Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pape est-il un « vert pastèque » ?

Imprimer Pin it!

pluie-acide-pollution-ecologie.jpgA la lecture de l'Encyclique du Pape François sur l'écologie, certains ont déploré, au sein de la droite libérale, ou se sont réjouis, dans la gauche sociétale, de la mue supposée du Souverain Pontife en écologiste « vert pastèque ». Un « vert pastèque » est un gauchiste prenant l'écologie pour alibi afin de justifier des opinions révolutionnaires. Dans les deux cas, c'est bien entendu une grossière erreur. L'« Écologie humaine », notion développée également par Benoît XVI ou Jean-Paul II, évoquée en France au moment des « Manifs pour tous » par Frigide Barjot et son mouvement « l'Avenir pour tous » n'est pas une idéologie.

 

C'est « simplement » le rappel, particulièrement aux chrétiens occidentaux que la Foi implique des obligations morales envers son prochain et envers la Création toute entière, une « Révolution de la Bienveillance ». Personne ou presque, que ce soit dans l'un ou l'autre camp, n'est pour l'instant réellement prêt à abandonner les gadgets parfaitement inutiles réputés indispensables en notre époque, à accepter cette altérité exigeante que propose le Pape...

...Ce qui choque la droite libérale est que cette écologie humaine remet fondamentalement en question le fonctionnement de la société ultra-libérale, la dynamique du « tout économique ». Celui-ci fait de chaque être humain une chose, une bien dont le corps (à travers la GPA, par exemple...) devient une marchandise comme une autre. La personne « gère » son « capital santé », son « capital forme » en attendant de gérer son « capital vie » comme les personnages de « Time Out (In Time) » de Andrew Niccol sorti en 2011...

 

Pollution1.jpgLes personnes deviennent donc des investissements mobiliers que l'on se devrait de supprimer dans le cas d'une longue maladie ou d'un handicap trop « lourd » à supporter pour les « acteurs économiques » ce qui implique l'euthanasie, logique dans le cadre du darwinisme social sous-tendant le fonctionnement de notre monde (le « cas » de Vincent Lambert par exemple dont Marisol Touraine a reconnu mercredi dans les questions au gouvernement qu'il n'était en rien en fin de vie, et en rien incapable de communiquer...).

 

L'Euthanasie vite fait bien fait pour les « inutiles », les éclopés, les déclassés, les trop vieux trop souffrants que notre société ne supporte pas de protéger, se ferait bien sûr sous prétexte de compassion ou d'humanité. Ce qui m'étonne est que ceux étant si prompts à parler de « nazis » ou de « fââchiiistes » dés que quelqu'un émet des doutes sur ces dogmes modernes n'y voit là rien à redire alors que l'eugénisme de notre société libérale-libertaire est précisément le même que celui du régime hitlérien.

 

Dans la gauche sociétale, croyant se trouver un allié inespéré en la personne du pape François, on y voit surtout un alibi pour bien montrer que l'on est de gauche et empathique. On sait très bien que comme les autres on participe du "Barnum consumériste" et du spectacle permanent. Mais au fond personne n'y manifeste le désir de changer concrètement de mode de vie, et d'accepter ses obligations morales envers les autres, morale à gauche étant un mot insupportable rappelant les « z-heures les plus sombres de notre histoire » ce qui est là encore une manière de se disculper de son égoïsme intrinsèque. On y est d'autant moins prêt à cela que l'on considère que les quelques privilèges dont on dispose sont légitimés par le fait que l'on se prend pour des « guides » du peuple qui n'a rien demandé...

 

Ce ne sont pas les articles « commerce équitable » ou le « développement durable » qui feront bouger les lignes et éviteront la catastrophe. Hubert Reeves dans son livre « Mal de Terre » l'écrivait en 2003, il est certainement déjà trop tard. Tout le monde danse sur le volcan, les uns ne veulent surtout pas renoncer à un mode de vie criminel pour la planète, les autres en rèvent. Le problème n'est pas limité à l'ego de quelques « bourgeois pédagogues » français et, ou d'une ministre de l’Écologie, il est mondial. La prise de conscience doit être universelle, elle ne peut se limiter à quelques mesures « bidon ».

 

Cela tombe bien, le Pape est catholique donc sa parole est ontologiquement vouée à cette universalité...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

 

Amaury - Grandgil

 

Image du haut prise ici

 

Image du bas empruntée


Bobo ecologie developpement durable groland par rapace0

Commentaires