Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La cathophobie excuse-t-elle tout ?

Imprimer Pin it!

politique, Foi, spiritualité, christianisme, cathophobie, amaury watremezBien souvent, afin de s'exonérer à bon compte de carences d'apostolat, de l'indifférence souvent marquée envers des chrétiens moins bien lotis dont ceux d'Orient, de s'excuser de certains compromis et renoncements, les catholiques évoquent souvent la cathophobie dont celle, certes indubitable, des médias.

 

C'est la cathophobie qui viderait les églises, les séminaires, la cathophobie qui aurait pour conséquence la lâcheté des croyants....

 

Je ne nie pas encore une fois son influence néfaste, je l'ai subi, particulièrement lors des « Manifs pour tous » lorsqu'une collègue a cru bon de me « dénoncer » comme fasciste car participant à ses manifestations. Elle y était allée fort, profitant des « bienfaits » de la technique moderne pour avertir sur mon compte. Il faut dire, ma photo en grand entouré de drapeaux de « LMPT » étant en grand dans la PQR (presse quotidienne régionale) à l'époque je ne pouvais plus vraiment me défiler.

 

Cependant, la cathophobie a le dos large...

...Les catholiques de France sont largement informés par exemple des souffrances et persécutions des chrétiens en Terre d'Islam et ce depuis fort logements, par des œuvres comme l'Oeuvre d'Orient ou l'Aide à l'Eglise en Détresse, et par des biais extérieurs aux circuits officiels. Cela n'empêche pas leur profonde indifférence à quelques exceptions face à ce martyre, excepté quand cette douloureuse question fait le beuze sur le net, quelques jours et puis s'en vont...

 

La plupart du temps, les paroisses sont surtout des conservatoires sociaux, de milieux endogames, où l'on se retrouve entre personnes du même « monde », afin de se protéger, et surtout cela. Ceux en faisant partie n'y voient pas malice, ne comprennent pas le problème.

 

politique, Foi, spiritualité, christianisme, cathophobie, amaury watremezL'on peut comprendre.

 

Mais à force de pratiquer de cette manière très communautariste dans un esprit minoritaire le catholicisme ne risque plus de réellement essaimer dans le vaste monde, c'est un catholicisme de vaincus. Et notons que le sens même du mot se perdra, catholique ne signifiera plus universel. Tu noteras ami lecteur que de toutes manières les prêtres eux-mêmes prétendent souvent que les sacrements, la prière, la messe ne sont pas fondementalement importantes, encourageant une Foi de consommateurs :

 

On prend un peu de ci, un peu de cela, de l'affectivité surabondante pour enrober le tout et surtout pas les obligations morales envers les autres impliquées par l'Evangile. C'est assez normal, on est humain, et dans une société marquée par la course au narcissisme, l'altérité, l'Agapé. Cela demande un peu de courage, pour sortir du lot, se distinguer, prendre le risque de se faire mal voir du groupe ce que beaucoup ne sont pas prêts à envisager, alors ils parlent de cathophobie un peu à toutes les sauces.

 

La pratique religieuse, la messe le dimanche deviennent des signes d'ostentation, des marqueurs sociaux même si tous les cathos ne sont pas des gentils petits couples CSP++ qui se sont rencontrés pendant les sessions « couples » ou « célibataires » de Paray le Monial. On se prend la main pendant un de ces grands rassemblements sur-affectifs et une chose en entraînant une autre, on glisse sur la « pente savonneuse » et on doit finir par acheter un monospace « familial ».

 

Il ne faut pas avoir peur de la cathophobie, amis cathos, nous sommes déjà tous mis dans le même sac réactionnaire quoi qu'il arrive à moins de se borner à être des « cathos en phase » qui diront Amen à tout, seront des festivistes plus radicaux encore qu'un adjoint au Maire de Paris...

 

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

 

photos (Notre Dame de la Dalbade et la nef de Saint Sernin) de l'auteur

Commentaires