Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'entre soi des catholiques français

Imprimer Pin it!

catholiques-francais-houellebecq.jpgLes catholiques français cultivent de plus en plus « l'entre-soi » quasiment dans toutes les paroisses à l'exception de quelques unes peut-être dans le Nord de la France. J'avais pu le constater à Roubaix ou Croix, tous les milieux s'y côtoyaient réellement. On l'observe cet « entre-soi » parmi les 2% de pratiquants réguliers à la messe dominicale, ce qui est d'autant plus préoccupant.

 

Cet « entre-soi » est avant tout social. Les activités paroissiales ou apostoliques ne sont en fait que des prétextes à l'entretien de ce qui n'est rien d'autre qu'un conservatoire de pratiques d'une minorité favorisée. On s'y retrouve entre enfants dont les parents exercent des professions libérales, généralement par la spécialité du père, ou de la mère (anesthésiste, dentiste, etc...), entre autres.

 

Et On croit bon souvent de s'agréger à ces franc-maçonneries provinciales et bourgeoises que sont le Rotary ou le Lyons Club. Personne n'affirme voir le problème, tout le monde raisonnant de cette manière...

...Ce n'est pas que je ne comprenne pas le besoin des parents de protéger leur progéniture d'une société ne transmettant plus aucune valeur ni idéal. Mais ce n'est pas en se recroquevillant tel le limaçon au fond de sa coquille que les choses changeront. Et la progéniture tôt ou tard rejoindra les rangs de cette société apparement honnie. Je dis bien en apparence car finalement la plupart des familles catholiques vivent exactement selon le même culte à l'argent que les autres et à la consommation avec quelques « paravents »-prétextes pour faire illusion. On ne parle pas alors de consommation équitable ou de développement durable ainsi qu'à gauche. Enfin au sein de la gauche sociétale - toute aussi bourgeoise et privilégiée bien que « citoyenne ».

 

On rajoute juste « catholique » ou « pour la famille » à ce que l'on veut et le tout est joué. On s'étonnera de constater que la condition de célibataire est ignorée pour les laïcs. On peut ainsi organiser, je ne sais pas, une « rave party catholique ». Tout va bien puisqu'elle est catholique ! Puisqu'on vous le dit !

 

Des-pretres-francais-a-la-rencontre-des-catholiques-de-Chine_article_popin.jpgChez ces cathos de « l'entre-soi » l'on évoque beaucoup, avec des sanglots dans la voix, des trémolos, « l'accueil », « l'autre », « l'étranger ». « L'Autre » suprème il faut bien comprendre, ce n'est pas le voisin de chaise dans l'église ou une personne que l'on croise tous les jours sans la saluer, c'est le chtit n'enfant n'africain ou autres. C'est un « Autre » lointain, suffisamment éloigné pour que cela ne crée aucune véritable obligation morale à le secourir.

 

Dans la vie quotidienne, l'altérité ne se comprendra qu'avec celui qui leur ressemble, qui agit et raisonne de la même manière. Un « autre » sur le pas de leur porte sera rejeté pour diverses raisons toutes considérées comme valables et toutes étant des excuses pour un profond égoïsme au fond atavique. Il y a toujours tellement d'excuses pour manquer de charité...

 

Comme les « bourgeois pédagogues » certes (je préfère ce terme au galvaudé « bobo »). Mais cela n'excuse rien du tout.

 

Politiquement, les « cathos de l'entre-soi » sont dans la droite ligne de leurs ancêtres sous Guizot :

 

Le libéralisme le plus effréné pour les affaires, une morale stricte pour les « classes dangereuses », pour les « tenir »,

 

Et la préservation des apparences pour les « bonnes » familles où tout est permis à condition que lesdites apparences soient préservées. Car vois tu ami lecteur chez ces « gens là » l'on a toujours peur, une terreur abjecte même, du « qu'en dira-t-on », de descendre de ce que l'on pense être un piédestal social, d'être « mal vu ».

 

Ce sont ces « cathos de l'entre-soi » les autres responsables, avec les ecclésiastiques « sociologisants » de la désertification des églises. Ce sont des repoussoirs violents, en toute inconscience. C'est principalement leur égoïsme et leur hypocrisie qui bien souvent empêche un apostolat puissant, une véritable annonce de l'Evangile. Le spectateur objectif est frappé dans tous les grands rassemblements sur-affectifs maintenant à la mode dans l'Eglise pour les jeunes en particulier de la très forte endogamie sociale y règnant. Eux bien sûr s'en défendent. « célafotomédias » clament-ils. Les médias ont bon dos, Internet permettant dorénavant de contourner leur nocivité éventuelle.

 

Curieusement, les mêmes veulent dans le même temps absolument donner des gages de « bonne conduite » au reste de la société. Ils refusent catégoriquement de se dire de droite, ce qu'ils sont pourtant, de peur d'être assimilés à ces électeurs tellement vulgaiiires ma chèère de Marine le Pen. Ils s'affirment le plus souvent « apolitiques » (rires). Ils clament leur respect des homosexuels et des autres sexualités que la leur. Cela ne sert généralement à rien car ils sont déjà assimilés par les bons apôtres d'en face aux pires réacs, à des fascistes.

 

La plupart de ces cathos de l'entre-soi ne veulent pas comprendre que cette société danse au-dessus d'un volcan. Ainsi que la majorité ils sont persuadés de pouvoir entretenir le présent perpétuel dans lequel nous vivons depuis quelques décennies déjà encore et encore...

 

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

Image du haut Causeur.fr, image du bas la Croix.com

 

Sur l'embourgeoisement des catholiques

 

Sur la pratique religieuse des catholiques

 

Sur la déchristianisation

Commentaires