Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Pierre et Jean" de Guy de Maupassant

    Imprimer Pin it!

    40ffd4f34253898cf38e895c6799738e.jpg"Je suis né avec tous les instincts et les sens de l'homme primitif, tempéré par des raisonnements et des émotions de civilisé." tiré du "livre d'un chasseur" dans "les Contes de la bécasse" 

    C'est une histoire très simple et banale : un homme avait une maîtresse, en mourrant il lègue tout à son fils naturel sans que cela ne choque grand-monde, l'argent n'a pas d'odeur, sauf son frère qui rejette cette hypocrisie et qui sera alors contraint à se couper du reste de sa famille en partant pour les colonies exercer la médecine. Cette histoire ne dure pas très longtemps, à peine une centaine de pages, mais elle est remarquablement écrite et c'est un de mes romans préférés. On rêverait d'atteindre une telle densité d'écriture. Je l'ai lu une quinzaine de fois depuis vingt ans et y découvre à chaque fois des choses nouvelles. Maupassant y aborde beaucoup de thèmes dont certains lui sont très personnels. Il voudrait nous faire croire que cette oeuvre est une sorte d'étude clinique de la famille bourgeoise dans sa préface mais la mère de Pierre et Jean est comme un souvenir de sa propre mère, Laure, aimée et admirée, et Pierre et Jean ne sont que les deux faces de la même personne.

    2676a891dd174ebdfece6cbd5de6f38a.jpgPierre est Jean, écrit d'ailleurs avec raison le préfacier de l'édition Folio. L'un est misanthrope, dysfonctionnel et incapable de s'adapter mais rejetant la fausseté des relations sociales fondées sur les idées bourgeoises, c'est un passionné qui n'hésite pas à déplaire, l'autre est bonhomme, gentil, doux, mais aussi casanier et conformiste et ne ressemble pas du tout à son père biologique, une fois, une seule, ses sentiments se révèleront, à la lisière de l'inceste car son enveloppe raisonnable cache mal sa folie en fait car la normalité où ce que l'on nomme ainsi n'est rien d'autres qu'une aliénation. L'auteur se révèle plus qu'il ne le croit ou ne le voudrait dans ce livre extraordinaire. Il montre encore une fois que l'écriture ce n'est pas l'histoire mais le style et la faculté de rêver et fantasmer, ouvrir les portes d'autres univers mentaux. 

    Lien permanent Catégories : Livre
  • Dévoué Dexter

    Imprimer Pin it!

    f95735e1ed2fec5924d8edf814bf61de.jpgJe viens de lire les deux romans consacrés à Dexter ces derniers jours et je les ai trouvés excellents. Je n'ai pu voir qu'un seul épisode de la série qui en a été tirée qui est également très intéressante. Dexter est donc un employé modèle et débonnaire de la policie scientifique de Miami, un spécialiste des traces de sang qui aide le légiste à analyser les scènes de crimes. Dexter est très bon dans son travail, souriant, ayant toujours la bonne blague à lancer à ses collègues, il apporte des doughnuts chaque matin et drague gentiment ses collègues féminines. De plus, il sort avec une jeune femme, Rita, douce et gentille, traumatisée par son précédent mariage, qui le verrait bien en père de ses enfants. mais tout ça n'est qu'une comédie, car Dexter est un serial-killer, certes il tue des tueurs pervers dont on se dirait assez vite qu'ils ont mérité leur sort mais un serial-killer tout de même. Il les découpe en petits morceaux et ne garde de ses forfaits qu'une goutte de sang séché entre deux lames de microcospe.

    3ff4836a049ed8829c90af964fb2dff3.jpgIl a vécu un choc si profond à la mort de sa mère qui a été assassinée que cela l'a poussé à tuer et tuer encore. C'est Harry, son père adoptif, qui connaît les raisons de cet assassinat et le meurtrier de sa mère, et qui après avoir découvert les pulsions homicides et sociopathes du garçon, il ne ressent aucune émotion humaine, l'a cadré et poussé à s'imposer un code : faire "justice" pour ceux qui ont échappé à la justice, et montrer de lui l'image d'un brave type. Il travaille avec sa soeur Déborah qui fait tout pour s'imposer comme flic et le sergent Doakes qui le soupçonne assez vite sans bien pourvoir cerner exactement Dexter. Celui-ci est d'abord confronté au "Ice Truck Killer" qui s'avère être quelqu'un de très proche. Dexter pense être une des rares personnes à devoir jouer les êtres humains dits normaux mais son aliénation, excepté son goût pour le meurtre, n'est finalement pas pire que celle de beaucoup de gens qui se forcent à jouer un rôle à cause de leur statut ou de raisons finalement très futiles, surtout dans notre société de compétition sociale.

    Le pire dans tout ça est que c'est lui, Dexter, qui nous est le plus sympathique, malgré toute son amoralité, car il est également doué pour les petites phrases ironiques à l'humour caustique et...assassin.

    "Ce cher Dexter" et "Dexter revient" en points seuil collection "Thriller" et sur Canal + le mercredi soir

    Sa page sur Wikipédia

  • Réapprendre la politique

    Imprimer Pin it!

    Politique passive
    c15f7212356a7fc62dd17a1d06319b0d.jpgLa politique dans son ensemble intéresse de moins en moins les français, qui s'engagent de moins en moins dans la réflexion. Par ailleurs, les milieux associatifs subissent passivement les nouvelles lois sans trop se poser de questions.
    On peut être sûr que depuis la période des élections, certains y cont cru discerner à nouveau un "sursaut citoyen", les jeunes et moins jeunes seront plus passionnés par "Secret Story" que par les débats qui pourtant engage leur avenir. C'est une faillite de l'ensemble du système éducatif dont ils ne sont maintenant que des consommateurs et 1785bc81945184c9c7661d5aff8ac53f.jpgnon des acteurs. Certains comme leurs parents sont déjà blasés et pensent que cela ne sert à rien, mais s'ils ne font rien, rien ne changera ou changera sans eux.
    Il y aurait pourtant de nombreux thèmes de débats : l'écologie pour laquelle il est presque trop tard, la pauvreté endémique et la précarisation sans cesse accentuée, l'aide aux continents moins favorisés, l'indifférence généralisée pour les autres, etc. Le seul sujet qui passionne une certaine catégorie de jeunes est la légalisation du cannabis.
    Enfin, pourtant noyés sous un déluge continu d'informations, les plus jeunes comme les plus vieux n'ont plus aucune référence culturelle, consommant au jour le jour, oubliant même des films trois ans après dans leur quête effrénée de nouveaux biens à consommer.

    Titre : Les Français et la politique - Problèmes politiques et sociaux N° 865 | Auteur : Anne Muxel, Collectif | Editeur : Documentation Française (La)

  • Le conformisme naturel de nos sociétés - Essai de Patrick Bollon

    Imprimer Pin it!

    Communautés fermées
    072175e30ae4f66a0a79f222f52af615.jpgLes groupes, les tribus, les communautés, les ethnies, les spiritualités de tout style, les signes de reconnaissance, dont le statut social et l'apparence, sont en fait les piliers de notre époque...
    Un vague accord entre tout les individus de la société censure à la source toute possibilité de subversion ou de contradiction réelle car il y a aussi la pseudo-subversion établie qui sert vaguement de justification à l'instinct grégaire actuel.
    Comment passer pour original alors que comme dit la sagesse" populaire" : "tout les goûts sont dans la nature et réciproquement" ? Doit-on chercher à être original ? C'est un autre conformisme. Il y a bien sûr des valeurs repères, comme dirait un créatif de pub, qui dominent, une sorte d'humanisme "light" qui consiste plutôt dans la formule : "je te laisse tranquille si tu me laisses tranquille, chacun chez soi", une mixité culturelle, certes louable, mais réservée aux franges les plus favorisées de notre monde. Il y a des méchants utiles qui permettent de rester un tant soit peu éveillé mais que l'on oublie une fois l'orage passé pour voter plusieurs fois pour le Loft ou toute autre connerie télévisuelle.
    9839fd37c1e12df85e3534d6fdf91f93.jpgEn somme, c'est un autoritarisme de la gentillesse, de la fête, du nivellement par le bas. La réflexion est considérée comme inutile puisqu'il suffit de porter la marque à la mode pour être dans le vent. L'autre n'existe pas, il n'a pas de consistance, n'existe que celui qui pense et s'habille comme moi, le groupe est un miroir, et on ne veut surtout pas regarder autre chose que son nombril. Cet état d'esprit est souvent lié à une jeunisme exacerbé, à une puberté prolongée bien au-dela de la trentaine, à un vagabondage sexuel quasiment obligatoire. Ce sont toutes ces questions que ce livre pose avec acuité, intelligence et raison.

    Titre : Esprit d'époque, essai sur l'âme contemporaine et le conformisme naturel de nos sociétés | Auteur : Patrice Bollon | Editeur : Seuil (Editions du)

    Présentation du livre par l'auteur :

    Ce n'est jamais sans déplaisir que nous découvrons que ce que nous prenions pour des expressions authentiques de nos incomparables egos, nos goûts, nos jugements "personnels", nos comportements "originaux", nos idées "neuves", nous les partageons en fait quasiment tous avec presque tous nos semblables pratiquement au même moment. Il arrive que nous niions cette évidence : les conformistes, ce sont les autres... Et nous disposons d'une explication ultime. Pensée " unique " ou " commune " : le développement d'une société spectaculaire nous enfermerait dans la copie, nous empêchant d'être les individus que nous sommes de naissance. Partant d'une analyse d'une série de signes d'époque, des plus minimes et "superficiels" (les traits de nos visages, nos parfums, notre goût culinaire, le design de nos objets, la décoration de nos intérieurs, nos tics de langage) aux plus abstraits et "sérieux" (notre goût en matière artistique, notre conception de l'espace, nos idées), Esprit d'époque entend donner une explication à cet unanimisme. Contre l'idéologie radieuse de l'ère bénie de "l'individualisme démocratique", ce livre montre à quel point nous sommes tous pris dans un réseau étroit de normes, fantasmes et paradigmes qui s'impose à nous. L'originalité ne saurait être une donnée, mais une conquête malaisée, jamais terminée. Déjouer nos "allant de soi", ces associations d'idées machinales qu'établit chaque époque : tel est le seul espoir pour nous d'échapper à notre destin de replicants et de devenir des personnes.

  • "Persépolis" - Extrait d'un des albums

    Imprimer Pin it!

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir

    9c0afd172e928452cca8766fc421912f.gif

  • Interview de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud sur "Persépolis"

    Imprimer Pin it!

    Il fait la météo idéale pour aller voir cet excellent film d'animation...

  • La correspondance de Léautaud

    Imprimer Pin it!

    Vieille Canaille !

    3510c540efb374affd23245d9c6aa2dd.jpgLéautaud déteste le monde entier dira le conformisme de notre époque. En fait il voit les autres tels qu'ils sont dans leurs postures pitoyables et leurs prises de positions sans grandeur. Il combat contre le "trop littéraire" et le "Tout Paris" littéraire mais intrigue pour se faire reconnaître par les grands de la littérature. C'est une écriture directe et acide, caustique et sans détours, qui s'adresse à Paul Valéry, André Gide ou Pierre Louys, sa cousine, la présidente de la SPA, ou le concierge de la rue d'en face...
    La présentation commerciale de la quatrième de couverture du livre dans cette édition oublie une chose indispensable, pour la compréhension de l'auteur, qui est la blessure de l'amour qu'il portait à sa mère. C'est un homme blessé, fragile et sensible à la limite de la folie, a191554392f9b4857474fb28ed465fe6.jpgégoïste monstrueux et misanthrope plein de compassion mais seulement pour les animaux. La littérature est pour lui une maîtresse exigeante, il déteste les effets de style creux et les affèteries pour faire bien, il aurait détesté la plupart des bouquins, on ne peut pas appeler ça des livres, qui sortent actuellement.
    Sans blessures, il n'y aurait pas beaucoup de littérature intéressante, préjugé confortable, et une blessure ne donne pas forcément le talent de Paul Léautaud. Mais les humeurs parfois malignes qui suintent de la sienne, ouverte, qui sont passionnantes. On se rappellera aussi de la phrase de Moravia enore une fois conseillant de se nourrir du désespoir pour vivre. La conscience humaine n'a pas beaucoup évolué depuis que l'être humain s'est organisé en sociétés. Il y a de temps en temps quelques êtres hors-normes qui donnent l'impression d'un progrès, ou qui mettent le déplorable animal humain face à ses contradictions, ses mensonges et ses petitesses.

    Titre : Correspondance 1 | Auteur : Paul Léautaud | Editeur : 10/18

  • Damnés de la terre Incorporated

    Imprimer Pin it!

    L'ignoble Tronchet
    de7402051a0f394ec3e6a93c425ae04d.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si vous n'avez pas d'idées pour l'anniversaire de votre dulciné(e) au sourire si doux et aux cheveux frais et aérés comme le vent dans des blés scandinaves, offrez-lui ce magnifique coffret de trois albums d'un goût exquis. Tronchet est un ignoble personnage cynique aux yeux des édiles morales de son coron d'origine, mais s'il se moque de ses personnages pitoyables c'est aussi parce qu'ils les aiment bien et qu'il sait qu'il en fait partie de ces minables qui se chantent de belles chansons, c'est l'humanité quoi : un animateur de radio associative persuadé que le monde entier lui en veut, persuadé d'être victime d'une conspiration quand on lui coupe le téléphone, un hôpital où l'on réanime même les malades morts pour obtenir des crédits, un couple de comiques de supermarché se prenant pour les rois du rire et déçus du manque d'humour de leurs concitoyens, un queutard paralysé qui retrouve la capacité de cligner de l'oeil pour bouger son fauteuil se jette à l'eau sans réfléchir car il veut recommencer à draguer, une vieille bourgeoise et son pourvoyeur de fonds légal s'amusent à la générosité pour se rassurer sur leur fric... etc., et j'en passe et des pires bien entendu.

    Titre : Famille Poissart. Coffret 3 volumes | Auteur : Didier Tronchet | Editeur : Albin Michel

    Cliquer sur l'image, elle s'agrandit, n'est-ce pas magique ? 

  • Restauratec - Alain Chabat, Marina Foïs

    Imprimer Pin it!

    On ne devrait jamais insulter les cafetières, la vidéo mise en ligne précédemment se bloquait à cause de ça. C'est très con aussi, me répètes-je dérechef, mais très drôle aussi...


    Chabat, Marina Foïs... - Restauratec
    Vidéo envoyée par charlaye
  • Jean-Claude et la femme de ses rêves

    Imprimer Pin it!

    Cliquez sur l'image pour l'agrandira6e9e824da84ba716bcff48ed251ea7d.jpg

  • Idiosyncrasie du loser

    Imprimer Pin it!

    Jean-Claude revient...
    d0c52b657bb5bc7959c2f19903cadb1a.gifComme on n'est jamais très lucide sur soi-même, sauf moi, que dire de ma personne ? Sinon admirer ma beauté scandinave et mes nombreuses qualités qui font l'admiration du Landerneau ébroïcien, on n'avouera jamais ressembler de près ou de loin à Jean-Claude : dans le même temps grossier, un rien phallocrate, mal fagoté, timide et peu sûr de lui. Par contre, on se souvient tous d'un type qui lui ressemblait quand on était au collège, au lycée ou à l'université. Jean-Claude me rappelle E. qui était dans ma classe en sixième, un des ces garçons qui n'a jamais de chances avec les filles, obsédé sexuel absolu, essayant de domestiquer sa tignasse avec de la brillantine, mais toujours un épi rebelle se relevait. Il connaissait tous les titres de la presse dite "masculine" à 11 ans et initiait les autres. Bien sûr, ce n'était rien d'autres qu'un puceau naïf comme les autres bien loin de vivre les aventures d'un jeune Don Juan. Généralement, cela continue à l'adolescence et l'âge adulte. Ils finissent souvent mariés à une virago castratrice ou restent vieux garçon comme Jean-Claude qui dans cet album est toujours aussi nul avec les filles dans une suite de gags en une ou deux pages.

    Titre : Jean-Claude Tergal, Tome 8 : L'amant lamentable | Auteur : Didier Tronchet | Editeur : Fluide Glacial

    Cliquer sur l'image pour l'agrandir 

  • Philip K. Dick et Dieu - en matière de post-face au post précédent

    Imprimer Pin it!

    8d08d7c6e8d159bc2bb95263e19840b2.jpgSans répondre, Charley prit un des pamphlets, tourna les pages et commença à lire à haute voix :
        — La mesure d'un homme n'est pas son intelligence. Ce n'est pas la manière dont il s'élève dans l'appareil dément du système. La mesure d'un homme est ceci: à quelle vitesse est-il capable de réagir aux besoins d'un autre être ? Combient peut-il donner de sa personne ? Dans le don véritable, il ne faut attendre aucun retour, ou du moins...
        — Je connais, fit Nick. C'est en donnant qu'on reçoit quelque chose. On rend service à quelqu'un, à l'occasion il vous rend la politesse. Ca coule de source.
        — Ce n'est pas un don ça. C'est un troc. Ecoutez ceci : Dieu nous enseigne...
        — Dieu est mort. On a retrouvé sa carcasse dérivant dans l'espace du côté d'Alpha en 2019.

    ["Message de Frolix 8" p 59 de l'édition J'Ai Lu] 

  • Traite d'athéologie - Michel Onfray

    Imprimer Pin it!

    Dieu est-il mort ?

    Cette note va peut-être provoquer le débat, ou pas. Je précise que j'apprécie énormément les écrits du même philosophe sur l'art de vivre, la cuisine et le plaisir en général..

    1225020e4977f05b1bfd7fed255d7cb3.jpgMon propos n'est absolument pas de chercher à convertir ou imposer mes vues, mais d'échanger en toute liberté, avec des personnes qui n'ont pas forcément mes opinions au sujet du livre de Michel Onfray, ceci afin d'enrichir éventuellement ma compréhension de cet ouvrage et des questions qu‘ils posent. Il est certain qu'au cours de siècles, les religions ont été le prétexte et la cause de nombreux massacres au nom d'un dieu qui n'en demande certainement pas tant. Il ne faudrait pas oublier non plus le prosélytisme politique ou idéologique qui a également conduit à plusieurs tueries que l'histoire a retenu aussi me semble-t-il. On a même massacré au nom de l'athéisme d'ailleurs.

    4bb2450304ac459d71c3e9533147e942.jpg"Dieu est mort"; c'était dans les journaux et plusieurs ouvrages de philosophie. On put lire un grand nombre d'oraisons funèbres et d'hommages quelques fois hypocrites. Un ministre de la culture, écrivain et aventurier, avait quand même perçu que le XXIe siècle serait peut-être plus religieux qu'on ne le croyait mais que ce ne serait pas forcément celles que l'on attendait. Les religions, les spiritualités sont devenues des possibilités de choix et d'engagement librement consentis pour les individus des sociétés démocratiques dites "avancées". Des révolutions y ont contribué en France comme ailleurs. Notre monde conserve encore quelques tabous irréductibles hérités du judéo-christianisme mais ne l'est plus dans les faits. Cependant, rien n'a vraiment comblé le vide, excepté un humanisme un peu mièvre, parlant de paix, de tolérance, de partage, mais très vague quant à son application concrète dans le meilleur des cas ; sinon on n'a jamais eu un tel engouement pour l'ésotérisme, souvent de pacotille, les sciences occultes, la divination...

    La limite principale du livre est qu'il a été lu par des convaincus de l'un ou l'autre bord, athées convaincus et croyants convaincus. Chacun y verra ses propres images mentales et n'essaiera pas d'aller plus loin. Il y a aussi une contradiction dans ce livre à prétendre respecter les croyants et à asséner tout au long des pages que leurs croyances sont des sottises. Une croyance est par essence irrationnelle, vouloir la contredire par la raison est inefficace. 5327c3c89a339531f4c1e16f4a38d974.jpgCombattre les intégrismes passe obligatoirement non pas par le discours de dénégation effrénée de Michel Onfray mais par un projet de société, en particulier sur le partage équitable - ou un peu plus équitable - des richesses. A ses dires, le philosophe Michel Onfray respecterait les croyants même s'il méprise leur foi ? Soit, on peut admettre l'hypothèse, mais beaucoup de croyants se définissent eux-mêmes par leur foi, donc mépriser leur foi aboutit à les mépriser si je ne me trompe. Le progrès des consciences ne décide pas d'un trait de plume, d'un livre, même si cela aide parfois, mais d'un projet de vie, commune ou individuelle que l‘on cherche vainement de nos jours, excepté une sorte de vague humanitarisme.

    Le philosophe analyse tout cela, en partant d'un postulat anti-religieux peut-être un peu trop monolithique et confond parfois Églises, institutions, prêtres, tenants d'un pouvoir et théologiesf2ddf85007beef1f65438274741554e9.jpg réelles, extrémistes illuminés et croyants modérés. Certes, il renvoie dos à dos les nihilistes et les croyants, un nihiliste s'il était logique devrait se suicider ou vivre hors de toute morale admise communément. Il parle de haine de la raison et de l'intelligence, il connait bien mal le parcours de Saint Paul, accusé de tous les maux, il tombe là dans le piège facile de voir en ce saint catholique un misogyne basique et frustré, l'histoire des bénédictins, des dominicains, des jésuites ou des bases la théologie chrétienne, à commencer par des pères de l'Église, comme Saint Jean Chrysostome, qui dialogua avec l'Islam naissant et connaissait sur le bout des doigts les écrits des anciens, sans les mépriser aucunement. Il oublie aussi Thomas d'Aquin qui partit d'Aristote pour bâtir sa théologie.
    Selon lui, les trois religions ont une haine du corps et en particulier de celui de la femme.

    8953e20e72123d3a4c9495c72ecad6c3.jpgOn lui rétorquera que beaucoup de problèmes actuels montrent qu'il n'y a même pas besoin de la religion pour que le corps des femmes soit méprisé : "porno chic" dans la mode et la musique, pornographie hardcore accessible à tous, les viols en réunion, les violences faites aux femmes un peu partout, physiques et verbales, ou de croyances religieuses pour que la vie sombre dans le néant. Si dans le Talmud ou le catéchisme de l'Église catholique, comme dans la chariah, à courte vue le rôle des femmes semble rester très limité selon nos critères actuels, il y a quand même de fortes nuances à apporter. Les juifs qui appliquent vraiment les préceptes anciens du Talmud à ce sujet sont ultra minoritaires, idem chez les catholiques, excepté les traditionalistes, chez qui c'est surtout une posture sociale plus que l'application d'une croyance. Et même si l'on peut s'inquiéter de la prolifération des opinions extrêmes pour l'Islam, qui fut au départ une chance d'émancipation pour les femmes et un vecteur de progrès - guère continué depuis certes - due à la variété des interprétations possibles et aussi à l'inculture de nombreux imams, la grande majorité des musulmans reste modérée. Je conseillerai au philosophe de lire "le Cantique des cantiques", les chants de veille de Shabbat ou de s'intéresser à l'autre versant de la culture musulmane, éminemment sensuelle.
    Son propos mériterait d'être donc amplement nuancé et appuyé par d'autres exemples que les difficultés d'excrétion de Saint Paul, bien qu'il amène une autre conclusion qui est le fait qu'il ne faut pas tomber dans l'excès inverse et faire preuve d'angélisme. Les trois religions ont été depuis des siècles les prétextes commodes à l'oppression des femmes et des peuples et se sont transformées en idéologies politiques. En partant du postulat de l'existence d'un dieu parfait, donc "impossible à mettre en cadre", on remarque également avec un minimum de bon sens que la plupart des interdits, alimentaires ou vestimentaires, ne tiennent pas la route car qu'aurait à faire un pur esprit de ces contingences très matérielles ?

    fa75e25917f09cdbf1ff922159efe4e4.jpgLoin de moi l'idée de nier l'oppression des femmes par les trois grandes religions prises alors comme prétextes, ce n'est pas mon propos, mais il y a souvent un point de vue arbitraire ce sujet. la réalité est bien différente. Il y a une différence majeure entre l'Église, qui s'est souvent laissée aller à n'être qu'un instrument de domination sociale et morale, et les croyants. Je ne pense pas que les religieux et laïcs chrétiens travaillant en Afrique soient aussi opposés à certaines pratiques ou à la mise à disposition des tri-thérapies à plus bas prix qu'elles ne le sont pour l'instant. Je me souviens aussi de l'article d'un jésuite dans la revue de l‘ordre, tout à fait humain et raisonnable sur la question, en 1997. Le pape ne fait que proposer un idéal à son idée, il n'impose strictement rien aux croyants, encore moins aux incroyants qui lui donnent beaucoup d'importance sur les questions sexuelles. Il représente en France environ 1% de la population totale, soit une infime minorité, si l'on prend en compte les catholiques qui pratiquent régulièrement au sens statistique (soit qui vont à la messe une fois par mois). Évidemment, il reste en France beaucoup de personnes se mariant à l'église, "parce que cela fait mieux sur la photo", recevant les derniers sacrements, ou se faisant enterrer religieusement "parce qu'on ne sait jamais..."
    Enfin, il me semble que la culture religieuse est une culture à connaître un minimum que l'on y croit ou pas. Cela éviterait beaucoup d'errements actuels. Ce qui m'étonne toujours dans ces diatribes anti-religieuses c'est qu'elles prennent rarement des risques. Aujourd'hui, les opinions négatives concernant l'Église et le mépris des croyants sont très répandues, par contre, on parle moins de l'excision, des femmes afghanes encore opprimées en 2005, des mariages arrangés ou de la judéophobie croissante dans nos banlieues.

    418b43cd43b101884c938ee0ef818d7a.jpgCertains diront que Dieu est comme les petits hommes verts, on en parle beaucoup, il y a des témoignages mais rien de vraiment concret. Et j'y répondrai en essayant d'être rationnel, comme Michel Onfray qui prétend l'être. Le problème avec les extra-terrestres est qu'aucun témoignage humain probant n'a été découvert jusqu'à ce jour quant à une de leurs visites sur terre. Mais, un grand nombre de scientifiques sérieux n'écartent pas cependant leur existence dans l'univers, en toute logique, pensant que si la vie est apparue sur terre, il n'y a pas de raison qu'il en soit de même ailleurs.
    Mohammed, Jésus, et Moïse, sont des personnages historiques ayant existé, même si le troisième serait peut-être la réunion de plusieurs personnes. L'existence du premier est prouvée par plusieurs écrits et témoignages. Celle du deuxième par le témoignage de militaires romains et celui de Flavius Josèphe. Certes, de là à prouver que le premier a reçu le Coran des mains de l'ange Gabriel, et que le deuxième est ressuscité, c'est strictement impossible, c'est là qu'intervient la Foi.
    Michel Onfray a le droit le plus strict de nier cette possibilité comme d’autres de le tourner en dérision. Mais que propose le philosophe à la place de la religion ? Que propose-t-on éventuellement ? Car il faudrait bien combler ce vide. Quel sens donne-t-on à l'existence car Onfray le reconnaît, la logique nihiliste poussée à bout conduit au suicide en toute logique ?

    Titre : Traité d'athéologie | Auteur : Michel Onfray | Éditeur : Grasset

    Le site du philosophe

    En illustration : portraits de Michel Onfray dont deux peintures de Eve Clair, une photo à la gare de Caen, un détail d'une oeuvre de Chagall sur la Genèse, le Christ Jaune de Gauguin, et une miniature persane.

     

  • Monologue par Harvey Pekar et Robert Crumb

    Imprimer Pin it!

     Cliquez sur l'image pour l'agrandir 

    ddc98cef390398f6dab410bbc4024495.gif

     

     

     

     

  • Celui qui vient d'ailleurs l'Innocent - M.J. Le Guillou

    Imprimer Pin it!

    Du charbon au diamant...
    Ce livre est très au-dessus de la pauvreté du discours actuel qu'il soit laïc ou chrétien, croyant ou pas, qui réduit la Foi à une idéologie ou une simple morale...

    3a00998fc785fdda0867c5136847f987.jpgIl y a des livres qui marquent à vie par leur désespoir, leur noirceur, leur nihilisme absolu, parfois écrits avec talent, voire génie. Et puis, il y a ce genre de livres qui élève et pousse le lecteur à se confronter à la beauté dans ce que cela a de plus absolu. L'auteur de cet ouvrage, dominicain décédé en 1989, éxégète, connaissant sur le bout des ongles les oeuvres de Bernanos et Dostoïevski, à qui il emprunte l'image de l'idiot, incompris de son entourage, à cause de l'intelligence de son coeur, de son humanité réelle, et qui à l'altèrité préfère un rang social, une quelconque médaille clinquante. Le père Le Guillou a également écrit, en collaboration avec des auteurs orthodoxes et protestants, une partie de "Évangile et Révolution" après 1968 où il proposait, en lieu et place des idées de conformisme social et de standardisation des individus, en particulier dans l'Église même d'ailleurs, une véritable humanisation du lien social.

    Ce livre de réflexion spirituelle se propose d'inciter son lecteur à transformer "le charbon en diamant", le "désespoir en joie", à l'image de Bernanos. Il prend racine non seulement dans la spiritualité chrétienne compris dans son intégralité, c'est-à-dire catholique, orthodoxe et protestante sans ce que cela ne devienne un syncrétisme mièvre, et juive, la musulmane, surtout pour la pensée soufie, et l'extrème-orientale, par la pratique de la méditation contemplative et l'écriture. Entre l'absurde et l'esprit, l'auteur ne choisit pas. Pour lui, toute société humaine est forcément absurde et contestable, le plus absurde étant la haine entrainé par une compétition sociale incessante dans tous les domaines, car reposant sur des bases conjoncturelles et ponctuelles, mais ce qui l'empêche de sombrer dans le désespoir est que sa foi et son espérance peuvent amener quand même à s'en relever. Celles-ci ne sont d'ailleurs pas un déni 1a45c7a007b050128b149b3b0669fbdb.jpgdu monde, un néo-moralisme -il ne juge pas et ne condamne personne-, ou n'enferment pas dans des rites considèrés comme immuables, mais engendrent une exigence intellectuelle, méditative et spirituelle très au-dessus des critères actuels.

    Contrairement à de nombreux auteurs chrétiens, l'auteur ne fait pas de sociologie, comprise souvent comme plus facile à comprendre, moins exigeante aussi car revenant à dire que finalement la haine et l'injustice sont causés par des phénomènes contre lesquels l'individu ne peut rien faire, excepté se donner bonne conscience en donnant par-ci, par-là. La spiritualité du père le Guillou est liée très fortement à son parcours personnel, à la souffrance dû de 1972 à 1989 à une maladie de Parkinson qui lui a laissé peu de répit mais lui a permis de vivre en profondeur ce qu'a subi l'Innocent, l'Idiot qui est le Christ. Les mouvements saccadés dus à sa maladie faisaient croire à beaucoup de personnes assistant à ses homélies, qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez, que son intelligence était atteinte mais ce livre montre qu'il n'en est rien, s'en nourrit, et la dépasse. Comme il est d'usage maintenant de ricaner devant un ouvrage chrétien, certains a2903206f6f68d067935b628e4e203fe.jpgs'abstiendront de sa lecture qui n'est pourtant pas réservée à un public chrétien.

    En regardant un documentaire sur Alexandre Jollien, j'ai songé à ce livre. Car Alexandre Jollien est un peu comme cet "Innocent" dont parle le père le Guillou, qui partageait avec Alexandre d'être soumis à une souffrance physique très dure. Le jeune philosophe redonne aussi un nouveau sens au mot "banalité" employé à tort et à travers, chaque geste étant un exploit pour lui, et qui n'a pas de réel signification pour lui, comme "normalité" qui n'existe pas en fait, même si parfois l'émotion affleure et que la souffrance rejaillit. Il partage aussi avec l'auteur de "l'Innocent" le désintérêt total pour une reconnaissance mondaine, et n'a aucune vanité. Il montre que l'on ne doit pas se soucier de l'opinion des autres pour se construire mais créer ses propres critères de vie en toute liberté. Cela mène forcément à l'altèrité et au respect de l'autre.

    Titre : Celui qui vient d'ailleurs, l'Innocent | Auteur : Marie-Joseph Le Guillou | Editeur : Cerf

    En illustration, Titien et Georges Rouault

  • Les carnets de Monsieur Manatane - Élevons nos enfants

    Imprimer Pin it!

  • Les Teletubbies à Gaza

    Imprimer Pin it!

    b3aafd9b026bd8beec7c11aa0b35acab.jpgAutant l'on a entendu de nombreux cris d'orfraie, des pleurs et des grincements de dents, au sujet de la censure possible, car ça ne s'est pas fait, des "Teletubbies" en Pologne du fait du soupçon d'homosexualité sur un des personnages par des dévôts qui ne devaient avoir que ça à foutre car il me semble qu'il y a plus urgent, comme la précarité sociale dans leur pays, ils devraient d'ailleurs se poser des questions utiles sur leur propre sexualité. Les mêmes remirent le couvert un peu plus tard en prétendant interdire Kafka, Gombrowicz et Goethe (pour une raison mystérieuse qui m'échappe). Certains qui s'en émurent, avec raison certes, n'ont jamais lu une ligne de l'un ou de l'autre mais les censeurs possibles sont catholiques. Et ça, ça va pas, c'est pas bien. On ne parle plus de liberté de penser. 

    de28ab5640c9936e2a966e3a3339c0ba.jpgDepuis quelques jours, le Hamas exerce un pouvoir absolu et totalement arbitraire sur Gaza, ne privilégiant qu'une loi, la loi islamique la plus extrèmiste, brisant les jambes des adversaires politiques comme les anglais en Irlande du Nord dans les années 70 et les israèliens dans les années 80 au moment de la première "Intifadah" ce qui est assez ironique. Curieusement, la plupart des amis de la liberté et la culture ne disent rien, ne pipent mot alors qu'il faut bien dire que c'est bien pire là-bas et que la Palestine, il y a à peine vingt-cinq ans, était la région la plus laïque et la plus ouverte au monde de la région (81% de diplômés hommes et femmes en 1978).

  • Ségolène Royal se moque-t-elle de ses électeurs ?

    Imprimer Pin it!

    41ad0a6845fd48527de1556cfa45dfea.jpgQu'elle mette du temps à dire qu'elle est séparée de François Hollande (quel scoop !) passe encore. On comprend qu'elle veuille l'annoncer elle-même mais ce qu'elle a dit sur le SMIC à 1500 Euros et les 35 heures, deux objectifs irréalisables à ses yeux, est assez dur à entendre. En plus, le SMIC à 1500 Euros sera une réalité d'ici quelques années (5 ans) de par l'augmentation mécanique de ce salaire. Quant aux 35 heures, il aurait fallu réfléchir sur de nouvelles manières de les appliquer plutôt que de les enterrer sans arguments. On en vient presque à se dire que si Ségolène eût été élu, ça aurait été une catastrophe. Enfin, au risque de faire grincer quelques dents par ce qui va suivre, je suis 36e45d7b81680538cb45ec30c0faff5b.jpgagréablement surpris par le comportement de Nicolas Sarkozy qui prend des ministres de gauche dans son gouvernement dont des personnaltiés comme Fadela Amara, ou quelqu'un comme Rachida Datti comme garde des sceaux, la gauche ne sachant plus avoir ce genre d'initiatives. Il n'est pas obligé et il n'y a pas dans cette stratégie seulement l'intention de nuire à la gauche qui se nuit à elle-même très bien toute seule. Le PS est comme une énorme machinerie qui bouge trèès lentement, extrêmement dogmatique, on y parle rénovation depuis plusieurs années et on ne voit rien venir. Il serait temps. J'en ai pour ma part marre de la pauvreté du discours et des arguments utilisés ou de la stratégie -si l'on ose dire- choisie comme ces gens qui doutant d'Anne Mansouret ou d'Alfred Recours ont préféré faire élire de facto un parachuté et un jouvenceau aux dents acérées tout en expliquant que c'était à cause de leurs convictions (personellement, je ne décolère pas).

    Il faudrait se concentrer sur les problèmes concrets : l'environnement, la précarité, le travail par exemple...

    Lien permanent Catégories : Politique
  • L'école des amauriciens

    Imprimer Pin it!

    Pas la peine de fonder mon école de pensée somme toute, elle a déjà existé, j'ai trouvé ça sur ce site.

    Amauriciens. (a)

    86b5eea8481160fc6b2b31468c7d487c.jpgNom donné par différentes instances du Tribunal d’Inquisition aux disciples supposés d’ Amaury de Bène . Il s’agit d’un philosophe et théologien mort à Paris en 1207. Les amauriciens assimilent la charité à la relation amoureuse . Ils annoncent le Libre-Esprit, les béguines et les bégards. Amaury de Bène sera brûlé post-humus avec les amauriciens condamnés en 1209 (Jean d'Ursines ).Avec les victimes de 1211 (Godin d’Amiens ), ils sont les premiers témoins d’un courant de pensée que l’Église condamnera sous le nom de Libre-Esprit réhabilité plus tard, après la Contre-Réforme.
    En photos des béguines...

  • Big Brother is [already] watching you

    Imprimer Pin it!

    L'invasion des écrans
    86bd71b1b086d81ea26f1e7106de458a.jpgLes écrans envahissent toute notre vie : écran de pubs, de pseudo-réel, de fictions, utilitaires, futiles, caméras de sécurité non plus subies mais acceptées et engendrant la soumissions. Nous sommes dans un monde audio-visuel qui fait disparaître l'intimité considèrée comme une faiblesse, oblige à l'aveu de ses choix, de leur justification mieux que ne l'ont fait bien des tribunaux. Ces aveux obligatoires poussent d'ailleurs à la compartimentations des êtres humains en communautés ou tribus qui sont plus des empilages d'individus qu'autre chose. D'ailleurs beaucoup sont persuadés de faire un choix personnel et non imposé par la publicité et le déferlement d'informations ingurgité sans précautions, déferlement conduisant d'ailleurs à autant d'ignorance qu'avant les fameuses autoroutes de l'information si ce n'est plus.
    Faut-il alors se lancer obligatoirement dans une sorte de délire paranoïaque sans contrôle ou simplement essayer de changer les mentalités de l'intérieur ? Ou être aussi radical que Peter Watkins pour qui l'hyper-libéralisme engendre lui-même les germes de sa propre destruction ? Tout cela, cet excellent livre aide à le comprendre.
    6efb884784e5ce02308939f96c585c56.jpgPeter Watkins est l'auteur de cet excellent film annonçant avant l'heure la téléréalité, le retour à un ordre conformiste, le triomphe de l'hyper-libéralisme : "Punishment Park" daté de 1971. Des marginaux doivent reprendre leur vie aux gouvernants en traversant le désert du Nevada, selon le principe d'un jeu télévisé en direct. Ceux qui survivent ont droit à la vie sauve mais doivent à tout prix s'intégrer aux valeurs 42c20b8e5e20ba47fb8eeeea33143897.jpgcommunes. Bien sûr, en accepter les règles c'est déjà se soumettre à un ordre fondamentalement inique. Cette oeuvre choc donne une toute autre image de la génération hippie que les fleurs, les mantras, les guitares et les voyages à Katmandou. Son auteur est un authentique radical qui garde dans ce livre sur les medias toutes ses opinions intactes sur une société qui n'a guère changé en 33 ans. "Punishment Park" dénonçait déjà les Mass Media Audio Visuels, "Media Crisis" les analise et montre les conséquences de leur influence sur les êtres : la standardisation des esprits, la montée de l'indifférence, de l'égoïsme, le travestissement de la réalité où tout devient virtuel (bientôt l'amour ?), la destruction de l'environnement entraînée par un pillage sans scrupules de la planète pour entretenir la consommation et le pouvoir de quelques uns.

    Titre : Media Crisis | Auteur : Peter Watkins, Patrick Watkins | Editeur : Homnisphères

  • Interview de Patrick Declerck sur ses livres

    Imprimer Pin it!

    05d8041a41202fbb4c6353b8dd813ca0.jpgVoici une interview de l’auteur du livre "Les naufragés, avec les clochards de Paris", paru aux éditions "PLON" collection "Terre Humaine", Patrick Declerck, qui est ethnologue, psychanalyste et qui parle des processus de clochardisation et de grande désocialisation des individu(e)s dans notre société. Son approche et son travail d’ethnologue lui a permis de se plonger et de faire des observations, dans la rue, dans les centre d’hébergement, au plus près du milieu. Son travail d’analyste l’a amené à prendre en compte la dimension inconsciente des sujets à travers des consultations "psy" au sein même des centres d’accueil comme celui de Nanterre. C’est cette double approche qui rend intéressant cet ouvrage mais c’est également un engagement personnel ajouté à une sensibilité singulière qui fait surgir une parole, celle des clochards, qui n’est pas une population soulevant un intérêt considérable autre que la rubrique nécrologique dans les quotidiens en mal de sujets ou en mal de conscience. Cela nous porte vers une vision plus psychologique du phénomène mais cela nous mène aussi vers une critique de fond des dispositifs humanitaires et de leurs logiques normatives ou inéficientes. Cette première partie d’interview portera donc sur une présentation des clochards dont il parle ainsi que sur ce qui l’a conduit à ce terrain de recherche.

    La suite ici

  • Adhérez à l'UMP (Union Mondiale des Poule$)

    Imprimer Pin it!

    Des dingues ont pondu ça, blog indispensable pour ceux qui ont une conscience politique... 

    99a7036a86ae540d2752312afa672599.jpg"Je suis contente qu'on parle enfin des poules et qu'on les prenne en considération. Non pas que j'en sois, mais il y des relectures à faire qui les rendront à leur vraie nature. Quand on pose la question, "qui de la poule ou de l'oeuf etc." vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on ne parlait pas, jamais, du coq ? Alors que c'est lui quand même qui peut résoudre cette question...
    Hé bien, on ne mentionne jamais le coq parce que la poule est homosessuelle ! Ya qu'à relire correctement l'histoire de la petite poule rousse. Elle fait quoi, avec sa copine la tourterelle ? Elles finissent par vivre enseble en becquetant de petits gateaux, entre autres. La tourterelle est celle qui l'a sauvée du vilain renard qui l'avait prise dans un sac dont elle ne pouvait sortir vu qu'elle n'avait pas de dents pour le déchirer.
    Cessons de refouler la vérité ! La poule d'après n'aura pas de dents ! et Elle n'aura pas de dents car il y aura toujours des tourterelles !!!"

    Le site de l'UMP ici

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Les Bidochon se lèvent tôt pour gagner plus

    Imprimer Pin it!

  • Richard Gotainer - "le Youki"

    Imprimer Pin it!

    Un peu de rock à la con pour commencer le ouikènede de bon humeur (dans une autre version du clip, on voit les Bidochon et Kador)...

  • Un écrivain lynché par ses personnages - article du "Figaro"

    Imprimer Pin it!

    4abfc1eb1ba386b0cac62af9d05e1de3.jpgCertains habitants du village de Lussaud (Cantal) n'avaient pas du tout apprécié d'apparaître dans le roman de Pierre Jourde, enfant de ce Pays perdu.

    Imagine-t-on Hugo rossé par les Thénardier ? Zola pourchassé par quelques-uns des Rougon-Macquard ? Ou encore Christine Angot... L'histoire qui sera évoquée aujourd'hui devant le tribunal d'Aurillac, dans le Cantal, est en tout cas celle d'un romancier tabassé par ses créatures. Des personnages réputés « de fiction », puisque nés sous la plume d'un auteur. Mais qui existaient bel et bien et qui se sont malheureusement reconnus, sous leurs identités littéraires. Qui ne se sont pas pour autant aimés à travers les lignes. Qui ont pu s'estimer tournés en dérision, trahis, méprisés, voire injuriés. Et qui ont pris le parti d'en découdre plutôt que celui d'en rire.
    La suite par là
    Lien permanent Catégories : Livre
  • Morosité

    Imprimer Pin it!

    44ed1d687ed95ce8574d7006592e1b65.jpgL'époque est à la morosité. On se passionne pour les gens "comme les autres", on n'essaie plus de s'élever un peu au-dessus du lot. Tout le monde -ou presque- aime le bonheur du nombre, d'être en troupeau. Il y a des jeunes qui se cuitent de temps à autre pour échapper à la grisaille, grisaille vers laquelle ils retournent très vite une fois la fête passée, enfin la fête, ce semblant de défouloir chacun dans son coin qu'ils appellent la fête. D'ailleurs même là, la performance est obligatoire, une performance douteuse : se saoûler plus que les autres à celui qui vomit le premier. C'est dans les écoles de 72315708c26a49be9f8a0c5fb4718974.jpgcommerce où le phénomène se développe le plus. Y-aurait-il un lien de cause à effet ? Je vais certainement passer pour un vieux con, cela fait trois ans que je suis sorti de la catégorie "jeunes", qui s'arrêt à 35 ans, mais je me souviens qu'il y a à peine quinze ans, certains d'entre nous rèvaient d'autres choses que d'un avenir douillet et conformiste. Certes, on voit que cela peut ne pas mener très loin, du point de vue de la compétition sociale, mais il y avait là encore quelques traces d'un élan, d'une fougue, d'un dynamisme que je ne trouve nulle part, y compris chez ceux qui se disent hors du système, qui ne manquent pas de talent pour certains d'entre eux mais sont bien timides en fait. 

  • L'horreur SDF

    Imprimer Pin it!

    Questions de civilisation
    9d8b0da0da5f5f828e1d8762298f3570.jpgQuel est le pays qui traite mieux ses animaux domestiques que les êtres humains ? Quel est le pays où les sans-abris sont torturés quotidiennement par la faim, le manque de sommeil et le froid ? Quel est le pays où l'on parle des pauvres en hiver et que l'on oublie complètement au printemps ? Quel est ce pays où tout le monde, ou presque, s'en fout, y compris les croyants qui n'ont que le mot "charité" à la bouche, car la pauvreté y est banalisée et devient structurelle ? Ce pays tellement civilisé, c'est le nôtre et la plupart des pays occidentaux sont dans le même cas. On finit par accepter l'inacceptable et "l'horreur SDF" comme l'appelle l'auteur qui n'est pas un "bon apôtre" mais se placerait plutôt du côté de Nietzsche que lui aussi a mieux compris que d'autres.

    2f279e42d5a51594d693a6e08805edfc.jpgIl y a bien sûr des associations qui parent au plus pressé, en mettant en place des solutions d'urgence, mais aucune solution structurelle n'est proposé car l'urgence réside en fait dans une transformation en profondeur de la société. Certaines de ses associations ont d'ailleurs un but prosélyte et "surfent" sur la vague de la misère pour recruter des adeptes. Bien sûr on peut accuser le gouvernement, les medias, les autres - l'égoïste c'est toujours l'autre évidemment -, le capitalisme, le communisme et surtout ne rien faire soi-même dans son coin. Et pourtant, ce qu'il y a à faire n'est pourtant pas si dur : prendre conscience que notre société engendre un cercle vicieux par elle-même, que le rejet des pauvres est impliqué par le culte de la performance technique et l'abandon progressif du facteur humain dans les processus de décisions.

    7127cfaff11ad47686ae6b5f40fce227.jpgCe que dit l'auteur de ce livre est dur à entendre car il met face à face avec soi-même, oblige à regarder vraiment le monde qui nous entoure dans une lucidité qui n'est pas implacable mais plus humaine. J'ai pensé en lisant ce livre à une des rues les plus festives de Paris. Il y avait des SDF sous tous les porches, personne ne s'arrêtait, personne n'en disait grand-chose, de temps en temps, les fêtards envoient une pièce pour se donner bonne conscience puis détourne le regard : un sans-abri, ce n'est pas beau, ça ne sent pas très bon, ça gêne. Ce qu'écrit Patrick Declerck oblige à baisser les yeux, à s'asseoir à côté, à écouter.

    Titre : Le sang nouveau est arrivé. L'horreur SDF | Auteur : Patrick Declerck | Editeur : Editions Gallimard

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Évènement télévisuel : "Secret Story"

    Imprimer Pin it!

    d98b6c2be284f54480a8299615f5c48c.jpgQuand on interroge les gens sur ce qu'ils regardent comme chaîne de télévision, la plupart répond à 75% "Arte" qui serait selon eux la meilleure du P.A.F. Quand on sait qu'"Arte" fait des pics d'audience qui ne dépasse pas 5 ou 6% de parts de marché, on se dit que les français sont de gros menteurs et qu'ils regardent plutôt des émissions comme "Secret story" diffusé demain et pendant toute les vacances sur TF1. Nous avons interrogé Angela Patucci productrice de la chose, je ne suis pas sûr de son nom de famille mais je pense qu'elle descend, pour avoir mis au point un tel hold-up, du fameux Joe Patucci de Chicago (les réponses sont celles entendues ce matin chez Morandini -ou presque-) :

    MTS : C'est un show voyeuriste de plus, donc ?

    AP : Pas du tout, c'est la vie, nous montrons la vie de gens qui s'embrassent, qui peuvent tomber amoureux et pour le rest, ma, ké il faudra avoir le canal spécial payant sur le satellite.

    MTS : Oui, mais il y a une douche transparente, une baignoire au milieu du salon et une grande piscine ?

    AP : Ma, cé de l'éducation, tu vois, et de l'art aussi, l'art éduque. Si vous n'aimez pas les corps nus, vous êtes réactionnaire. Nous sommes modernes.

    MTS : Certains disent que ce qui arrivera aux "lofteurs" nouvelle génération sera scénarisé ?

    52844c9e4a4aba64310860433bef969e.jpgAP : Ma, non, ce sont des racontars des journaux bobos qui ne nous aiment pas, ils ont perdu la connexion avec les vraies gens, les gens simples, comme moi.

    MTS : Ce sera donc encore quatorze crétins décérébrés qui seront étudiés sous cloche ?

    AP : C'est une expérience humaine au contraire, vous n'aimez pas les expériences humaines ? C'est mieux que les intellectuels qui voient la vie que dans les livres. C'est la vie des vrais gens, pas de bobos.

    MTS : Angela, merci pour vos éclaircissements. 

  • "Blueberry Hill" - Fats Domino

    Imprimer Pin it!

    Je l'ai entendue hier massacrée par Djauni dans une pub, ça m'a donné envie d'écouter cette version, la vraie. Dans "l'Armée des douze singes", elle rappelle à Cole, le "héros", ce qu'était l'humanité. C'est aussi l'hommage d'un petit gros à un autre.


    Fats Domino - Blueberry Hill
    Vidéo envoyée par le_freder
  • Histoire du sein, "Les seins" - Martin Monestier

    Imprimer Pin it!

    Glandes mammaires en forme de poire
    f50506addcc77d4c0a7b17930bc1fcd5.jpgMartin Monestier s'est penché sur des parties du corps les plus fantasmées par les hommes depuis que des êtres humains gambadent sur terre. On risquerait vite de sombrer dans la grivoiserie facile, la gauloiserie à deux sous, ou à l'inverse dans un pensum illisible, mais Monestier livre ici tout ce qu'il faut savoir sur les glandes mammaires chez la femelle du primate le plus évolué de la faune. Il donne tout le vocabulaire employé jusqu'à maintenant ; quelques exemples : les "oeufs sur le plat", les "boutons de roses", les "fraises sur le fromage blanc", les "en forme de poires", les "en forme de fraises" (encore). Il aide à comprendre pourquoi l'on a érotisé cette partie de l'anatomie féminine caché ou montré selon les modes (d'Agnès Sorel qui aurait voulu lancer la mode des seins nus à la cour du Roi de France, aux robes "Empire", en passant par les profonds décolletés du XVIIe siècle agrémentés de mouches, les femmes enfants des années 60 et les "pin-ups" pulpeuses des années 50.

    Titre : Les seins | Auteur : Martin Monestier | Editeur : Cherche Midi éditeur (Le)

    Un sein célèbre