Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Manifs de profs

Imprimer Pin it!

h-2-1083165.jpgLes manifs de profs c'est souvent très emmerdant, ça bloque les rues de la bonne ville d'Evreux, les bus ne circulent plus, et quant aux mots d'ordre je n'en ai pas entendu vraiment beaucoup concernant la précarité. De plus, c'est surtout les familles démunies qui sont touchées quant à la garde des enfants en l'absence des professeurs (A ce sujet, à entendre les réactions des z-auditeurs en écoutant la radio, on est surpris de constater que pour les parents, l'école c'est surtout une garderie avant toute chose). Tout à l'heure assis à un arrêt de bus, j'attendais qu'il y en ai un qui arrive, fulminant, quand un contrôleur est passé en bagnole prévenir qu'ils étaient bloqués par le cortège de la manif, c'était la cerise sur le gâteau. Des bonnes gens râlaient autour de moi, exaspérés par l'attente, ce qui était tout à fait légitime. Et l'on entendait la longue litanie des clichés habituels du prof coincé derrière son bureau, c'est pas fatigant, ils se lèvent pas, c'est pas crevant de garder des gamins.

Et là j'ai quand même vu rouge. Car la plupart du temps, le boulot du prof c'est tenir une classe de vingt à vingt-cinq enfants ou adolescents qui pour la grande majorité n'ont même pas reçu des parents les bases en matière d'éducation afin de vivre à peu près de manière équilibrée en communauté : l'insulte est reine, l'ignorance est plus à la mode que la culture, l'internet accentue ce phénomène car l'on confond de plus en plus les informations avec leur analyse, il y a aussi le fameux "je le pense donc j'ai raison", le savoir est considéré seulement du point de vue de son utilité et la loi du nombre s'impose aux plus faibles, sans parler des modes les plus débiles qui règnent en maîtresses. Et un enseignant gagne autant en fin de carrière que des stagiaires de grandes boîtes ou qu'un garçon de café. Rappelons le quand même...

xavier-darcos-rend-visite-a-des-eleves-a-marseille_476.jpgLa tâche première de l'enseignant serait surtout de transmettre un savoir, pas de refaire l'éducation d'enfants qui passent parfois cinq heures devant, entre autres, des jeux en ligne, comme "Counter Strike" qui consistent à flinguer le plus d'ennemis possibles, des "ennemis" souvent basanés et de type moyen-oriental ou à se réfugier dans les mirages de mondes fantastiques, à chatter sur MSN ou ailleurs, parfois avec des détraqués qui voient là une bonne manière d'y extérioriser leurs pulsions ou de les concrètiser, on l'a vu dernièrement dans l'actualité. Le tout ne provoque que rarement ne serait-ce que l'ébauche d'une réaction chez les géniteurs du/de la petit/e chéri/e et l'on préfèrera pester contre ces fainéants de profs, au lieu de se remettre en cause.

Alors oui, c'est pénible les manifs de profs, mais pourquoi ne pas essayer un jour, un seul de prendre leur place ? Et vous, chers collègues j'aurais bien aimé entendre ne serait-ce qu'un slogan concernant les personnels précaires ou "kleenex"...

PS : Sur la photo ci-dessus, la petite fille a répondu que "non, elle n'aimait pas les films de gladiateurs"

Commentaires