Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le moins laïc des deux

Imprimer Pin it!

laïcité, foi, religions, société, politique, islam, christianisme, amaury watremezEncore maintenant après le massacre de saint Étienne du Rouvray, il en est encore pour comparer les attaques à la Laïcité que les chrétiens auraient perpétrées avec celles des islamistes, voire à les mettre en balance. Au fond les chrétiens, et en particulier les catholiques, ne vaudraient pas mieux que les fanatiques du soit disant État Islamique. C'est méconnaître consciemment ou non une des différences majeures entre les deux confessions :

 

La Foi chrétienne est par essence et depuis l'origine sécularisée, « dans le siècle ». Par l'exégèse les livres saints ne peuvent être analysés et compris d'une manière primaire, littérale. Et rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu sont deux choses différentes. C'est le Christ lui-même qui le dit dans l’Évangile. C'est lui finalement le créateur de la notion de laïcité et non les « hussards noirs » de la IIIème République. Il ne demande jamais l'instauration d'une théocratie.

 

En Islam, la notion même de Laïcité n'existe pas, les hadiths directement tirés du Coran font Loi et personne ne peut remettre en cause leur origine divine, l'exégèse, l'interprétation des textes est strictement interdite. L'Islam est par nature, par son origine même, une religion refusant la sécularisation. S'il n'y a pas de clergé dans cette religion c'est parce que tous les croyants sont censés être religieux et faire appliquer la loi d'Allah et non par souci d'égalité....

La plupart des musulmans d'ailleurs pour ces raisons comprennent quant à eux fort bien la connexion évidente entre la foi chrétienne et la Laïcité française. Et ils perçoivent clairement quelles que soient nos convictions religieuses, nos atermoiements, nos grands débats, que nos comportements sont tous issus à divers degrés du Catholicisme en particulier et du Christianisme en général.

 

En France, il y eut les mouvements de 1984 pour la défense de l'Enseignement Privé et les « manifs pour tous » il y a peu. Ils furent l'expression de catholiques un peu moins soucieux que les autres de plaire forcément aux arbitres des élégances politiques. Bien entendu, parmi eux, on put trouver quelques personnes pour qui la foi catholique est surtout un vecteur de conservation sociale, et une manière de contrôler les « classes dangereuses » en leur enseignant la résignation en ce bas monde en leur promettant le paradis dans l'autre.

 

Ces catholiques n'avaient rien contre la Laïcité en elle-même, excepté sans doute un ou deux épouvantails réclamant des crucifix dans les écoles. Ces manifestants voulaient juste pour la plupart rappeler que qu'on le veuille ou non, que l'on soit croyant, agnostique ou athée, la France s'est bâtie sur des valeurs chrétiennes. Elle existe en tant que telle, au moins symboliquement, à partir du baptême de Clovis en 496 ou 498 (mais peu importe la date). Et que l'on retrouve ces valeurs, parfois très affadies, très aseptisées, dans les valeurs dites républicaines.

 

C'est parmi d'autres Jacques Bainville, un auteur d'Action Française que l'on ne peut pas vraiment soupçonner d'accointances gauchisantes, qui le fait remarquer pertinemment dans sa « petite histoire de France ». Il n'y a pas à regretter en quoi que ce soit cette évolution.

 

On peut aussi croire évidemment que l'histoire de France ne commence qu'en 1789...

 

C'est comme si les arbitres des élégances politiques ne voulaient en définitive que « tuer le père ». Et plus anecdotiquement, je ne comprends pas pourquoi ils continuent à sanctionner des déviances et comportements moralement répréhensibles issus des interdits catholiques (l'inceste, la pédophilie entre autres), à faire comme s'ils souscrivaient aux valeurs chrétiennes un petit peu malgré tout. En un sens, heureusement...

 

...Cela permet de punir encore les monstres commettant de tels actes, fussent-ils prêtres catholiques qui sont encore moins pardonnables que les autres. Ils oublient la parole de l'Evangile sur le sort de ceux qui font du mal aux plus petits. Elle est pourtant très claire.

 

Alors certes, et y compris dans les « quartiers » la pratique de l'Islam reste majoritairement pacifique, même pour la plupart des femmes portant le voile islamique. Mais il suffit de se rappeler du fait évident que ce sont toujours les minorités radicalisées qui entrainent les autres pour s'inquiéter malgré tout d'une théocratie larvée s'imposant progressivement dans les « territoires perdues » de la République...

 

Et c'est ainsi qu'Allah est grand...

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici Huffington Post

 

Commentaires