Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Soldat perdu en 2016

Imprimer Pin it!

piquemal, société, politique, droite, courage, hypocrisie, épouvantails, amaury watremez

Je précise que l'histoire est vraie, comme l'affaire est en cours je n'ai pas mis le vrai nom de son protagoniste...

 

A. est un de ceux que l'on appelle les « soldats perdus », un de ces soldats qui au regard de l'histoire se trompent de cause, ne choisissant pas celle qu'il faut au regard des arbitres des élégances politiques. Il y en eut particulièrement après les guerres d'indépendance de nos anciennes colonies.

 

Ces soldats ont vu les populations qui voulaient que la France reste. Ils ont vu les villageois courir après leurs camions, s'y accrocher jusqu'au désespoir alors qu'on leur intimait l'ordre de les abandonner quitte à y aller à coups de crosse sur les mains. Ils ont dû laisser tomber également les 220000 « harkis » trahis par le pays qu'ils voulaient servir, massacrés ensuite...

 

Évoquant ces « soldats perdus » je songe en particulier à Hélie de Saint-Marc, ancien déporté, résistant, participant au « putsch » des « généraux en retraite » de 1961 à Alger et ses camarades de combat...

 

Je me rappelle aussi de Bastien-Thiry, lui aussi voulait servir son pays...

 

Ces personnages sont maintenant frappés d'opprobre pour leurs actes par la postérité alors que leur histoire est largement plus complexe que ce que l'on veut bien en retenir, y compris à droite de la droite....

 

A. vient du peuple, de cette France dite « périphérique » méprisée, dédaignée, traitée comme négligeable par nos élites. Il a choisi de s'engager dans l'armée où il a appris à servir son pays jusqu'au sacrifice suprême. Il ressemble à ces très jeunes hommes qui suivirent l'armée de de Lattre en 1945 sans se préoccuper de leur avenir.

 

Il est de droite, il ne peut certes pas le nier.

 

Il est patriote mais n'est ni raciste ni nostalgique des ordres noirs ou des fascismes, encore moins militant d'un parti. C'est juste que lorsque son ancien chef, le général Piquemal, l'a appelé à venir le rejoindre à Calais pour -disait-il- défendre son pays. Il y est allé, il ne s'est pas posé plus de questions que cela ayant le sens de son devoir.

 

Il est allé donc faire ce qu'il estimait tel. Cela lui vaut d'être sous une épée de Damoclès cruelle, et de faire trois mois de prison, présenté comme un fââchiiste abominable, capable du pire.

 

Cela n'est pas facile de se réhabituer à la vie civile, aux petits compromis quotidiens, aux petits chefaillons sans envergure, aux médiocres profitant de leur situation, de leur minuscule parcelle de pouvoir pour se venger sur les autres de leur propre médiocrité, à tous ceux qui profitent du système à divers degrés sans aucuns scrupules. Mais pourtant A. essaie, il fait tous les efforts qu'il faut. Il a longtemps cru également à toutes ces belles paroles de pseudo-patriotes qui sur Internet, sur les réseaux sociaux en particulier en appelaient à l'émeute pour le soutenir, à la rébellion et qui n'ont rien fait, n'ont pas bougé et qui ne bougeront pas d'un pouce pour le soutenir.

 

Il a maintenant compris que tous ces gens se défoulent de leurs frustrations, de leurs haines, sur le net sans réellement s'engager. Ils ne prennent pas réellement la mesure de leurs devoirs, des valeurs qu'ils prétendent défendre. Dans la vie ils se soumettront sans conditions à l’innommable pour continuer à survivre juste encore un peu. Ils font comme tout le monde, veulent bénéficier encore quelques instants des miettes de la prospérité...

 

Ces derniers jours il a dit toute sa lassitude et sa déception dans une petite vidéo postée sur son profil "facebook".

 

« Salauds de pauvres » aurait dit Grandgil. Les pauvres étant pendant l'Occupation et encore maintenant tous ceux, bonn'gens, braves gens de tous les jours, qui s'accommodent du pire quitte pour cela à oublier l'essentiel. Ne stigmatiser que nos dirigeants de cette crise morale est trop facile, ils ont le dos large...

 

« Salauds de pauvres »...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée sur ce site

 

Ci-dessous Hélie de Saint-Marc sur l'honnêteté

 

Commentaires