Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La gifle d'un enseignant à un élève

    Imprimer Pin it!

    7a84ff9d1efab919653570967c26d89a.jpgHier, un enseignant distribuait des papiers quelconques à ses élèves quand l'un d'eux, mécontent d'une remarque du professeur, l'a traité de connard entre ses dents. L'enseignant a réagi en le giflant. Il pensait bien naîvement que les choses s'arrêteraient là (il oublie qu'il n'aurait pas dû le faire) mais le soir, il était convoqué en garde à vue au commissariat suite à une plainte déposée par le père de efae03ae14d0ef88829acd972a664099.jpgl'adolescent. Je connais le problème, ça peut arriver à n'importe quel prof dans un moment d'énervement d'ouvrir les vannes et de coller une gifle, mais il ne faut surtout pas le faire car cela peut coûter le poste, ce qui est également excessif. La profession est tellement dévalorisée, et beaucoup d'enfants tellement mal préparés à respecter les règles de vie en communauté, que ce qui serait juste dans une situation d'équilibre ne l'est pas dans la société française de 2008. Certains excessif sont allés jusqu'à prétendre que certains parents devraient élever plutôt des poissons rouges au lieu de gosses, mais ce sont des excessifs. Les profs ne sont pas des fainéants, il faudrait s'abstenir de ce cliche débile, ce n'est pas un métier enviable du tout même en comptant les vacances.

    PS : Quant à Bernadette, vous voyez ce qu'elle subit...

  • Les amours et les amitiés enfantines

    Imprimer Pin it!

    9e4616b3dc45e85039660a567c28c599.jpgDepuis quelques jours, par l'intermédiaire du site "Copains d'avant", j'ai retrouvé quelques amis d'enfance perdus de vue, du moins le pensais-je, depuis longtemps. Cela m'a rappelé les promesses que nous nous étions faites pour certains étant à l'école ou au collège. Cela m'a remis en mémoire ces amitiés fortes qui n'ont jamais vraiment cessé en fait, Éric, Jean-Gabriel, Laurent et Stéphane, Sophie,... Il y en a pour penser que les amitiés et les amours enfantines, ce n'est pas du sérieux, contrairement à Carla et Nicolas qui se conduisent en gamins de douze ans, mais c'est une grave erreur, l'affection que l'on porte à l'autre est importante quand on est petit et c'est grave si elle est trahie. Ce n'est pas comme ces grands pendards d'adultes qui se laissent aller à compromettre leurs amitiés.

    af2a89722fe4dfd257f030e2fc923432.gifEt puis surtout, il y a eu toi qui n'a pas changée beaucoup depuis ton adolescence. Nous avions correspondu jusqu'à la Terminale et un peu plus. Nous nous disions souvent sans y croire vraiment, quand nous étions au collège, que des "amis d'enfance ça se marie pas ensemble". Tu écris que ta vie est beaucoup plus réussie que ce que tu espérais petite. Ma propension naturelle au romantisme, au cynisme et à la causticité me suggère que ce n'est pas si bien que ça finalement puisque tu as besoin de rechercher tes amis d'enfance de cette manière. Illusoire nostalgie ! Je ne regrette pas de m'être conduit en jeune con qui se donnait un genre et a fini par exploser en vol, je manquais de confiance en moi, comme les autres ados, voila tout. J'en croise beaucoup encore maintenant (je suis cependant un peu plus de l'autre côté de la barrière) qui roule des mécaniques mais sont au fond des coeurs tendres. Cela m'a également remis en mémoire deux ou trois bêtises commises ensemble. Là, je devrais être secoué de scrupules en tant qu'enseignant et éducateur, mon dieu, j'étais un chahuteur qui aimait bien la rigolade, le genre "premier de la classe" qui ne balance pas au prof (d'ailleurs, encore maintenant).

  • Cat Power - reprise de "New York" de Sinatra

    Imprimer Pin it!

    A part l'introduction dispensable (c'est un extrait du "Grand Journal" de Denisot), j'écoute et je regarde avec plaisir cette reprise de "New York" de Sinatra par Cat Power. Cela a été une surprise et une découvert sympathique. Cat Power ne se défonce pas, ne se roule pas par terre après une ou deux bitures, ne se fait pas cogner par son copain, elle n'a pas besoin de ça pour avoir du talent.

  • La nature sans les êtres humains...

    Imprimer Pin it!

    ...serait beaucoup plus belle.

    Les premiers vers d'un poème de Chateaubriand sur l'avenir en introduction (il s'aimait beaucoup mais avec un talent pareil, on peut se permettre d'être orgueilleux à ce point). Ces vers montrent à quel point nous ne pensons jamais aux conséquences de nos actes :

    "Nous verrons"

     Le passé n'est rien dans la vie,
    Et le présent est moins encor ;
    C'est à l'avenir qu'on se fie
    Pour donner joie et trésor.
    Tout mortel dans ses yeux devance
    Cet avenir où nous courrons ;
    Le bonheur est espérance ;
    On vit, en disant : nous verrons.  Par ici la suite ainsi que d'autres poèmes de Chateaubriand

    8db48586039a808dbc51ca71c541123c.jpgAvant-hier, je regardai sur "Arte" un excellent reportage de "Géo" sur l'Australie, heureusement très loin des bidonnages de Nicolas Hulot, ici pas de "naturels" à qui on fait remettre un pagne. On y voyait des espaces sauvages quasiment entièrement vierges de toute présence humaine. On y comprenait alors que la panète pourrait très bien se passer de nous; Là où l'homme passe, il ne laisse que des déserts, incapables qu'il est de respecter la nature qui l'entoure, ses dirigeants légiférant sur les cigarettes mais incapables de forcer les industriels, les consommateurs lambda, à diminuer la pollution.  Quelqu'un qui m'est proche m'expliquait en même temps que les atomes qui composent les êtres vivants ne sont en tout et pour tout que quatre, ordonnés de toutes les manières. Nous sommes bien incapables pour la plupart d'entre nous de comprendre toute la beauté de ce monde que d'aucuns vont jusqu'à nier. Les êtres humains se laissent si facilement aller au mal que c'en est effarant et à détruire ce paradis qu'est encore la terre dans les endroits sauvages. La planète se passerait très bien de nous, elle s'en passera un jour à moins que la conscience humaine ne prenne à un moment réellement conscience d'elle-même. En tant que croyant, je pense que la beauté sauvera le monde, pas l'homme, ce pitoyable primate qui encore maintenant convoite les biens de son prochain et le tue au besoin, et je suis toujours et encore stupéfait de l'amour divin à notre encontre, totalement gratuit.

  • Et si l'on prenait encore les gens pour des crétins ?

    Imprimer Pin it!

    696d0308518ed28715ee46cbe3961bc1.jpgCette affaire de la Société Générale dépasse l'entendement et montre que les médias, les politiques, les financiers se moquent du public encore plus qu'on ne le pensait, et ça marche. On nous dit que ce qui s'est passé est le fait d'un seul homme. Comme si il n'y avait pas des milliers de vérifications effectuées pour savoir quelles sont les transactions effectuées. Comme le "trader" inculpé le dit lui-même, tout le monde savait que les opérations n'étaient tout à fait autorisées mais comme ça rapportait plein de bénéfices, on le laissait faire. Cela signifie alors peut-être que son directeur (qui n'a pas démissionné contrairement à ce que font ses homologues anglo-saxons peut-être plus...comment dire, moraux et dotés d'un sens de leur dignité plus important)  et ses supérieurs hiérarchiques faisaient moins de vérifications que moi quand je comptais ma caisse alors que j'étais caissier dans un supermarché pendant ma licence, dix centimes qui manquaient et je devais tout recompter. Ne parlons pas de ce qui arrive au compte d'un client en découvert. Prendre le public pour des crétins, d'autres savent très bien le faire en racontant ce que l'on pense être leur vie sentimentale également, cela fait toujours pleurer la ménagère de moins et de plus de cinquante ans dans les chaumières. Mais il faut jamais pousser le jeu trop loin car si les électeurs, les citoyens s'aperçoivent un jour de la grandeur de la duperie, la violence enflammera tout

     

  • Le roi de la basse-cour à la machine à café

    Imprimer Pin it!

    af44f30e3a7d6658844f114449bd38ee.jpgS'il y a bien une chose, certes futile, qui m'exaspère, c'est bien celle-ci. Dans la plupart des bureaux, des administrations de tel ou tel établissement, il y a un lieu dans lequel les collègues se retrouvent tous à la pause café. Et à chaque fois, on y trouve un ou deux mâles "alpha" pas forcément virils d'ailleurs mais qui possèdent en eux un élément qui impressionnera quelques collègues féminines. Celles-ci, souvent des femmes considérées comme des vierges sages, se comportent alors en gamines de 12 ans, 7c2c9a4c5b6be6cec023c45bc1f9f4af.jpgricanant bêtement, parlant toutes en même temps et étant apparemment ravis de faire leur cour au coq de basse-cour qui ne manque pas de se rengorger. Je me demande toujours comment des femmes intelligentes font pour ne pas se rendre compte de leur comportement stupide. Quand un nouveau venu apparaît, il a comme le geste de gonfler un peu plus des plumes imaginaires, il met la tête un peu plus en arrière comme s'il voulait réellement mettre un peu plus une crête en valeur, car finalement il n'est pas sûr du tout de son identité masculine. Il fronce les sourcils si le nouveau venu capte un tant soit peu l'intérêt et semble plus intelligent que lui, il a tellement peur de perdre ce privilège peu enviable d'être le prince de la basse-cour (qui, comme chacun sait, finira bien un jour au four ou en cocotte, avec du vin ou des épices). On remarquera d'ailleurs que ce n'est pas de posséder une intelligence moyenne qui l'inquiète le plus mais de ressembler le plus effectivement à un gallinacé mâle.

  • Huit ans de bagne = huit ans de prison pour les membres de "l'Arche de Zoé"

    Imprimer Pin it!

    d6b60756e753f5567b923743dcc60948.jpgDonc, la justice française et notre pays se sont aplatis devant l'arbitraire d'un pays "pseudo-souverain", dans lequel une bonne partie du territoire est contrôlée par des militaires étrangers, comme l'a écrit BHL, et pour une fois, je suis d'accord. Depuis quand une dictature qui envoie ses condamnés aux travaux forcés, qui est gouvernée par une oligarchie d'anciens militaires qui s'en mettent plein les poches, qui laisse 103 enfants parmi les 142 en orphelinat, qui ne fait rien contre le génocide perpétré au Darfour, est-elle une nation respectable ? Mais attention, ça, il ne faut surtout pas le dire, le Tchad est un pays comme les autres et la décolonisation s'est très bien passée, même si en fait on se fout complètement finalement du sort des enfants. Si je comprend bien, ceux qui essaient de sauver des gosses de la misère, qui essaient de leur donner une éducation, qui ont, au moins, tenté quelque chose, ce quelque chose fût-il désordonné, sont d'affreux colonialistes. On se demande surtout si ce n'est pas parce qu'ils mettent les médiocres face à leurs propres responsabilités, face à leur absence d'actes pour résorber la pauvreté qu'ils gênent le plus. Soyez donc lâches, cher troupeau bêlant de tous ceux qui se soumettent à l'hypocrisie dominante, et dormez la conscience tranquille.

  • Sur le traité de Lisbonne par Christian Hutin député du Nord (MRC)

    Imprimer Pin it!

    La maxi-traîtrise du traité de Lisbonne par Christian Hutin, député MRC du Nord

    8e2ab269570067bd3ea1795b6ece1956.jpgLes raisons de refuser ce traité sont nombreuses mais je n'en citerai que quelques unes qui me paraissent fondamentales.

    Il y a tout d'abord une question de morale et de conviction personnelle. Depuis Maastricht, je me suis toujours opposé aux différents textes qui furent présentés aux suffrages des Français. Certainement pas par opposition à la fraternité des nations entre elles et aux projets qu'elles peuvent mener ensemble, mais justement parce que je considère que ce n'est pas en dépossédant les peuples de leur souveraineté, et donc de leur liberté, que nous ferons progresser la démocratie. Or, aujourd'hui, je constate que l'Union européenne est incapable de transformer en pouvoir démocratique les transferts de souveraineté que consentent à faire les États membres. Cette machine à défaire de la démocratie au profit d'un pouvoir technocratique, certes compétent, mais détaché de la légitimité populaire ne mène qu'à une impasse politique.

    La situation de l'Euro en est la caricature. Sans contrôle politique, voilà une monnaie qui met en évidence les très fortes distorsions qui existent au sein des différentes économies européennes. Certes, la France a des faiblesses, mais elle a aussi des atouts. Un euro à 1,5 dollar est un boulet, pas seulement pour la France dont le tissu économique, l'histoire économique et sociale, ne sont pas ceux de l'Allemagne. La crise financière qui secoue actuellement les places boursières ainsi que l'attitude de la Banque centrale européenne illustrent hélas cet état de fait.

    Ensuite, je me suis battu avec le MRC, aux côtés de Georges Sarre et Jean-Pierre Chevènement, pour la victoire du « non » le 29 mai 2005. Je ne vois donc pas pourquoi je changerai de point de vue aujourd'hui. « Mini traité » ou « traité simplifié » me dit-on. Allons ! Qui peut croire pareil mensonge? La quasi intégralité du Traité constitutionnel européen se retrouve dans celui de Lisbonne. De l'aveu même de Valéry Giscard-d'Estaing qui est venu le dire devant les députés à l'Assemblée nationale le 16 janvier dernier. Tout y est, sous forme d'amendements, d'annexes ou de renvois aux textes déjà existants. C'est en réalité d'une maxi traîtrise dont il s'agit.

    7bc9fc2b9c3eaad2d085fe9b8c73f005.jpgL'argumentation de Nicolas Sarkozy ne tient pas une seule seconde à un examen critique digne de ce nom. Il nous avait dit qu'il ferait voter par voie parlementaire son « traité simplifié ». Mais de qui se moque-t'on ? Ce texte illisible est indigeste (256 pages). Ensuite, comment accepter de renoncer à un référendum sur un texte qui n'existait même pas au moment où la promesse a été faite? Autrement dit, il a demandé aux Français : « faites-moi confiance, faites-moi un chèque en blanc, j'ai entendu votre message du 29 mai, je saurai respecter votre vote ». Et bien, cela est faux, et Nicolas Sarkozy a menti. En aucun cas, nous n'avons à nous sentir tenu par cet engagement de campagne, car seul ce qu'un référendum a fait, un référendum peut le défaire. De plus, accepter ce genre d'argument, c'est en réalité renoncer à l'idée même de s'opposer à la politique de Nicolas Sarkozy. Si certains renoncent, surtout à gauche, en ce qui me concerne ainsi que mes amis du MRC, ce n'est pas le genre de la maison.

    Il convient donc de respecter la volonté du souverain, c'est-à-dire du peuple. Il ne s'agit pas d'un simple « règlement intérieur » pour faciliter le fonctionnement des Institutions européennes, car toutes les objections que nous pouvions faire à la Constitution européenne, nous pouvons les faire au Traité de Lisbonne. A celles et ceux qui pourraient me considérer comme archaïque, pour lesquels la souveraineté populaire ne compte pas, je pose simplement deux questions : si ce n'est pas le peuple qui est le souverain, alors qui l'est ? Et si le peuple n'est pas le souverain, peut on se considérer comme des femmes et des hommes libres ?

    Or la gauche, ou en tout cas une partie d'entre elle, n'a rien à gagner à poursuivre le mélange des genres et à s'allier avec les forces les plus libérales, qui voient dans la construction européenne actuelle leur triomphe idéologique.

    Tout comme je me suis opposé le 15 janvier à la révision de l'article 15 de la Constitution, je m'opposerai le 4 février prochain à la réforme de notre loi fondamentale. De même, à l'Assemblée Nationale je voterai contre la ratification du Traité de Lisbonne.

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Bernanos et la gauche

    Imprimer Pin it!

    882ea17484bbcf089e0daa41af3c1c34.gifQuand Bernanos est parti en Espagne vivre à Palma de Majorque pour faire la chronique louangeuse de l'Espagne franquiste ainsi que lui demandait son journal, "l'Action Française", Maurras et Daudet le voyait comme leur digne héritier. Après avoir vu les franquistes commettre plusieurs exactions, après avoir entendu le témoignage de son fils qui s'était engagé dans la Phalange, après avoir vu les feux de dizaines de charniers au lieu des feux de la Saint Jean qu'il croyait trouver, il a décidé de dire la vérité, toute la vérité. Comme il était intègre, il ne pouvait donc plus supporter de rester dans un journal en contradiction profonde avec ses opinions, ses idéaux, ses aspirations, y compris si sa survie alimentaire eût été en jeu. Or, je lis sur plusieurs blogs, sites et publications de gauche, que Bernanos aurait donc ainsi changé d'avis quant à ses rêves, pas du tout, il ne passe pas sur l'autre bord, si tant est qu'on puisse dire qu'il fût d'une rive ou de l'autre, il garde intactes sa foi et ses opinions monarchistes, son goût ardent pour la Liberté et l'équité sociale mais si pour dire la vérité il doit se brouiller avec son camp, il n'hésite pas. C'était simplement un esprit libre, comme Simone Weil ou Georges Orwell, de gauche et capable de dire leurs désillusions et leurs déceptions quant aux dérives totalitaires et sanglantes de ceux se réclamant de leurs propres idéaux, somme toutes assez proches de ceux de Bernanos : la Vérité, l'Intégrité, le Courage, la Paix et la Justice. De ceux qui poussent à oser remettre sa sécurité matérielle en jeu pour faire triompher tout cela.   

  • Crottes de chien et laïcité - une anecdote révélatrice

    Imprimer Pin it!

    7b70e875ca13b92f23ca2101e22f2d50.jpgIl y a quelques années, je me promenais dans Paris avec mon frère quand nous avons croisé deux dames dont l'une tenait un gros chien des Pyrénées en laisse (Et non un berger, merci à Patrice de Plunkett de la rectification), celui-ci, joyeux clébard baveux, étant en train de déféquer un très gros étron en plein milieu du trottoir. Nous lui faisons remarquer que c'était assez dégoûtant, en matière de réplique, elle ne savait trop quoi dire, elle me répond alors, apercevant une petit croix que j'avais autour du cou, ma croix de baptême, que les chiens qui font ça c'est moins grave que, je cite, "les chrétiens qui le font aussi", elle prétend alors en avoir vu de ses yeux ensuite. Un moment interloqués, cela nous fit ensuite beaucoup rire avec mon frère, nous imaginions des types en robe sombre, avec une barbiche méphistophélique, portant une lourde croix pectorale, faire leurs besoins un peu partout en ville la nuit en ricanant diaboliquement pour que l'on fasse ensuite accuser les chiens.

    Tous ceux qui en ce moment poussent des cris d'orfraie en hurlant que la laïcité est en danger me font penser à cette dame. Leur vision des croyants, surtout chrétiens, n'est qu'un fantasme et peu se soucient vraiment des problèmes de société concrets qu'ils ont sous le nez, dont ils sont parfois responsables, mais qu'ils nient constamment. 

  • Les frites c'est dangereux - une actualité proposée par Éric

    Imprimer Pin it!

    89aaebc598cbb17db92c59ce8d8c6d58.jpgLu dans la presse le jeudi 24 janvier dans "Le Parisien" :
    "elle glisse sur une frite et attaque le fast-food".
    REIMS (MARNE), Hier.

    Nicole Borgnon prétend s'être cassée la jambe à cause d'une frite qui traînait par terre dans un fast foot. (ils ont mis foot au lieu de food).

    "C'est vraisemblablement la frite la plus chère du monde. M Emmanuel Ludot l'a estimé à 15000 €. Le prix pour indemniser sa cliente,...etc etc.. L'affaire de la frite a commencé le 22 décembre vers 22h30... Elle vient retirer quelques hamburgers pour ces 4 enfants (1 chacun sans doute donc)... quadruple fracture... (décidément le chiffre 4 ne lui porte pas bonheur) Mon pied droit s'est coincé dans le paillasson et ma jambe gauche a glissé sur une frite. Conclusion les frites de chez Quick (c'est un Quick et non un Mac Do) c'est de la (fausse) merde puisqu'elle a marché dedans du pied gauche et que cela ne lui a pas porté bonheur !
    Affaire à suivre : les employé attestent que le sol est nettoyé régulièrement et qu'à cet endroit là éloigné des tables il ne peut pas y avoir de frites ! Ce serait l'état des chaussures (pneus lisses) de la victime qui seraient en cause !

    On est en train de s'américaniser : pour le sur-poids de nos enfants et les procédures judiciaires que l'on intente dès qu'il y a un pet de travers...

  • Larmes de crocodile...

    Imprimer Pin it!

    7da88731b46ad39dd756145eaf4ca94d.jpgQuand je lis ou quand j'entend une personne notoirement favorisée et riche pleurnicher des larmes de crocodile sur les pauvres et les moins z'aisés que lui ou qu'elle, j'ai presque des envies de meurtre. Car, dans 99% des cas, ce n'est suivi d'aucun geste concret de redistribution ou d'abandon de privilèges, en somme c'est au mieux une manière de surmonter sa culpabilité d'avoir un portefeuille bien garni. Ce n'est pas que je remette la sincérité de ces déclarations en cause mais leur hypocrisie intrinsèque. Les réformes sociales, qui sont autant de sacrifices déguisés pour les plus précaires, ne toucheront jamais ceux qui ont "une situation" comme le dit l'expression et ils le savent très bien. Il faut relire Flaubert, Frédéric Moreau et son ami sur les barricades de la Révolution de 1848 ne risquent pas grand-chose dans "l'Éducation Sentimentale", leur ami ouvrier si, lui, il finira en prison, eux y échapperont de par leur statut. Il se peut que Frédéric ait lu Marx ou Louis Blanc ensuite, dans le confort douillet de son intérieur bourgeois, puis, sans y prendre garde, il se sera félicité de sa condition.  

  • Apprenez à connaître les petits gros... - ou au sujet des ours et des hippopotames

    Imprimer Pin it!

    1215fbd073d3646e2bb4a6f6faa96977.jpgCe matin, allant chercher un dévédé de "Ouladizney" dans un magasin dit culturel, je demande un renseignement à un des membres du personnel qui appelle un responsable qui, en arrivant, constate dans mon dos : "Ouah, le gros lard". Effectivement, "I am kind a big lard boy" (je le dis en anglais ça fait plus chic). J'ai connu beaucoup de comparaisons avec des animaux divers, l'éléphant, réel ou imaginaire, "Babar", à une époque je mettais souvent une veste verte, l'hippopotame (comparaison faite par une petite fille qui m'est proche donc là je n'y trouve rien à redire, on m'a comparé aussi à l'hippopotame Clapotis de l'émission pour enfants "Pépin la Bulle" qui ne dira rien aux moins de trente-cinq ans), et un ours voire "L'Ours" ou "Nounours", ce surnom ne me dérangeant pas non plus car si les ours ont l'air bonhomme comme ça, un coup de patte mal placé et Rocco Siffredi devient "petit chanteur à la croix de bois". Si on est sympa avec lui, on peut lui mettre un anneau dans le nez et il acceptera presque tout. J'ai été aussi "le pingouin" de "Batman" et un jumeau de Carlos, le chanteur, pas le terroriste, quoique avec l'âge, nous nous ressemblons de plus en plus. Je m'étonne toujours de l'inventivité des gens concernant les surnoms qui raillent le physique de ceux qui les entourent, les petits, les gros, les maigres. Quand on voit également les critères actuels de beauté masculine ou féminine : très lisses, on se dit que c'est bien d'être hors-norme (on le voit la jeune personne ci-contre apprécie son nounours). 

    Trois cases de "Garfield" sur le sujet en bonus :

    -Liz, je pense que Garfield triche avec son régime

    -Ouais, j'en suis presque sûr

    -Le réfrigérateur a disparu

    réflexion de Garfield : "Je n'aurai plus jamais faim"

    8db32252b5b70487c6df4901400d8d9c.gif

  • Le cas Lucas

    Imprimer Pin it!

    902a9b898ec4f7b2d798b905ecdeb346.jpgQuand on voit Philippe Lucas apparaître la première fois, on voit surtout son look improbable entre le fan de Djohnny et le "biker" avec un peu de surfer australien. On n'a pas envie de rigoler car il est salement costaud, même bien à l'abri devant son poste de télévision. A chaque fois qu'il parle au journal télévisé ou dans d'autres émissions, excepté depuis quelques temps où je le trouve assagi, il met à chaque fois les pieds dans le plat, dit ce qu'il pense, ne se gêne pas pour aller droit au but. Les "Guignols" en ont fait une caricature assez réussie au demeurant. Mais c'est l'entraîneur qui a permis à la France d'avoir une championne absolue en natation en remettant au goût des jours des valeurs bien oubliées qui sont l'excellence et l'exigence, on n'est pas si éloigné de Cécile Ladjali. Le sport fait donc bien partie intégrante de la culture. Sa façon de faire semble rude, il est en fait exigeant et tire de ses sportifs le meilleur en les poussant à se dépasser et relever les défis qu'on leur pose, Ce n'est pas non plus le cliché habituel du "self-made-man" libéral à l'américaine. C'est l'histoire d'un entraîneur qui pousse au dépassement...

    Son livre(écrit certainement en "collaboration" mais qu'importe) pour ceux que cela intéresserait sur chapitre.com

    Une photo extraite de ce site où l'on retrouve de très belles photos de compétitions de natation d'Éric

    fdd888985c53209df41510165fd66f4a.jpg

  • Nous méritons un Sarkozy

    Imprimer Pin it!

    c0c21b3cc33957034bb4e2727089f1fb.jpgDans les journaux de gauche, on nous présente maintenant Sarkozy comme un clérical, un partisan de l'ordre moral qui aurait des velléités monarchiques. On se trompe complètement de problème, que l'on se cache encore par peur d'affronter la vérité. Cet article complète le précédent parfaitement en fait. Étant donné la sclérose de ce pays, son immobilisme, ses responsables irresponsables, sa perte de confiance totale, ses valeurs communes réduites à néant, y compris républicaines, le pouvoir était à ramasser par un opportuniste habile ou un autre, c'est ce qui s'est passé. En convoquant les peurs des français, en les encourageant parfois dans leurs angoisses, en rassurant les personnes âgées sur leurs retraites et leur magot (à cette âge là, on se soucie peu du reste à des rares exceptions), sans parler des jeunes flattés dans leur frilosité, il s'est fait élire. Comme il sait qu'il n'obtiendra rien des élites auto-proclamées de ce pays, de gauche comme de droite, tellement confites dans la dévotion de leurs nombrils qu'elles ne voient rien d'autre, que la sclérose de ce pays continuera à s'étendre jusqu'à ce qu'il se transforme définitivement en zone touristique de luxe pour américains ou chinois fortunés, il se dit que se servir de l'Église peut être un vecteur de stabilité et de lien social, ça n'a rien à voir avec la foi et la morale, son comportement étant effectivement en contradiction flagrante avec l'une et l'autre, et c'est son droit, avec son comportement on est loin d'un purotin. Certains catholiques se sont émerveillés de son discours au Latran mais ce n'était qu'un leurre, un appât tendu qui a bien fonctionné, c'est un politique habile qui arrive à faire parler de lui tout le temps en plaçant progressivement ses compagnons de route aux postes clés. Ce pays qui s'embourbe, le sait et continue de s'embourber, s'entêtant, ne mérite qu'un Sarkozy...

    PS : le site d'Anne Mansouret a été actualisé

  • Sommes-nous un pays de cons ?

    Imprimer Pin it!

    136138355e4e1bae13460c10da01434b.gifQuelqu'un dans mon entourage a un jour fait cette constatation, certes extrême, que je partage souvent. Je pense à un exemple bien précis : un petit monsieur a inventé dans le secret de sa cave un moteur à air comprimé pour voiture, ce moteur est non seulement écologique mais aussi performant, du moins pour des berlines urbaines. Cerise sur le gâteau, il ne coûte rien à mettre au point. Seulement voilà, après des mois et des mois de tracasseries administratives, de rencontres avec des élus timorés, des responsables totalement sclérosés, des bureaucrates lui demandant tel justificatif puis tel autre, lui accordant son brevet puis finalement non car il n'avait pas le bon parcours, il a eu la chance de rencontrer un entrepreneur indien qui lui a acheté son invention pour équiper les millions de voitures bon marché dont il se prépare à inonder le marché mondial. C'est ce qui arrive chez nous pour toute personne sortant du lot, un peu hors-norme, il faut suivre les mêmes rails que les autres. Nous sommes un pays sans références communes, sans projet commun, sans innovation, un pays gangrené par ses contradictions et ses lenteurs, ses administratifs qui ne prennent jamais aucune responsabilité, ses politiques démagogiques ou angélistes de toutes façons coupés du réel, son clientèlisme, son népotisme roi.

  • Larbin comique

    Imprimer Pin it!

    83be34f4ab778f8bc7ed8d61b7103c3e.jpgDécidément, l'émission de Fogiel recèle des perles de culture de médiocrité rarement atteinte sur le petit écran, à commencer par les interventions du comique, c'est lui qui le dit, Fabrice Éboué . Censé commenter les paroles des intervenants, et ponctuer les discussions de "pastilles" humoristiques, il joue un peu le rôle du "chef de claque" de l'animateur dirigeant un public docile, voire servile, et acquis de toutes façons. On dirait aussi un de ces agitateurs professionnels que l'on croise parfois dans les manifs de tout bord. Quand un intervenant n'est pas d'accord avec le patron ou contredit un préjugé communément admis, il est systématiquement hué, ridiculisé, voué aux gémonies, on n'est pas loin du lynchage, de même si son discours est un poil trop élaboré au goût du public, on le cataloguera comme prétentieux ou abscons. Fabrice Éboué ne risque pas grand-chose, le public est de son côté, le fait de "hurler avec la meute" étant plus valorisant pour beaucoup que se démarquer et dire enfin ce que l'on pense. Et il ne faut surtout pas s'aviser de ne pas le trouver drôle, sinon c'est, selon lui, que vous êtes raciste.  

  • Communiqué de Denis Collin sur le traité de Lisbonne

    Imprimer Pin it!

    Communiqué

    Je le fais circuler car je suis parfaitement en accord avec son contenu.

    9f9059e08e6d60ad21c31a485e3d1c8f.jpgEn décidant de faire adopter le traité dit « modificatif » de Lisbonne par la voie parlementaire, le président de la république bafoue la volonté populaire exprimée par le référendum du 29 mai 2005, qui avait vu la victoire du « non » par plus de 55% des suffrages.

    Dans quelques jours, le 4 février, le Sénat et l’Assemblée nationale réunis en congrès à Versailles devront décider si cette véritable forfaiture est possible. En effet, pour permettre la ratification parlementaire du nouveau TCE, il faut une modification préalable de la constitution qui doit recueillir les 3/5 des votes des parlementaires.

    Il est encore possible de contraindre le président au référendum : il suffit que tous les parlementaires attachés à la démocratie et au mandat que leur a donné le peuple votent « non » le 4 février à Versailles.

    Contre le traité modificatif de Lisbonne, copie conforme du TCE rejeté par le peuple,

    Pour un référendum et pour le respect de la volonté populaire

    (Pour les Eurois et les normands, se tiendra mercredi 30 janvier 2008 à Évreux, salle Jules Janin (6 boulevard Jules Janin), à 20h30 une réunion publique, animée par Marc Dolez, député du Nord).

    Denis COLLIN

    http://www.la-sociale.net

    Lien permanent Catégories : Politique
  • "Dura Lex Sed Lex" - Hier soir chez Fogiel.

    Imprimer Pin it!

    6d8a7467b5bc6683a6fa0e32bfd313e2.jpgHier soir chez Fogiel, que je ne regarde jamais sauf ce mardi (note personnelle : car Edouard Baer, que j'aime bien, était invité), à la fin du discussion au sujet de l'avortement, j'entend Fogiel trancher dans le vif : "C'est la loi (qui décide du moment où un foetus devient un être humain) selon la cour européenne", donc -sous entendu- on doit obéir sans se poser de questions. Donc si je comprend bien, même si une loi était inique, absurde, grotesque, il faut la suivre en se gardant bien de réfléchir. Si l'on suit ce raisonnement jusqu'à l'absurde, les résistants et les opposants à la folie totalitaire allant contre la loi légalement légitime, Hitler ayant accédé au pouvoir par les élections, ses opposants avaient tort si l'on suit ce raisonnement nauséabond. Les dissidents contre Staline étant des rebelles à la loi, celui-ci avait raison de les envoyer croupir au goulag. De plus, c'était couplé à un discours alarmiste prévoyant le retour de l'Ordre Moral, d'un ordre noir inquisiteur, bien entendu catholique, qui menacerait encore nos libertés. Rappelons que les catholiques pratiquants réguliers ne représentent que 2% de la population française et qu'ils sont divisés en un grand nombre de chapelles et de groupuscules antagonistes, des progressistes qui sont de toute façon d'accord avec tout le discours ambiant, aux traditionalistes de différentes obédiences, sans oublier les catholiques qui essaient tant bien que mal de vivre leur foi dans l'Église, leur dangerosité est donc très faible mais un catholique est toujours perçu comme un censeur, un juge ou un moralisateur qui gêne. Les catholiques seraient 788df9c3e5809a0174cd11d2efd43a7f.gifdonc des émules du schtroumpf à lunettes en quelque sorte...

    Sinon, J'ai beaucoup de combats à suggèrer à celles et ceux qui veulent défendre le droit des femmes, plus urgents, beaucoup plus urgents : la liberté des jeunes filles dans les cités dites "difficiles", les dégâts qu'exercent la pornographie hyper-intrusive, la conception déplorable des femmes dans la musique qu'écoutent les "djeuns", l'excision, les femmes battues, la polygamie, les mariages forcés, l'esclavage moderne, les petites filles tuées dans tous les pays sous la chape de traditions barbares parce qu'elle naissent filles...

  • L'interview d'Arrabal par Edouard Baer et Ariel Wizman

    Imprimer Pin it!

    Dommage que la vidéo soit parasitée par un commentaire stupide. C'est le genre de télé qui a maintenant disparu, noyée actuellement dans l'unanimisme béat. Si quelqu'un l'a dans sa V.O. il aura droit à toute ma considération...

  • Pourquoi regarder les feuilletons "de filles" ?

    Imprimer Pin it!
     C'est un sujet frivole donc je me devais de le traiter aussi...

    Les feuilletons « de filles »

    3e2ccd780dcc70e5969872b804021d6e.jpgL'homme a toujours eu du mal à comprendre sa compagne. Lui, quand il veut un truc, il veut un truc, point, il dit pas qu'il veut quelque chose alors qu'en fait il veut exactement le contraire mais qu'il faut le deviner. Me fais-je bien comprendre ? L'homme aime bien se faire peur avec les copains parce que c'est comme ça qu'il se sent homme et proche de ses amis, c'est un peu bête bien sûr, il le sait, mais il pense qu'il est obligé d'en passer par là; Quand il s'est trouvé une compagne à son goût, il se dit, il est encore très jeune dans sa tête, alors qu'elle est déjà beaucoup plus mûre, qu'il se passerait bien du restaurant, du bouquet de fleurs et éventuellement du diamant (du zircon s'il est fauché mais ça la fiche mal), pour séduire sa future, il se demande souvent pourquoi il ne poserait pas la question directement et clairement sans chichis, mais il sait bien que ça manque légèrement de délicatesse. En plus, les filles, ça n'aime pas du tout le foot quand ils sont tout seuls à deux, à des rares exceptions, et ça n'aime pas les films de guerre avec plein de sang et d'action quoi. Il faut aller se taper des films sentimentaux, où la fille aime un type qui ne l'aime pas alors la fille est malheureuse et elle pleurniche et ça fait couler son Rimmel.

    4ae555cccf7456f6606e33d9bef3113b.jpgPour résoudre ce genre de graves problèmes, la télévision, dans sa grande intelligence pédagogique, au moins pour ça, on peut le dire sans rigoler, a prévu les feuilletons « de filles ». Grâce aux feuilletons « de filles » on peut entrer dans la tête de nos compagnes et tenter de comprendre ce qu'elles veulent vraiment, même si c'est pas gagné. Les héroïnes de ce genre de feuilletons sans grosses bagnoles, ni OVNI, ni vaisseaux spatiaux, sont souvent d''exquises emmerdeuses, des chieuses séduisantes mais, chieuses. C'est bien là le problème. Comme Ally MacBeal. Celle-ci a au moins le mérite de joindre la pédagogie à l'intérêt esthétique pour l'homme (du moins les deux premières saisons, après l'actrice est bien trop maigre) car elle porte des mini-jupes au ras du « plafond de la Chapelle Sixtine » (j'appelle ça comme ça, moi, oui, et alors ?). Ally retrouve son amour d'enfance dans le cabinet d'avocats, j'aime beaucoup les deux personnages patrons de ce cabinet, John Cage qui retrouve le moral en écoutant Barry White et Richard plus cynique et cinoque, où elle est engagée dans le premier épisode, il est marié mais elle s'en fiche, elle veut le reconquérir (l'homme ne voit pas tellement ce qu'elle lui trouve parce qu'il est quand même sacrément fadasse, l'homme, par contre, trouvera Harry, son amoureux de la troisième et quatrième saison, plus sympathique, là il comprend).

    b9d861d276e5522f9c402ef049674885.jpgIl y a aussi, pour l'homme qui vit avec sa compagne et qui n'a plus besoin de savoir ce qu'il doit faire pour y arriver les feuilletons qui nous parlent de ménagères désespérées, ou d'épouses stressées. Là, il est content, car il y en a pour tous les goûts : Susan, la célibataire qui écrit des contes pour enfants, un peu godiche elle a besoin d'un homme, un vrai, pour la protéger car elle est tout de même un peu conne, Lynette, la maman dépassée qui se remet à bosser parce que son homme à elle aime bien garder les gosses à la maison, un fou pense alors l'homme, et puis en plus elle est jalouse et psychorigide, Bree, (note personnelle : ma préférée de loin), qui tente à tout prix de maintenir les apparences d'une famille WASP de rêve, ou de cauchemar, Edie, la croqueuse d'hommes, là l'homme sent son instinct de chasseur se réveiller et la mini-bombe latine, Gabrielle, cynique et arriviste, elle couche avec son jardinier. (Par là les photos des personnages). Et pour les plus jeunes, depuis quelques semaines, il y a « Ugly Betty » sur TF1, moins mélo que les autres versions de la télénovela colombienne, « Betty la moche ». Il y a plein de couleurs, les personnages sont assez outrés, je crois en fait que c'est plus pour les hommes qui aiment bien les amitiés saines et viriles et les cours de couture, Betty est laide mais tellement sympathique au fond, et tout le monde finit par le reconnaître, bref pas du tout comme dans la vie où l'apparence est fondamentale.

    Un petit bonus, les personnages d'Ally MacBeal sur la chanson de Barry White, "You're my first, you're my last, my everything"

     

  • La laïcité est-elle en danger ?

    Imprimer Pin it!

    Je précise que je suis pour un système laïc, j'y suis même encore plus profondément attaché depuis mon séjour à Jérusalem.Nous prenions là-bas un malin plaisir à aller prendre des bières ou autres boissons dans des cafés et établissements qui accueillaient toujours en face quelques excités qui nous vouaient, nous et le patron du lieu, à des supplices éternels...

    Mais à quelques nuances près...

    84261415402a4351f16db30269cbf0c4.jpgDepuis quelques temps, suite au discours de Sarkozy à Saint Jean de Latran, l'on voit fleurir dans plusieurs journaux, sur des blogs, à la télévision, des textes alarmistes sur ce qui s'apparente pour beaucoup à des attaques contre la laïcité, et ce encore un peu plus depuis le voyage du président en Arabie Saoudite. Il y a d'ailleurs souvent une chose que j'ai du mal à comprendre, que ce soit dans l'article de Joseph Macé-Scaron dans "Marianne" ou d'autres, que voulez-vous ? Effacer complètement l'héritage religieux de la France et de l'Europe, que ce soit ce que l'on appelait "la Chrétienté", l'apport d'"Al Andalous" et de l'Islam à l'architecture, aux mathématiques et à l'astronomie, ou la sagesse juive ? Ce qui reviendrait à effacer et nier une bonne partie de l'identité du pays et du continent. En outre, Macé-Scaron l'écrivait très bien il n'y a pas plus tard que la semaine dernière, il y a une différence majeure, et une confusion majeure, entre "les fous de Dieu" qui veulent imposer leurs vues par la haine et la violence, et "les fols en Christ" qui brûlent de leur Foi comme d'un amour passionnel et spirituel.

    a574f63d6461e37e1c9045c6bf901aa8.jpgEt la foi n'est pas induite par un comportement de consommateur : un peu d'humanitarisme vague, un peu de spiritualité mais pas trop, un peu de syncrétisme au-dessus pour faire joli (le dieu des juifs n'est pas le même que celui des chrétiens ou des musulmans), c'est un engagement autrement plus profond. La laïcité existe toujours en France, mais elle est de plus en plus bafouée mais pas par le président : les menus tenant compte des interdits alimentaires dans à peu près toutes les cantines administratives, les tenues rituelles imposées petit à petit, même quand elle sont des signes d'oppression objectifs, les vacances pour des fêtes religieuses, des aménagements pour les jeûnes obligatoires sans parler de l'insistance à parler de certaines fêtes plutôt que d'autres qu'elles soient de l'une ou l'autre des trois religions monothéistes, les heures réservées aux femmes ou aux hommes dans les piscines, les hommes qui refusent que leurs femmes soient soignées par des praticiens masculins et j'en passe, la pratique de l'excision, celle de la polygamie qui perdurent alors que ceux qui devraient nous en avertir ferment les yeux car il y a aussi une peur panique de passer pour raciste si l'on remet en questions certaines traditions effectivement et objectivement barbares, un peu de lâcheté et beaucoup d'indifférence. 47f124cf160c4d19788716f13e4b66f1.jpg

    Ce que je distingue souvent chez certains "laïcistes" les plus outranciers, c'est la haine enracinée de la seule religion catholique quitte à avoir des autres religions une image faussée. Or, la foi catholique comme les autres fois, ne peut s'en tenir au seul domaine privé, comme si l'on se cachait, pour un chrétien, pour un musulman, pour un juif, sa foi fait partie intégrante de son rapport à la cité, sans que cela en fasse obligatoirement un intégriste, sans que cela remette la laïcité en question (j'en veux pour preuve les nombreux croyants bénévoles dans des associations caritatives qui ne sont pas toutes, loin de là, prosélytes me semble-t-il). De plus, il me semble que les catholiques ne font pas sauter de bombes, (y compris à Belfast depuis quelques années) et ne représentent en France quant aux pratiquants que 2% de la population et leur dangerosité extrêmement minime. Ce que je retiens, en tout cas, de l'article un peu fouillis, (note personnelle : mais ce n'est pas moi qui vais lui reprocher d'être bordélique), c'est qu'en fait la position de Sarkozy sur la religion est en fait celle de Maurras ou Thiers, à l'extrême inverse, pour en faire un instrument de gouvernement et de pouvoir.

    Il y a enfin quelque chose que l'on oublie, la bonne connaissance des religions bien loin de conduire à la haine ou à la violence engendre une foi sereine chez ceux qui croient en Dieu. Je m'étonne personnellement de l'absence quasi-totale de l'apprentissage de la culture religieuse que l'on ne peut nier car ce serait se nier soi-même. 

  • Portrait de Sarkozy par Michel D., politicien belge

    Imprimer Pin it!

    On se souvient tous de l'inénarrable Michel D., homme politique belge, toujours complètement rond comme deux ou trois queues de pelle quand il passe à la télévision et que certaines mauvaises langues trouvent pour cela incompréhensible. Je trouve, moi, sur ce blog, qu'au contraire, il y a certainement à gagner à l'écouter et je l'ai interviewé...

    4d5b80ae12c2a91256ae893684bff634.jpgAmaury - Monsieur D., bonjour !

    Monsieur D - Wzzzvvhsss...Hein ??? Ah, Bonjour, mais tu peux m'appeler Michou tu sais, et me payer une bière aussi.

    A - Plus tard, alors, de votre pays, que pensez-vous de monsieur Sarkozy, notre président ?

    M D - Cccc'est un homme qui boit pas ! Et ça, c'est impardonnable !

    A - Il est sobre, c'est plutôt une qualité, ça ne le rend pas moins actif en tout cas.

    M D - Oyoyoye ! Tu rigoles, m'fieu, j'suis sûr qu'avec sa gourgandine, il a besoin d'un escabeau et de Viagra. Avec unea01821e83b4e82adb8d1907d494c40c6.jpg fille comme ça, il faut savoir être viril, tu vois. Alors ? Tu me la payes cette bière ?  

    A - Il ne faut pas trop tourner en dérision la fonction présidentielle, vous savez.

    M D - Potverdoumme ! Tu parles ! M'fieu, lui il va raconter des carabistouilles partout, il vend des armes aux dictateurs, et tu dis que je saurais ridiculiser la fonction prasi-prési-prosi...oooh et puis zut, il le fait tout seul, ça ne tourne pas bien rond dans ta tête ? wwzzzsss...Rôô zzzz !

    Ici, Michel D. s'est endormi après avoir bu la douzième bière que je lui ai offert, je me suis retiré sur la pointe des pieds et l'ai laissé dormir.

     

    Lien permanent Catégories : Politique
  • J'ai le même problème que Garfield

    Imprimer Pin it!

    Hier, la balance a décidé d'être sympa.

    - Bonjour, monsieur, je suis si heureux de vous voir.

    - Ho, vous êtes un fringant jeune homme.

    - En fait, un peu plus qu'un gros lard, mon gars.

    réflexion de Garfield : "Je savais que ça ne durerait pas"

    d3fbcd34d8951dfbe180e6c42ca9c6ca.gif

  • Dany Boon - L'éleveur de poulets de Steenverke

    Imprimer Pin it!

    Une chanson poignante : "le blues du Tchot Poulet"

  • "Mauvaise langue" - Cécile Ladjali

    Imprimer Pin it!

    38a6bf0d9d05b24a04e5fa89fdd41b7f.jpgAujourd'hui, beaucoup trouvent génial les films comme "L'esquive" qui montrent des "jeunes-de-banlieue" s'exprimer à leur manière, pas Cécile Ladjali, il y a aussi ces documentaristes bien sages qui se donnent des frissons en allant tourner des films sur la "culture rap" ou la "culture des cités", oubliant que tout ça c'est de la culture de ghetto finalement, ce que souligne Cécile Ladjali, l'auteure de ce livre. Elle ne rit pas quand elle entend un jaune "lascar" déformer le français, parler avec le débit saccadé qu'ils ont tous, les mots hachés, et le ton qui tourne très vite à l'agressivité faute de vocabulaire suffisant, elle a plutôt envie de pleurer : la faute aux SMS, à la télévision qui les encourage à s'enfermer dans leurs rites, la faute aux démagogues, aux angélismes, aux professeurs qui, pour acheter la paix civile, étudient des textes de rap ou des chansons de "R'n'B" au lieu de choisir des classiques par exemple, ou au moins des oeuvres d'un plus haut niveau, aux "saints laïcs" qui se donnent le beau rôle mais ne font rien. C'est aussi de la faute des jeunes eux-mêmes qui savent très bien qu'ils se coupent du reste de la population, s'en glorifient, et expriment leur révolte face à cet ostracisme des plus chanceux. Car la question de la langue parlée, du vocabulaire, de l'accent "9-3" introduisent 1fdef35c5c352f8b406f05a3cb2e4bc9.jpgune barrière, engendre aussi un mépris de classe plus ou moins conscient, plus ou moins marqué, plus ou moins avoué, chez ceux qui maîtrisent le français parce qu'ils ont eu la chance de pouvoir l'apprendre correctement grâce à leur famille ou leur milieu. Il y en a qui s'en réjouissent, qui encouragent à écouter les inventions langagières, les néologismes, leur musique, au risque de vous accuser d'être un vieux con "anti-djeuns", encore faut-il être "bilingue", et puis il y a ces pédagogistes qui se permettent toutes les expérimentations les plus débiles dans les quartiers "sensibles" car on sait que ces élèves n'ont pas de parents qui iront se plaindre. Pour Cécile Ladjali, qui est prof en banlieue, c'est une vaste hypocrisie, ses élèves et la société dans son ensemble ne peuvent faire l'économie de l'apprentissage exigeant du français afin d'avoir une toute petite chance de s'élever mais personne ne les écoute vraiment.

    Son livre sur chapitre.com  

  • Trop de révérence demande un remède

    Imprimer Pin it!

    Livre de chevet de l'amateur de philo
    382536b3d92872cf704ef667b71a7ad7.jpgSous des dehors de blague de potache, ce livre est un ouvrage finalement respectable et éclaire plus sur la philosophie que bien des manuels réputés savants. Il se compose de fiches pédagogiques très pratiques pour les élèves et les adultes fatigués. Finalement, il démontre par le menu que ce qui donnerait plus d'intérêt à l'enseignement de la philosophie serait que cela crée un plaisir de réfléchir et ne soit plus une contrainte. Il avait déjà fait paraître le "monde d'Anne-Sophie", autre réjouissant éclairage sur la pensée et ses grotesques inavoués. Il se permet de s'attaquer à des icônes aussi respectées que Gilles Deleuze, un nietzschéen remarquable issu de la fonction publique, ou Freud nouveau Knock soignant des malades parfois imaginaires sans pour autant nier les bienfaits de la psychologie, ou les dandys rentiers. Curieusement, l'esprit dominant actuellement est tout de révérence et de docilité aux autorités ou réputées telles (cf les milliers de coups de fils de protestation après l'interview pourtant bien gentille de Monsieur Sarkozy par une journaliste pourtant bien lisse sur une grande chaîne télévisée française, pas vraiment réputée insolente). Il est donc sain d'être irrévérencieux et insolent, de secouer un peu la torpeur intellectuelle de ce pays qui s'endort dans un consensus bien mou ainsi que les unanimités ou unanimismes trop faciles ou trop confortables et bien sûr les pseudo-rebellions.

    Titre : Histoire universelle de la pensée : de Cro-Magnon à Steevy | Auteur : Basile De Koch | Editeur : Table Ronde

    NB : Ne pas oublier de lire la préface de Philippe Muray

  • Les shows de Maritie et Gilbert Carpentier

    Imprimer Pin it!

    A propos de la mort de Carlos...

    e6588afae1b0433ccd6460e69f6d2e7d.jpgDans les années 70, dans un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, la télé en ce temps là n'avait que deux ou trois chaînes, et les émissions s'arrêtaient à minuit. Il y avait des films parfois où en bas à droite de l'écran il y avait un carré blanc qui signifiait que les petits enfants devaient aller se coucher, et les magnétoscopes faisaient à peu près trois tonnes. Et puis il y avait les shows de Maritie et Gilbert Carpentier qui mettaient en vedette une ou deux fois par mois un chanteur ou une chanteuse, un amuseur ou une comédienne. Ceux-ci chantaient en duo avec leurs amis qu'il faisaient venir, et parfois ça donnait "les roses fanées" de Gainsbourg chantées par lui-même, Dutronc et Birkin. Il y en aurait pour dire que c'était kitsch, ridicule et trop coloré, qu'il y avait aussi des duos filmés en flou artistique entre des crooners à la "française" comme Sacha Distel (on se souvient de son "Raaah, tu es le soleil de maa, rhaa vie, tadatidap") et des actrices comme Bardot. C'était une débauche de 18b08d736b9eab7e44441f3b33bab224.jpgstrass, de paillettes, de cylindres colorés qui tournaient vite pour symboliser une route ou une traversée en bateau, de play-backs les trois-quart du temps. Quand Djohnny ou Sylvie Vartan, ou Sheila étaient invités, c'était Carlos qui assuraient les intermèdes comiques. Sur un blog, j'ai vu que l'on se foutait de lui parce qu'il chantait des chansons sans prétention pour divertir les fêtes familiales, et que l'on parlait de lui comme un "gros" chanteur, comme si le physique définissait la qualité humaine d'une personne. Il faut dire que c'était une époque plus naïve, il n'y avait pas de compétition comme à la "Star Ac", on se foutait d'avoir 072ba20f4b4bba50ec7fb8a715138943.jpgl'air ridicule en se donnant en spectacle (preuve d'intelligence s'il en est) et personnellement, je préfère largement ces shows aux émissions actuelles de "variétés" où l'on a le droit à chaque fois aux mêmes danseurs épileptiques derrière des chanteurs et des chanteuses qui ont tous la même tête peu ou prou, et la même voix et qui ne savent plus écrire. C'est grâce aux Carpentier que j'ai découvert, comme d'autres, Barbara, Léo Ferré, Gainsbourg, Dutronc, Aznavour, Reggianni, Raymond Devos, Bedos voire Desproges, Coluche, et d'autres, comme Michel Delpech ou Marie-Paule Belle, excusez du peu, artistes maintenant confisqués par une élite auto-proclamée qui les voit comme des chanteurs intellos alors qu'ils étaient populaires, comme si être populaires était une insulte.

    Photo : le portrait de France Gall et Michel Berger est génial je trouve, délicieusement suranné, déjà...

  • La réplique de cinéma qui me donne des frissons

    Imprimer Pin it!

    5a8305a38b50ca27da3d6be956e93f6d.jpgJ'ai déjà parlé du film, peu importe, mais la réplique de cinéma qui me donne des frissons est toute simple. C'est à la fin d'"Adieu Poulet" revu hier soir sur "Direct 8", le personnage de Lino Ventura vient d'envoyer balader un politicien véreux, joué par Victor Lanoux, Lardatte, et son chef, Julien Guiomar, trop respectueux des grands personnages, il croise Patrick Dewaere, son adjoint dans le film, qui se prétend cynique et affirme ne plus croire en rien dans le film, et lui dit la phrase qui donne son titre au film : "Adieu...Poulet" car le personnage de Dewaere a encore confiance dans quelques valeurs indispensables. Je parlais des cyniques hier, ça tombe bien, il y en a qui croit au fond encore, comme moi, à ces "vieilles" choses que sont l'honneur, l'intégrité, la justice et l'honnêteté mais quand ils en parlent, ils prêchent dans le désert. Ce qui est étrange, ce n'est pas moi qui le dit mais un philosophe, Onfray, qui est pourtant opposé aux catholiques, les gens qui ne croient en rien, pourquoi ne se suicident-ils pas immédiatement ? Il y a une réponse simple, ils ne vivent pas, ils survivent, se contentant de jouir de leurs pulsions primaires le plus possible, oubliant leur humanité. Raf Vallet, l'auteur du roman originel, est catalogué comme "anarchiste de droite", (vous savez le genre d'homme qui ne croit pas aux idéologies foireuses et ne s'est pas non plus laissé convaincre par la loi du marché, donc c'est plutôt un compliment). Il ne fait qu'appuyer là où ça fait mal. Enfin, on s'étonne quand même que le cinéma français ne soit plus capable de produire ce genre de polar, se contentant de ressasser les mêmes histoires anecdotiques et inintéressantes au possible d'"adulescents" friqués.

    Le final du film par ici :

  • La fin de la publicité sur France télévision

    Imprimer Pin it!

    6d1040602fef082a7544dfdc41bb9a7e.jpgFranchement, la fin de la pub sur les chaînes publiques, je ne suis pas contre car je ne vois pas trop ce qu'elle a à y faire. Ce qui est étonnant est que la plupart des commentateurs politiques et des journalistes semblent ne pas voir, c'est que c'est aussi un cadeau que fait le président à un ami très proche, Martin Bouygues. En effet, en échange de la taxe sur les portables, écrans plats et autre matériel électronique, Bouygues sera autorisé à racheter une enseigne de téléphonie mobile sur laquelle il lorgnait depuis longtemps et obtiendra ainsi une situation de quasi-monopole. De plus, s'il est patient, si la taxe sur les appareils de com ne suffit pas, il pourra toujours racheter une chaîne de télévision et se présentera en sauveur de l'audiovisuel public.

    NB : A propos des commentaires divers sur le sujet, il y a une chose qui est très gênante, sur laquelle les "Guignols" insistent lourdement depuis quelques temps, c'est que France 3 est une chaîne de vieux, une chaîne passéiste. Cela signifie donc que quand c'est intelligent, quand c'est instructif et pas trop con, c'est donc ringard, on a connu satire plus fine.