Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les français et leur école, des rapports compliqués

Imprimer Pin it!

politique, société, école, éducation, jeunes, djeuns, amaury watremezLes français entretiennent avec l'école des rapports d'amour/haine à la fois compliqués et simples à comprendre. Ils voudraient bien que celle-ci éduque leurs enfants à leur place tout en la considérant comme une garderie un peu évoluée. Ils n'aiment pas les notes, considérées comme arbitraires et injustes, mais sont les premiers à entretenir chez leur progéniture le culte de la performance scolaire et de la compétition à outrance. Ils prennent soin également lorsqu'ils ont la culture et la formation, et les réseaux « ad hoc », de placer leurs gosses dans les « boîtes à concours » publiques ou privées dés qu'ils en ont l'occasion.

 

Les français veulent une école formant à « des trucs utiles » ou jugés utiles mais se sentent complexés si d'aventure ils ont des fortes carences culturelles, pour eux c'est la faute de l'école qui ne leur a pas transmis de culture, ressentant plus ou moins vaguement ce besoin de transmission n'ayant jamais été pris en considération pour eux.

Selon l'idée généralement répandue, avoir des connaissances et de l'appétence pour une matière suppose obligatoirement de l'avoir étudié et d'avoir bénéficié de l'argent des parents.

 

C'est d'ailleurs surtout une bonne excuse pour se justifier de sa paresse intellectuelle, comme si tous les prolos ou enfants de pauvres étaient forcément incultes ou ignares....

 

...Ce qui est un cliché complètement idiot. Les adultes de n'importe quel milieu, et quelques autres, ayant été à l'école avant les réformes pédagogiques diverses et variées de ces dernières décennies le savent bien, tout comme ceux dont les parents achetaient des livres de poche pour se cultiver ou se détendre avant que les écrans n'envahissent et ne salissent presque définitivement les esprits.

 

Les français sont pour la même école pour tout le monde, l'école pour tous, le collège pour tous, le lycée pour tous, l'université pour tous, mais là encore, pour les enfants des AUTRES. Le mélange des enfants selon leurs origines sociales, le souci de socialisation des enfants en les obligeant à côtoyer des milieux différents de celui de leur famille ne concerne pas leurs propres fils et filles préférés.

 

Il y a les français de gauche encore un peu éduqués également, ou se croyant de gauche, de la petite, moyenne ou grande bourgeoisie, toujours aptes à prononcer de très beaux discours sur l'égalité sociale, les chances pour la France représentées par encore plus de mixité sociale ou de diversité dans les écoles. Ils n'ont de cesse de recommander aux enfants défavorisés des voies technologiques ou professionnelles vers lesquelles ils n'enverraient jamais leurs rejetons et rejetonnes. Bien sûr, ils ne précisent jamais qu'ils parlent ici de toutes les écoles SAUF celles fréquentées par leurs propres enfants. Il ne faut pas exagérer.

 

Il y a les français de droite, ou se croyant de droite, au moins dans leurs déclarations d'intentions sur les valeurs morales, profitant un temps encore de la même aisance matérielle que les précédents, pour qui l'école est la première responsable de la perte de repères et de sens de notre société alors que ce sont eux les premiers à porter aux nues un système économique et social cause première de cette grave crise de l’Éducation et de la Culture.

 

Ils sont de ces personnes « qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » pour citer Bossuet. Ils exaltent la lecture des « Classiques » sans les avoir lus, et chérissent une conception patrimoniale de la culture tout en regardant les mêmes émissions débiles que les autres à la télévision, désirant finalement se couler dans le même moule que le tout-venant, ne proposant à leur descendance qu'une conception matérialiste de la réussite.

 

Et puis bien sûr il y a le reste de la population de citoyens-consommateurs abasourdis par le bruit médiatique et publicitaire, incapables de se sortir de la médiocrité intellectuelle dans laquelle les maintiennent à dessein les vrais maîtres de ce monde que sont les financiers et les chefs de grandes entreprises...

 

Enfin les français veulent de la discipline à l'école parce que disent-ils « de leur temps on était tenus », confondant l’Éducation avec un dressage. Mais si d'aventure ce sont leurs gamins, surtout préoccupés d'avoir vissé dans la paume le dernier modèle de gadget électronique, se trouvant punis pour des comportements déplorables dus à leur mauvaise éducation ou l'absence d'icelle c'est l'école qui outrepasse ses droits. Et de venir insulter avec diverses nuances et formes d'expression ces « salauds de profs », tous des fainéants payés à ne rien faire, et se plaignant tout le temps....

 

Et c'est ainsi qu'Allah est grand.

Amaury Watremez

 

Image empruntée ici

Commentaires