Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réveils au réel difficiles

Imprimer Pin it!

euro 2016, sport, politique, société, football, valls, hollande, amaury watremezHier soir, je l'avoue sans honte mais j'ai été presque ravi du but portugais contre la France. Je dis presque car aimant bien mon pays je préfère quand il est mis en valeur malgré tout, ne serait-ce que par du foot. Certains vont avoir ici l'impression que je suis véritablement un mauvais français finalement. Mais ainsi, ni François Hollande ni Manuel Valls ne pourront en profiter pour jouer sur ce « storytelling » habituel de la France « diverse » gagnant dans le rassemblement, l'effort commun et quelques sacrifices bien entendus indispensables pour que l'équipe soit efficace.

 

Gagner en 2017 à la Présidentielle sera donc plus difficile et les chargés de com auront plus de travail à fournir pour les éléments de langage « ad hoc ».

 

Car en cas de victoire de la France à l'Euro, le président actuel et son premier ministre seraient automatiquement remontés dans les sondages. C'est comme ça, sans doute engendré par de l'irrationnel national ou alors peut-on citer De Gaulle pour qui les français dans certaines circonstance « sont des veaux » ? On aimerait la même passion, le même emportement, la même colère, le même engagement lorsque des lois passent en force au mépris de la démocratie. Les gouvernants en tribune VIP s'obligeant à singer les comportements des « vraigens » autour d'eux en seront pour leur frais, la comédie ne servira à rien....

 ...Sous mes fenêtres, suite à la confirmation de la défaite, des supporteurs de mauvais humeur ont discuté jusqu'à pas d'heure refaisant et défaisant le « débriefing » du match enquillant les bières et les clopes. J'étais désolé pour eux et leurs compagnes, de mauvais esprits affirmant en effet que la virilité des « fouteux » est défaillante les soirs de déception. Bien sûr, quand des supporteurs eux portugais sont passés en klaxonnant l'un d'eux drapé dans un drapeau rouge, vert et jaune, ils se sont mutuellement traités de « pédés », de « sales portos » et j'en passe et autre noms d'oiseaux mais l'on sentait bien que côté français le cœur n'y était pas vraiment.

 

Ils n'auront pas pu se sentir « dieux du stade » par procuration ne serait-ce qu'un moment, même si coiffés ou tatoués comme leur idoles, croyant se consoler par ce biais de l'une ou l'autre humiliation qu'ils s'obligent à subir tout le reste de l'année...

 

euro 2016, sport, politique, société, football, valls, hollande, amaury watremezCe matin, le lendemain de la courte défaite de l'équipe de France à l'« Euro 2016 » eur certains journalistes, entre autres économiques, évoquaient un « réveil difficile » pour les joueurs et les français n'imaginant pas que l'on puisse penser autrement. D'aucuns parlent de « hold up » des portugais qui n'aurait pas mérité leur victoire de par l'emploi de procédés malhonnêtes, d'autres de match en somme perdu par éthique morale par les « bleus » tous de grands experts en la matière j'en suis sûr. Je me dis en lisant et écoutant tout cela qu'il est heureux que le ridicule ne tue pas, ce serait sinon une véritable hécatombe ne fût-ce que parmi les commentateurs sportifs...

 

...Notons du simple point de vue footballistique objectif que les portugais ont quand même gagné après avoir perdu leur meilleur élément et en étant en nombre inférieur sur le terrain.

 

D'autres encore, écrivant bien, ainsi David Desgouilles, héritiers d'Antoine Blondin et ses chroniques sportives, convoquent des sentiments élevés afin de disserter sur un événement qui ne demeure quand même que du « show business » et rien d'autres. En 2016, on est cependant très loin des temps héroïques où les joueurs étaient des héros du petit peuple, comme Kopa pour le foot ou Poulidor pour les vélos. Déjà l'on préférait les « perdants magnifiques » aux arrogants vainqueurs. C'est au moins rassurant sur ce point, l'esprit français ne s'est pas encore tout à fait égaré en chemin...

 

Illustration empruntée au site de « le Parisien »

 

tweet de Jérôme Pimot, copie d'écran

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

Commentaires