Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et si on parlait de tout les "apartheids" territoriaux ?

Imprimer Pin it!

politique,société,urbanisme,citoyenneté,diversité,hypocrisie,amaury watremezTexte où pour une fois le blogueur ne fait pas part de son dégoût pour le cyberautisme moderne (smartphones etc...) et réagit à la déclaration intempestive de Manuel Valls

...

Dédié à Myriam Le Corre

4476609_3_545x460_autocrop.JPG

Aujourd'hui est lancée une grande consultation sur les quartiers dits « ghettoïsés », de relégation sociale. A à lire l'interview de l'un ou à entendre les déclarations faites pour choquer de l'autre, et faire un « coup de com » de l'autre, encore une fois l'on constate l'absence de point de vue global sur le problème. Sa perception par les politiques est pour le moins tronquée et marquée par une partialité dangereuse.

 

Christophe Guilluy le signalait pourtant déjà dans son indispensable « Atlas des nouvelles fractures sociales », écrit avec Christophe Nové, ainsi que dans « la France périphérique » (il en fut déjà question dans cet article et celui-là ce texte leur faisant suite), les CSP ++ matériellement aisées vivant en centre-ville se soucient seulement des milieux précaires géographiquement proches d'eux, en l’occurrence ces familles « issues de la diversité », selon le terme hypocrite, et vivant en périphérie des centre-ville.

 

De plus, s'occuper de ces familles et de ces milieux de plus en plus communautaristes leur permet d'avoir « leurs pauvres », des pauvres « exotiques » considérés tels de pauvres bougres arriérés mettant les privilégiés se voulant de progrès en valeur. Lorsque ces bourgeois pédagogues parlent en particulier de l'Islam, je suis toujours surpris de leur ignorance de cette religion. Et ils cantonnent généralement cette foi à sa part la plus rigoriste, contribuant à son développement :

 

Selon eux, le port du « voile » n'est pas religieux, c'est « culturel »,

 

Tout comme le fait de manger « hallal », alimentation imposée de fait à presque tous les enfants musulmans ou non dans toutes les cantines publiques.

 

La judéophobie issue de la diversité, pourtant bien plus répandue et implantée que d'autres, est toujours excusée par le conflit israélo-palestinien, ou carrément passée sous silence.

L'homophobie due à la religion musulmane ou les violences faites aux jeunes filles et aux femmes sont le plus souvent tues ou expliquées par le racisme...ou les livres de Zemmour et Houellebecq !! (cf Edwy Plenel à cette vidéo et dans le « Marianne » de cette semaine).

 

Et bien entendu les assassins des dessinateurs de « Charlie Hebdo » et de « l'hyper-casher » ne sont pas vraiment musulmans, ce sont, puisqu'on vous le dit !, des « loups solitaires » !

ghetto+youth.jpgRappelons que Guilluy est un géographe et non un pamphlétaire ou un éditorialiste. Il a des convictions plutôt de gauche mais n'hésite pas à se confronter au réel d'une situation actuelle plus que problématique.

 

Elle est en effet quasiment pré-insurrectionnelle.

 

En proposant d'accroître encore un peu plus les aides à ces quartiers déjà très largement subventionnés, les « bourgeois pédagogues » ayant perdu ceux des français précaires « souchiens », surnommés avec mépris des « petits blancs », courent aussi après les suffrages électoraux de ces français de « deuxième » ou « troisième » génération bien en âge de voter, en particulier aux prochaines présidentielles car au fond, se maintenir au pouvoir est leur seule préoccupation, afin de continuer à bénéficier de leurs avantages nombreux.

 

Tu noteras ami lecteur la surabondance des aides et dispositifs spéciaux créés depuis les années 80 dans ces quartiers et leur échec patent...

 

Personne parmi ces « bourgeois pédagogues » ne veut comprendre une chose :

Pour participer à la citoyenneté française, pour adhérer aux valeurs y étant liées, encore faut-il le vouloir.


OR...

 

HÉLAS...

 

La plupart de ces personnes issues de la diversité ne se sentent pas françaises et ne conçoivent pour certaines d'entre elles de ne vivre que selon leurs propres coutumes et systèmes de pensée. Il faut dire, ce n'est pas entièrement leur faute. Depuis des décennies, dans l'histoire enseignée, entre autres, on leur apprend à détester la France considérée uniquement sous l'angle des événements les plus négatifs. Ne parlons pas des éducations à la citoyenneté se réduisant à des exposés longs comme un « jour sans pain » de clichés d'une mièvrerie de plus en plus éculée.

 

Lorsqu'elles se cherchent une identité, ces populations issues de l'immigration, perdues entre deux continents, croient la retrouver dans une vision fantasmée, idéalisée de celles de leurs parents ou grands-parents, une pratique religieuse fondamentaliste.

 

L'auteur de ces lignes ne conteste cependant pas une seconde la nécessité d'aider ces populations défavorisées, il suggère simplement d'aider aussi ces jeunes et moins jeunes habitant dans cette « France périphérique » encore et toujours oubliée, et sein de laquelle le vote « FN » se développe de par cet abandon. Car la colère y monte, elle gonfle...

 

Amaury Watremez

 

 

illustrations : le Parisien.fr

                    Ce blog

 

Source des liens : Le Monde.fr, Libération.fr

 

Couverture de "l'Atlas des nouvelles fractures sociales" de Christophe Guilluy et Christophe Nové prise ici

 

Atlas%2Bdes%2Bnouvelles%2Bfractures%2Bsociales.jpg

 

Commentaires