Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Judéophobie ordinaire en banlieue

Imprimer Pin it!

politique, société, islamisme, antisémitisme, antisionisme, racisme, hypocrisie, amaury watremez

Cette histoire est sur Causeur

 

Article de Causeur partagé plus de 800 fois sur Facebook

 

La petite histoire ci-dessous n'est pas qu'une anecdote désagréable. Ce n'est pas qu'une anecdote non plus. Cela arrive quotidiennement, malheureusement, l'insulte « feuj » (juif en verlan) se banalisant. Mais personne n'en tient réellement compte car il est établi parmi les élites qu'une personne « issue de la diversité » ne saurait être raciste. Et il est plus facile de nier les problèmes graves d'éducation se posant dans les quartiers où la précarité sociale est endémique plutôt que de chercher à les résoudre. On est libre de la réfuter comme on est libre de détourner le regard ou se cacher la tête dans le sable.

 

L'éducateur était content ce jour-là des adolescents qu'il avait sous sa responsabilité. Ils avaient bien travaillé. Ces jeunes étaient de toutes les origines, et de toutes les couleurs de peau. Qu'il était difficile de les faire vivre tous ensemble eux qui se rassemblaient spontanément selon leur ethnie. Ce jour spécial, ils s'étaient investi sans qu'il n'ait besoin de prendre son ton sévère et de lancer une ou deux plaisanteries caustiques bien senties pour les faire taire. C'était pour le moins inhabituel pour une veille de vacances de printemps.

 

Pour les récompenser, après un goûter et quelques jeux de groupe classiques, il avait décidé de leur passer un film. Il jeta un coup d'oeil dans la vidéothèque de l'endroit et tomba sur deux « de Funès » : « La Folie des grandeurs » et « Rabbi Jacob ». Il évacua le premier, trop de références aux « classiques », ils n'aimeront pas se dit-il la parodie de « Ruy Blas ». « Rabbi Jacob » avait son petit côté « citoyen » avec son discours anti-raciste. Il ferait un peu d'éducation civique en passant. Il se dit que c'était sans risques...

 

Il mit le dévédé dans l'appareil.

 

politique,société,islamisme,antisémitisme,antisionisme,racisme,hypocrisie,amaury watremezA peine trois minutes du film s'étaient-elles écoulées qu'il entendit fuser de toute part dans la salle des injures judéophobes d'une abjection à faire rougir Édouard Drumont lui-même. Il arrêta aussitôt la lecture du film, sermonna les coupables mettant leur agitation sur le compte de la provocation envers la grande personne choisissant un film qu'ils trouvaient ringard. Il nota en passant leurs airs tendus à l’extrême. Ils obéissaient parce que c'était lui mais il sentait bien qu'ils bouillonnaient de colère rentrée, d'une fureur qu'ils maîtrisaient à grand-peine.

 

Au bout d'à peine quelques secondes, les injures anti-juives recommencèrent à jaillir de toute part comme un feu d'artifices. D'abord à voix basse, puis bien audibles et enfin hurlées. L'éducateur arrêta définitivement la projection de « Rabbi Jacob », ralluma la lumière. Les gosses s'étaient tus. Ils voyaient bien combien ils l'avaient mis en colère et bouleversé. Mais ils se justifiaient : « Monsieur c'est à cause de la Palestine », « Monsieur les feujs y z'ont des sous, nous on n'a pas que le RSA, c'est pas juste », « Monsieur les feujs y peuvent aller dans les bonnes écoles et pas nous c'est pour ça qu'ils réussissent »...

 

Ad libitum ad nauseam...

 

L'éducateur leur posa cette question : « Et si j'étais juif, moi ? Que diriez vous ? ». Ils protestèrent en s'amusant de la question : « Vous monsieur c'est pas pareil, et puis si vous étiez feuj vous bosseriez pas ici », rajoutant cela en rigolant. Il leur rappela que eux aussi avaient été certainement victimes d'accusation racistes, d'injures sur leurs origines. Comment pouvaient-ils donc faire à d'autres ce dont eux avaient souffert ? Ils répondirent que « eux c'était vraiment du racisme contre eux, mais que les feujs ils dirigeaient la France, que tout le monde leur lèchait les c...es et qu'ils dirigeaient le pays ».

 

Il avertit quand même ses collègues et sa direction ensuite, mais sans grande conviction, il savait très bien qu'ils ne feraient rien, excepté peut-être quelques mots bien mièvres. Ils voulaient la « paix sociale » à n'importe quel prix et partait eux aussi du principe qu'un adolescent « divers » ne peut être raciste. Ce soir-là il ressentait beaucoup de lassitude. Il savait bien que les « indignés » professionnels, les donneurs de leçons habituelles sont parfaitement indifférents à ce racisme qu'ils vont même parfois jusqu'à justifier en employant les mêmes arguments que ces gosses de « quartiers ».

 

Mais bien entendu on est toujours libre de détourner les yeux, de se boucher les oreilles...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

Illustration empruntée ici

 

capture d'écran facebook

 

Commentaires