Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jésus Chri-christ d'amour

Imprimer Pin it!

buddy+christ.bmpSur le mur d'un « groupe » « fessebouc » réputé politiquement incorrect -on y dit des gros mots tout le temps, attention on n'est pas des bien-pensants!- je lis sous un « statut » plusieurs commentaires invoquant cette « humanité » du Christ que les catholiques oublieraient souvent. Par la suite des considérations par « humanité » on comprend vite que comme tout le monde dans cette société médiocre, les intervenants entendent par là qu'ils devraient pouvoir coucher à droite, à gauche, boire comme des trous et se foutre de la morale sans que cela ne leur soit reproché, en gros vivre comme des porcs dans leur bauge sans trop se poser de questions.

 

Ce n'est pas qu'ils ne veulent pas de Jésus-Christ, mais ils le voient plutôt comme un mec sympathoche, un type super à la cool, « en phase » avec son temps, les joues roses, la barbe bien taillée comme un « yuccie » métrosexuel (TM°) tatoué pour faire mauvais garçon mais toutefois concerné « tu 'ois » par le commerce équitatable » et le développement durable. Un « Jésus Chri-christ d'amour » prononçant de temps en temps de ce genre de phrases creuses, infantiles, simplistes et bien mièvres se voulant définitives, avec plein de petits cœurs autour pour faire encore plus « cool », encore plus « en phase »....

 ...Ils se font une petite Foi tranquille, personnelle, un petit Jésus personnel, consommant de la spiritualité pour se sentir bien, et renvoyer une image de types tellement coool là encore. Ils ne veulent plus tellement de l'Eglise, en dehors des rassemblement sur-affectifs des jeûûnes chaque année organisés par les communautés charismatiques. Il faut dire que la morale catholique rappelle que la Foi implique des obligations morales envers le prochain, l'autre, tout proche ou exotique. Et que Jésus Christ n'est pas venu instituer la guimauve obligatoire dans toutes les maisons mais qu'il « apporte -parfois- le glaive » au cœur même des familles.

 

Ces copains d'un quelconque « Jésus Chrichrist d'amour » oublient aussi que « Dieu vomit les tièdes » ainsi que le disait fort pertinemment Bernanos...

 

Ils oublient que la base même de l'Evangile c'est l'Incarnation du Christ comme être humain, hormis la tâche originelle du péché, pour un croyant. Que cette Incarnation est à toutes les pages ces livres, étant même un dogme pour l'Eglise Catholique mais passons. Ce n'est d'ailleurs pas tout à fait faux de dire que les catholiques l'oublient souvent, intellectualisant leur foi, la vidant de sa substance par trop de sensiblerie superficielle, des « tripes molles et un cœur sec » (pour citer encore une fois -on notera l'allusion subtile- l'auteur de « Sous le soleil de Satan ») bien souvent.

 

cara1.jpgCes croyants omettent souvent de se rappeler que leur livre saint raconte surtout des repas, des fêtes, des réjouissances où le vin coule et où les pécheurs et pécheresses sont acceptés sans moralisation certes mais aussi en leur recommandant de ne plus se laisser à ce qui ne « leur est pas profitable ». Jésus n'est plus le dieu vengeur de l'Ancien Testament sans pour autant devenir un dieu à la coule, et tous préfère laisser de côté la Croix croyant modérément à la Résurrection...

 

Bien entendu, en écrivant cela, je passe à leurs yeux pour un intégriste, un radical, et « pis les intégristes catholiques c'est pareil que les djihadistes » ainsi que le disait un de ces intervenants subtils croyant bon de rappeler l'incendie du cinéma Saint Michel il y a déjà une petite trentaine d'années au moment de la projection de « la Dernière tentation du Christ » que quand même c'était pas bien du tout, film condensé de clichés renaniens éculés à la petite semaine, parsemé de détails qui tuent comme l'accent anglais des romains oppresseurs, et américains des juifs du film, y compris le Christ lui-même, William Dafoe en Jésus sauce surf et « good vibrations » californiennes.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

image du haut prise ici

image du bas prise , le Jésus du Caravage

Commentaires