Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les nantis veulent du multicul à tout prix

Imprimer Pin it!

politique, société, religions, islam, islamisme, terrorisme, intégrisme, laïcité, france, nantis, amaury watremezLes nantis n'habitant pas les quartiers où la "diversité" est présente se réjouissant de la décision du Conseil d’État d'autoriser de fait le burkini, provoc islamiste, veulent du multiculturel à tout prix. Hé bien ils vont en avoir de la différence, de l'exotisme à peu de frais, de la coutume religieuse traditionnelle et pittoresque. Ils veulent du multiculturel car cela flatte leurs vanités. Il voient cela dit le multiculturel en « clichés » de cartes postales : les épices multicolores, les femmes tatouées au henné, les hommes mystérieux derrière leur look de « fier nomade du désert ». Quand ils ont un zeste de culture, cela leur rappelle leur lecture de Jean Genet sur les palestiniens.

 

Mais leur perception de la différence ethnique demeure donc clairement colonial au fond, ce que l'on peut trouver un rien ironique. Cette conception de la différence est à géométrie variable, elle est liée au masochisme mémoriel constant que la France doit subir depuis des décennies et à cette « haine de soi » de la majorité des occidentaux évoquée par Reynald Secher, une haine d'eux mêmes les amenant à rejeter toute leur histoire, leurs racines, leurs valeurs. L'ignorance le dispute à la sottise, le salmigondis de lieux communs vaguement syncrétistes à la bouillie pour chats très superficiellement humaniste.

 

Ce n'est en rien par humanisme qu'ils veulent du multiculturel jusqu'à l'absurde, il s'agit juste pour eux de se distraire de leur profond ennui de privilégiés décervelés, profondément amoraux comme l'étaient leurs ascendants mais de manière beaucoup moins hypocrite.

 

On peut le leur reconnaître...

 

Car ce sont bel et bien des nantis issus de milieux protégés, bénéficiant encore de réseaux, se cooptant entre eux. Eux prétendent que les privilèges objectifs dont ils bénéficient sont des « sentiments », qu'être encore un bourgeois relève de l'opinion que l'on a de soi. De temps en temps, bien entendu, ils laissent entrer dans leurs rangs un fils ou une fille de prolo, pour l'image, pour se donner bonne conscience. C'est encore mieux bien entendu quand celui-ci est « issu de la diversité », enfin s'il est présentable, s'il n'est pas trop rebelle et qu'il ne la ramène pas de trop durant les soirées mondaines...

 

...Ils veulent du « bon sauvage » en somme, du « bon sauvage » de service très très gentil et docile.

 

Refusant tout critique de ce désir de diversité à tout crin, l'assimilant automatiquement à du racisme, du fascisme voire pire encore, ils méprisent encore profondément ces français de la « France périphérique » qui subissent chaque jour les conséquences entre autres de la montée en puissance inquiétante du fondamentalisme musulman dans les banlieues, en particulier. Ils ne veulent pas en entendre parler, sont parfaitement indifférents aux violences subies par les femmes, par les jeunes filles, et par les homosexuels de ces « quartiers ». Ce sexisme évident, cette homophobie abjecte, sont pour eux dans les faits parfaitement admissibles y compris par les féministes qui défendent ces derniers temps un vêtement qui est un signe objectif de discrimination hommes et femmes.

 

Pourquoi les hommes n'ont-ils pas à être pudiques ? A cacher leurs corps ?

 

Ces nantis jouent avec le feu tels des gosses inconscients. Ce sont des enfants gâtés de l'histoire, sur-choyés, parfaits égoïstes ne vivant que l'instant présent, ne voyant aucun problème à ne rien transmettre du tout à leurs enfants. Seule compte encore la satisfaction de leurs orgueils et de leurs « passions tristes », leur jouissance et les moyens de l'obtenir. C'est sans doute ce qui pousse leur progéniture à aller acheter dr l'herbe ou autres substances psychotropes à Saint Ouen où ils fréquentent, mais dans l'ombre propice d'une rue mal éclairée, des individus pour certains « issus de la diversité » faisant du « business ».

 

Contrairement à ce qui a pu être écrit ou dit, le burkini ou la grave problématique de l'islamisme ne sont pas que des écrans de fumée pour camoufler la reprise en main brutale de l'économie par des hyper-libéraux. Les réponses dédaigneuses des élites balayant les angoisses des petites gens à ces questions du revers de la main prouve que pour elles la précarisation, la paupérisation vont de soit tant qu'ils conservent leurs acquis matériels. Et qu'ils soutiennent sans même avoir besoin de le dire l'ascension vers cette « mondialisation -prétendument- heureuse » chère à Alain Minc...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

image empruntée ici

 

Commentaires