Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des milliers de Frédéric Moreau dans les rues

    Imprimer Pin it!

    Les manifs lycéennes et étudiantes hier aujourd'hui et demain...

     

    maxresdefault-630x0.jpgMoi qui ne suis pas du sérail, moi qui déteste « l'entre soi » des « professionnels de la profession », des adeptes des cercles fermés, moi qui ne suis qu'un petit bourgeois hédoniste et réactionnaire « s'aimant » je prends un risque -mineur- en rédigeant ce billet bien innocent mais taquin :

     

    Celui de me faire injurier par les révoltés progressistes de progrès avec « brioche » conséquente de notable centriste autour de leur ceinture abdominale, tous promoteurs et laudateurs des manifs lycéennes et étudiantes. Sauf pour leur progéniture qui doit absolument réussir en « prépa » pour tenir son rang.

     


    En effet, je contredis encore, non sans délectation, l'image qu'ils aimeraient renvoyer, ceux de rebelles rimbaldiens échevelés alors que la calvitie les menace, s'imaginant guides politiques et spirituels du peuple qui n'en demande pas tant. Peuple souvent ingrat il est vrai ne suivant pas toujours leurs sages préceptes, les « salauds de pauvres » devenant alors des ploucs franchouillards imbuvables. Surtout quand ils ne votent pas comme on leur intime de le faire....

    Lire la suite

  • Dommages des hommages

    Imprimer Pin it!

    2403_coffe.gif

    Cette nécro est aussi sur Causeur

     

    Dans notre société où tout n'est plus que communicationnel, dés qu'un « pipeaule » casse sa pipe, ce qui leur arrive aussi et arrivera à la totalité de l'humaine espèce, tout le monde ou presque de sortir sa nécrologie ou son hommage toujours d'une mièvrerie appuyée, dégoulinante de bons sentiments marqués, et manquant singulièrement d'intelligence ou de nuances. Par le « miracle » de la technique et en particulier celui des « réseaux -dits- sociaux » n'importe quel pékin peut également déposer sa gerbe peu odoriférante au pied du piédestal en carton-pâte dressé par le grand Barnum médiatique.

     

    On a le droit à des dizaines de milliers de « Salut l'artiste » se voulant à la fois familiers et respectueux, et larmoyants, à des « RIP un grand meussieur » et autres « il nous manque » et autres formules toutes faites sorties de la méthode « Assimil » du festivisme ambiant.

     

    Aujourd'hui c'était le tour de Jean-Pierre Coffe dont la première intervention télévisuelle, dans « le Petit Rapporteur » de Jacques Martin, reste de loin la meilleure, car la plus vraie, la plus authentique. Il joua également dans quelques films des années 70 des crapules visqueuses avec une délectation évidente. Par la suite, de « la Grande Famille » de Delarue sur Canal Pelu dans les années 80 aux « Grosses Têtes » de Bouvard puis de Ruquier, les fausses colères de Coffe virèrent au procédé en somme de comédie. Ses fureurs entrèrent dans son « emploi » de scène.

     

    Coffe est bien vite devenu le Géronte faisant rire de la bouffe contre-balançant – un peu- l'hygiénisme à la noix d'une société de plus en plus repliée sur des petites certitudes rassurantes, une société de plus infantilisée par un « coaching » collectif lénifiant et au fond de plus en plus puritaine :

    Lire la suite

  • Maupassant par Morand

    Imprimer Pin it!

    à propos de « Vie de Guy de Maupassant » de Paul Morand aux éditions Pygmalion

     


    littérature, maupassant, morand, littérature et décombres, politique, amaury watremezJe dois à mon enseignante de Lettres de Quatrième -elle n'avait pas envie de faire « le Cid » avec notre classe- la découverte de Maupassant tout d'abord par la lecture de ses contes fantastiques et normands dont le terrifiant et magnifique « Sur l'Eau », dur comme des éclats de verre sur un mur au soleil, et ensuite de « Pierre et Jean », court roman à clés, se voulant hyper-naturaliste et que l'on peut relire quinze fois en y redécouvrant à chaque fois des choses nouvelles. Ne serait-ce que l'argument principal n'est pas précisément réaliste, dans une famille le frère cadet, aussi bourgeois que son père, apparemment sage et raisonnable, au caractère opposé à son frère aîné Pierre, hérite soudain d'un ami de la famille dont la mère fût certainement la maîtresse.

     

    Tout le monde ferme les yeux et glorifie la fortune soudaine de Jean. Et Pierre face à tant d'hypocrisie finit par partir comme médecin sur un bateau partant plus loin que la ligne de l'horizon.

     

    Paul Morand, auteur entre autres de « l'homme pressé », roman toujours étonnant, du recueil de nouvelle « Ouvert la nuit » et « Fermé la nuit », de « Nouvelles du cœur » et « Nouvelles des yeux », ambassadeur de Vichy et parrain des « Hussards », cette fausse école littéraire sans véritable ligne de conduite, a écrit cette passionnante biographie de Maupassant à la fin de sa vie. Il évoque la vie et l'oeuvre de son confrère en s'effaçant derrière son sujet contrairement à de nombreux auteurs qui ne parlent que d'eux-mêmes lorsqu'ils écrivent sur un autre....

    Lire la suite

  • Comment réagiraient les musulmans si des terroristes chrétiens se faisaient sauter au milieu d’eux?

    Imprimer Pin it!

    Nadine-Al-Budair-620x330.jpgTexte courageux de Nadine El Budair journaliste saoudienne, à lire jusqu'au bout
    Elle risque gros dans son pays, considéré comme démocratique par la république française, au point que le prince héritier y a reçu la légion d'honneur. Elle vit au Qatar, un autre pays sensible "ami" de l'Europe.
     
    "Comment réagiraient les musulmans si des terroristes chrétiens se faisaient sauter au milieu d’eux?
     
    Imaginez un jeune Occidental, venant ici se faire sauter au milieu d’une de nos places publiques au nom du christianisme. Imaginez que deux gratte-ciels se soient effondrés dans une capitale arabe et qu’un groupe extrémiste chrétien, en vertu de préceptes arriérés, ait revendiqué cet acte, tout en voulant imposer partout les règles de la Chrétienté, selon son interprétation, afin de vivre comme au temps de Jésus et de ses disciples, afin de mettre en application certains édits d’un érudit chrétien.
     
    Imaginez que vous entendiez les voix des moines et des prêtres dans des églises et des salles de prière à l’intérieur du monde arabe, hurlant des insanités contre les musulmans, les appelant infidèles, et scandant: « Dieu, éliminez les musulmans et battez les tous ».
     
    Imaginez que nous ayons régularisé un grand nombre d’étrangers en leur offrant des visas, des cartes d’identité, une citoyenneté, de bons emplois, l’éducation gratuite, la sécurité sociale et les soins gratuits, etc. Et que plus tard un membre d’une de ces communautés soit sorti, aveuglé par la haine et la soif de sang pour tuer nos fils dans nos rues, dans nos bâtiments, dans nos rédactions, dans nos mosquées et nos écoles.
     
    Imaginez un Français ou un Allemand à Paris ou à Berlin kidnappant son voisin musulman afin de l’égorger, puis de congeler froidement sa tête, comme un terroriste l’a fait avec la tête d’un américain il y a quelques années à Riyad.
     
    Imaginez que nous visitions leurs pays comme touristes et qu’ils nous tirent dessus, fassent exploser des voitures à côté de nous et fassent connaître leur opposition à notre présence en chantant: « chassez les musulmans de notre pays et de notre culture! »
     
    Ces images sont impensables pour le terroriste arabe ou musulman parce qu’il a la certitude, ou avait la certitude, que l’Ouest est une terre d’humanisme et qu’un citoyen occidental refuserait de répondre de cette manière aux crimes barbares des terroristes musulmans. Malgré les actes de terrorisme d’Al-Qaeda et de Daech (ou État Islamique), nous, les musulmans, vivons sur les terres occidentales depuis des années sans peur ni inquiétude.
     
    Des millions de touristes musulmans, d’immigrants, d’étudiants et de demandeurs d’emplois vont dans les pays de l’Ouest, dont les portes leur sont ouvertes et les rues sans danger.
     
    Pour combien de temps encore ? Aujourd’hui les choses ont changé. La colère des pays de l’Ouest contre les musulmans est évidente, et leurs responsables font des déclarations fracassantes. Comme Donald Trump, qui réclame qu’on empêche les musulmans d’entrer aux USA.
     
    Il est étrange que nous les musulmans, nous permettions de condamner ces déclarations alors que nous nous refusons à en traiter les causes, et notamment l’implication d’extrémistes dans nos programmes politiques, notre éducation, nos régimes, sans en avoir honte. Il est étrange que nous condamnions l’Occident sans vouloir balayer devant notre porte, sans voir la façon extrémiste avec laquelle nous interprétons la Charia, sans voir nos comportements profondément réactionnaires à travers le monde. Il est étrange que nous condamnions le monde entier plutôt que de lui présenter nos excuses.
     
    Comment réagiriez vous si un Européen faisait sauter un théâtre dans votre ville, ou un café que votre fils fréquente ? Que feriez-vous si vous entendiez des critiques violentes contre votre religion, contre votre foi, tous les dimanches, comme les chrétiens l’entendent émanant de nos imams les vendredis et les autres jours ?
     
    Imaginez vous vivre à Amsterdam, Londres ou New York et savoir que les étudiants y apprennent durant leur cursus que vous êtes un infidèle et que vous tuer c’est faire une guerre sainte, qui vous permettra d’obtenir des vierges au paradis. Resteriez-vous jusqu’à l’été ? Où partiriez vous ? Vous feriez-vous exploser comme le font les terroristes musulmans ou vous contenteriez-vous de retenir votre rage et d’interdire aux chrétiens d’entrer dans les pays arabes. Que feriez-vous ?
     
    Imaginez la guerre qui pourrait éclater si les Occidentaux oubliaient leurs valeurs pour venger les crimes commis par les étrangers, et si un contre-radicalisme chrétien ou occidental se développait dans nos villes arabes ?
     
    Aujourd’hui, avec tout ce qu’il se passe, certains « spécialistes » du monde arabe passent un message pathétique, et ressassent en permanence la même chose à des millions d’auditeurs : ces musulmans qui ont commis des actes terroristes ne représentent pas l’islam, mais seulement eux-mêmes.
     
    C’est la seule chose que nous sachions faire : nous dédouaner de toute culpabilité."
     
    Nadine Al-Budair

  • Domesticité en peer to peer

    Imprimer Pin it!

    Depuis un siècle ou deux en particulier après la fin supposée des privilèges une certaine nuit du 4 Août, moment où leur milieu a pris le pouvoir, les bonnes ménagères bourgeoises le déplorent avec chagrin, hochant rituellement la tête selon les coutumes ancestrales de leur tribu : 

     domesticité2.jpg

    « Il n'y a plus de bons domestiques ma chèèère amie ! Trouver une bonne femme de chambre mondieumondieu est teeellement difficile ma chèèère sans parler d'un cuisinier ou d'un aide pour déménager le grenier de notre chèèère grand-tante (à héritage) ».

     

    Dorénavant, par la grâce du progrès technique en général et de l'internet en particulier on peut trouver des gens de maison pour peu cher. Il n'y a même plus besoin de les loger ma chèèère, il suffit de quelques « clicks » sur un site de cuisine livrée à domicile, de ménage pour trois francs six sous ou de services à domicile voire un chauffeur de maître docile et serviable, de « Uber » (TM°) à « Allo voisins » (TM°) en passant par « Alloresto » (TM°). Il suffit de faire passer cette véritable escroquerie morale pour de la solidarité en ligne afin de mieux faire digérer la pilule.

     

    Il n'y a même plus besoin de les engager pour une bonne partie de leur vie ainsi que l'on faisait avant !

     

    « N'est-ce pas si formidâââble ma chèère ? »....

    Lire la suite

  • Dire tout ce qu'il ne faut pas dire

    Imprimer Pin it!

    Cet article est aussi sur Causeur.fr

     

    à propos de « Tout ce qu'il ne faut pas dire » de Bertrand Soubelet, chez Plon, sortie le 24 mars (voir à ce lien)

     

    livre, bertrand, soubelet, gendarmerie, société, sécurité, amaury watremez, politique, désengagement, Union européenneLe général de gendarmerie Bertrand Soubelet, devant une commission parlementaire, le 28 décembre 2013, a énoncé les faits de manière claire, nette et précise montrant que le terrorisme et la radicalisation islamiste dans notre pays sont des questions n'ayant pas été appréciées à leur juste valeur et ce depuis trente ans. Cela ne commence pas avec François Hollande. Ayant dit la vérité, il a été écarté de son emploi de la direction des opérations et de l'Emploi de la gendarmerie, ainsi que de la conduite des gendarmes d'Outre-mer. Ce n'est pas un militant politique, il n'a pas d'ambitions quelconques, pas de désir à soutenir tel ou tel. Ce 24 mars sort son livre développant son propos chez Plon.

     

    Il outrepasse largement son devoir de réserve à géométrie variable selon que vous soyez de gauche ou de droite, mais après les manifestations des « Je suis Charlie » célébrant la liberté d'expression, n'est-elle pas devenue encore plus importante ? Elle est encore plus fondamentale y compris et surtout quand ce qui est exprimé contredit les lieux communs qui rasurent, les mièvreries ambiantes et padamalgamesques, les discours de l'excuse...

     

    Il dénonce le désengagement progressif, ne serait-ce que par les « économies » drastiques dans les moyens alloués, de l'Etat dans tous les domaines régaliens lui étant pourtant propres : l'Education et la Sécurité en particulier. C'est de là que naït la montée de l'influence néfaste des pires radicaux islamistes dans nombre de nos banlieues et au cœur des villes. Les institutions ont laissé consciemment le terrain libre aux fanatismes, aux haines cuites et recuites, ethniques ou religieuses. Après tout l'Islam radical constitue un excellent moyen de contrôle social des plus précaires. Et ce même si malgré tout les éducateurs et policiers continuent d'y mener comme ils le peuvent un travail remarquable mais qui ne suffira pas car les métastases sont beaucoup trop profondes....

    Lire la suite

  • De repentirs en compromis

    Imprimer Pin it!

    attentats de Bruxelles, terrorisme, société, politique, hypocrisie, amaury watremezCe soir je ne regarderai sûrement pas les chaînes d'informations ou les journaux télévisés. Je n'ai aucune envie d'entendre un spécialiste certifié conforme ou un professionnel de la profession évoquer encore la nécessité du « padamalgam » ou le fameux « la majorité des musulmans sont pacifiques » ou encore le célèbre « cépassalislam ». Et m'agacer pour rien car ainsi que le disait mon grand-père « on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif » et il est extrêmement compliqué d'ouvrir les yeux d'un imbécile fût-il pontifiant pour lui faire prendre conscience de son aveuglement.

     

    De plus critiquer ces réponses toutes faites, littéralement « pavloviennes », parfaitement déconnectés des faits, « hors sol », c'est risquer de se faire traiter de fââchiiste, voire de nostalgie coupable envers les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire ( les HLPSDNH TM°). Ils n'ont pas entièrement tort, nous y sommes aux heures sombres et nous allons sans doute ne récolter que « le sang et les larmes.

     

    Comme d'habitude.

     

    C'est tellement plus simple, tellement moins fatiguant que la réflexion sur ce problème d'une gravité inédite dans notre pays....

    Lire la suite

  • On oublie encore les harkis

    Imprimer Pin it!

    Ecrire sur les harkis ce n'est pas seulement pour moi écrire « hors sol », de manière abstraite. Je songe par exemple à Nora une camarade de collège, à madame M. qui était mon professeur d'Histoire en quatrième, et son mari qui était le principal adjoint. Je pense aussi à Mehdi, un ami d'enfance et ses parents. Tous étaient harkis, tous étaient français et musulmans sans se poser aucune question sur leur amour de leur pays d'adoption de ses valeurs, de sa langue et de sa culture qu'ils connaissaient souvent mieux que bien des « métropolitains » à la conscience morale déjà plus que défaillante.

    harkis2.jpg 

    Ce n'est que rarement qu'ils se souvenaient de la guerre d'Algérie, pour eux le sacrifice de leur exil bien que douloureux allait de soi...

     

    Leurs parents et grands parents avaient été des supplétifs de l'armée française menant des actes de guérilla contre les fellaghas, pour le FLN et les gouvernements s'étant succèdés depuis 1962, ce sont des traîtres abominables, une manière d'ennemi intérieur en somme, de « Goldstein » collectif servant aux gouvernants comme Bouteflika et diverses cliques militaires successifs depuis les accords d'Evian à justifier et légitimer leur pouvoir souvent arbitraire....

    Lire la suite

  • La vérité sur les bons apôtres

    Imprimer Pin it!

    Cet article est aussi sur Causeur.fr

     

    Tous ces bons apôtres de la gauche morale (sociétale surtout), de la droite libérale-libertaire, poussant des cris d'orfraie épouvantés contre monseigneur Barbarin, lançant contre les catholiques dans leur ensemble des appels à l'anathème vengeur me révoltent au plus haut point. Car ce sont des hypocrites doublés de prétentieux se dotant d'une autorité morale parfaitement illégitime pour juger, condamner et envoyer au pilori médiatique le cardinal et archevêque de Lyon surtout pour deux raisons :

     

    Il fut contre le « mariage pour tous » et c'est impardonnable à leurs yeux. Et cela permet de se payer du catho.

     

    Quelle vanité insigne de la part des bons apôtres !

     

    Quelle prétention épouvantable à une autorité morale pourtant parfaitement illégitime !

     

    politique, société, religions, christianisme, barbarin, haine, amaury watremezUne de leurs lubies en ce moment est de citer la Bible et de donner des brevets de bonne catholicité aux croyants, ce qui est une spécialité constante des « bouffeurs de curé ». Curieusement ils ont une lecture primaire des livres saints, tout autant que celles des prétendus réactionnaires qu'ils conchient. Tous oublie dans la plupart des cas l'existence de l'exégèse. Sans doute faudrait-il un Léon Bloy pour faire celle de leurs lieux communs et platitudes ?

    Lire la suite

  • Des coups de pied au cul évangéliques qui se perdent

    Imprimer Pin it!

    Ou l'incapacité à se défendre des catholiques français...

     

    catholicisme, catho agressif, société, politique, médias, journalisme, barbarin, amaury watremezSoyons clairs, dans le lynchage médiatique du cardinal Barbarin il ne s'agit à aucun moment de combattre réellement les méfaits de la pédophilie. Quand cela arrive dans une autre institution s'occupant d'enfants voire dans une autre confession cela ne suscite jamais la même hargne, la même levée de boucliers haineux. Il s'agit juste de se « payer du catho » car c'est sans risques ce qui ne signifie pas ici que les abjections commises ailleurs excusent en quoi que ce soit la pédophilie dans l'Eglise. Aucun danger de se prendre une rafale de kalashnikov ou une bombe sur le coin de la figure. A peine subira-t-on quelques « prières de rue » de « Civitas », ce qui est au pire une nuisance sonore ponctuelle.

     

    Certains catholiques lorsqu'ils se prennent à défendre le cardinal Barbarin me donne des furieuses envies de bondir et de ruer dans les brancards. Ils écrivent : « Espérance et charité et prières », « il y a deux mille ans que le Christ dérange », « Charité toujours » etc... puis-je lire un peu partout sur le Net et autres « banalités pieuses » pour reprendre une expression du père le Guillou (tirée de son livre « le Scandale du Mal »), père dominicain aumônier des Bénédictines de Montmartre.

     

    Le cardinal Barbarin lui-même, primat des Gaules et archevêque de Lyon, (et non évêque de Lyon comme j'ai pu le lire dans « le Monde »), il faut le dire se défend de manière totalement catastrophique réagissant à la façon plus que maladroite de certains politiques et, ou hauts fonctionnaires....

    Lire la suite

  • Les enfants sauvages

    Imprimer Pin it!

    politique, société, éducation, sauvagerie, amaury watremezAmi lecteur magnanime avec mes petits billets, étant célibataire, en me risquant à évoquer l'absence d'éducation que les parents, grandes personnes pourtant réputées raisonnables, ne donnent plus du tout aux enfants dans nos pays dits occidentaux, je m'engage sur un terrain glissant. On me dira « oui un célibataire est jaloux, un vieux gars qui ne supporte pas les enfants des autres qui sont toujours mal élevés ». Le célibataire est toujours suspect d'un peu toutes les avanies et qui dit que derrière ses attitudes caustiques il ne cache pas une homosexualité honteuse voire pire encore ?

     

    A de très rares exceptions, les occidentaux ont donc décidé de ne plus contraindre leurs enfants à quoi que ce soit. Par contraintes ils entendent le plus souvent éducation, et donc par le fait se justifient de ne plus rien leur transmettre comme valeurs culturelles ou morales. Et comme pour eux aussi, ce qui ressemble de près ou de loin à une obligation morale est insupportable, ils ne veulent surtout pas l'infliger à leur progéniture matériellement choyée lorsque les parents ont encore un emploi et les moyens s'entend.

     

    C'est juste un alibi facile afin de se justifier de leur refus de toute maturité, de tout frein à leur consommation sans consumation des biens et des personnes jusqu'à plus soif. C'est effectivement fatiguant d'éduquer les enfants, ça prend du temps, de l'argent. Autant feindre pour se dédouaner la grandeur d'âme en prétendant qu'on les laisse libres de choisir les orientations de leur vie....

    Lire la suite

  • Des imprudences politiques dangereuses

    Imprimer Pin it!

    à propos de « le Voyage d'Automne » de François Dufay aux éditions Tempus sorti en 2008

     

    histoire, occupation, vichy, société, excuse, intellectuels, amaury watremezA droite de l'échiquier politique, l'on excuserait presque parfois le fourvoiement de certains écrivains et intellectuels pendant la Seconde Guerre Mondiale et l'Occupation au prétexte qu'avant et après d'autres auteurs ont été de fervents soutiens de Staline, Mao ou Pol Pot d'autres tyrans tout aussi sanguinaires qu'Hitler. Cependant, la sottise parfois meurtrière des uns n'excuse en rien celle des autres. Ce livre revient sur le voyage plus que malheureux de quelques auteurs en Allemagne à l'invitation des nazis et l'instigation de Goebbels lui-même en octobre 1941 :

     

    Marcel Jouhandeau, « amateur d'imprudences » selon ses dires, diariste prolixe homosexuel marié à sa volcanique Elise, Abel Bonnard, éphémère ministre de l'Education de Vichy, Jacques Chardonne, l'auteur du magnifique « Epithalame », Robert Brasillach qui avait déjà produit son livre « les Sept couleurs » racontant sa découverte de l'Allemagne nazie des années 30, Ramon Fernandez, critique à « Je suis partout », viveur et séducteur et Drieu ce véritable génie des Lettres fasciné par l'abîme et le dégoût de sa personne...

     

    Au moment de leur périple, d'aucuns comme entre autres Honoré d'Estienne d'Orves, de « leur » camp mourraient fusillés pour leur amour authentique de la Liberté. Et Hélie de Saint-Marc commençait ses ballades dangereuses qui le mèneront à la Déportation. Je songe également à Bernanos qui du « chemin de la Croix des Ames » se lance dans ses « écrits de combat » pour son pauvre pays. En période troublée il n'est que peu d'alternative entre le déshonneur et l'honneur. On vit soit l'un, soit l'autre, « l'entre-deux » est une chimère.

     

    François Dufay raconte leur voyage d'agrément surréaliste en temps de guerre en Allemagne sous la conduite du SS Gerhardt Heller qui après la guerre dans ses mémoires souffrira d'amnésie sélective. L'auteur de l'ouvrage narre tout cela de manière totalement dépassionnée et sans aucun pathos ni jugements moralisateurs. Il ne fait que montrer des imbéciles talentueux se laissant prendre au piège des nazis de par leur infatuation et leur vanité. Le but officiel de tout cela est la création d'une association d'écrivains européens dans laquelle les français invités joueraient un peu le rôle d'instituteurs de tous les autres....

    Lire la suite

  • Jésus en phase

    Imprimer Pin it!

    politique, société, foi, christianisme, mièvrerie, amaury watremezPhilippe Muray évoquait il y a plusieurs années déjà le « Pape en phase » que les bourgeois pédagogues qui nous gouvernent auraient désiré avoir pour diriger l'Eglise Catholique, un pape selon leurs vœux et leurs desiderata, un pape festiviste et soucieux de développement durable, un pape sans « idées nauséabondes » rappelant les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire. L'auteur de ce billet en causait déjà il y a quelques années (voir ce lien).

     

    Ils ont cru le trouver d'ailleurs avec le pape François, ce souverain pontife d'un genre nouveau. Depuis quelques temps ces mêmes bourgeois soucieux de faire l'éducation et l'édification du peuple sans lui demander son avis se sont créé un Jésus « en phase », un Jésus citoyen et bon gars avec la diversité, un mec coool quoi, un genre d'animateur socio-cul divin super-sympa. Il suffit de lire diverses réactions de prétendus croyants sur le net, ou d'entendre les intentions de prière des messes dominicales.

     

    Certes, il est « plusieurs maisons dans la maison du Père » mais cela ne change rien, ce nouveau Jésus est inodore, incolore, sans odeur ni saveur.

     

    Ces bourgeois fins didacticiens de la culture réécrivent donc aussi l'Evangile à leur sauce insipide, ce livre saint avant devenant un livre à messââge pas trop compliqué à comprendre comme les autres, du Marc Lévy biblique, de l'Anna Gavalda évangélique, gentillet et sirupeux. Cela ne fait pas trop de mal, ne fait pas trop réfléchir surtout, ne remet rien en question et n'exige pas de se soucieux de moins bien loti que soi.... 

    Lire la suite

  • L'imposture du syndicalisme étudiant (et lycéen)

    Imprimer Pin it!

    politique, société, El khomri, syndicalisme, amaury watremez, étudiants, facultésLes syndicalistes lycéens et étudiants ont appelé aujourd'hui à la grève contre la réforme hyper-libérale du droit du travail de Myriam El Khomri. A Paris VIII en AG des audacieux ont suggéré de « faire peur aux bourgeois » (dont faire peur à leurs parents en quelque sorte, voir le lien). Ils ont bien veillé également à ce que ce soit après les vacances au ski car il ne faut quant même pas exagérer, et au moment un peu creux de l'année scolaire, sans examens blancs ou réels. Rien que cela fait quand même bien sourire...

     

    J'ai été moi-même dans ma folle jeunesse ami lecteur étudiant à Paris X Nanterre et dans cette université comme dans la plupart les syndicats étudiants sont une part importante du folklore. Chacun « son » mur d'affiches, et on se bagarrait à coups d'autocollants un peu partout. Chaque « bâtiment » avait sa « ligne » politique, le Droit était plutôt de droite, les Science Humaines de gauche révolutionnaire, les Lettres se partageaient selon les goûts littéraires des étudiants.

     

    Il existait aussi les petits rigolos se moquant de tout cela dont la T.A.P (Tendance Autogérée Patatosante) ou d'autres tels ces étudiants qui firent manifester contre la réforme des maternelles en « babygros » quelques plaisantins dont j'étais en 95, des petits bourgeois hédonistes et réactionnaires un peu cyniques c'est certain.

     

    J'ai bien dit folklore car s'il arrive que l'on y brasse quelques idées, on s'y gardait bien d'aller jusqu'au bout d'icelles. C'était juste une manière, pas forcément antipathique d'ailleurs, de se mettre en valeur en jouant les passionnarias, les « Che » de cafétéria, les révolutionnaires d'amphis, les féministes libérées de restaus U, les idéologues de machine à café. C'était aussi, c'est toujours un rite social, une manière de feindre de se rebeller en allant sagement passer les examens en fin d'années. Et c'est encore une manière de stage pour les militants « PS » ou « LR »....

    Lire la suite

  • Le Janus social c'est du brutal

    Imprimer Pin it!

    politique, société, violence, brutalité, sottise, haine, sexe, amaury watremezNous vivons en France comme dans le reste du monde dit occidental dans une société se croyant au sommet de la civilisation et du progrès des consciences, une société pseudo-policée. Les communautés, les groupes divers y sont protégés par la loi même et les Institutions sanctionant les injures, la violence verbale ou physique. Ces institutions sont comme un surmoi collectif influençant les conventions sociales et le conformisme en découlant beaucoup plus durs et puissants en 2016 que cela ne l'a jamais été.

     

    Et malgré la certitude de la plupart de la disparition des convenances dites « bourgeoises ». Lorsqu'on évoque celles-ci on veut parler surtout à notre époque de la politesse, la simple correction, la galanterie, l'art de bien se tenir à table, l'art de la conversation. Des contraintes absolument insupportables que tout cela ! Elles avaient donc quand même malgré tout du bon pour entretenir ce fameux « vivrensemble » dont on nous rebat les oreilles alors que l'on fait tout pour le détruire. Et elles n'étaient en rien l'apanage des « bourgeois »...

     

    Nota Bene : Je rappelle ici à mes éventuels lecteurs de gauche, de gauche sociétale les autres comprendront, que bourgeois n'est en rien un « sentiment » comme les « bourgeois pédagogues » modernes voudraient nous le faire croire mais une situation objective de priviléges sociaux et matériels...

    Lire la suite

  • Londres vu des marges

    Imprimer Pin it!

    arts, société, peinture, littérature, underground, londres, amaury watremezÀ propos de « Ici Londres ! » de Barry Miles Une histoire de l'Underground londonien depuis 1945 chez Payot collection Rivages rouge (site de l'éditeur)

     

    Couverture empruntée au site de la FNAC

     

    L'Underground est une notion n'existant plus vraiment de nos jours. En effet, n'importe quel gosse a accès en deux clics sur internet à du porno le plus crade possible, des publications réputées historiquement ou politiquement transgressives. De plus la sexualité n'étant plus vraiment liée à la morale, finalement, ne demeurent que très peu de tabous, du moins dans la part la plus matériellement aisée de la population. Et quant à l'art, plus il joue à l'épate-bourgeois, à feindre de choquer, plus il plaît, et se vend bien. Gilbert et Georges ne sont plus des marginaux et Vivienne Westwood prend le thé avec la Reine.

     

    arts, société, peinture, littérature, underground, londres, amaury watremezCe livre passionnant raconte donc l'Underground de « l'Action Painting » au « Goon Show » à travers les yeux d'un témoin privilégié, Miles écrivait dans « IT », revue « underground » plus ou moins équivalent de « Actuel » dans les années 60-70. Et le lecteur se laisse surprendre à penser que ces artistes, ces auteurs, ces musiciens se croyant tellement subversifs, persuadés de changer le monde étaient au fond de grands naïfs, et leur subversion revêt dorénavant l'aspect de la désuétude, une désuétude sympathique il est vrai. A l'exception d'un ou deux parmi eux, déjà cyniques et rompus à la loi du Marché comme l'escroc du « Punk » Malcolm McLaren ou d'autres....

    Lire la suite

  • Vingt-cinq ans que Gainsbourg a cané, classieux non ?

    Imprimer Pin it!

    musique, gainsbourg, nostalgie, amaury watremez, toi tu sais de quoi je parleVingt-cinq ans que Gainsbourg a cané.

    Pas besoin d'en faire des caisses, restent les chansons...

    C'est suffisamment classieux comme ça.

    Ci-dessous deux chansons de lui que j'aime beaucoup, pour différentes raisons que je ne développerai pas...

     

  • Où l'on reparle d'Emmet Grogan

    Imprimer Pin it!

    politique, société, littérature, diggers, grogan, révolte, rebelles, réacs, amaury watremezL'on n'a jamais autant applaudi, par la grâce des réseaux dits sociaux et du net, des aphorismes abscons pétris de bonnes intentions, révéré une culture du slogan, de la « petite phrase » provoquant du bruit médiatique. Cela a encouragé l'instinct grégaire et les réflexes pavloviens en politique bien au delà des frontières contre lesquelles ils butaient auparavant, et ce (le Tout Puissant le Miséricordieux soit loué) grâce aux bienfaits de la technique moderne. Plus personne ne lit les textes provoquant le « beuze » jusqu'au bout, on se contente du «chapeau » de l'article, de son titre parfois provocateur. Plus personne ou presque ne veut au moins essayer de faire quelque chose invoquant tel ou tel alibi.

     

    Et ce aussi bien chez les progressistes de la gauche sociétale que parmi les pseudo réacs de salon.

     

    Cette idée me venant, cela m'a remis en mémoire les frasques d' « Emmet Grogan » (ce n'est pas tout à fait son vrai nom, il s'appelait en fait Eugene, né en 1942 mort précocement en 1978, bio ici ) et en particulier l'épisode du discours d'Hitler (voir ce lien) prononcé en 1968 au « London Ronhouse » dans le cadre d'un séminaire sur la libération des mœurs et de la société. Grogan donc prononce avec emphase et jubilation ce texte sans dire tout de suite bien entendu l'auteur originel de ce pensum apparemment bourré de lieux communs mièvres et enflammés, de grandes et belles intentions bien ronflantes....

    Lire la suite

  • L'Oubli encore des Chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    chrétiens d'orient, politique, société, église, christianisme, religions, islam, colère, amaury watremezEn 2016, il n'y aura bientôt plus de chrétiens sur les terres originelles du christianisme. Ce sont pourtant les gardiens de la Foi catholique et des lieux saints, de la langue parlée par le Christ et ses disciples. On me dira que la plupart des catholiques français comme occidentaux ignorent totalement leur propre histoire se satisfaisant sans trop de difficultés par l'énoncé de lieux communs bien mièvres, bien consensuels et sirupeux que l'on oublie une fois le parvis de l'église franchie. Au moment des intentions de prières l'on parle beaucoup du fameux « vivrensemble », de tolérance, c'est à peine si l'on ne vante pas les mérites des « valeurs citoyennes » à croire que Jésus était animateur socio-culturel à queue de cheval et calvitie en « cité » dangereuse.

     

    Dans quelques paroisses il arrive bien que soient organisées des doctes conférences avec un « bon sauvage » venant d'Irak ou de Syrie alibi présent dans l'assistance, il n'ouvrira pas la bouche de la soirée, il n'est pas là pour cela, des veillées « bol de riz » de Carême où l'on mastique un peu de riz pour faire pénitence tout en écoutant quelqu'un évoquer les malheurs des chrétiens d'Orient qui se souffrent pas seulement en Syrie et en Irak mais aussi dans les « territoires » palestiniens où ils sont entre le marteau israèlien et l'enclume du Hamas, mais aussi en Egypte où ils sont « suspects » de trop grande proximité avec l'Occident tout comme en Algérie ou au Maroc. Sans parler de ce qui leur arrive ainsi qu'aux athées ou agnostiques dans les monarchies pétrolières....

    Lire la suite