Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Anecdote frappante - quand un kollaborateur de Brice Hortefeux subit un contrôle d'identité

    Imprimer Pin it!

    363245561.jpgIl y a quelques temps, un kollaborateur de Brice Hortefeux doit présenter sa carte d'identité au vigile d'un supermarché sis à Bercy car son achat dépasse les 250 Euros. Très remonté selon les témoignages des dizaines de personnes présentes autour de la caisse, cet homme s'en prend au vigile le traitant de "sale noir", le menaçant du chômage et de le renvoyer "dans son pays", il ignore que son interlocuteur est tout ce qu'il y a de plus français. Contacté par "le Canard" qui révèle l'histoire, bien sûr, il jure ses grands dieux qu'il n'est pas raciste, qu'il a même des amis noirs et qu'il a horreur des injures raciales, comme tous les xénophobes pris en flagrant délit. Cela donne une petite idée de ce qu'il y a derrière la politique de Brice Hortefeux et de Sarkozy, on flatte les "petits blancs" dans leur sottise ce qui leur permet d'éviter de se poser des questions sur leur médiocrité, car les "petits blancs" sont souvent des minables qui se trouvent des boucs émissaires commodes en la personnes des z-étrangers pour expliquer leur connerie. Certes, il ne faut pas faire preuve d'angélisme, des électeurs de gauche bon teint sont tout aussi cons quant au racisme, privilégiant comme les autres une société de miroirs où on ne croiserait que des clones de sa petite personne afin d'éviter l'effort de l'altérité.

    Sur la photo, on voit le ministre avec son épouse et son kopain Bernard Arnault. 

  • Le catholicisme n'est pas soluble dans le libéralisme

    Imprimer Pin it!

    Deux citations sur la richesse de Bossuet  et Bourdaloue

    1151495145.jpgMerci à Sébastien Lapaque, dans son livre "Il faut qu'il parte", de nous remettre cela en mémoire alors qu'il y a des catholiques qui nous expliquent que le catholicisme est soluble dans le libéralisme ou le sarkozisme. Tant pis pour les ricaneurs.

    Résumé d'un sermon pour la fête de la Septuagésime de Bossuet par lui-même :

    844128621.jpg"Éminente dignité des pauvres dans l'Église : leurs droits, leurs prérogatives : comment et pourquoi les riches doivent honorer leur condition, secourir leurs misères, prendre part à leurs privilèges"

    "Sermon sur les richesses" de Bourdaloue  :

    "Il y a peu de riches innocents, peu dont la conscience doive être tranquille [...] Si vous remontez à la source d'où cette opulence est venue, à peine en trouverez-vous où l'on ne découvre, dans l'origine et dans le principe (de cette opulence) des choses qui font trembler".

    En haut, Bossuet, en bas, Bourdaloue

  • Coupable ou pas

    Imprimer Pin it!

    148709230.jpg De nos jours, il ne faut surtout pas se sentir coupable de quoi que ce soit, ou responsable. Ce n'est pas dans l'air du temps. J'entendais encore ce matin Guy Sorman, libéral à "mini-vague" décomplexé, prétendre qu'il ne faut pas trop parler d'écologie à cause du risque de culpabiliser les consommateurs et usagers des transports. Les catholiques de droite ne veulent pas être culpabilisés par les inégalités sociales mais culpabilisent parfois sur la morale, à l'inverse de ceux de gauche qui miment la culpabilité quant à la pauvreté des chtits n'enfants africains, se foutant comme de leur première chaussette des pauvres en bas de chez eux, et veulent se sentir "libres" sur le plan moral, tout contradicteur étant perçu comme "moralisateur" ou "réac". Les libertaires ou néo-libertaires veulent jouir sans entraves et refusent toutes contraintes fûssent celles-ci indispensables afin de maintenir un équilibre, ou se comprendre, il en est pour prétendre que l'orthographe est une opression, il y en a d'autres, quelques uns parmi eux qui perçoivent la pédophilie non comme une déviance mais comme une  sexualité comme les autres, ce qui est tout autant stupide que d'assimiler l'homosexualité à cette perversion comme on le fait parfois sur l'autre rive. Les lycéens qui sont dans la rue veulent être libres de toutes contraintes quant à l'obtention d'un travail, et consommer, ils n'ont pas envie de changer le monde, excepté deux ou trois naïfs.  J'en croisais souvent dans Nanterre, au moins étaient-ils animés par la générosité de coeur d'un certain point de vue, vendant leur revue confidentielle, croyant pouvoir détruire l'iniquité alors que la majorité autour d'eux ne songeaient qu'à réussir socialement et amasser le plus de fric possible. C'est en fait le maître mot, notre société manque de générosité, sauf quelques occasions/alibis comme le Téléthon qui permettent de se donner bonne conscience. Il ne s'agit pas bien sûr de se culpabiliser à tout propos, on ne vivrait plus mais au moins de prendre conscience de quelques injustices.

  • Questions existentielles

    Imprimer Pin it!

    96073985.jpgIl est un blog qui semble émettre des doutes sur la dureté et l'élasticité de deux éléments fondamentaux de mon anatomie (ça va par paire) alors que j'ai plutôt tendance à les comparer aux cartouches d'air comprimé que l'on utilise pour les bombes de Chantilly fraîche, ou pour stocker les crèmes qui nappent les gâteaux, disposant moi-même par ailleurs de ce genre de bombe (d'ailleurs je suis le seul à avoir un os, très gros os, à l'endroit dont je parle par métaphore certes pataude mais sans équivoque). Ce n'est pas moi qui ait trouvé cette comparaison mais Laura-Elena Harring, interprète de "Mullholland Drive", avec qui je vis une grande passion charnelle en ce moment, je ne voulais pas le dire mais force est qu'il faut bel et bien que je l'avoue, pour moi elle a arrêté le cinéma. Nous passons nos journées à discuter de sujets élevés, elle adore mon côté "vieille France de la Renaissance", à boire des vins capiteux, à goûter des viandes savoureuses et des fruits bien juteux, très juteux. Ce qui est merveilleux est qu'elle décore mon château des hauteurs d'Evreux avec brio (avec qui ? ah, ah, ah) talent et délicatesse. Pour le vérifier, il suffit de s'arrêter quand l'on me croise en voiture, incidemment dans Evreux, ou à pieds, ou à cheval, peu importe, pour évoquer cette question, je suis toujours prêt à la discussion.

    Bon, peut-être certains trouveront-ils tout cela puéril et coquentieux (un truc de petits branlotins quoi), mais ça permet d'oublier les présidents de carnaval, la précarité, le surendettement, la connerie ambiante, les libéraux-libertaires et les autres... 

  • Apprenons à serrer la main

    Imprimer Pin it!

    422030450.jpgChers petits amis, aujourd'hui nous allons apprendre à serrer la main d'une autre personne que soi, pour lui dire bonjour, simplement la saluer ou encore faire la paix, conclure une trève (comme le cas envisagé par l'illustration le suggère)...etc

    Il faut donc lever le bras jusqu'à faire un angle droit avec le torse, la main bien droite en direction de l'interlocuteur, la main droite bien sûr. En se rapprochant doucement de l'autre personne, on prendra sa main dans la sienne pour la serrer fort puis on effectuera un mouvement du haut vers la bas et ainsi de suite pendant cinq ou six secondes. Le cas échéant, on peut prendre la personne dans ses bras, là aussi la serrer bien fort et rajouter au besoin une petite bise sur le front ou la joue, même en cas d'hétérosexualité pratiquante, ce qui tend, si j'ose dire, à se perdre il est vrai. Un motif de fâcherie, ou pour ne pas saluer quelqu'un, n'est jamais suffisamment grave pour empêcher le geste.

  • Exposition Simone Nathan Ascher chez Niki

    Imprimer Pin it!

    Nouveau sur nikibar.com :
     
    Une exposition que beaucoup attendaient...:
     1082283955.jpg "L'univers de Simone Nathan Ascher est érotique dans le sens poétique du terme, et surtout lyrique. En effet, ses toiles sont chantantes et il y a du phrasé dans le geste souple de l'artiste."
    J.-F.J.
    ...et n'oubliez pas de visiter les autres rubriques sur : http://www.nikibar.com/

    Lien permanent Catégories : Arts
  • "La rapacité libérale et la bêtise libertaire" - "Il faut qu'il parte", Sébastien Lapaque

    Imprimer Pin it!

    A propos de "Il faut qu'il parte..." de Sébastien Lapaque 

    816791437.jpgIl y a quelques années déjà Sébastien Lapaque a écrit ce qui est sans doute le meilleur livre sur Bernanos, un livre plein d'élan, de générosité et de coeur. Puis il m'avait semblé que l'auteur était rattrapé par le système et s'assagissait : autant par bêtise que par naïveté, je m'étais même permis de lui écrire au "Figaro" pour lui faire part de mon désappointement. Et puis, il a écrit "Mythologie française", un recueil de nouvelles excellent, sorti un livre sur le vin et l'amitié, "chez Marcel Lapierre" et un autre de recettes de cuisine dernièrement. Sébastien Lapaque est un catholique qui aime le vin, la bonne chère, Debord et Bernanos et les amis. Ce n'est pas un catholique les bras perpétuellement levés en l'air dans une louange qui ferme les yeux sur le réel, ce n'est pas non plus un catholique qui borne sa foi à la morale ou un de ceux qui pensent avec tellement de mesure qu'ils en oublient d'affirmer leurs croyances. Il a le sens de la démesure et de la colère, le sens de ce qui est important et ce qui ne l'est pas. Et enfin, "Marianne" a publié ce matin un article constitué d'extraits de son prochain livre concernant Sarkozy : "il faut qu'il parte", il y donne sa pleine mesure, ne fait pas du Bernanos, c'est un texte qui respire à grandes goulées de liberté, il y dénonce tout autant la sottise des libéraux, qui veulent une société sans contraintes afin de commercer le plus efficacement et s'en mettre le plus possible dans les poches, et des libertaires qui entretiennent la dynamique de cette iniquité par peur panique de passer pour obsolètes alors qu'ils ne font qu'entretenir le système. Il dénonce cet anti-intellectualisme sournois et complètement stupide, cette peur de la culture et des écrits, ces totems idéologiques qu'il faut absolument respecter dont l'Europe telle qu'elle se construit actuellement ; ce n'est que l'Europe de l'argent et des finances, et le pédagogisme dans l'enseignement. Il sait très bien que finalement la droite umpéesque et la gauche suivent quasiment la même politique de paupérisation et de précarisation des français, les uns en le sachant très bien, les autres par inconscience et aveuglement. Au lieu, cependant, de s'en remettre à une idéologie et d'autres totems, il préfère réfléchir librement. En le lisant, j'ai envie de siffloter "les Lansquenets", vieille chanson royaliste vestige de ma folle jeunesse quand j'étais de ces mouvements composés de mêêêchants hommes (je me repens, oui je me repens). Il y a longtemps que j'attendai un tel livre, que Sébastien Lapaque en soit remercié.

  • Parlons famille...

    Imprimer Pin it!

    352146881.jpgIl y a des thèmes comme ça, dont on sait très bien qu'ils passent pour réacs, on a beau les aborder en prenant des gants, on passera pour un mêêêchant réac, donc allons y franco, peu importe après tout. Personne n'en parle, mais les jeunes en difficulté, à problèmes, les jeunes qui traînent, les jeunes qui ne travaillent pas à l'école, tout cela est dû en majeure partie à leur milieu familial. En tant qu'éducateur, je le constate à chaque fois en regardant un peu le dossier des élèves, il y a très peu d'exceptions. Certes, si la conception de la famille traditionnelle était certainement parfois aliénante, il est clair que l'on a remplacé une aliénation par une autre. Car la famille recomposée, où l'ancienne et la nouvelle femme de Papa s'entendent super bien, où le père est drôlement copain avec le nouveau mari ou compagnon de Maman, est une blague. On fait des enfants mais on ne s'en occupe plus passé un certain âge, 5 ans la plupart du temps, ou bien l'on compense par un sentimentalisme larmoyant.

    1932745600.jpgCela n'empêche pas de virer sa progéniture après 18 ans, et de les laisser se débrouiller, ou que parfois Papa ne puisse pas voir ses enfants parce que ce week-end, il fait un tour en boîte avec sa nouvelle femme qui ne supporte pas les gosses parce qu'ils lui donnent l'impression de faire son âge. Bien sûr, y compris chez les mêêêchants catholiques moralisateurs et réactionnaires, enfin une partie, on dira que la liberté sexuelle et les conquêtes de 68 c'est bien malgré tout, on s'esbaudira devant les "nouveaux pères"' qui regrettent tant de ne pas avoir un utérus, on applaudira ces hommes tellement doux et généreux qui portent leur bébé dans un sac à dos ventral genre "poche kangourou", on pleurera de joie devant ces hommes admirables qui aident leur épouse attendrie à faire la respiration du "petit chien" avant l'accouchement ("Jean-Michel est tellement touchant avec le landau dans le parc"), ce genre de père qui agace, hurlant de bonheur quand fifils ou fifille trace un truc vague sur une feuille ressemblant au choix à une amibe ou à un bonhomme en fil de fer. On a envie des les baffer, ainsi que sa femme, le genre à être toujours féru des dernières conneries pédagogiques à la mode...

  • "Une vie bien comme il faut" - guide à l'usage des parisiennes expatriées en province

    Imprimer Pin it!

    Ce blog est très drôle, que l'on connaisse ce genre de milieu ou pas, et sans pitié, caustique et intelligent, même souvent acide. Ci-dessous, je propose la lecture du journal intime (avec les fautes...) d'une jeune fille provinciale "bien comme il faut".

    vendredi 14 mars 2008

    1733908108.jpgcher journal,

    c'est peut-être la dernière fois que je t'écrit tellement j'en ai mare, de mare de cette famille de cons ou je suis né. Figure-toi que je suis consigné dans ma chambre à cause d'une soirée de merde qu'ils ont organisé soi disant pour me présenté des garçons comme il faut. si tu avais vu la tronche du débile qu'il me réservait tu aurai compris que je boive et boive encore (en plus il sentait l'œuf dur). De plus ils m'accusent d'avoir vomi (parceque Anne-Marie a fayoté qu'elle avait retrouvé des traces de kyr dans le bidet de la salle de bain d'en bas), mais si j'ai été malade c'est parce que ces radines de Maman et Anne-Marie avaient acheté du tarama et du surimi périmé de 3 semaines chez “Bravo les Minis Prix” et que papa coupe son crémant avec un tas de cochoneries qui ont déjà tuer Bon Papa l'année dernière.

    La suite ici

  • Pas si conne Cindy Sander...

    Imprimer Pin it!

    2064151755.jpgCindy Sander a fini par avoir son "prime" au pavillon Baltard pour "la nouvelle star". On avait pitié d'elle de la voir ainsi moquée par quelques bobos, c'est du moins l'impression que cela donnait car finalement, mea culpa, les bobos ont été sympas. Son interview dans "le Grand journal" il y a quelques semaines, c'était "le dîner de cons" semblait-il et puis je l'ai écoutée parler quand elle est venue chez Denisot cette semaine. A la question sur le fait pour elle d'avoir conscience ou non des railleries dont elle était l'objet, elle a répondu que c'était "à double tranchant" et que cela la servait plus que cela ne la desservait. Comme tout le monde actuellement, elle a grandi avec la télévision et en connaît le mode de fonctionnement parfaitement. On constate en passant que les jeunes que l'on voit dans les journaux du 20 heures ou dans des émissions de jeux sont très à l'aise. Cindy Sander en a profité, certes, elle est complètement déjetée, mais elle n'était pas si con au bout du compte et puis surtout, elle a besoin qu'on l'aime, comme tous les artistes, comme tous les créateurs. Ce qui fait le plus marrer au bout du compte, c'est qu'elle est passée en première partie de Lio il y a quelques années, quand celle-ci galèrait et qu'elle avait besoin d'argent, maintenant elle est sur M6 par amour de l'art c'est bien connu, et que la chanteuse lui avait assurée qu'elle aiderait Cindy si elle venait à Paris. Son agent a téléphoné chez Morandini pour traiter la pauvre chanteuse de bal populaire de mythomane. C'est humain le "chobizenesse"...

  • Le langage des bêtes

    Imprimer Pin it!

    1036048155.jpgAmis de la poèsie, je suis sûr que vous vous êtes toujours demandés ce que disent vraiment les animaux au lieu d'aboyer, miauler ou pépier, et s'il y a des ressemblances avec les hommes. Nous verrons que c'est le cas dans l'étude scientifique qui va suivre. Quand le mâle humain banlieusard (banlieusardis hominum pavillonem) gueule après un intrus (tout ceux qui ne portent pas de survêtement le dimanche matin pour aller chercher le pain) il le fait en étant clair et net. que dit donc son berger allemand : "Raus, schnell !! Raus, schnell !!..." en répétant plusieurs fois, quand c'est un bâtard français bien de chez nous son aboiement veut dire : "Barre toi connard", quand c'est un caniche nain de Hongrie (canichem gourmettum Sarkosis), il dit plutôt : "Cass'toi pauv'con !". Que dit la chatte en chaleur ? Elle ne s'embarasse pas d'un restau ou d'une sortie en boîte, ou de la vulgarité satisfaite d'un dragueur de "Macumba" de sous-préfecture en chasse, comme les femelles humaines (pouffiasum vulgaris discothecum), son miaulement signifie alors tout bêtement : "J'ai envie de faire l'amour et plusieurs fois". Les petits oiseaux quant à eux, qui pépient gaiement dans les feuillages s'échangent les bons endroits, les bonnes adresse : "Sur la fenêtre du 4, y'a des miettes de thon et un peu de pain au sésame, sur le devant de la porte du 6, y'a plus à bouffer". Et quand ils s'affolent en vous entendant, ou en apercevant un chat, leurs pépiements signifient alors "Vingt-deux les mecs ! On se casse !". Les poissons dans les aquariums quant à eux discutent entre eux de ces étranges bipèdes qui ouvrent la bouche de manière si drôle. 

    En illustration "la vie des bêtes" de Reiser, lecture indispensable

  • "Le Sud" - Nino Ferrer

    Imprimer Pin it!

    Il y a eu les chansons "tzoum tagada tsoin tsoin" de Nino Ferrer et celles relevant de cette inspiration, je préfère. J'aime beaucoup cette chanson nostalgique, lucide et finalement pessimiste. La nostalgie, camarade, il paraît que ce n'est pas révolutionnaire, ce qui est logique somme toute. Mais je me demande quand les êtres humains, ces pitoyables primates égoïstes, auront la nostalgie de leur humanité perdue.

  • Albert Spagiarri et le troupeau bêlant

    Imprimer Pin it!

    780165320.jpgA propos du film "Sans arme, ni haine, ni violence" de Jean-Paul Rouve

    Je me demandais pourquoi les critiques à propos du film de Jean-Paul Rouve sur le "casse du siècle" par Spaggiari étaient si réservées voire un peu mi-figue, mi-raisin. Le film n'est pas un chef d'oeuvre mais comme tout les films dirigés par des acteurs, ceux-ci y sont remarquablement dirigés à défaut de suivre un scénario structuré. Et puis j'ai compris, dans un hebdomadaire culturel bien connu, on nous dit qu'Albert était un militant de l'OAS, donc un ignoble facho, un immonde personnage à leurs yeux. Car, comme le dit le troupeau bêlant, un type d'extrême-droite est mêêêêchant, un type d'OAS mange des enfants au petit déjeuner et viole des vieilles dames ensuite. Ils ont une conception de l'être humain qui me semble bien lisse, on peut avoir des opinions in-fréquentables et être un type sympa, être d'extrême-383278338.jpgdroite et être quelqu'un de convivial, or, horreur et putentrailles, Rouve montre le personnage tel qu'il était sûrement, un minable hâbleur et mythomane mais sympathique, qui s'ennuyait dans son magasin de photos après avoir fricoté chez les soldats perdus de l'"Algérie Française", pas un monstre. Spaggiari prétendait financer un réseau pour réanimer l'OAS, un truc qu'il appelait "catena", la chaîne, en fait de réseau, il s'est contenté de flamber et foutre son fric en l'air le plus vite possible. Je m'étonne toujours que les mêmes trouvent ça génial quand il s'agit d'un idéologue de l'autre rive aux idées tout autant infréquentables quant à l'humanité. Sur les plateaux d'amuseurs médiatiques, Jean-Paul Rouve s'est défendu en affirmant combien il détestait les idées de son personnage, c'est aussi mon cas, mais ça ne suffit pas, il aurait dû montrer Spaggiari comme un mêêêchant homme.

  • C'est le printemps, les "barbeculs" ressortent dans les jardins fleuris ...

    Imprimer Pin it!

    Une planche des "Bidochon" pour fêter l'arrivée du printemps aujourd'hui...(pas de la saison veux-je dire mais du début du commencement du beau temps)

    S'agrandit en cliquant dessus.

    764458688.jpg

  • Reparlons du bonheur

    Imprimer Pin it!

    1446654176.jpgJ'aurais pu parler de Bozo le clown qui amuse le bon peuple encore une fois à la télévision hier en racontant quelques bêtises qui feraient rigoler un gamin de 4 ans tellement elles sont énormes. Non, j'ai plutôt envie de parler du bonheur, sujet vaste mais étant doué et modeste, si, je suis modeste, je préfère me rappeler des quelques moments de bonheur que l'on traverse. Je suis assez d'accord avec Marcel Pagnol et ce qu'il dit à la fin de ses souvenirs d'enfance, il y a très peu de moments heureux. Et quand ils arrivent, on ne les reconnaît pas, on ne s'en aperçoit pas. Mes instants de bonheurn ils sont dionysiens, c'est juste être avec la ou les personne que l'on aime, elle est là et cela suffit, ils sont autour de la table et il n'y a rien d'autres qui compte, ce sont des enfants qui s'amusent, c'est une "fricadelle" ou un cornet de frites à Lille, un verre de vin ou une bière de mars, c'est rêver devant les jambes des filles élégantes, sourire aux sourires des parisiennes. C'est marcher dans les rues de Jérusalem et ne pas en revenir d'avoir la chance infinie d'être là sur ces pavés, c'est regarder le printemps en Normandie. Et le plus souvent, on le comprend quand il est trop tard.

    Ce n'est pas la même conception du bonheur que propose l'amuseur public qui est intervenu hier dans une émission trop longue et bien trop révérente, lui, il croit qu'il suffit d'avoir du fric et des gadgets hors de prix...

  • MGMT - "Time to pretend"

    Imprimer Pin it!

    Je le met parce que j'aime bien, et que je viens tout juste de le découvrir. De plus le clip, très bien fait, est plus original que d'habitude. Et bien sûr, sachant que des atrabilaires doivent trouver cela anodin et mièvre, je rajoute que, comme d'habitude, je les emmerde.

    Medames, Messieurs, serviteur...Comme l'on disait avant (d'autres clips à la touche "menu")

  • Ma nature Gémeaux

    Imprimer Pin it!

    1727250823.jpgAutant je ne crois absolument pas à l'astrologie comme science capable de prévoir l'avenir, autant je pense qu'il y a du vrai dans les modèles psychologiques, somme toute, qu'elle propose. C'est ce que je me disais en lisant le livre d'entretiens de Numa Sadoul avec Hergé qui parle à plusieurs reprises de sa nature "Gémeaux", il était né un 22 mai (moi le 21, à l'intention de mes futurs exégètes qui seront foule n'en doutons pas). Effectivement, comme lui je peux arriver à concilier deux choses réputées inconciliables, et comme lui je peux me conduire selon une certaine direction un temps puis prendre la direction inverse ensuite. Ce n'est pas que les Gémeaux soient des girouettes pour autant, c'est qu'il ont envie d'essayer plusieurs choses et de tester, d'expérimenter, pour pouvoir mieux choisir ensuite. Il est évident aussi que les "Gémeaux" aiment plaire au plus grand nombre et parfois qu'ils n'en ont strictement rien à faire. Ils sont insaisissables, comme le "vif argent", le mercure, ce métal liquide. On croit les saisir et ils sont déjà partis dans une autre direction. Car ils n'aiment pas être enfermés dans des cases. De là à dire que les Gémeaux sont décidément bien compliqués, et que ce sont des enquiquineurs, il n'y qu'un pas que certains n'hésitent pas à franchir, mais c'est tellement plus drôle de ne pas être d'un bloc et de sans cesse brouiller les cartes que les Gémeaux ne peuvent pas s'empêcher de continuer le jeu...

    Note personnelle un peu plus tard : Je trouve ce post très "auto-satisfait" finalement, très bien, cela prouve que j'ai une bonne santé morale... 

  • Le séparatisme social - "le Ghetto français"

    Imprimer Pin it!

    "De plus en plus de pauvres très pauvres, de plus en plus de riches très riches..." 

    sur le livre d'Eric Maurin paru à la "République des idées" 

    2116883894.jpg"Les "cités sensibles" ne sont que la partie émergée d'inégalités territoriales et de discriminations urbaines infiniment plus générales. S'il est aisé de s'expliquer la formation de « ghettos pauvres » et de « ghettos riches », il est plus difficile de s'expliquer comment une société en est venue à cloisonner tous les espaces sociaux et à entretenir en son sein la guerre pour le territoire et le contrôle des positions. C'est cette France crispée, compartimentée et pour partie enfermée à l'intérieur d'elle-même que décrit Eric Maurin. Poursuivant
    Son analyse des nouvelles inégalités, il envisage ici leur distribution sur le territoire comme un lecteur impitoyable de frontières sociales de plus en plus imperméables.
    "

    Ce livre traite de problèmes que tout le monde ressent mais il a pour avantage de poser les problèmes clairement et rationnellement. Ceux qui parlent sans cesse de la mort du système social à la française ne font rien pour empêcher sa casse, il serait temps d'agir pourtant mais il semble que personne ne soit à la hauteur de la tâche à gauche comme à droite. Il y en a qui se disent contre les réformes de l'Éducation, par exemple, mais qui entretiennent la dynamique d'un système inique où ne règne que l'entregent et l'inégalité scolaire de plus en plus marquée (je vois peu de rejetons de bonne famille ou de profession à haut degré de formation en Lycée professionnel par exemple, n'est-ce pas étrange ? Ceux-là mêmes qui vantent les mérites de ce lycée professionnel aux jeunes ensuite). Tout le monde y participe, tout le monde entretient la synergie inégalitaire. L'ascenseur social est bel et bien bloqué depuis fort longtemps déjà du fait de la casse de la classe moyenne. Il faut cirer les pompes de l'un, flatter l'ego de l'autre, on me dira ce que l'on voudra mais une personne ayant un physique aux normes acceptées de nos jours aura cinq fois plus de chance d'avoir un travail qu'une personne en dehors des standards, y compris intellectuels, à compétences égales voire supérieures, ou alors être de telle ou telle famille, ou bien encore profiter de son look, avoir l'air d'un pauvre estampillé pauvre pour être aidé.

    Je songe par exemple au cas de cette personne qui a déposé un dossier d'aide de secours depuis déjà deux mois auprès d'une institution publique et qui attend toujours en se rongeant les sangs chaque matin et chaque soir, c'est long pour un secours d'urgence, ainsi que le révélait un article paru il y a quelque temps. Je songe aux "précaires" enseignants de l'Éducation Nationale qui ont le même salaire qu'une femme de ménage, à compétence et diplôme souvent égaux aux titulaires. Je songe à tous ceux qui ne sont pas exactement dans le "moule" scolaire, à ceux qui n'ont aucune relation. Pourtant, les personnes qui gèrent le tout sont de bonne volonté, ils ont des 995935072.jpgidées généreuses mais n'ont aucun point de vue concret sur la réalité la plus tangible. Car la casse du système social est avancée depuis déjà fort longtemps du fait d'une autre très bonne intention (l'enfer en est pavée) qui est l'Europe. Personellement, je me sens comme nauséeux en face du discours politique actuel, on met beaucoup de choses sur le dos de monsieur Sarkozy, mais il arrive que je trouve qu'il a le dos large car d'autres qui participent de la destruction de notre modèle ne se remettent jamais en question. On attend vainement les politiques dites "alternatives", les propositions concrètes, les aides, une réaction autre qu'un livre parlant de sa petite personne ainsi que les éléphants du PS ont pris l'habitude de faire. On laisse Sarkozy pérorer comme ce soir. Il est impopulaire maintenant, comme Mitterrand en 1988, comme Chirac en 1995, on sait bien que le peuple est versatile allons. Et les responsables ont de la chance car le peuple les laisse faire encore, il peut subir beaucoup d'avanies encore mais un beau jour, cela devra cesser.

    Qu'attendez-vous donc ?

    Serait-ce donc que vous n'en avez rien à f...e, finalement ?

  • "Moi c'est que les marques"

    Imprimer Pin it!

    346813909.jpgHier soir à la caisse de mon supermarché, j'ai entendu une jeune fille moderne dire à sa copine tout en téléphonant à un interlocuteur paraissant passionnant avec son "Ail-phone" (TM) dernier cri : "Moi, comme rolleures, y'm'faut que des salomon"(TM) (qu'elle pronçait à l'anglaise, "seilomone"). Ensuite, elle a promené un regard scrutateur autour d'elle pour vérifier de l'effet produit sur son entourage, de l'admiration des gens alentours devant une personne si exigeante quant à sa consommation d'objets et elle a enfoncé le clou en disant : "moi j'prend soin de mon corps comme on nous le conseille" et elle a regardé le petite gros à l'air réjoui qui était devant nous et qui avait l'air de se moquer d'elle. Moi-même, je la comprend, en effet, je ne mange que des céréales allégées en sucres "Ke...g's" (TM), enrichies en Oméga 7 (TM) le matin ou alors des "Wee...x" (TM), avec plus de fluorocarbone dedans, avec un peu de lait "Ca...a"(TM), le seul lait au strontium radiocatif 7(TM). Ensuite, je prend ma douche avec du gel "A.e" (TM), le seul gel qui laisse à la peau sa fraîcheur scandinave (TM), puis je m'habille d'un pantalon "L..i's" (TM) en toile "vintage", pour le confort, je mets des "D...s"(TM) aux pieds et des "Vu...et"(TM), les seules lunettes qui donnent un air intelligent, sur le nez. Je sors parfois pour aller prendre soin de mes cheveux dans un salon "Jean-Louis D...d" (TM) où on me met du shampoing à l'abricot et aux cellules actives de soja, le seul qui leur laisse un "éclat incomparable, comme un champ de blé"(TM). Comme je prend soin de mon corps, j'achète une planche à ramer dans un magasin "Déc...lon"(TM) avec une paire de chaussures "Ad...s"(TM).

  • Un sondage utile : les gens intelligents se posent-ils des questions ?

    Imprimer Pin it!

    408210789.jpgDes scientifiques américains, chercheurs en sociologie et en sciences cognitives, viennent de fournir les résultats d'un sondage exclusif qui rend pantois (Note personnelle : évidemment j'extrapole mais c'est une étude réelle du M.I.T sur des surdoués au départ) : il semblerait que les gens intelligents se posent plus de question que les autres, à 83,5%. Fichtre, voilà une dépense de temps et d'argent qui n'a rien d'inutile donc, l'équipe de scientifiques comptant en effet quinze membres payés une fortune. Il est donc maintenant prouvé que seuls les imbéciles ne se remettent jamais en question et ne se posent de questions ni sur le sens de leur vie, ni sur le sens que prend le monde, les crétins se contentant de survivre, la réflexion en jachère ou bien entretenant leurs certitudes. L'imbécile n'a aucun doute sur le monde qui l'entoure, il a des certitudes. Il ne lit pas, ou alors des "livres sérieux" et va au cinéma "pour se détendre" exclusivement. Il est sûr de ce qu'il veut, généralement beaucoup de fric, consommer jusqu'à plus soif et se reproduire avec une congénère, les imbéciles ayant encore, bien malheureusement, le droit de se multiplier. Selon l'imbécile, celui qui remettra en question tout cela sera un/e jaloux/se ou un/e méchant/e.

    En conclusion, nous dirons que c'est beau la science !

  • "Le loup-garou a mauvais goût" - extrait d'"Andy et Gina" de Relom

    Imprimer Pin it!

    Andy et Gina et leur Papa ont recueilli chez eux un loup-garou végétarien et repentant qui cultive son potager et ne mange que des légumes crus...

    S'agrandit en cliquant dessus

    1929027018.jpg

  • "L'homme aux deux cerveaux" - vrai film culte

    Imprimer Pin it!

    C'est Blind Theseus qui m'a donné envie de parler de ce film (voir lien ci-contre)... 

    1133565880.jpgCe film est délirant, hilarant et farfelu à souhait, il est signé Carl Reiner, qui a aussi réalisé "les cadavres ne portent pas de costards" dont le scénario semble avoir inspiré le retour d'"OSS 117" . Le docteur Michael Hfuhruhurr est neurochirurgien et l'inventeur de la méthode du "dévissage crânien" qui a donné à la science de nouvelles frontières. il refuse des clients et sa gloire aurait pu lui valoir le prix Nobel s'il n'était affligé d'un nom ridicule et imprononçable pour tout le monde sauf lui qui le trouve parfaitement compréhensible ("Feurururrre" c'est pourtant simple). Veuf esseulé, c'est aussi un mégalomane frénétique qui passe son temps à proclamer sa gloire et à faire les yeux doux à la presse. Un jour, il heurte avec sa voiture une jeune femme, Dolores, qu'il sauve aussitôt grâce à une délicate opération du cerveau. Elle le remercie avec un tel enthousiasme que le docteur, envoûté, décide de l'épouser. Or, la belle refuse les avances de Michael mais s'intéresse fortement à d'athlétiques jeunes hommes. Il rencontre alors un autre médecin qui l'aide et lui montre sa technique de conservation des cerveaux dont l'un d'eux se révèle celui d'une jeune femme qui tombe amoureuse du docteur. Le collègue de Hfuhruhurr, joué par David Warner, s'avère être le tueur "au liquide vaisselle" recherché par la police, ceci afin de se procurer des cerveaux. L'assassin avait auparavant transféré le cerveau de Dolorès dans le corps d'un gorille qui se jette par la fenêtre. Le docteur Hfuhruhurr transfère alors le cerveau de la jeune femme amoureuse de lui dans le corps de Dolorès. Leur bonheur serait presque complet, seule ombre au tableau, la jeune femme était boulimique et elle a beaucoup grossi.

    Ce film dé-construit les clichés du genre et même de la parodie, on s'aperçoit à un moment que ce qui semblait être des murailles est effectivement du papier peint que le majordome du "méchant" déchire sans réactions de surprise, et bizarrement mêle l'humour loufoque avec une émotion étrange, presque poétique... 

    Voir la fiche du film par ici 

    Un extrait du film...

  • Chers z-auditeurs...

    Imprimer Pin it!

    1774611754.jpg6h40, je me lève, je me bouscule, comme d'habitude-euh, je prend mon café et des tartines beurrées (précision faite pour mes futurs exégètes qui seront légions n'en doutons pas), et j'allume la radio. J'ai toujours beaucoup aimé la radio, et le matin j'écoute le plus souvent une des deux radios périphériques commerciales : Europ - Hiiin ! le 5-9 ! Le type qui présente les infos nous dit que Laure Manaudou a pleuré alors parce qu'elle a perdu au 400 m et qu'on saura tout si on reste à écouter le reste dix minutes encore. Il le dit sur un ton tel que l'on imagine un truc croustillant et bien salé, encore ou alors on a l'impression que c'est dit sur le ton, "cette conne a pleurniché et vous allez tout savoir". Je mastique mes tartines tout en buvant à intervalles réguliers une gorgée de café, bien fort, deux cuillerées pour un bol, au lait, je ne trempe pas dans le café (je sais, nous les grands penseurs notre vie est exaltante) et j'écoute le reste, en gros titres, les problèmes du PSG, on compatit mais on se demande s'il n'y a vraiment rien de plus grave. Puis, alors que je prend ma douche (de plus en plus passionnant, je sais) , j'entend l'info exclusive, Laure Manaudou a pleuré parce qu'elle va changer d'entraîneur et parce que c'est sa première défaite. C'est sûrement fondamental pour la politique mais je ne vois trop pourquoi. Il est certain que les émeutes de la faim et les prix en France, ça fait suer l'auditeur qui a envie de se détendre et de ne pas trop réfléchir.

  • Tel est pris...

    Imprimer Pin it!

    1519007593.jpgCe qui est intéressant avec les arbitres du bon goût, les donneurs de leçons de culture, de tolérance, de politique qui dispensent leur vulgate, libérale ou marxiste entre autres, sur leurs blogs, c'est que quand c'est leur tour de recevoir quelques vérités bien concrètes chez eux, ils se mettent en colère car eux c'est pas pareil, eux ils réfléchissent, eux ils savent que cette époque est dégénérée sauf dans leur cas. A longueur de temps, ils ressassent les mêmes obsessions, les mêmes préjugés, les mêmes blagues, qu'ils font passer pour des idées nouvelles alors qu'on les connait depuis longtemps. De plus pour qu'ils nous respectent, il faut être à leurs bottes en somme, flatter, re-flatter et cirer les pompes. Mais quand le mouton se rebelle, quand ceux qu'ils prennent pour des êtres humains bien moins intéressants qu'eux se mettent en colère, c'est pour eux pire qu'un crime de sang. J'ai pensé à certains d'entre eux ce matin en lisant un article sur cette région d'Espagne, à Rivas, où les citoyens sont invités à apostasier leur foi, à renier leur baptème s'ils avaient été baptisés, afin de montrer leur "tolérance" et leur "amour de la liberté". La tolérance consiste donc à effectuer une action blessante pour les croyants, et la liberté à suivre un ordre qui ressemble fort à un autre dogme. J'avoue que j'ai du mal à comprendre, sans doute car je suis un catholique aveuglé par sa religion. Parfois cette haine de la foi catholique est couplée à des discours affligeants et mièvres sur d'autres religions réputées plus tolérantes. Deux poids, deux mesures, si, exemple qui me vient à l'esprit, le Tibet de 2008 n'est plus celui féodal de 1930, l'Église de 2008 n'est plus celle de 1940. Je ne sais pas, étant le suppôt d'un Pape réactionnaire et odieux (rendez-vous compte il a serré la main de Georges Bush !) et d'une Église qui n'est plus "à la mode", je dois certainement me tromper...

    La photo est l'affiche d'une comédie policière sans prétentions mais amusante... 

  • Talon mon maître en sagesse - s'agrandit en cliquant dessus

    Imprimer Pin it!

     Talon selon René Goscinny : « Achille Talon, cerveau-choc, est un homme plein de bonne volonté, et doué d'un savoir puisé dans une encyclopédie… à laquelle il manquait pas mal de pages. Achille Talon n'en a cure ; sûr de lui, il n'hésite jamais à se jeter à corps perdu dans les situations les plus difficiles, avec une remarquable inefficacité. »

    1039495062.jpg

  • Existe-t-il un répulsif anti-cons ?

    Imprimer Pin it!

    115013179.gifMalheureusement, même si c'est à l'étude, cela n'est pas encore disponible dans le commerce car le con a une caractéristique intéressante, il surgit de nulle part à n'importe quel moment pour emmerder le monde. On ne peut donc prévoir, tout détecteur à cons est donc inefficace. Quand je dis le con, je pourrais dire aussi la conne étant pour la parité. Le con est haineux, il a des haines en lui cuites et recuites qu'il ne peut s'empêcher de partager avec le reste du monde, non pas qu'il soit généreux mais il est persuadé que ses haines sont de nobles élans. Le con se fait passer pour un esprit noble qui ne fait rien de mal, qui est une victime, il adore ça. Le pire, c'est que l'on est de temps à autre entraîné dans sa connerie, et c'est ça le plus con. Car le con sait flatter mais en son for intérieur, il ne fait que haïr. On a du mal à comprendre la haine, qui fait d'abord du mal aux plus faibles car le con est lâche et tient à sa survie, il n'attaquera pas les puissants, il n'est pas fou, il est con. Pour le con, le con c'est l'autre, toujours alors qu'un être normalement constitué sait que parfois il lui arrive aussi de l'être, con. Que le con reconnaisse sa connerie, ce sera le premier pas vers l'intelligence. Manque de chance, le con aime les médailles de toutes sortes, elles lui font tellement plaisir ce con qu'il pense que ça compense sa connerie.

    L'illustration n'a que peu de rapports, c'est con ? Non ?

  • PaRaDem - premières paroles historiques

    Imprimer Pin it!

    213780675.jpgL'extrème-centre a de l'avenir..;

    "Ce Congrès m'a fatigué, je vais parler avec mon yaourt et me coucher"

    Second Congrès fondateur du PaRaDem le 18 avril 2008 - le président fondateur du parti

    "Je m'ai bien amusé" - un anonyme humble et sage

    En photo, le plat principal du président lors des agapes du mouvement, en cliquant astucieusement dessus on adhère au PaRaDem.

    Par là l'hymne du parti

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Conseil d'Alexandre Vialatte aux blogueurs ?

    Imprimer Pin it!

    648256851.jpg" Si vous avez à parler d'un sujet, commencez donc par n'importe où. Voilà qui facilite les choses. (…) Par exemple : " le soleil date de la plus haute antiquité. " (...) Parti de prémisses si fermes et si catégoriques pour arriver au sujet même, vous serez obligés de l'extérieur à faire de tels rétablissements de l'esprit et de l'imagination que vous trouverez en route mille idées à la fois plaisantes et instructives qui ne vous seraient jamais venues sans cela. Je ne vend pas la recette, je la donne. Cette contrainte extérieure, qui est comme celle de la rime, vous aidera, loin de vous entraver. C'est la nécessité de la rime qui a fait naître les plus beaux vers. "

    "Et c'est ainsi qu'Allah est grand" - page 162, Alexandre Vialatte

    Lien permanent Catégories : Livre
  • Les "Doors" en version thé dansant - Mike Flowers Pops orchestra

    Imprimer Pin it!

    Avec ses costumes blancs immaculés, ses cols "pelle à tarte" et sa coupe de cheveux "playmobil", ce chanteur a détourné plusieurs tubes "rock" réputés subversifs "t'vois" pour en faire de l'"easy listening" pour thé dansant, ce qu'ils sont déjà au départ finalement, des morceaux anodins. Et, cerise sur le gâteau, ce sont des bons musiciens. Ici, il massacre "Light my fire" des "Doors".

  • Les grèves lycéennes - au sujet de quelques hypocrisies

    Imprimer Pin it!

    2004787625.jpgIl y a quelques années déjà, en 2002, il y avait eu une manifestation de "précaires" de l'Éducation Nationale, dont moi, devant le Rectorat de Rouen (sur 2000 enseignants tous prévenus, il y en avait 19) : ceux-ci avertissaient sur la réforme envisagée du BEP en Bac pro en 3 ans, d'ailleurs initiée dans les Lycée professionnels par les professeurs eux-mêmes qui n'y sont obligés en rien, sur les suppressions de postes, sur la bivalence de plus en plus demandée aux enseignants, sur le nombre d'heures de travail (certains étant persuadés dans leur for intérieur que les heures en plus seraient toutes payées en heures sup' mais cela ils ne le disaient pas trop fort). On nous disait que nous étions pessimistes, que nous exagérions. Il s'agissait plus en fait d'indifférence face aux licenciements massifs de précaires que de questions de réflexion politique divergente. Il faut dire qu'il y a des titulaires à 9 heures supplémentaires, voire plus, soient un demi-poste d'enseignant....

    C'est aussi la fameuse Loi d'Orientation Loi de Finances, pour s'aligner sur l'Europe, mise en place par la gauche hélas, la droite n'ayant pas cru à ce cadeau quand ils sont revenus aux affaires, qui permet ces suppressions de poste. On invoque alors la démographie, mais ceux-là qui en parlent n'ont jamais enseigné à une classe de 25 élèves en BEP que ce soit en "quartiers" ou ailleurs, qui est un nombre trop élevé pour que l'enseignant fasse son travail efficacement et que l'élève y trouve son compte. Remarquons en passant que rien ne change pour les "boîtes à bac" parisiennes ou non, dans ces établissements on maintient les dédoublements de classe. Enfin certains comparent ces grèves lycéennes à "mai 68", ça n'a rien à voir, les enfants de 68 étaient des enfants gâtés qui voulaient se faire plaisir, ceux de 2008 veulent un boulot, ils veulent travailler plus pour gagner plus, monsieur Sarkozy devrait s'en réjouir. Enfin, on a aussi beaucoup trop marginalisé les filières littéraires et de sciences humaines qui n'ont aucun débouché quel que soit le discours lénifiant que l'on nous sert (entre autres, j'entendais une jeune fille parler de son bac théâtre, c'était à la fois charmant et émouvant de naïveté) et beaucoup trop privilégié les matheux de façon beaucoup trop disproportionnée.

    Les lycéens sont de gentils agneaux, il n'y a pas encore de vraie colère mais un jour elle pourrait bien éclater.

    Lien permanent Catégories : Article