Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La gauche en rèvait Lesquen le fait

Imprimer Pin it!

lesquen2.jpgHenry de Lesquen est le candidat de droite rêvé pour la gauche. Il remplacerait idéalement le vieux le Pen dans son emploi d'épouvantail utile pour les bourgeois pédagogues et la cohorte des bien-pensants. C'est le « Goldstein » parfait. Il fait tout ce qu'il faut, semble-t-il, pour correspondre le plus possible aux caricatures qui sont faites des idées de droite ne ratant jamais une occasion de sortir la pire bêtise « hénaurme » possible. J'ai particulièrement entre autres exemples apprécié sa proposition de démonter la Tour Eiffel durant son interview sur « France Inter ». Il a dit pire depuis.

 

Je pourrais presque penser qu'il travaille pour la gauche...

 

Henry de Lesquen a pourtant un parcours somme toute parfaitement banal d'oligarque de la Vème République. Il fut administrateur civil, président du Club puis du Carrefour de l'Horloge, de « Radio Courtoisie », conseiller municipal à Versailles. Il se présente à la Présidentielle de 2017 sous l'étiquette « national-libéral » (voir son site de campagne), se réclamant comme tout le monde de De Gaulle ce qui est beaucoup plus commun. Ceux qui le rattachent au maurrasisme et donc à la droite anti-gaulliste et pro-Algérie française n'ont pas compris grand-chose. Lesquen est au fond un pur produit du système ce qui n'est pas si paradoxal que cela nous allons le voir.

 

Depuis quelques temps, l'on parle beaucoup de lui de par ses déclarations tonitruantes sur les réseaux sociaux et dans la presse, surtout celles sur la Shoah et les juifs, le bougre inconscient, indécent, allant même jusqu'à qualifier de « faux grossier » sur son compte « Twitter » le « Journal d'Anne Franck » à cause des changements que le père de la jeune fille a demandé à faire dans le manuscrit originel (spécialement quand Anne racontait les transformations physiques dus à la puberté). Comme beaucoup de trublions faisant de toutes façons partie du spectacle il se dit « politiquement incorrect » et défenseur de la liberté d'expression pour tous fût-ce pour sortir des sottises....

 ...Il fait partie de cette partie très aisée de la bourgeoisie française où l'on considère que son nom et ses avantages matériels en découlant ainsi que la solidarité de réseaux donnent tous les droits y compris celui de dire des énormités abjectes. On ne s'y remet jamais en question, surtout si cette remise en question profite à des individus des « classes dangereuses ». L'on s'y verrait surtout comme d'éternels victimes de ces ingrats, ces jaloux qui voudraient vous dépouiller de vos richesses au nom de je ne sais quels idéaux. Je pense également à ce clochard pouilleux qui traversait la Palestine au début de notre ère en balançant des horreurs sur la difficulté des riches à entrer dans le « Royaume des Cieux » . Lui on le préfère en vitrail avec de bonnes joues roses...

 

Il est donc aussi de ces catholiques dits « tradis » où la pratique religieuse, messes en latin et surplis, est surtout une manière de manifester son appartenance à un milieu qu'autre chose. Ce n'est pas du tout un choix mystique, ce n'est pas une question de foi. L'on n'y est d'ailleurs pas tellement antisémite pour des raisons religieuses ou politiques. C'est surtout que l'on considère les juifs de la société française comme des concurrents potentiels à la possession du magot social, des concurrents très dangereux bénéficiant selon la légende en cours dans ces milieux hyper-favorisés de solides réseaux de leurs coreligionnaires, de la clémence des autorités toutes franc-maçonnes ainsi que de la protection du gouvernement secret mondial (que l'on trouve à trois cent mètres sous le Pôle Nord c'est bien connu -sic-).

 

Le fait que ses sorties à destination d'un petit milieu ultra-minoritaire soient monté autant en épingle dans les médias en dit long sur le score possible du FN au premier tour des Présidentielles. Et la peur panique que cela inspire parmi nos dirigeants ne se remettant absolument pas en question non plus pour autant. Qu'il pique quelques voix sur la droite de l'électorat lepéniste, souvent issu de la « France périphérique » que ces bourgeois comme Lesquen trouvent tellement vulgaiiire ma chèère ne serait pas plus mal au fond pour Hollande et aussi pour Juppé. Cela permet aussi de déconsidérer toute conviction souverainiste en la reliant à ce personnage.

 

De Lesquen pourtant joue sa partition en toute inconscience, il n'a rien à perdre, il a fait sa carrière. C'est son heure de gloire, il en profite. Il a tout loisir maintenant de se lancer dans une carrière de pseudo-général Boulanger de Notre Dame des Armées. Ce qui n'arrivera jamais, la baudruche se dégonflera vite et dans les beaux quartiers on continuera de se lamenter sur ces « y...ns » qui prennent tous les « bons » postes...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

image empruntée ici site de BFMTV

 

Commentaires