Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce que le peuple 2.0 veut

Imprimer Pin it!

rome_antique_image1091.jpgA la différence de nombreux blogueurs, je n'avais aucune panacée à proposer au peuple afin de guérir les maux de la modernité. Je n'avais aucune solution miracle. Je n'en ai toujours pas et je n'ai pas l'intention d'écrire un courrier circonstancié au président, au premier ministre ou au chef de l'opposition (Nota Bene: Cela m'émeut toujours et me fait rire dans le même temps ces candides internautes interpellant avec gravité des politiques n'en ayant rien à foutre de leur opinion). Je ne me rêve pas en sauveur caché, en Messie camouflé, en rebelle clandestin.

 

Par contre, je crois savoir par simple la lecture régulière des « statuts », des « touites » et des billets sur le réseau ce que le peuple dorénavant 2.0 veut.

 

Dans notre société abjectement individualiste et tellement lamentable, le peuple maintenant connecté tout le temps, le peuple 2.0 ne veut surtout pas que les choses changent. Il aime son esclavage, adore sa soumission par amour de la consommation sans consumation qu'est son mode de vie. Il ne veut pas du tout s'émanciper et penser par lui-même ce qui serait fatiguant et dangereux pour son confort, à de rares exceptions :

 

Il veut...

 

...Sur tous les écrans des clashs entre éditorialistes et invités, entre journalistes et chanteuses d'un jour, des buzzs quotidiens sur tout et sur rien, sur les fesses d'une chanteuse, sur les lèvre d'une actrice, sur la vie sexuelle de tel ou tel politique, chaque semaine, chaque heure, chaque minute, chaque seconde. Il veut de la castagne, des gros mots, des insultes, des coups bas et surtout pas de la nuance afin d'entretenir le spectacle continuel qui est sa drogue, bien plus addictive que la coke ou la métamphétamine.

 

Il veut du sexe, du porno, de la baise, (du cuir!), et surtout pas d'amour. Il ne veut pas de romantisme, il ne veut pas de grands sentiments, le peuple 2.0 n'aime pas quand c'est trop compliqué à comprendre. Il aime fantasmer sur de la gymnastique sexuelle, des variantes acrobatiques du « missionnaire ». Le peuple 2.0 est un ramassis de monstres égoïstes ne rêvant que de violence et de destruction, de viols, de parties fines, de brutalité et d'assouvissement de tous ses désirs même les plus bas. Il fronce de sa bouche en cul de poule tout en n'en perdant pas une miette.

 

Quand il fait l'amour ce n'est plus que de la masturbation synchrone entre deux étrangers, en attendant le sexe sans intermédiaire charnel, totalement virtualisé mais « connecté » bien entendu ainsi que sa maison, sa vie, sa voiture, son téléphone, son bureau, son agenda, sa vie, sa maison, sa liberté...

 

Il feint de s'émouvoir du scandale, du bruit et de la fureur jouées sur les ondes, il joue la colère et la pudeur outragée. Et il continue à regarder par le petit trou de la serrure d'un genre nouveau, du genre que des centaines d'années de progrès technique autorise et que le Net est devenu pour lui.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

image prise ici

 

Commentaires