Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La chemise du ravi de la mondialisation heureuse

Imprimer Pin it!

politique, société, économie, chômage, amaury watremez, Air France, précarisationAu fur et à mesure des années la mondialisation économique continue de progresser. Les « jeunes gens réalistes » ainsi que Bernanos les qualifiait de s'esbaudir encore et toujours des bienfaits incomparables d'un libéralisme sans plus aucun frein se doublant d'une conception libertaire des mœurs. Ils trouvent cela tellement génial une société perdant ses repères, ne lui restant que soit le nihilisme abject du consumérisme décérébré ou soit celui tout aussi lamentable émanant d'un radicalisme ou un autre  :

 

Cela va du désastreux Traité Transatlantique dont étrangement il n'est nulle part question à la la politique monétariste de l'Union Européenne impliquant une rigueur budgétaire extrèmement difficile à supporter par les peuples et leurs paupérisation rationnalisée et organisée. Les Etats, les nations, les institutions sont peu à peu détricotés, réduites comme peau de chagrin, et ce sont les plus précaires en pâtissant le plus. Personne ne s'émeut réellement des pauvres à la rue, des familles mourrant de de faim, ne compte que l'égoïsme de chaque citoyen-consommateur.

 

Et l'on s'étonne de la violence sans cesse plus pregnante au moment des conflits sociaux ?

 

La violence c'est pâââs bien ! La violence c'est mâââl ! Mais les deux ravis de la mondialisation heureuse (enfin réputée heureuse) allant faire un petit sermon à leurs salariés avant d'annoncer le licenciement de 2900 personnes de « Air France » ; à quoi s'attendaient-ils ?

A des bisous partout ?

 

A des lols à profusion sur les réseaux dits sociaux ?

 

Je dois avouer personellement que je trouve ça très savoureux de voir ces deux larbins avoir été obligés de ficher le camp la queue entre les jambes protégés par leurs gardes du corps. Cela m'a rappelé l'histoire des habits neufs de l'Empereur, mais là soudain ce furent des représentants de l'Empire qui se retrouvèrent presque à poil face au peuple. Et cerise sur le gâteau, ils ont dû ravaler leurs sermons lénifiants qu'ils s'apprêtaient à prononcer devant des personnes gagnant de dix à vingt fois moins qu'eux.

 

Et l'on s'étonne encore de la violence sans cesse plus pregnante au moment des conflits sociaux ?

 

politique, société, économie, chômage, amaury watremez, Air France, précarisationParlons en d'ailleurs des réseaux dits sociaux, n'y a été évoqué que la chemise du DRH. Les salariés menacés de chomage ? Les familles de ces salariés ? Elles n'ont qu'à s'adapter, et donner de l'huile de coude afin de pouvoir continuer à consommer, survivre comme tout le monde en esclaves du grand cirque consumériste. Et les médias, y compris les médias de gauche sociétale, ont tous repris le même refrain sur la compétitivité, le besoin de productivité supplémentaire, la prise de conscience nécessaire, indispensable, des obligations dues à la mondialisation. Ils ont tous déjà enterré la France, y compris les politiques. Ce ne sont plus pour la majorité d'entre eux que des exécutants d'une politique définie à la BCE ou en d'autres places bancaires ou financières. Ceux contestant cette mondialisation réputée heureuse sont systématiquement trainés dans la boue quel que soit leur camp.

 

Ils n'ont d'ailleurs pas encore compris combien leurs divisions et leurs conflits picrocholins sont d'une sottise sans pareil. Ils se perdent dans des polémiques parfaitment inutiles, incongrues...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

photos : Metronews

Commentaires