Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La question derrière le voile pudique du Burkini

    Imprimer Pin it!

    burkini.jpgIl y a une question bien plus importante que ce bout de tissu derrière tout le questionnement passionné dans un sens ou l'autre sur le Burkini. Ce costume pourtant prétendu traditionnel est né il y a seulement quelques années...

     

    Cette question est simple mais étrangement personne n'ose la poser clairement, je ne vais pourtant pas me gêner. Quand ils sont « issus de la diversité », ces femmes qui promeuvent avec cette fanfreluche pudibonde une vision de la femme inverse aux valeurs françaises, ces hommes qui les soutiennent se sentent-ils encore réellement français ?

     

    Ce n'est pas du tout de l'animosité de ma part à leur encontre, ils ont parfaitement le droit de ne pas se sentir français. C'est juste une constatation objective. Et qui fait froid dans le dos car comment vivre ensemble quand on ne se sent pas appartenir au même ensemble ? Qu'on le refuse catégoriquement et avec violence par des symboles ou autres. Ce ne sont pas les seuls il est vrai. La plupart des citoyens actuels du « vieux pays » désirent faire « ce qu'ils veulent ». Ils sont devenus complètement indifférents aux valeurs communes tout en étant pourtant dociles aux diktats consuméristes.

    Lire la suite

  • Crises d'adolescence contre la haine

    Imprimer Pin it!

    politique, société, jeunes, djeuns, profs, enfants, ados, politique, société, amaury watremezNotre société de progrès, pour lutter au mieux contre la paupérisation montante et les fondamentalismes religieux haineux dont l'islamisme, est bien mal armée. Elle est même très mal barrée pourrait-on dire crûment. Il faut avouer que celles et ceux censés transmettre culture et valeurs aux jeunes générations n'assument plus leur rôle, le refusent catégoriquement sous divers prétextes. Ils n'en finissent pas de rêver sur leur enfance, leur adolescence. Ils ne se voient pas vieillir et ne veulent surtout pas mûrir.

     

    Un des symptômes de cette immaturité est le refus catégorique de la controverse, de la polémique. Un dialogue doit forcément se terminer dans le « rose bonbon », la panacée universelle que sont pour notre époque conformiste les lieux communs mièvres qu'elle affectionne. Il faut absolument se rassurer et constater que tout n'est pas tout noir n'est-ce pas ?

     

    C'est un peu normale, notre société se compose principalement d'individus dont la crise post-pubertaire n'en finit pas, même à quarante ans bien sonnés passés. La plupart des grandes personnes réputées raisonnables sont toujours dans la rébellion adolescente post-pubertaire, en particulier contre l'autorité du père, confondant le moindre de leurs caprices avec qui une vocation d'aventurier, qui de gourou, un autre de danseur étoile voire de première ballerine à l'Opéra pour ceux ayant les moyens de l'opération.

    Lire la suite

  • Judéophobie ordinaire en banlieue

    Imprimer Pin it!

    politique, société, islamisme, antisémitisme, antisionisme, racisme, hypocrisie, amaury watremez

    Cette histoire est sur Causeur

     

    Article de Causeur partagé plus de 800 fois sur Facebook

     

    La petite histoire ci-dessous n'est pas qu'une anecdote désagréable. Ce n'est pas qu'une anecdote non plus. Cela arrive quotidiennement, malheureusement, l'insulte « feuj » (juif en verlan) se banalisant. Mais personne n'en tient réellement compte car il est établi parmi les élites qu'une personne « issue de la diversité » ne saurait être raciste. Et il est plus facile de nier les problèmes graves d'éducation se posant dans les quartiers où la précarité sociale est endémique plutôt que de chercher à les résoudre. On est libre de la réfuter comme on est libre de détourner le regard ou se cacher la tête dans le sable.

     

    L'éducateur était content ce jour-là des adolescents qu'il avait sous sa responsabilité. Ils avaient bien travaillé. Ces jeunes étaient de toutes les origines, et de toutes les couleurs de peau. Qu'il était difficile de les faire vivre tous ensemble eux qui se rassemblaient spontanément selon leur ethnie. Ce jour spécial, ils s'étaient investi sans qu'il n'ait besoin de prendre son ton sévère et de lancer une ou deux plaisanteries caustiques bien senties pour les faire taire. C'était pour le moins inhabituel pour une veille de vacances de printemps.

     

    Pour les récompenser, après un goûter et quelques jeux de groupe classiques, il avait décidé de leur passer un film. Il jeta un coup d'oeil dans la vidéothèque de l'endroit et tomba sur deux « de Funès » : « La Folie des grandeurs » et « Rabbi Jacob ». Il évacua le premier, trop de références aux « classiques », ils n'aimeront pas se dit-il la parodie de « Ruy Blas ». « Rabbi Jacob » avait son petit côté « citoyen » avec son discours anti-raciste. Il ferait un peu d'éducation civique en passant. Il se dit que c'était sans risques...

     

    Il mit le dévédé dans l'appareil.

    Lire la suite

  • Les nantis veulent du multicul à tout prix

    Imprimer Pin it!

    politique, société, religions, islam, islamisme, terrorisme, intégrisme, laïcité, france, nantis, amaury watremezLes nantis n'habitant pas les quartiers où la "diversité" est présente se réjouissant de la décision du Conseil d’État d'autoriser de fait le burkini, provoc islamiste, veulent du multiculturel à tout prix. Hé bien ils vont en avoir de la différence, de l'exotisme à peu de frais, de la coutume religieuse traditionnelle et pittoresque. Ils veulent du multiculturel car cela flatte leurs vanités. Il voient cela dit le multiculturel en « clichés » de cartes postales : les épices multicolores, les femmes tatouées au henné, les hommes mystérieux derrière leur look de « fier nomade du désert ». Quand ils ont un zeste de culture, cela leur rappelle leur lecture de Jean Genet sur les palestiniens.

     

    Mais leur perception de la différence ethnique demeure donc clairement colonial au fond, ce que l'on peut trouver un rien ironique. Cette conception de la différence est à géométrie variable, elle est liée au masochisme mémoriel constant que la France doit subir depuis des décennies et à cette « haine de soi » de la majorité des occidentaux évoquée par Reynald Secher, une haine d'eux mêmes les amenant à rejeter toute leur histoire, leurs racines, leurs valeurs. L'ignorance le dispute à la sottise, le salmigondis de lieux communs vaguement syncrétistes à la bouillie pour chats très superficiellement humaniste.

     

    Ce n'est en rien par humanisme qu'ils veulent du multiculturel jusqu'à l'absurde, il s'agit juste pour eux de se distraire de leur profond ennui de privilégiés décervelés, profondément amoraux comme l'étaient leurs ascendants mais de manière beaucoup moins hypocrite.

     

    On peut le leur reconnaître...

    Lire la suite

  • Comédie(s) de la vie

    Imprimer Pin it!

    à propos de « Le cinéma italien de 1945 à nos jours » - 4ème édition, avril 2016 de Laurence Schifano

     

    On aime à l'italienne également sur Causeur

     

    cinéma, cinéma italien, société, politique, italie, berlusconi, amaury watremezAu début, la présentation de cet ouvrage, très scolaire, un peu aride, pourrait rebuter le lecteur. Mais une fois ouvert, ce livre se dévore comme un plat de rigatonis au porc et au citron. L'auteur a un style alerte, vif et précis. Elle passe en revue les différents genres affectionnés par le cinéma italien depuis la fin de la Seconde Guerre. Elle montre sa prédilection pour les « filons », l'épuisement d'un type de film ou de séries de films jusqu'à l'absurde, la parodie de parodie de parodie tels les « Trinita » ou les « Django » tournés après les westerns « spaghettis » de Sergio Leone ce qui n'en fait pas tant s'en faut des mauvais films.

     

    L'amateur de cinéma « Bis » ou carrément « Z », de cinéphilie réputée « honteuse » le sait déjà il est vrai. Tarantino est un de ceux-là connaissant sur le bout des doigts toutes ces œuvres dont tous les « Rape and Revenge » ayant inspirés l'argument de base de « Kill Bill ». On ne compte pas non plus les pseudo « Mad Max » faisant suite à l'original, les « dystopies » survivalistes violentes, les films de « zombies » inspirées de « la nuit des morts vivants », voire les simili « documentaires » sur les « cannibales » copiés des « Mondo... », les « thrillers » sanglants, les « Maciste » repris dans les années 50 et 60 etc...

     

    Les cinéastes italiens épuisant ces « filons » comme on presse un citron auront toujours beaucoup de recul sur leurs longs métrages. Maintenant que le ciné « bis » est « in » on en fait des chefs d’œuvre méconnus. Il faut quand même se rappeler qu'il s'agissait juste d'épuiser un sujet au départ...

    Lire la suite

  • Dédié à de nouveaux lecteurs assidus

    Imprimer Pin it!

    Dédié à "saintex" et "IMHO" deux de mes commentateurs assidus de Causeur (ils n'aiment pas ce que j'écris mais commentent à chaque fois, cela finira par un mariage...).

     

    Ce sont également visiblement des psychologues fakirs extra-lucides à les lire, cette chanson leur est dédiée...

     

  • Les pauvres à la porte des églises de France

    Imprimer Pin it!

    politique, société, religions, christianisme, patronage, jeunesse, curés, catholicisme, amaury watremezLa déchristianisation de la France en général, la désaffection des églises, et des messes dominicales en particulier, trouvent leur origine dans l'abandon par l'église de France des populations précaires et, ou pauvres. Il n'y a guère plus de 4% de français se disant catholiques pour pratiquer régulièrement ou pas trop irrégulièrement. Bien sûr, je n'oublie pas qu'il existe encore maintenant des associations catholiques s'occupant de fournir des aides d'urgence comme le « Secours Catholique », ou de reloger des « sans abris », ainsi « Habitat et Humanisme ». Il demeure des croyants, souvent dans l'ombre, on ne parle pas beaucoup d'eux, aidant encore leurs prochains.

     

    Mais la pratique religieuse est surtout devenue objectivement un conservatoire social permettant à un milieu de « bonnes » familles de se protéger des influences néfastes des « classes dangereuses » si vulgaaaires. Parler des pauvres c'est bien joli, mais les Béatitudes sont oubliées une fois le parvis de l'église franchi...

     

    Ce n'est pas que les précaires ou les pauvres soient rejetés des paroisses avec brutalité ou dans les discours. Les intentions, à commencer par les intentions de prières, sont toujours de bonnes intentions. Cela va même jusqu'à la mièvrerie il est vrai de temps à autres. Mais la pratique active active de l'entre-soi par la plupart des paroissiens actuels, souvent plus ou moins inconsciemment, constitue un repoussoir infranchissable. Leurs manières de se comporter à la sortie de la messe en premier : on ne se dit bonjour qu'entre personnes du même milieu voire de la même profession libérale ignorant les autres...

    Lire la suite

  • Chroniques du pays réel - parents tatoués modernes

    Imprimer Pin it!

    mode, hipster, société, famille, enfants, politique, amaury watremez, chroniques du pays réelLe train vers Montparnasse comme souvent a soudain stoppé peu avant la gare, pour laisser passer un autre convoi. Cela suffit pour affoler une mère et ses deux enfants. Le père reste bien sagement à sa place. Il a l'habitude visiblement de toute cette agitation . Lui est en short et polo, petite barbe soigneusement entretenue et tatouage tribal sur l'avant-bras droit, chignon entortillé sur l'occiput. Elle a trois « piercings » visibles, un à l'oreille gauche, un sur la lèvre supérieure, un autre sur la langue. Elle porte un de ces débardeurs très lâches qui laissent entrevoir largement la couleur de son soutien-gorge. Elle est également tatouée sur les bras et la cuisse gauche, elle aussi en short, tout mini, qui ne cache rien de sa peau d'orange.

     

    Les gosses, le plus grand semble avoir une dizaine d'années, sont mignons mais déjà pollués par les paradigmes de comportement moderne. Ils sont rivés à l'écran de leur smartphone et portent sur le nez des lunettes à verres « mercure », la tête réhaussée de casquettes « NYC ».

     

    La mère vient me demander pourquoi le train est arrêté comme cela et si ça va durer longtemps ? Je dois faire un effort pour ne pas regarder son piercing de langue, et la petite boule de métal accrochée dessus qui tressaute à chacune de ses paroles. Comme je sens son énervement monter, les « parisiens », les « fainéasses de la SNCF », ont déjà eu leur compte d'injures bien senties, j'ai le sentiment que ça va bientôt être mon tour. Je dévie donc la conversation vers ses tatouages et ceux de son mari, leur origine, leur signification....

    Lire la suite

  • California nightmare

    Imprimer Pin it!

    Cette critique est sur Causeur

     

    à propos de « California Girls » de Simon Libérati chez Grasset, août 2016

     

    charles manson, california girls, simon libérati, rêve, cauchemar, utopie, années 60, amaury watremezSimon Libérati a ceci d'intéressant est qu'en lieu et place de se lancer dans ses romans dans une introspection complaisante de sa petite personne, une psy en direct devant tous les passants en somme, il préfère faire véritablement œuvre de littérature. Il évoque ici le crime le plus connu de la « famille » Manson commis en Août 1969, le meurtre sauvage de Sharon Tate et de ses amis par des pauvres filles et un raté au nom des délires de leur gourou. Ce massacre marqua véritablement la fin des années 60 et de leurs illusions révélant la réalité derrière les apparences et l'utopie.

     

    Il paraît que certains critiques ont accusé l'auteur de manquer d'empathie envers ses personnages, c'est tout l'inverse. Il s'identifie à chacun d'entre eux, y compris les pires, comprenant la complexité de leur humanité. Il montre aussi qu'un assassin fanatisé n'est pas un monstre en dehors de l'espèce humaine, qu'au contraire il se situe dans la « banalité du mal ». Le pitoyable primate se traînant à la surface de cette boule de glaise étant notre maison commune est capable du meilleur, est appelé à la Beauté mais il se laisse souvent aller au pire, à l'abject, se justifiant plus ou moins laborieusement de ses appétits.

     

    Simon Libérati décrit très habilement le processus d'embrigadement des filles et des jeunes gens composant sa « famille ». Il n'est pas le seul dans son genre, un petit criminel minable ancien proxénète et dealer reconverti dans le sectaire, une affaire beaucoup plus juteuse, mélangeant satanisme, nazisme et utopie hippie dans un curieux mélange. Comme beaucoup de minables il était convaincu que le monde entier lui était redevable à commencer par ses « disciples ». Pour montrer leur allégeance ils devaient tous offrir une somme d'argent conséquente. Manson voulait provoquer « l'Helker Skelter », l'apocalypse. Il avait cru le comprendre en écoutant la fameuse chanson de « l'album blanc » des « Beatles » persuadé que celle-ci lui était spécialement adressée....

    Lire la suite

  • Les énormes contradictions de la gauche

    Imprimer Pin it!

    politique, gauche, société, pcf, front de gauche, LR, FN, PS, gauche sociétale, amaury watremezJ'évoque bien ici la vraie gauche, pas la gauche dite sociétale qui depuis très longtemps a renoncé à ses idéaux originels de justice sociale. La gauche dite sociétale se cache derrière quelques lois alibis organisant la morale individuelle pour tenir compte de l'évolution de la société disent-ils. Cette gauche s'est convertie depuis longtemps déjà aux lois du marché et à la toute puissance du « tout économique ». Pour se donner l'impression d'être encore progressiste, elle fait plaisir de temps à autres à de ses proches des CSP ++, bourgeois de centre-ville rajoutant à leurs anciennes prétentions matérielles des prétentions culturelles et sociales.

     

    Cette gauche a « ses » pauvres » comme les ménagères bourgeoises d'antan. « Ses » pauvres sont tous issus de la diversité ce qui permet d'être encore plus flattés dans leur vanité aux bons apôtres. Par contre, les précaires issus de la « France dite périphérique », autochtones, ne sont pas intéressants. Ils sont trop pauvres pour ne pas avoir besoin d'aides, encore trop riches pour y prétendre, et surtout « ils sont tellement vulgaires » ma chèère, des « franchouillards » qui tiennent encore aux valeurs, au vieux pays et à ses symboles. Des « ploucs » quoi aux yeux de cette gauche qui pense et qui profite...

     

    L'autre gauche, plus authentique, se réduit de plus en plus à la portion congrue. C'est une troupe hétéroclite de militants du PCF, d'anciens gauchistes, de vieux syndicalistes. Je me suis d'ailleurs souvent aperçu que moi l'anarchiste de droite, le « réac », le méchant catholique plutôt traditionnel je partageais plus avec certains parmi eux qu'avec des thuriféraires de par exemple « Les Républicains ». Pour une raison finalement toute simple qui n'est pas très compliquée à comprendre, ils sont au fond tout aussi « réacs » que moi pour la plupart. Que ce soit sur la disparition de la transmission des valeurs ou de la culture...

    Lire la suite

  • Chroniques du pays réel – parler de conversion à la terrasse d'un café

    Imprimer Pin it!

    Cette conversation est sur Causeur

     

    A la terrasse de « chez Panis » près de Notre Dame, j'ai entendu ce qui suit...

     

    islam,société,conversion,politique,terrorisme,fondamentalisme,amaury watremezUne jeune femme blonde en robe d'été légère, le « smartphone » est rivé à son oreille, elle a des lunettes de soleil « fashion » sur le nez. La cathédrale devant elle, le spectacle du miroitement des eaux de la Seine sous le soleil, les arbres sur les berges du fleuve, les bouquinistes, lui sont parfaitement indifférents. Les jambes élégamment croisées, un sourire mécanique sur les lèvres, elle parle, parle et parle encore avec animation à un correspondant...


    « Tu sais que Anne-Charlotte s'est convertie à l'Islam ?

    Elle porte le voile maintenant. Je l'ai eu au téléphone hier soir...

     

    C'est diiingue comme ça lui va bien moi je trouve, ça met en valeur l'ovale de son visage...

     

    (rire de connivence avec son correspondant)


    Elle trouve que c'est mieux que de toujours chercher à séduire du coup. Et puis maintenant, elle est toujours aussi libre de son corps qu'avant. C'est juste qu'elle veut que l'homme qu'elle aime en ait l'exclusive, son corps lui appartient elle fait ce qu'elle veut. Elle ne choisit de ne le montrer qu'à lui. Si on réfléchit, moi je trouve ça beau. Tu trouves pas ? Et puis si elle veut elle pourra toujours divorcer, on est quand même en démocratie. On a le droit de faire ce qu'on veut...

    Lire la suite

  • Pas d'indignation pour les asiatiques de France

    Imprimer Pin it!

    politique, société, racisme, asiatiques de France, chinois de France, amaury watremez

    Cet article est sur Causeur

     

    Article partagé plus de 4100 fois sur Causeur

     

    Les idéologues du multiculturalisme et leurs contradictions...

     

    Un couturier de 49 ans, Chaolin Zhang, a été assassiné sauvagement à Aubervilliers il y a quelques jours lors d'une agression par des « jeunes » selon le terme pudique en vigueur, sans doute de jeunes dépressifs fragilisés. Il a été vraisemblablement agressé car d'origine chinoise. Dimanche, 500 personnes ont défilé calmement dans une atmosphère de colère sourde, scandalisés par l'indifférence des gouvernants et de la plupart des observateurs politiques assermentés.

     

    C'est donc un meurtre à caractère raciste. Ce n'est pas la première fois que cela touche des asiatiques. Les français d'origine chinoiss sont réputés tous riches, tous bien dotés, un peu comme les juifs dans certains milieux...

     

    Et pourtant, étonnamment ou pas, l'on chercherait vainement les réactions habituelles des indignés professionnels, leurs commentaires outrés sur le racisme quotidien envers les personnes d'origines asiatiques, une communauté pourtant aussi présente que d'autres. Chaolin Zhang n'aura pas son portrait géant sur la façade de l’hôtel de ville de Paris, il n'aura pas le droit à une « marche blanche » des associations « citoyennes », et encore moins à un déplacement de François Hollande ou Bernard Cazeneuve ou autres puces ministrables pour affirmer avec gravité :

    Lire la suite

  • Ex-fan des eighties

    Imprimer Pin it!

    Chère Myriam,

     

    années 80, société, politique, myriam le corre, amaury watremezJe viens d'apprendre avec tristesse ta mort survenue la semaine dernière dans des circonstances dramatiques. Il est des destins naturellement tragiques, le tien l'était et l'est demeuré jusqu'au bout. Pourtant, tu avais connu aussi l'adulation, l'adoration de saint Germain des Prés dont tu étais une des reines. Le clinquant, le brillant, le mondainement éclatant mais creux tu en étais revenue. Kabyle, parisienne, tu étais modèle, un modèle connu et demandé. Tu étais de toutes les nouvelles tendances, curieuse de tout ce qui était nouveau . Avant de te rencontrer je t'avais sans doute déjà vu dans des clips voire à la télévision. Tu avais aimé de nombreuses fois, des hommes, des femmes et encore plus ta fille, que tu avais toujours aimé ton mari. Tu avais été de la bande de Pierre Clémenti, de celle de ton cher Gainsbourg et d'autres. Tu t'es enivré d'alcool, de drogues, de sexe jusqu'à en avoir le revers.

     

    Ce que cela cachait.

     

    J'étais fasciné, je voulais savoir ce qui cachait maintenant derrière tout cela, qui tu étais vraiment. J'ai toujours voulu connaître ce qu'il y a les apparences, les personnages, j'ai compris aussi que parfois il n'y a rien de difficile que certaines prières exaucées car les souffrances cachées, les drames inconnus, quand on a ne serait-ce qu'un peu d'empathie, on les porte aussi ensuite.

     

    C'est comme un gouffre qui s'ouvre sous notre âme et que nous ne saurions combler, nous avons déjà nos propres failles énormes....

    Lire la suite

  • Et si c'était Hollande ?

    Imprimer Pin it!

    François Hollande, 2017, politique, marine le pen, société, politique, amaury watremezPendant les vacances on aime passer de longs moments à rêvasser, les yeux perdus dans le grand bleu du ciel ou de la mer, un livre posé à côté de la chaise longue. L'esprit vagabonde, on se prend à imaginer des évènements pouvant arriver. Comme on est reposé, on est plus lucide, plus calme. On peut se demander par exemple : « Et si c'était Hollande qui repassait en 2017 ? ». On réalise ensuite que cela pourrait très bien arriver. Malgré son impopularité, malgré toutes les éructations contre lui sur le net, toutes les promesses solennelles, tous les serments citoyens, François Hollande peut très bien être réélu au deuxième tour des présidentielles.

     

    A ce point de la rêverie, le vacancier jusque là serein se laissant aller à cette réflexion a deux solutions : soit il se verse un verre de rosé de l'excellente bouteille juste à portée de sa main, soit il développe...

    Lire la suite

  • Soldat perdu en 2016

    Imprimer Pin it!

    piquemal, société, politique, droite, courage, hypocrisie, épouvantails, amaury watremez

    Je précise que l'histoire est vraie, comme l'affaire est en cours je n'ai pas mis le vrai nom de son protagoniste...

     

    A. est un de ceux que l'on appelle les « soldats perdus », un de ces soldats qui au regard de l'histoire se trompent de cause, ne choisissant pas celle qu'il faut au regard des arbitres des élégances politiques. Il y en eut particulièrement après les guerres d'indépendance de nos anciennes colonies.

     

    Ces soldats ont vu les populations qui voulaient que la France reste. Ils ont vu les villageois courir après leurs camions, s'y accrocher jusqu'au désespoir alors qu'on leur intimait l'ordre de les abandonner quitte à y aller à coups de crosse sur les mains. Ils ont dû laisser tomber également les 220000 « harkis » trahis par le pays qu'ils voulaient servir, massacrés ensuite...

     

    Évoquant ces « soldats perdus » je songe en particulier à Hélie de Saint-Marc, ancien déporté, résistant, participant au « putsch » des « généraux en retraite » de 1961 à Alger et ses camarades de combat...

     

    Je me rappelle aussi de Bastien-Thiry, lui aussi voulait servir son pays...

     

    Ces personnages sont maintenant frappés d'opprobre pour leurs actes par la postérité alors que leur histoire est largement plus complexe que ce que l'on veut bien en retenir, y compris à droite de la droite....

    Lire la suite

  • Blake Edwards prince de la comédie sophistiquée

    Imprimer Pin it!

    à propos de « Entre temps Blake Edwards » de Nicolas Truffinet chez Playlist Society

     

    cinéma, blake edwards, films, nicolas trufinet, amaury watremezBlake Edwards est avec Billy Wilder, Howard Hawks et Leo MacCarey un des princes de la comédie sophistiquée à l'américaine. Contrairement aux trois autres cinéastes cités, étrangement peu de livres lui sont consacrés, sans doute à cause de la populaire série des « Panthère rose » le classant dans la catégorie des bons faiseurs, le félin étant sa malédiction et une bénédiction -dont financière, lui permettant de tourner ce qu'il voulait- le tout dans le même temps ainsi que pour l'interprète de Clouseau, Peter Sellers. Celui-ci avait une relation bizarre d'amour, haine toutes les deux passionnées avec le réalisateur. Blake Edwards se rapproche aussi de Franck Tashlin pour son goût des gags étirés jusqu'au bout ou « slowburn gag » et de l'absurde.

     

    Il sait jouer des codes de la comédie hollywoodienne pour mieux s'en affranchir. Si les dialogues sont teintés de « screwball comedy », d'échanges très rapides entre les comédiens, de quiproquos théâtraux, ils sont aussi toujours marqués par une certaine misanthropie et une humeur douce-amère, y compris dans les spectacles « tarte à la crème » comme dans « La grande course autour du monde » avec Tony Curtis, Jack Lemmon et un jeune Peter Falk. « Breakfast at Tiffany's », offrant à Audrey Hepburn sans doute son meilleur rôle, est un de ses chefs d’œuvres avec « The Party » racontant le foutoir que Sellers met dans une réception chic chez un producteur hollywoodien et « Victor Victoria » avec Julie Andrews en vrai-faux travesti.

    Lire la suite

  • Le moins laïc des deux

    Imprimer Pin it!

    laïcité, foi, religions, société, politique, islam, christianisme, amaury watremezEncore maintenant après le massacre de saint Étienne du Rouvray, il en est encore pour comparer les attaques à la Laïcité que les chrétiens auraient perpétrées avec celles des islamistes, voire à les mettre en balance. Au fond les chrétiens, et en particulier les catholiques, ne vaudraient pas mieux que les fanatiques du soit disant État Islamique. C'est méconnaître consciemment ou non une des différences majeures entre les deux confessions :

     

    La Foi chrétienne est par essence et depuis l'origine sécularisée, « dans le siècle ». Par l'exégèse les livres saints ne peuvent être analysés et compris d'une manière primaire, littérale. Et rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu sont deux choses différentes. C'est le Christ lui-même qui le dit dans l’Évangile. C'est lui finalement le créateur de la notion de laïcité et non les « hussards noirs » de la IIIème République. Il ne demande jamais l'instauration d'une théocratie.

     

    En Islam, la notion même de Laïcité n'existe pas, les hadiths directement tirés du Coran font Loi et personne ne peut remettre en cause leur origine divine, l'exégèse, l'interprétation des textes est strictement interdite. L'Islam est par nature, par son origine même, une religion refusant la sécularisation. S'il n'y a pas de clergé dans cette religion c'est parce que tous les croyants sont censés être religieux et faire appliquer la loi d'Allah et non par souci d'égalité....

    Lire la suite

  • L'économie de l'amour

    Imprimer Pin it!

    amour, sexe, cou^ple, homme, femme, politique, économie, amaury watremezLes mariages d'intérêt sans beaucoup de sentiments, les amours de raison, ont toujours existé dans nos sociétés, ce n'est pas nouveau j'en ai conscience en écrivant ce qui suit. Par contre, ce qui change radicalement c'est l'amour directement perçu comme un marché financier et la relation amoureuse ainsi qu'une relation d'actionnaires à entrepreneur. Je l'ai compris en lisant en commentaire d'un « statut » de réseau dit social une jeune femme évoquant l'indispensable « optimisation » des sentiments.

     

    On optimise ses sentiments comme on optimise en définitive son capital, son investissement. L'on se doit d'entretenir son « capital corporel » et son « capital santé » afin de rester compétitif sur le marché. Ariane et Solal de « Belle du Seigneur » ont trop de doutes sur l'avenir économique d'où leur fin tragique, Madame Bovary a attendu trop longtemps avant de se lancer dans une stratégie commerciale audacieuse et le narrateur de « la Recherche » n'est pas assez agressif dans son plan communication avec Albertine ce qui motive en conséquence le départ de cette dernière...

     

    Les sentiments sont un frein, la passion un handicap certain.

     

    Comment montrer cette compétitivité pour une femme ?

    Lire la suite

  • Prêtre dansant en phase

    Imprimer Pin it!

    père Franck Legros, dancing priest, prêtre dansant JMJ, amaury watremez, société, religions, christianisme

    Merci à Xavier Algret :

     

    "La Joie a nécessairement des manifestations qui lui sont propres. On parle parfois de joie comme si c'était un élan vers l'auto-satisfaction ou un simple moyen de compléter égoïstement sa personnalité. Ce n'est pas cela la Joie. La Joie vraie, c'est sortir de soi, c'est se donner. La joie a des racines en forme de croix."

     

    Depuis quelques jours déjà circule sur le net une vidéo du père Franck Legros improvisant avant le début des JMJ à Cracovie, non loin du sanctuaire de la Vierge Noire, une danse « mucho caliente » avec un aréopage de jeunes paroissiennes enthousiastes. Cette vidéo donne certes de l’Église catholique une image fort différente très éloignée des caricatures habituelles. Elle participe aussi du spectacle et de l'envie de notre époque festiviste d'avoir non seulement un pape mais aussi des prêtres en phase avec l'époque.

     

    Quand ils seront enfin en « rollers » ou ayant leur char à la « Gay Pride » ce sera l'extase, avec cette exhibition artistique on y est presque....

     

    C'est juste un bel homme en soutane qui danse avec des jeunes filles et quelques jeunes gens, on ne parle plus de ce que l'Eglise apporte à l'époque, de ses valeurs, de ce qu'elles impliquent. Il n'est plus question de la place des catholiques dans la société moderne, de leur rôle, voire parfois de la haine se déchainant contre eux. C'est juste tellement sympa ce curé différent qui se contente de danser. On ne parle plus des sujets qui fâchent, voire qui feraient réfléchir et remettre en cause nos certitudes contemporaines.

     

    Ce n'est pas non plus un de ces affreux tradis, ou gallicans, de sainte Rita, c'est encore moins un de ces vilains prêtres contestant le « mariage pour tous » lors d'une homélie, ô crime de haut vol.

    Lire la suite

  • Évacuation efficace d'intégristes à Paris

    Imprimer Pin it!

    politique, société, religions, christianisme, gallicanisme, société, france, sainte rita, paris, amaury watremez

    Cet article est sur Causeur

     

    Article partagé plus de 900 fois sur Causeur

     

    L'église sainte Rita est bien connue dans le XVème. Elle abritait des chrétiens gallicans,plus ou moins proches des milieux catholiques traditionalistes, et était connue pour ses enterrements et son cimetière d'animaux de compagnie.

     

    L'« association des chapelles catholiques et apostoliques » gérant le lieu l'a vendu à un promoteur immobilier, Garibaldi, en vue d'une opération sans doute juteuse. Ce ne serait pas la première fois à Paris on le sait. Elle a été évacuée ce mercredi matin à la demande de l'association d'une cinquantaine de protestataires présents depuis 6h30 du matin dont le prêtre en habits sacerdotaux trainé à terre sans plus de ménagements. On voit sur la vidéo les égards des forces de l'ordre envers les personnes présentes...

     

    La préfecture de police de Paris a pourtant pudiquement évoqué sans rire une opération sans incidents majeurs....

    Lire la suite

  • Toujours écouter les vieilles dames – ni apathie, ni résilience

    Imprimer Pin it!

    vieilledame2.jpgSur Internet, dans les médias, on se demande gravement depuis les massacres du « Bataclan » comment définir la réaction des français. Il en est évoquant l'étrange apathie, d'autres leur résilience, ce concept à la mode forgé par Boris Cyrulnik, lui-même ayant analysé le fait islamiste à la lumière de son expertise. Les français garderaient leur calme et il n'y aurait pas à s'inquiéter sur les élections de l'année prochaine, ce sont les partis dits « républicains » qui les remporteront. D'autres encore s'inquiètent du risque de réactions racistes en « représailles », des réactions qui pourraient entraîner une guerre civile, à entendre un des pontes de la DGSI.

     

    Le type taquin qui a eu une de ces « réactions », il avait mis dans la boîte d'une mosquée quelques lardons est passé en comparution immédiate et a été lourdement sanctionné afin de décourager les autres vocations de blagueurs religieux. Cette célérité devrait rassurer ceux qui parlaient d'un laxisme de la justice.

     

    Mais curieusement parmi tous ces commentateurs distingués, personne n'a écouté les vieilles dames qui pourtant ont des choses à dire. Et qui donnent la clef de l’énigme sur la réaction ou l'absence de réactions des français et sur l'analyse que l'on peut en faire. Je songe particulièrement à celle habitant près de l'église de Saint Étienne du Rouvray qui le lendemain de l'assassinat du père Hamel est intervenue à la télévision en disant ceci d'une voix blanche, encore sous le choc de la tuerie :

     

    « On ne pensait pas que ça pouvait arriver chez nous, dans notre village calme ».

    Lire la suite

  • La masturbation intellectuelle des bons apôtres

    Imprimer Pin it!

    intello.jpgLe retour des mauvaises habitudes n'a pas entendu bien longtemps après l'égorgement du père Hamel et la mort d'une religieuse à Saint Étienne du Rouvray. Après quelques jours de lucidité, les arbitres des élégances politiques ferment à nouveau les yeux s'adonnant à des plaisirs politiques honteux sans aucun remords et plus ou moins consciemment...

     

    L'adolescent boutonneux dans l'intimité de sa chambre découvrant la masturbation maladroitement en tirera un peu de plaisir ahané en guettant la porte de sa chambre et cela le poussera à rechercher la compagnie du beau sexe. Plus tard s'il est célibataire ponctuellement, il considèrera cela comme une habitude plus ou moins bonne, un rien honteuse, une manière hygiénique de se consoler de l'inassouvissement de ses désirs, de sa solitude. Et gloire soit rendue au progrès technique Internet et le rouleau de Sopalin permettent depuis quelques années de faire l'économie de l'achat de « magazines pour hommes » souvent onéreux. Certains acharnés peuvent ainsi se noyer dans le porno H24...

     

    « Monsieur est connaisseur » me rétorquera-t-on, je sais. Mais je suis sans doute loin d'être le seul.

     

    L'intellectuel bien pensant, l'éditorialiste assermenté de gauche ou de droite « républicaines », le journaliste comme il faut, le prélat dit de progrès médiatique ou non, tous aiment beaucoup également la masturbation mais intellectuelle. C'est pour eux également une de ces mauvaises habitudes dont ils ont beaucoup de mal à se défaire sauf qu'ils n'en ont absolument pas conscience et encore moins honte. Ils font toujours cela au grand jour, au vu et au su de tous les passants. C'est aussi leur manière de se consoler de la réalité en fantasmant dessus. Ils fantasment d'ailleurs comme au sein de toute l'élite sur quelque chose qu'ils ne connaissent plus depuis belle lurette ou de très loin, sauf s'ils ont du personnel de maison (NB : C'est encore mieux si celui-ci est « issu de la diversité »).

    Lire la suite