Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'indifférence du Pape et de son Eglise envers les chrétiens orientaux

Imprimer Pin it!

christianisme, société, politique, chrétiens d'orient, politique, hypocrisie, lâcheté, amaury watremezVivant à Jérusalem pendant deux ans, j'ai constaté sur place la division scandaleuse aux yeux du monde des chrétiens en une vingtaine d'églises parfois antagonistes, la situation du Saint Sépulcre en étant le reflet. J'y ai vécu aussi comme les pèlerins l'accueil extraordinaire des chrétiens dits d'Orient de leurs frères et sœurs occidentaux. Nul volontarisme, nulle ostentation dans tout cela. C'était parfaitement naturel à leurs yeux. Tout nouvel arrivant était un invité accueilli avec de nombreuses attentions. On chercherait vainement cela dans la plupart des paroisses françaises qui sont autant de conservatoires sociaux à quelques exceptions notables. Je songe par exemple à la messe que Benoît XVI célébra pour la mort de Jean-Paul II en compagnie de tous les patriarches orientaux.

 

J'avais également la chance de travailler avec les « Pères Blancs » du domaine de la basilique Sainte Anne, animateurs de la revue « Proche Orient Chrétien » qui étudie et promeut les chrétientés orientales depuis l'arrivée des missionnaires d'Afrique au XIXème siècle. Cela m'a offert un point de vue unique et documenté sur les églises dites orientales, point de vue bien isolé hélas dans l'Eglise catholique. Et je n'ai eu de cesse, comme d'autres, depuis mon retour d'évoquer ces églises catholiques ou en étant très proches. C'est une manière d'exprimer ma gratitude à leur encontre.

 

Ces chrétiens arabophones, arméniens, chrétiens descendants de ceux des origines, maintenant des traditions séculaires dont l'araméen liturgique, étaient splendidement ignorés voire dédaignés par la majorité des croyants occidentaux, y compris ceux présents sur place depuis quinze jours ou plusieurs décennies. A peine les considérait-on comme des survivances folkloriques sympathiques dont il fallait voir une célébration au moins une fois lors de son séjour dans la ville sainte. Les plus indifférents étaient les communautés charismatiques dites « nouvelles », de l'Emmanuel ou des Béatitudes (ancien « Lion de Juda »), où l'on ne prenait même pas la peine de se pencher ne fût-ce qu'un minimum sur la question....

 ...Le Pape François, expert en "coups de com", est revenu de l'île de Lesbos avec trois familles de migrants musulmans dans ses bagages. Elles ont été tirées au sort parmi celles ayant leurs papiers en règle. On ignorait que la charité se souciait autant des questions administratives et que la pratiquer pouvait passer par un tirage au sort par nature injuste. Les réactions des chrétiens orientaux ont été quasiment unanimes, se demandant s'ils allaient devoir se convertir à l'Islam pour qu'enfin leurs souffrance et leur persécution soient prises en compte par les chrétiens d'Occident, dont le Souverain Pontife, qui pour l'instant y sont complètement indifférents, à quelques exceptions près.

 

Aimer l'autre, cela commence par l'amour de ses plus proches, par l'aide que l'on peut leur apporter. Il n'y a que des actes d'amour, les paroles et les bonnes intentions sont quantité négligeable. Si l'on n'est pas capable de cet amour là qui se traduit donc en actes concrets, c'est que l'on ment quand on prétend aimer toute l'humanité sans partage. François et ses communicants ont répondu que s'il n'était pas reparti avec douze familles syriennes ou irakiennes chrétiennes c'est parce que celles-ci n'avaient pas les sauf-conduits administratifs conformes et qu'« un choix préférentiel » eût donné raison aux islamistes ainsi que le justifie Jean-François Colosimo sur figarovox le 18 avril. On est en droit de s'étonner d'une réponse aussi étrange quand on la met en parallèle avec l’Évangile.

 

Il existe bien des associations catholiques pour porter secours à ses chrétiens persécutés, souvent entre le marteau et l'enclume. Les chrétiens palestiniens par exemple sont soupçonnés d'être à la fois des agents de l'Occident et du Hamas, des terroristes potentiels. « L'Oeuvre d'Orient » soutient de nombreux projets sur place, « SOS chrétiens d'Orient » a contribué à faire connaître le sort de ces croyants sous le joug du soit-disant Etat Islamique, et « l'Aide à l'Eglise en détresse » témoigne souvent de leurs malheurs. Mais tout cela demeure lettre morte en règle générale, bien que quelques initiatives aient été mises en place ponctuellement.

 

Ces associations sont la plupart du temps soupçonnées d'arrière-pensées politiques très à droite, d'islamophobie par les médias, ce qui est habituel, mais aussi par la Conférence des Evêques de France ou en paroisse, ce qui est plus regrettable. En paroisse l'on ne prie que très rarement pour ces chrétiens, bien souvent ce qui est invoqué est le fameux « padamalgam » ou le désir de ne pas « stigmatiser » les musulmans de France. Et c'est l'indifférence qui l'emporte le plus souvent, une indifférence assumée. On préfère se passionner pour les problèmes de communion des divorcés remariés, pour d'autres querelles picrocholines. Le tout est engendré par la peur panique de la plupart des catholiques de se faire mal voir, de déplaire, de se faire qualifier de réac. La lâcheté se trouvera toujours des circonstances atténuantes.

 

Ces chrétiens étaient pourtant un pont entre les pays musulmans et l'Occident, des médiateurs parfaits. Leur exil des Proche et Moyen Orient, pour leur survie, détruit à jamais cette possibilité. Il est déjà trop tard. La prise de conscience a paru se faire il y a quelques temps, la situation des chrétiens d'Orient a un temps « fait le buzz », fait pleurniché un chouïa, et puis c'est déjà oublié. A les défendre, à parler d'eux, on est parfois qualifié de « donquichottesque » se battant contre des moulins à vent. Peu importe au fond, l'essentiel est de ne pas les oublier...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

image empruntée sur Ouest France

 

Commentaires