mardi, 13 octobre 2009

« Boyzone » et l’antisémitisme

Un article de Jean-Louis Essefii, ancien chroniqueur pour « Cosmopolitan » et « Marianne » ainsi que "Science et Vie junior" entre autres

00151070_lg.jpg« Stephen Gately, membre du boys band « Boyzone » a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel de Majorque. Aussitôt des journalistes de l’empire du Bien, qui prônent le retour à l’Ordre Moral ont suggéré fielleusement que c’était du fait de l’absorption massive d’alcools et de drogues, chacun étant pourtant parfaitement au courant qu’à travers ses textes engagés, Stephen mettait en avant une vision saine et progressiste du monde actuel. En payant des gigolos ou des gitons, Stephen ne fait que remettre d’équerre l’équité qui devrait toujours avoir cours dans notre monde. Son analyse économique était particulièrement pertinente d’ailleurs dans « All the time in the world » ou « Believe in me ». Dans « While The World Is Going Crazy », le groupe se montrait particulièrement attentif aux préoccupations écologiques de son public. On pense aussi qu’à travers des paroles faussement anodines, Stephen se souciait de l’antisémitisme grandissant des croisés de l’Ordre Moral de retour, certains étant crypto-pétainistes comme l’auteur de ce blogue qui est également un crypto-catholique traditionaliste réactionnaire et vichyste qui se cache sous des dehors aimables de gauchiste à la petite semaine. Il est sauvé par le fait qu’il a conscience de ses gros handicaps et qu’il veut s’amender, enfin du moins c’est l’impression qu’il me donne depuis qu’il m’a recruté pour écrire sur son site. Les mêmes croisés de l’Ordre Moral ont cru ensuite voir dans « Boyzone » de la pédophilie alors qu’il n’en était rien, le groupe voulait simplement souligner l’homophobie latente de notre société. Comme Stephen Gately vivait encore chez sa mère à 33 ans, d’autres ont cru qu’il était juif, et ont pensé voir là l’origine de ses dérives alcooliques et sexuelles. On le voit bien quand même par cet exemple que l’antisémitisme est encore présent dans notre société, que ces attaques contre le leader de « Boyzone » rappelle les heures les plus sombres de notre histoire, ce n’est pas irresponsable d’invoquer la « Bête Immonde » à tout bout de champ, monsieur Vatremèze, il faut en parler tout le temps et à n’importe quelle occasion, c’est la seule manière de détruire la judéophobie en France. Je pense qu’il faudrait que tous les hommes et les femmes de bonne volonté devraient faire entendre leur voix pour défendre la mémoire de Stephen Gately ».

11:22 Publié dans Article | Lien permanent | | Tags : politique, société, littérature, musique, chanson, n'importe quoi | |  Facebook | |