Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du Q à l'écran pour petits et grands

Imprimer Pin it!

politique, sexe, porno, actualité, amaury watremezDans les journaux, on aime bien redécouvrir l'eau tiède. Ces derniers jours par exemple, en première page de « Ouest France » pour la PQR (attention par ce sigle je ne suggère pas que cette publication relève du torche Q), ou dans les pages du « Figaro », pour la presse nationale on découvre, à l'occasion d'un fait divers au collège Montaigne à Paris dans le très « chic » et très « mécheux » VIème arrondissement, que les adolescents utiliseraient internet pour regarder du porno gratuit, du bien crade, bien glauque (de la coprophilie allemande, de l'ondinisme en milieu rural etc...), en cachette des parents sur leurs « smartphones » et « tablettes » payés par iceux.

 

Quelle découverte en effet !

 

Jusque là personne ne se doutait en effet que les sites ayant le plus de succès sur le web sont des sites de vidéos de Q et, ou de plans Q. Et surtout que les logiciels de « surveillance » des chtits gn'enfants sont pour la plupart inefficaces....

...C'est aussi que Papamaman achètent l'affection de leurs gosses non en les éduquant, en leur transmettant une morale ou des valeurs, mais se dédouanent en payant tous les objets et gadgets totémiques qu'un ado se doit d'avoir en main pour être considéré par son entourage. Papamaman ne coupant jamais le cordon ombilical, tout comme la chair de leur chair, grâce à ces colifichets parfaitement inutiles et hors de prix ont l'impression en plus de ne pas vieillir, de revivre leur adolescence à travers celle de leur fille ou fils. Et ils peuvent retourner à leurs occupations la conscience à peu près tranquille.

 

politique, sexe, porno, actualité, amaury watremezPapamaman va en boîte à Q étant un couple moderne, Papa a des petites copines ou copains, tout comme Maman, mais il s'aiment mon-a chéri-e ! Et puis on ne baise pas exogamiquement dans les boîtes à Q, on pratique là aussi « l'entre-soi »...

 

L'occasion de relire « les Particules élémentaires » de Houellebecq où c'est très bien décrit...

 

A cela, les parents répondent qu'ils font confiance à leur progéniture, qu'ils ont construit son éducation ensemble, qu'ils ont parlé de préservatif avec leurs gosses dés que ceux-ci ont été en âge d'avoir un-e camarade de jeux. Ils sont tellement liibres dans les milieux bourgeois pédagogues, libérés même ne comprenant pas que la seule chose ayant par eux été transmise à leurs enfants est que l'amour revient surtout à baiser à droite, à gauche (j'emploie ce mot à dessein plutôt que « faire l'amour » encore trop élevé). C'est la raison pour laquelle le dernier mot de l'ultime œuvre de Kubrick est « fuck », tout le reste a été détruit méthodiquement, tous les autres liens ont été annihilés, les corps réifiés et même marchandisés.

 

Les « enfants perdus » de 2015 comprennent très vite que la conséquence en est l'obligation de performance des corps, et que pour montrer sa capacité à la productivité personnelle l'on se doit de multiplier les conquêtes voire les « coups » d'un soir, le sexe étant alors considéré comme un moyen de montrer sa valeur comme compétiteur économique, le non-baisant est celui qui sera impitoyablement rejeté par le darwinisme social à l’œuvre dans cette société. Là encore, Houellebecq dans « Extension du domaine de la lutte » l'explique parfaitement. Bien sûr, la plupart des adolescents en souffrent car ils ont besoin de sentiments, mais ils ne savent pas comment les exprimer, n'ayant jamais reçu les moyens de le faire. Plus tard ils font des adultes névrosés, autocentrés, dangereusement isolés, et ne sont plus capables d'aimer véritablement.

 

Il est bien tard pour eux. Ils dépassent la date limite de consommation mais n'arrivent plus à la consumation par la passion amoureuse. Ils se rêvent rimbaldiens encore, pas sérieux mais n'ont plus dix-sept ans, et dans le miroir ils croisent parfois le regard d'un homme perdant ses cheveux de plus en plus blancs, ou d'une femme aux rides de plus en plus marquées par lr temps qui passe. D'où le succès du « New Age » de mes deux, des « côtches » de vie, et autres charlatans, des groupuscules sectaires vaguement mystiques, car cette détresse aussi permet de faire du commerce fructueux.

 

Soyons honnête, cela n'est pas l'apanage des "bobos", chez les "bonnes" familles traditionnelles et tout, catholiques "bon teint" il n'est pas si grave de baiser en dehors des liens sacrés du mariage tant que cela n'est pas connu des voisins.

 

Et c'est ainsi qu'Allah est grand...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Grandgil

 

image du haut empruntée là

image du bas prise ici

Les commentaires sont fermés.