Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les bourgeois pédagogues ne sont pas racistes

Imprimer Pin it!

bourgeois pédagogues, société, politique, racisme, anti racisme, hypocrisie, amaury watremez, bobolandL'avantage d'avoir des voisins de toute sorte c'est que l'on peut avoir accès sans trop se fatiguer à divers manières de concevoir le monde, autant de raisons pour se moquer du monde moderne et de ses lieux communs. J'ai dons des bourgeois pédagogues dans mon entourage immédiat, très gentils, arborant tous les signes extérieurs de leur appartenance sociale en plus des signes extérieurs de richesse même si bien entendu selon eux comme la plupart des bourgeois pédagogues, être riche et favorisé c'est juste un « sentiment » et non une situation purement objective.

 

Le mari est un « hipster » qui prend soin de son capital beauté, les cheveux coiffés selon la coupe absurde en vogue chez les footballeurs entre autres (rasé sur les côtés, très long au dessus), de sa barbe soigneusement taillée, de ses tibias tatoués selon la mode, portant leur bébé dans un genre de poche kangourou ventrale, un chouette nouveau père. Sa femme vient sans doute de la « Légion d'Honneur » ou de « Blanche de Castille » mais semble affecter de renier ce passé bécebège, carré de soie. Ils ont toute la panoplie quant au look mais aussi par les idées. Ils sont bien entendus très mécontents des risques de montée du fââchiisme dans notre société, ils m'en ont fait gravement part. Savaient-ils donc à qui ils s'adressaient ?

 

Et donc ils sont très conscients de l'obligation absolue de se battre contre tous les racismes, sauf bien entendu l'antisémi..sionisme des quartiers « issus de la diversité ».

 

cépapareil...

...La jeune femme m'a dit que non seulement ils combattent le racisme mais qu'ils ont des amis étrangers, « si si je t'ââssure », des « potes très « sympâââs » dont un africain, Thierry, qui a réussi comme ingénieur. Thierry a toutes les caractéristiques de ceux que l'on appelait les « bons nègres » pendant les z-heures les plus sombres de notre histoire, un « Oncle Tom ». Il fait tout pour ressembler le plus possible à ses camarades de travail dans son habillement, son langage, s'appliquant à avoir le moins possible d'accent pouvant trahir son origine africaine.

 

Un chouette copain africain s'obligeant à bouffer du camembert et des rillettes à tous les repas, tout en votant « Les Républicains », voire en soutenant Henry de Lesquen, afin de montrer combien il est comme tout le monde, combien il est gentil et honorable. Au printemps il a un petit « poulovère » pastel jeté sur les épaules et un « polo » de couleur pas trop vive, en été il porte le « chorte » « saharien » de rigueur. Et Thierry est aussi l'ami toujours de corvée pendant les soirées.

 

Il suffirait presque de le siffler pour lui demander un service...

 

De temps en temps l'on demande avec un peu de commisération à Thierry de raconter les traditions et histoires de son pays d'origine. Bien qu'affreusement gêné dans ces moments, il s’exécute toujours. Les histoires qu'il raconte, les traditions qu'il décrit, tout son auditoire en rit un peu tout en vantant la « fraîcheur » et la « naïveté » et la maîtresse de maison y mettra un terme d'un sonore : « c'est super sympâââ comme histoires Thierry mais tu comprends on va dîner ». Thierry alors se tait et retourne entretenir consciencieusement les braises du barbecue avec l'autre invité de la soirée que l'on a convié sans doute par charité.

 

Je me demande quand Thierry va finir par leur envoyer une bonne paire de gifles ?

 

Je me demande également si ce gentil couple de bourgeois pédagogues se rend compte qu'il est exactement semblable à ceux qu'ils méprisent tant dans son milieu et ayant un look moins moderne, plus catholique ?

 

Se rendent-ils compte qu'ils sont tout autant dédaigneux et méprisants envers les « classes -dites- dangereuses » que leurs ancêtres positivistes ?

 

Ce sont dont les petits neveux, les petits cousins allaient place de la République à « Nuit Debout ». Ce sont eux qui ne vont pas voter parce qu'ils « ont mieux à faire » et défilent « pour la démocratie » entre deux rangées de flics quand un le Pen arrive au deuxième tour des présidentielles.

 

Sic Transit Gloria Mundi, amen

 

Amaury – Grandgil

 

image empruntée à « Boboland »

de Dupuy et Berbérian empruntée à ce lien

Commentaires