Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La bonne éducation et sa caricature

Imprimer Pin it!

société, BCBG, NAP, chic, éducation, amaury watremezDepuis les quelques semaines où j'habite Versailles et travaille dans le XVIème je constate que malgré tout la bonne éducation n'a pas disparu tout à fait. Elle résiste aux coups de boutoir de la médiocrité et de la vulgarité tous azimuts. J'évoque ici la vraie vulgarité qui n'est pas dans le fait de dire tel ou tel « gros » mot, la vulgarité de l'âme, la vulgarité dispensée à tire-larigots et à gros bouillons par le grand « Barnum consumériste » (TM°), vulgarité des sentiments, des désirs, des pseudo-valeurs se bornant à deux ou trois clichés « rose bonbon ».

 

Cependant, à côté de ces familles où la transmission des valeurs, d'une éthique morale, d'un art de vivre n'est pas un vain mot l'on trouve leur caricature : des couples, des personnes mettant en pratique l'adage que le personnage de De Funès donne à son valet Blaze dans « la Folie des Grandeurs » :

« Quand on est riche on est désagréable ».

 

Ils singent donc les « BCBG » ou réputés tels en se piquant d'être méprisants avec ceux qu'ils estiment plus petits, plus précaires. Ce sont surtout des parvenus rajoutant aux prétentions matérielles des prétentions sociales. Ils ne saluent pas ceux leur paraissant inférieurs. Ils oublient en passant que l'Education, la vraie, c'est montrer le même respect à tout le monde, puissants ou misérables, la même délicatesse, la même attention. Les véritables aristocrates se comportaient avec une courtoisie égale aussi bien avec un prince qu'avec un domestique, c'est dans l'ordre des choses.

 

Les femmes adoptent le même accent que Valérie Lemercier dans « les Visiteurs » en rajoutant par ci par là quelques grossièretés incongrus mais qui leurs donnent l'impression trompeuse d'être têêêêllement naturelles tu vouah ?

 

« Maiirde qwaââ !? ».

 

Elles donnent des prénoms improbables à leurs gosses en étant persuadées de leur chic. Elles s'habillent toutes pareil, une manière de se coopter : petit pantalon style « corsaire » de toutes les couleurs légèrement sexy mais pas de trop.

 

On s'affirme maintenant « bio », tellement soucieux de « kultur ». Alors qu'au fond, ce qui compte surtout chez la personne que l'on rencontre, que l'on invite, c'est surtout la taille de son compte en banque. L'Argent seulement les incite à respecter l'autre.

 

Lorsque les personnes se targuant de modernité, de progrès, comme si cela supposait la destruction de tout art de vivre, évoquent la bonne éducation pour la railler telle une survivance poussiéreuse, ils évoquent de fait la caricature. Il est à noter que les mêmes une fois parvenus à une réussite matérielle équivalente aux autres nouveaux riches se comporteront de manière toute aussi stupide en mimant ce qu'elles s'imaginent être de « bonnes » manières. Le ridicule ne tuant pas, la plupart ne meurent heureusement pas foudroyés.

 

Mais le cloporte métamorphosé reste un cloporte, il ne trompe personne. Il s'imagine se transformer en papillon multicolore impressionnant le voisin mais se contente de ramper dans tous les sens. Bien vite, leur côté populacier refait surface, ils se trahissent tous seuls par leur comportement, on ne peut pas jouer la comédie constamment.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

 

Amaury - Grandgil

 

image prise ici

Commentaires