Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A tous ceux qui oublient de vivre

Imprimer Pin it!

Bien souvent sur le réseau des réseaux, s'associer à des « grandes » causes, défendre de fortes et belles idées (fortes et belles dans l'esprit de ceux qui les mettent en « statuts » Facebook et qui sont souvent autant de lieux communs ; « la guerre c'est mal », « la violence c'est pas bien » etc...) de la manière la plus grandiloquente possible, injurier de belles manières ceux qui s'y opposent, surtout dans la plupart des cas pour se mettre en valeur, c'est juste dans le but d'oublier une situation présente que l'on estime insupportable et frustrante car ne correspondant pas à la haute idée que l'on se fait de soi et surtout à l'image que l'on veut donner de soi qui se doit d'être forcément flatteuse. On veut du sang et des larmes en oubliant qu'il ne donne que du sang et des larmes...

391241368_small.jpg

image ci-contre prise ici

 

C'est une fuite du réel, se consoler ou croire que l'on se console, de n'être que ce que l'on est et rien d'autres, de ne pas être aimé par son « prince charmant » personnel ou sa propre princesse de contes de fées, alors que l'on se rêve génie méconnu, artiste maudit, talent caché bientôt révélé avec toute la gloire et la pompe qui conviennent à la face du monde, voire ce serait encore mieux après la mort du génie méconnu en puissance, ce serait encore plus dramatique, beaucoup fantasmant sur ce genre de coup de théâtre.

 

Sur leur lit de mort, voire après avoir fini dans une chambre mansardée à Paris, ils imaginent les hommages officiels, les reportages à la télévision, certains passant outre et poussant la logique jusqu'à vouloir être célèbres pour rien, juste pour leur banalité écrasante de « vraigen » simple plutôt que de chercher à se cultiver et de s'élever intellectuellement et spirituellement par eux-mêmes par ailleurs ce qui demande il est vrai des efforts.

 

D'où la passion des gosses, et de nombreux adultes regardant ça dans une drôle d'attitude de fascination répulsion, dans les deux cas décérébrés, pour les abrutis téléréels d'une médiocrité effarante, ou la centaine de tatouages imbéciles de ce type souhaitant que l'on parle de lui car tatoué. Et le pire c'est que ça fonctionne même si ce n'est pas toujours tout à fait comme il le souhaiterait !

 

Leur seule vie acceptable devient celle du Web, celle qui est hébergée sur la toile. Nul besoin d'inventer une machine pour qu'ils se téléchargent sur le Net, ils y sont déjà encodés. Et ils en oublient toutes ces petites choses qui font que la vie réelle est pourtant beaucoup plus agréable que la virtuelle, et que, parfois, ne pas se laisser faire par l'adversité, lutter contre la bêtise, c'est aussi partager ces petits moments, ces toutes petites choses entre amis, avec ses proches, un bon vin, un bon repas, un bon dessert pour ceux qui ont le « bec sucré », dont je suis.

 

(Nota Bene fondamentale :j'ai le « bec salé » aussi)

 

Trop souvent, ces petites choses futiles, toutes petites choses aux yeux des esprits forts, sont considérés avec mépris, dédaignés, ou alors on passe son temps à ratiociner des heures dessus jusqu'à en dessécher la « substantifique moelle », à intellectualiser à outrance dans un délire de néo-puritanisme qui n'a rien à envier à celui de nos ancêtres, et tout aussi hypocrite voire plus car se parant des oripeaux du progrès des consciences. On confond « bouffer » et manger, apprécier la bonne chère étant considéré comme de la goinfrerie, et de même l'on mélange l'ivrognerie et la dégustation d'un bon vin entre amis dans une folie hygiéniste.

 

ci-dessous photo de l'auteur

politique, société, poésie, culturePlutôt que de vivre par procuration sur Internet, sachant que les déclarations ronflantes ne changeront rien aux causes défendues, ou pas grand chose si cela n'est pas suivi d'actes concrets et d'engagements réels dans la vie quotidienne, je me demande toujours pourquoi ces personnes n'essaient pas de voir un peu la beauté du monde autour d'eux, d'aimer sans rechercher un amour de roman sentimental, de goûter chaque seconde de leur vie en en pressant jusqu'au bout le suc, tout ce qui nous rend plus humains.

 

On dirait d'ailleurs que tout cela, ce qui nous rend plus humains, est méprisé, dédaignée, conchié par le monde moderne qui ne sait rêver sur sa destruction, dont les nuits sont peuplés de massacres, de destructions de masse, de « post-humains » ou d'« humains augmentés » qui seraient plus performants pour servir le système mais aussi beaucoup plus dociles.

 

 

Alors de temps à autre ami lecteur, vit, met le nez dehors, abandonne dont « smartfône » dans un coin, éteins ton ordinateur..

Commentaires