Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des coups de pied au cul évangéliques qui se perdent

Imprimer Pin it!

Ou l'incapacité à se défendre des catholiques français...

 

catholicisme, catho agressif, société, politique, médias, journalisme, barbarin, amaury watremezSoyons clairs, dans le lynchage médiatique du cardinal Barbarin il ne s'agit à aucun moment de combattre réellement les méfaits de la pédophilie. Quand cela arrive dans une autre institution s'occupant d'enfants voire dans une autre confession cela ne suscite jamais la même hargne, la même levée de boucliers haineux. Il s'agit juste de se « payer du catho » car c'est sans risques ce qui ne signifie pas ici que les abjections commises ailleurs excusent en quoi que ce soit la pédophilie dans l'Eglise. Aucun danger de se prendre une rafale de kalashnikov ou une bombe sur le coin de la figure. A peine subira-t-on quelques « prières de rue » de « Civitas », ce qui est au pire une nuisance sonore ponctuelle.

 

Certains catholiques lorsqu'ils se prennent à défendre le cardinal Barbarin me donne des furieuses envies de bondir et de ruer dans les brancards. Ils écrivent : « Espérance et charité et prières », « il y a deux mille ans que le Christ dérange », « Charité toujours » etc... puis-je lire un peu partout sur le Net et autres « banalités pieuses » pour reprendre une expression du père le Guillou (tirée de son livre « le Scandale du Mal »), père dominicain aumônier des Bénédictines de Montmartre.

 

Le cardinal Barbarin lui-même, primat des Gaules et archevêque de Lyon, (et non évêque de Lyon comme j'ai pu le lire dans « le Monde »), il faut le dire se défend de manière totalement catastrophique réagissant à la façon plus que maladroite de certains politiques et, ou hauts fonctionnaires....

 

...Or, « Dieu vomit les tièdes » rappellerais-je. C'est même de cette tièdeur que les catholiques souffrent depuis maintenant quelques décennies. Il faut dire à leur décharge que dans notre société un bon catho est un catho qui ferme sa gueule ou bien qui accepte de se faire injurier ou que l'on traîne sa Foi dans la boue sans trop regimber, un bon « catho de service », de ceux que l'on trouve un peu partout, empressé de s'intégrer tout en feignant la fidélité à ses convictions religieuses. Donc, afin qu'on les laisse tranquilles, beaucoup de croyants catholiques adoptent ce mode de fonctionnement, ils se font tout petits, se fondent dans le décor.

 

Quand un catholique ne tend pas l'autre joue, quand il se défend et qu'il envoie quelques « droites » et « coups de pied au Q » qui bien qu'évangéliques n'en restent pas moins efficaces, il est de toutes façons traité de « fââchiiste » « d'intégriss' » semblable aux djihadistes du pseudo Etat Islamique et j'en passe et des pires. Et il faut dire aussi que tous peu ou prou sont mis dans le même sac réactionnaire, « nauséabond », rappelant les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire. On leur enverra au visage l'Inquisition, les Croisades, toutes choses qu'ils devraient payer jusqu'à la fin des temps sans se plaindre selon une Loi du Talion bien étrange dans nos sociétés réputées modernes et développées.

 

Il ne s'agit pas ici non plus de se lancer dans une tentative de minimisation de l'abjection pédophile qu'ont subi les enfants victimes du prêtre aumônier de scouts. Il ne s'agit pas non plus de contredire le processus judiciaire autour de cette affaire en rappelant que le délit reproché à Barbarin est prescrit selon la jurisprudence et qu'il a répondu au problème lui étant posé en homme d'Eglise, certes léger, certes plus candide sachant que la morale chrétienne se fonde sur la miséricorde et non justement sur une quelconque loi du Talion fût-ce au nom de la justice (voir cet article complet sur le sujet à ce lien). Rappelons aussi qu'un pédophile est également une victime et un malade psy, ce qui n'excuse en rien les actes qu'il peut commettre et les dommages irréversibles sur ses victimes je le précise.

 

Cependant, il est vrai toutefois que monseigneur Barbarin aurait pu également faire preuve de grandeur en admettant sa légèreté évidente et sa naïveté assez immense également.

 

Je m'étonne enfin grandement du « deux poids deux mesures » médiatique entre le sort réservé au cardinal et celui de monseigneur Gaillot, chouchou – un temps- des médias, évêque « en phase » avec la « modernitude », au moment de « l'Affaire Vadeboncoeur », quand il fut découvert qu'il avait camouflé en toute connaissance de cause pendant des années les méfaits du salopard sous son autorité. On s'étonnera aussi que dans une société d'hyper-seuxalisation comme la nôtre à laquelles les filles et garçons sont encouragés dés leur plus jeune âge, sans tabous, on s'émeuve autant de la pédophilie, certains de nos hommes politiques et médiatiques encore présents en 2016 aient signé entre autres saloperies la pétition « pour la sexualité infantile » pour reprendre leur terme de 1979.

 

image empruntée à ce lien

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

Commentaires