Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chroniques d'un « parisien » exilé dans le Sud 2 – Xénophobies méridionales

Imprimer Pin it!

Un « parisien » dans le Sud n'est pas exactement un habitant de la capitale je le rappelle, c'est un français qui vient du Nord de la Loire ; au nord de la Loire, il fait à peine 0° C toute l'année, ou alors il flotte, tout le monde est alcoolique et les « parisiens » effectivement parisiens sont tous pédés sans parler apparemment de leurs prétentions insignes. Dans d'autres parties de la France, en Normandie par exemple, « Paris » certes commence à la sortie du village.

 

image ci-dessous empruntée là

Xenophobie.jpg

Depuis les quelques jours que je suis dans cette partie de la France, ensoleillée certes, j'y constate quotidiennement une xénophobie, au sens strict et concret du terme de rejet de l'étranger, qui est plus décomplexée qu'ailleurs je trouve.

 

Mon Papa qui est un sage le dit fort bien :

 

« l'homme, ce petit tas de préjugés... ».

 

Le tout est d'en avoir conscience et d'arriver à les surmonter. La plupart des gens n'ont absolument pas conscience qu'ils sont menés par des lieux communs d'une bêtise crasse, à commencer par ceux qu'ils expriment sur les étrangers à leur « bled », leur groupe, leur « communauté ». Généralement, en province on partage d'être « plus simples » que les « parisiens », dans le Sud comme ailleurs. Je n'ai jamais bien compris cette revendication à la « simplicité » qui signifierait que l'on est fier d'être simplet en somme.

 

Dans un milieu professionnel réputé de gôche où je bosse (mais chhhttt!) -clin d’œil de connivence- j'ai entendu il y a quelques jours quelques perles effarantes de sottise sur diverses nationalités le tout mêlé à une curieuse conception de la « diversitude » : les polonais sont tous antisémites, ils sont « primaires » et vivent à « l'âge de pierre » ou presque car – dieu du ciel !- ils n'ont pas tous un téléphone dit portable (ce qui est un pléonasme débile quand on y pense). Juste après elle s'ébaubissait qu'il n'y ait « que des blancs » dans le métro de Varsovie, des européens, à peine un couple d'africain, et horreur !

 

Malheur insigne !

 

Des blancs ca-tho-liques en plus ! On ne se rend pas compte !

 

Visiblement, elle qui était un « petit pot à tabac » blond, tout bouclé, et rondouillet estimait qu'elle faisait partie du « grand tout » « diversitudisé » et « multicul ». Elle ignorait visiblement que de par la fermeture du « Rideau de fer » la Pologne n'avait connu de vague migratoire, et qu'elle était tout simplement bêtement xénophobe bien que s'imaginant tellement tolérante et ouverte. A l'entendre ensuite, elle avait travaillé dans la banlieue parisienne, le « Nord » ou plutôt le « Nôôrd » était à feu et à sang. Ensuite elle m'a demandé ma cotisation pour la « pause café » car il est bien entendu qu'ayant habité la Normandie je devais être un peu radin.

 

J'ai encore du mal à comprendre sa perception de la diversitude, ayant surtout vu parmi les mâles la composant des types obsédés par une conception bizarre d'une masculinité outrancière également goûtée par les « homos » tendance « cuir » qui ont la même appétence pour les « amitiés saines et viriles », sans oublier les « eaux de toilette » un peu trop odorantes, et des femmes s'habillant comme des « drags queens » et qui ne dépareraient donc pas au « Banana Café » : shorts ras la salle de jeux et faux ongles, tatouages envahissants et esthétiquement fort gênants...

 

Quant à moi, j'ai trouvé hier soir à ma porte, vers minuit, trois gosses s'étant donné du courage avec une bouteille de « ouisquie » et une de vodka, deux bouteilles pour trois, pour me dire leur haine des « parisiens » et encore pire des salauds de « profs ». Ils en avaient un sous la main alors que s'ennuyant dans un « trou » certes mignon mais sans divertissement passé dix-huit heures.

 

Mais je ne suis qu'un « parisien », je suis incorrigible de vanité, je ne comprends pas la "simplicité"...pas vrai ?

Les commentaires sont fermés.