Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le nécessaire chemin de Damas des catholiques français

Imprimer Pin it!

catholicisme, saint etienne du rouvray, terrorisme, islam, société, amaury watremez« Combattre avec les armes de la Paix et du dialogue » : dit monseigneur Lalanne en voyage aux JMJ de Cracovie en direct sur BFM-TV. Moi le premier je suis d'accord mais le dialogue suppose que l'autre ait envie d'écouter, envie de répondre, envie de discuter. Et la Paix n'implique de perdre toute lucidité, toute force de caractère, toute fermeté face à l’innommable. Rechercher la Paix se fait par le haut et non par la mise en place d'un plus petit commun dénominateur. Les catholiques ne sont pourtant pas des moutons dociles que l'on mène à l'abattoir. Ils ont le devoir de préserver la vie, leurs vies et celles de leurs frères et sœurs en tout premier lieu et de le faire en étant forts.

 

Et on ne raisonne pas avec des croyants fanatisés, embrigadés jusqu'à leur mort pour eux glorieuse.

 

Je songe à certains commentateurs d'une indécence sans nom au moment de l'attentat d'Orlando le 12 juin osaient comparer LMPT et le soit-disant Etat Islamique, ils n'étaient pas rares non plus parmi les catholiques ceux qui leur donnaient raison et battaient leur coulpe. Cela ne faisait aucun doute, il y avait trop de catholiques séduits par la nostalgie des heures les plus sombres de leur histoire. Certains catholiques aiment depuis des décennies tendre l'autre joue. Ils le font avec enthousiasme, font de la foi chrétienne, catholique, un salmigondis vaguement sociétal consistant en gros à être gentil avec tout le monde. Ils confondent la charité avec la faiblesse de caractère, la mièvrerie....

 ..Ils ont comme disait fort justement Bernanos "le cœur sec et les tripes molles".

 

catholicisme,saint etienne du rouvray,terrorisme,islam,société,amaury watremezCe ne sont pas exactement des catholiques comme le rappelle le philosophe chrétien Fabrice Hadjaj mais des « cathos » tout court, rien que des cathos qui préfèrent des torrents de guimauve et de masochisme mémoriel à l'expression d'une spiritualité solide.

 

Je pense donc après la tuerie de Saint Etienne du Rouvray à tous ces cathos qui voulaient transformer des églises en mosquées par esprit de fraternité disaient-ils, à ces cathos les yeux humides qui souhaitaient « Bon ramadan » à des « barbus » et des femmes voilées croyant ainsi acheter la paix civile et éviter un véritable dialogue plus exigeant, à ces cathos qui prêtaient leurs églises pour la rupture de jeûne,

 

Vous y ètes dorénavant ? Vous avez enfin compris ?

 

Ou pas ?

 

Je pencherai hélas pour le « ou pas »...

 

« Bon Ramadan » lançait l'archevêque de Rouen aux croyants musulmans, il exprimait le 16 juillet sa crainte de l'amalgame avec les musulmans suite aux attentats de Nice, c'était sa grande préoccupation. Tout à l'heure il a réagi en ces termes mettant le prêtre assassiné sur le même plan que ses bourreaux :

 

Voilà ladite "réponse"

"De Cracovie, j’apprends la tuerie advenue ce matin à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Elle fait trois victimes : le prêtre, le Père Jacques Hamel, 84 ans, et les auteurs de l’assassinat."

 

« Bon Ramadan aux croyants musulmans ! » lançait l'évêque d'Evreux avec bonhomie à ses fidèles non loin de là en chaire dans sa cathédrale d'Evreux,

 

le Pape qui encourageait à accueillir les migrants sans discernement, qui sermonnait sur la dureté supposée exagérée de la laïcité française en général et envers l'Islam en particulier, que pense-t-il aujourd'hui au-delà des dépêches rédigées par ses communicants ?

 

Il y avait pourtant un groupe de dialogue chrétiens, musulmans à saint Étienne du Rouvray, un des ces groupes qui ne mènent pas à grand chose, où l'on affirme pour se faire plaisir que « on a le même dieu, hein » tous, ce qui est d'ailleurs faux sur le plan théologique. Et on en reste là. Une paroissienne occasionnelle de l'église attaquée interrogée à la radio sur l'a exprimée mieux que d'autres : « On ne pensait pas que cela pouvait nous arriver dans notre petite ville ». Les attentats, le terrorisme, les soldats en patrouille dans les gares, c'était pour les parisiens ma bonne dame...

 

...Hélas plus maintenant.

 

Sic Transit Gloria Mundi, amen

 

Amaury – Grandgil

 

photo capture écran BFM TV

 

Commentaires