Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monseigneur Gaillot sort du congélo

Imprimer Pin it!

Evreux95.jpgIl y a dix-sept, dix-huit ans, je prenais le même train que monseigneur Gaillot deux fois par semaine, le 16h18 qui était vide (un peu comme un congrès Modem). Comme nous nous connaissions, il avait préparé mon groupe de catéchisme à la confirmation, il me saluait comme on salue quelqu'un qui nous est complètement indifférent, poliment mais de loin. Il nous avait dit que l'enfer n'existait pas et que tout le monde recevait l'onction de l'Esprit, il n'y avait pas besoin de sacrements à la rigueur. Il m'arriva une ou deux fois de me retrouver dans le même compartiment. Il me demandait de sa voix suave, et faut-il le dire qui rappelait celle des grands traîtres des films d'espionnage, ce que je faisais en ce moment, si ça me plaisait et si je travaillais bien. Il sortait une feuille de chou quelconque de sa besace, « Golias », et gardait le silence jusque dans la belle ville d'Évreux (qui n'est pas un trou de province coincé entre Rouen et Paris mais une superbe « ville moyenne consciente des enjeux du XXIème siècle »). Le plus souvent, nous nous évitions car j'avais une réputation assez mauvaise, en plus j'avais été confirmé à Riaumont quant à moi, chez des scouts infréquentables pour la bien-pensance. Remarquez, là-bas aussi j'avais fait tâche, j'étais le seul qui n'était pas en uniforme sur le photo de groupe.

fr-radj-150.jpgDepuis qu'il est devenu évêque de Parthénia, on ne voyait plus tellement Jââcques Gaillot, à peine une photo en maillot de bains à fleurs dans « Gala », et deux ou trois secondes pendant une manif du DAL. Et voilà qu'à ma grande surprise, hier sur BFM TV, je vois qui, Jââcques, nous dire qu'il est temps que l'Église change, que les prêtres ont le droit de se marier, ce qui témoigne d'une drôle de conception de la sexualité comme nous l'avons déjà dit, les défenseurs du mariage des prêtres confondant les femmes avec des poupées gonflables, des objets permettant de calmer ses ardeurs et de vider ses génitoires (je suis direct, soyons directs, plus de tabous entre nous). On pose ensuite une question qui fâche à Gaillot, « étiez-vous au courant de la pédophilie de Denis Vadeboncoeur ? », un prêtre pédophile, identifié comme tel dans son pays d'origine, le Canada, présenté en 1990 encore comme « drôlement dynamique avec les jeunes », ses méfaits étant connus, à cela Jââcques a le culot de répondre qu'il ne savait pas, qu'il voulait donner une chance à cet homme. Peut-être celui-ci avait-il promis qu'il ne recommencerait pas ? On le sait, les pervers sexuels, les dingues, les malades, il suffit que tu agites un petit doigt réprobateur et ça change tout.

Sacré Jââcques ! Il était en mal de caméras, à la fin du reportage, le coquin fait semblant d'humer le parfum d'un lilas avec sensibilité. Les vieux réflexes dominent longtemps chez les vieux cabots. Aux dernières nouvelles il soutenait le NPA...

Commentaires