Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Expliquer le vote FN à un bourgeois pédagogue

Imprimer Pin it!

politique, société, histoire, FN, élections régionales, amaury watremezAu galvaudé « bobo » ne voulant plus dire grand-chose et devenant parfois l'excuse des ignares pour se justifier de leurs carences culturelles, je préfère le terme « bourgeois pédagogue » forgé par Erik Satie. Il me parle beaucoup plus, et il correspond parfaitement à ce milieu de plus en plus restreint de privilégiés rajoutant à leurs prétentions matérielles des prétentions de guides politiques du peuple que celui-ci soit d'accord ou non.

 

Depuis les résultats du premier tour des Régionales hier soir, le bon coup de pied dans la fourmilière s'en étant ensuivi, ayant vu une percée historique du Front National, les commentaires vont bon train sur le vote FN qualifié comme d'habitude de vote protestataire, de vote « de colère », raciste, fâââchiiste j'en passe et des meilleurs. Les commentateurs, les z-élites et la plupart de nos politiques « républicains » n'ont strictement rien compris, sans doute ne le veulent-ils pas. Ils parlaient de « Génération Bataclan », étaient persuadés de pouvoir encorer guider les aspirations de la jeunesse, les voilà encore sidérés, une deuxième fois depuis les tueries du 13 Novembre :...

...Ce vote est pourtant l'expression de la colère et de l'angoisse des citoyens, à commencer par les plus jeunes (voir à ce lien), face aux multiples renoncements de l'Etat qui n'assurent plus ses prérogatives régaliennes. Les arbitres des élégances politiques, les bourgeois pédagogues ont beau en appeler à la peur du retour des fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire, à qualifier ce vote de xénophobe et réactionnaire, rien n'y fait. Ils chantent la même ritournelle pourtant usée jusqu'à la corde, la moralisation du vote pour la famille le Pen ne servant strictement à rien.

 

La République française, soumise à l'arbitraire de la Banque Centrale Européenne et de la Commission de Bruxelles, n'est plus souveraine, et ses gouvernants ne sont plus que des exécutants dociles et enthousiastes ayant entériné depuis longtemps la mort de la France. Ils n'assurent plus l'Education égale pour tous, la même Sécurité pour tous les citoyens, l'application du Droit, se souciant surtout des intérêts de la classe dont ils sont, à deux ou trois exceptions confirmant la règle, issus.

politique,société,histoire,fn,élections régionales,amaury watremez 

Curieusement, alors qu'ils n'en ont cure pour les autres, et les enfants des autres, la qualité de l'Education, la Sécurité de leur progéniture, sont très importante voire fondamentales, ainsi que l'entretien de leurs réseaux personnels et professionnels dont leurs enfants bénéficient largement.

 

Ces mêmes petits marquis de la politique, ces « professionnels de la profession » pénibles ayant tous leur « rond de serviette » à la télévision, tous noyés dans une relation consanguine entre eux tous, n'ont pas vu qu'ils s'étaient complètement coupés du peuple, en particulier de cette « France périphérique » décrite par Christophe Guilluy, géographe déjà auteur de « l'Atlas des nouvelles fractures sociales » (voir à ce lien). Cette France est perçue encore maintenant comme la France des ploucs, la France des « beaufs », des « franchouillards » incorrigibles. Elle souffre pourtant durement du chomage et de la paupérisation des salariés mais n'a droit quant à elle à aucune mansuétude, aide, secours ou grandes intentions, la précarité sociale étant forcément synonyme de diversité ethnique, de multiculturalisme et de coutumes pittoresques.

 

Ils n'en sont pas à une énormité près pour nier l'évidence, l'un tel Stéphane le Foll utilisant la méthode Coué pour se persuader qu'en définitive c'est son camp qui a gagné, l'autre, Anne Hidalgo elle-même, accusant le Front National d'avoir soutenu la Collaboration pendant la Seconde Guerre Mondiale. Sans parler de tous ces séides de Nicolas Sarkozy ayant fait campagne sur les mêmes thèmes et avec le même accent que le FN nous jouant maintenant l'air de l'Union Nationale pour « la patrie en danger », toussa...

 

Manque de chance, ces « franchouillards », ces jeunes dédaignés, se rebiffent, et font connaître leur colère. Sera-t-elle entendue ou seulement écoutée j'ai quelques doutes.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

Image empruntée au site de l'Express

 

Commentaires