducatif était lui aussi perfectible. Un « Mammouth » peut aussi facilement écraser des êtres humains aussi sûrement qu’un rouleau-compresseur…

 

Quant aux parents d’élèves, ils reprochent au gros animal de ne plus assurer des missions qu’eux-mêmes dans la plupart des cas n’assument plus du tout, ne veulent plus prendre en charge à commencer par l’éducation de leur progéniture :

 

Ne serait-ce que dire « bonjour », « au revoir », « merci », respecter les autres enfants, écouter les autres grandes personnes, etc.….

 

Ils ont mieux à faire, et l’Education Nationale, cette garderie gratuite, est quand même bien pratique pour que les gosses ne soient pas livrés à eux-mêmes quand leurs géniteurs sont au boulot ou en « cinq à sept » crapuleux ou pas.

 

Le « Mammouth » a donc  le dos large, la question centrale ce n’est pas son évolution ou son involution, c’est un problème de société global. Une société a le système éducatif qu’elle mérite. La nôtre connaissant une grave crise morale, elle a un système éducatif connaissant une grave crise et remise en cause totale. N’importe qui ayant accès en quelques « clics » sur le réseau à un savoir, et à n’importe quoi aussi, est convaincu qu’il n’a pas grand-chose à apprendre à l’école, qu’il n’a pas besoin de construire son sens critique, qu’il a encore moins besoin de se cultiver et s'enrichir intellectuellement.

 

Chasser les "pokemons" est plus amusant sans doute...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

Image empruntée sur ce site

Commentaires