Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Attention à la marche ! - article de Gérard Silighini

    Imprimer Pin it!

    medium_front-populaire.jpgCette Une du Populaire, c'est à la demande d'une fidèle commentatrice que je la place en exergue de mon propos.
    Nous ne vivons plus à la même époque bien évidemment et les frontières du monde de chacun de nous ont fortement reculé... Je ne suis pas pour autant certain que la fracture sociale ne se soit pas fortement élargie... Je parle de la vraie fracture, de celle qui fait que des millions de nos concitoyens vivent ou plutôt survivent dans une précarité inacceptable et non pas de la fantaisie électorale sur laquelle a surfé le RPR ,devenu depuis UMP, le temps d'une précédente campagne présidentielle qui a conduit à la casse organisée de tous les dispositifs de solidarité qu'avait conçus, au sortir de la guerre, le Conseil National de la Résistance.
    Si l'on n'y prend pas garde, si nous n'avons pas ce sursaut salutaire qui écartera de la charge de Président de la République le candidat de l'UMP, celui qui n'a pas hésité à cumuler les fonctions de ministre de l'intérieur avec celles de patron de sa formation politique, celui qui pratique le "dérapage" verbal à peine contrôlé et qui pratiquerait aussi le jeu des pressions sur les médias, ce ne sont plus seulement les dispositifs de solidarité qui passeront à la casse, ce sont aussi, je le crains, les principes même de notre République...
    La suite ici : http://www.gerardsilighini.net

    Lien permanent Catégories : Politique
  • étiquetage commode

    Imprimer Pin it!

    medium_290935-362434.jpgS'il y a bien quelque chose que je déteste plus que la violence gratuite, qui me terrifie car elle tient à la fois de la sottise et de la folie, c'est l'étiquetage des personnes selon des préjugés, ou bien une définition commode, voire la pose qu'elles prennent. J'ai toujours été sceptique par exemple devant les "saints de vitrail" mis sur un piédestal par un petit groupe et qui ne contredisent pas cette admiration, qui en font encore un peu plus chaque jour dans le rôle car c'est un rôle, mais gare à celui qui ne les flattent pas, ils ne l'aideront pas. On dira même que c'est de sa faute. Commettre de bonnes actions ne se clame pas sur les toits à priori. Il y a aussi ceux qui parce qu'un peu plus lucides, un peu moins dupes, se font traiter de "méchants", d'"égoistes" ou pire encore. Les étiquettes permettent de justifier les haines que les étiqueteurs n'osent pas s'avouer, ou plus simplement ce qu'ils ne comprennent pas chez l'autre et ne veulent pas comprendre. Si "l'étiqueté" ose protester ou discuter, il faut qu'il comprenne d'ailleurs qu'il est déjà jugé et condamné.
    Ce qui précède explique en grande partie mon amour du Proche Orient ou du moins de la Palestine et d'Israèl, ce qui d'un certain point de vue est la même chose, car là-bas j'ai rencontré des gens qui ne mettaient pas d'étiquettes mais on ne les rencontrait pas forcément là où l'on s'y attendait...

  • Réactions aux articles

    Imprimer Pin it!

    medium_images.6.jpgMes petits articles anodins créent quelques réactions, (une trentaine de mails insultants qui me disent qu'il n'en ont rien à foutre de ce que j'écris), malgré tout, des réactions assez violentes de la part de personnes qui disent ne pas avoir choisi pour le deuxième tour, ou qui se prétendent objectives mais qui finalement apprécient la prose du petit ambitieux. Je pense qu'en jouant sur l'appel aux "sans-grades", à ceux qui n'ont jamais le droit à la parole, en surfant sur des thèmes anciennement frontistes, et en faisant appel à des "artistes" comme Henri Salvador ou des "fantaisistes" aussi distingué que Jean-Marie Bigard, il joue sur du velours. Il se voit déjà en haut de l'affiche d'ailleur le sacripant. Et les autres l'y voient aussi. Il y avait un article de "l'Express" assez édifiant sur les possibilités de report de voix. Bien sûr, rien n'est joué, mais algèbriquement la question est tranchée...

    Lien permanent Catégories : Politique
  • "Adieu Poulet" - de Pierre Granier-Deferre

    Imprimer Pin it!

    medium_adieu_20poulet.jpgRésumé : Pendant une patrouille de nuit, en pleine campagne électorale, l'inspecteur Moitrié s'interpose dans une bagarre opposant des colleurs d'affiches, mais l'un d'eux sort un revolver et tire froidement sur le policier. Avant de succomber, Moitrié relève le nom du tueur qu'il a formellement identifié. Il s'agit de Portor, un dangereux repris de justice reconverti dans le maintien de l'ordre au sein de l'équipe de Pierre Lardatte, le "candidat" des futures élections. Le commissaire Vergeat et son adjoint Lefèvre sont alors chargés de l'enquête, mais Lardatte prétend tout ignorer du recrutement de ses "gros bras", et grâce à des puissantes relations, il obtient que le commissaire Vergeat soit muté. Toutefois, celui-ci imagine de se faire alors faussement accuser de corruption pour pouvoir rester en ville et achever son enquête. Lefèvre commet donc un faux témoignage et les deux hommes, restent ainsi à la disposition de la justice locale et obtiennent du juge la permission de poursuivre l'enquête. Mais le chef de police met à pied Vergeat et Lefèvre après l'échec de l'opération pour capturer Portor...

    medium_aventclaventure156.jpgJ'aime beaucoup ce film, polar d'anar de droite type, adapté d'un roman de Raf vallet, qui est pour moi une sorte de film-culte même si j'abbhore ce genre d'expression à la noix que l'on met partout et à propos de n'importe quel navet qui a un peu de succès. Avec le personnage de Lardatte, joué par Victor Lanoux, politicien très ambitieux mais chez qui l'on sent encore le chef de gang (pléonasme) et rompu à l'exercice du populisme, pousser le bon peuple à la xénophobie, mettre quelques pauvres dehors, il me semble même qu'il y a un certaine rapport avec l'actualité. C'est un excellent polar "anar de droite". Ventura est le vieux briscard faussement blasé, toujours humain, Dewaere est le jeune chien fou, tout aussi humain et honnête que son collègue. La fin, quand Vergeat dit "Adieu Poulet" à Lefèvre, me colle des frissons sur l'échine...

  • Citation de Jules Renard indispensable

    Imprimer Pin it!

    medium_jrenard.jpg"Depuis que je sais que je puis rire de moi-même, je ne m'ennuie plus jamais", Jules Renard  "Journal"

    Ou "La gravité est le bonheur des imbéciles", de Nietzsche

  • Écriture Rock

    Imprimer Pin it!

    Mythes et commerce
    Acteur - pour François Truffaut et Ettore Scola notamment - musicien - chanteur du groupe Borsalino - et scénariste pour des séries populaires mais oubliables - Bruno de Stabenrath multiplie les expériences. Le 17 mars 1996, un accident de voiture bouleverse sa vie. De ce drame naît 'Cavalcade' et sa nouvelle vocation de romancier. Personellement, j'aurais tendance à largement préférer Nik Cohn et Nick Tosches.

    medium_lang_stabenrath_portrait.jpgCe livre est un recueil d'icônes, de vedettes du Rock saisies en pleine gloire, mortes en vol, les ailes brûlées par le soleil. Elles sont nombreuses : Janis Joplin, Jim Morrison, Brian Jones etc. Leurs morts ont souvent fait croire que talent et défonce étaient forcément liées. On retrouve néanmoins l'élan d'une époque, de deux décennies où les plus jeunes générations rêvaient d'autre chose que de devenir fonctionnaires, ou de s'intègrer parfaitement à une société d'esclaves consuméristes, ne confondant pas liberté et conformisme,, et ne faisaient pas passer des fantasmes de parvenus, fringues, bagnole, chromes et filles dénudées, pour de la révolte. Il est certain qu'ils étaient peut-être plus gâtés sur le plan de l'avenir, mais peut-être qu'une réflexion sur de vrais changements est plus que jamais d'actualité et ces icônes du Rock donnaient du souffle.

    Titre : Les destins brisés du rock | Auteur : Bruno De Stabenrath | Editeur : SCALI

  • "Sarko-beach"

    Imprimer Pin it!

    medium_t-Plage_de_Barneville1.jpgEntendons-nous bien, cela n'a pas gêné mes vacances, il y avait le ciel, le soleil et la mère, des petits enfants qui jouaient, qui découvraient les joies de la plage, prenaient le bon air de la Manche. Mais parfois, je me sentais à "Sarko-beach", c'était tout un défilé. On promène le chien sur la plage en rigolant quand le "petit brigand" laisse un étron à côté d'un chateau de sable ou pisse à côté de la douche qui sert à se rincer après un bain de mer. Papa a sorti la casquette des grands jours, celle où il y a marqué un truc américain qui ne veut rien dire mais on s'en fout (cela serait une pub pour les éboueurs new yorkais que cela ne les gênerait pas), il regarde avec désapprobation mon journal qui donne "dix bonnes raisons de ne pas voter Sarkozy", Maman est en chorte ou alors en medium_mouette.jpgpantalon blanc transparent qui laisse voir le maillot de bain en-dessous ainsi que son étiquette plaquée contre la paroi interne du vêtement et quelques varices, ou alors Maman met un "survêt", elle prononce un mot dont j'entend la moitié en me regardant, "...bo". Les nenfants qui suivent sont de plusieurs modèles, cela va du gamin pénible qui décide de jouer au foutebôle devant vous, on rêve alors de coup de boule, à la gamine post-pubère pendue à son portable en djine "slim" qui lui boudine un peu les hanches. J'avais l'impression mais peut-être n'était-ce qu'un symptôme de ma mauvaise humeur devant tant de raffinement qu'ils regardaient autour d'eux non sans arrogance et avec un petit air de défi disant "on a gagné", c'est quelqu'un comme nous qui va être élu.

    Lien permanent Catégories : Article
  • De Villiers et le "vote désespéré"

    Imprimer Pin it!

    medium_grasse_devilliers220.jpgDimanche soir, De Villier refuse de choisir entre "la peste et le choléra", deux jours plus tard, il appelle à voter Sarkozy pour faire barrage à la gauche. Dimanche, on comprend son point de vue, après tout il a le droit et c'est cohérent quand on lit son programme, par contre, l'appel à voter Sarkozy on ne comprend plus ou alors trop bien, serait-ce donc que le MPF était une machine à récolter les voix de certains électeurs de droite majoritairement catholiques pour éviter qu'ils n'aillent chez le Pen, ce n'est pas possible, je ne puis le croire !... On l'aurait forcé le couteau sous la gorge, ou alors, il y aurait peut-être un rapport avec le faible pourcentage qu'il a fait chez lui en Vendée mais là aussi, je ne puis le croire (!).

    Pour certains jeunes "désespérés" qui s'apprêtaient à s'abstenir (une nouvelle forme de "coîtus interruptus"), il faudrait voter Sarkosy même si c'est par désespoir et parce qu'il redonnera l'espérance à "la France qui gagne". Même si on ne peut dénier à De Villiers une réussite certaine de sa politique départementale, là on rigole.

    Lien permanent Catégories : Politique
  • La revanche des médiocres

    Imprimer Pin it!

    medium_Ploucs.jpg

    Amaury ize baque ine  ze djeungeule of ze blogs !.... 

    Dans toutes les classes de collège ou de lycée il y avait au moins un élève dans ce genre là, toujours tiré à quatre épingles, mais plat et lisse, il ne comprenait pas les blagues que racontaient les autres, restant toujours premier degré, il n'avait pas de culture, trouvant que lire c'est "quand même une perte de temps" et puis de toutes façons, il l'a pas le temps. Mais secrètement, il était jaloux et se sentait humilié car il n'y a pas pire complexe que le complexe d'infériorité culturelle. Il était persuadé que pour plaire aux filles, rien de mieux qu'une mobylette bien astiquée (à l'âge mûr, il s'achètera la bagnole de ses rêves) et un jean bien repassé avec le pli au milieu. Il a continué de travailler raisonnablement à l'école, il a parfois medium_chez_les_ploucs1.jpgréussi et s'est marié avec une fille qui lui ressemblait mais se sentait encore humilié et complexé par ceux qu'il traitait d'intellos (sous-entendu prétentieux, l'amateur de livres étant par nature prétentieux selon lui) maintenant de "bobos". Maintenant il a "son" candidat, un type comme lui croit-il, qui a fait 30% et il balade son clébard la tête haute, le chien fait un peu partout d'ailleurs, il ne se sent plus écrasé, n'a plus peur d'ouvrir la bouche pour dire que les pauvres ce sont rien que des feignasses et les zétrangers de dangereux terroristes en puissance sauf bien sûr ceux qu'on choisira, que les gens malheureux et ceux qui sont inadaptés à cette société matérialiste et consumériste c'est génétique de toutes façons, ils sont malades parce qu'ils refusent l'allégeance. Le soir, il regarde par sa fenêtre et il se met à rêver que Sarkozy lui sert la louche et lui dit qu'il le trouve sympa comme Christian Clavier.

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Jeanne et Nicolas -article de Gérard Silighini

    Imprimer Pin it!
    medium_Sainte_Jeanne_d_Arc.jpgJ'ai lu le prononcé du discours de Sarkozy à Rouen... Rien de bien neuf...Les vieilles recettes :

    Taper sur la gauche puis affirmer la grandeur de la France... Comme si la gauche la récusait ...

    S'approprier quelques grands personnages et revenir à l'histoire de Michelet... S'ancrer dans un passé lointain quasi mythique, refuser toute repentance et affirmer en particulier que tous les Français n'étaient pas pétainistes et que tous les colons n'étaient pas méchants... Dont acte !

    Dénoncer des errements de notre système économique et de notre Démocratie en faisant semblant de n'y être pour rien et de ne faire rien qu'arriver là, brusquement, Zorro blanchisseur de la morale, des moeurs et de l'économie ou plutôt Jeanne d'Arc moderne, qui serait vierge de tout passé politique, de toute compromission et qui viendrait rétablir la République, la vraie !

    La suite par ici

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Voter Sarkozy c'est voter le Pen sans le rouge au front

    Imprimer Pin it!

    medium_sarko-pen.jpgSouvent l'électeur de le Pen était fier de lui, en famille, ou devant un cercle d'amis, il avait pas peur d'affirmer combien il était courageux et que tous les parisiens et les bobos qui l'empêchent de laver sa bagnole par temps de canicule ou d'insulter les zétrangers sont des prétentieux alors que lui est un mec simple, mais en société, il votait pas le Pen, non il disait que c'était pas bien d'être raciste et tout, que le Pen était vraiment méchant. Et puis, la lumière fût, dimanche dernier il a voté Sarkozy et alors là il a compris, il peut se permettre d'être xénophobe, de rêver au retour de cette bonne vieille France giscardienne quand les africains et les maghrébins étaient les invisibles qui vidaient ses ordures ou nettoyait son bureau quand il était parti, il vote Sarkozy et il n'a plus honte, il n'a plus le rouge au front. Et puis en plus Sarkozy lui dit que c'est pas de la faute de son égoïsme si les pauvres crèvent de faim mais de LEUR faute à eux. Il n'y croyait plus...

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Stérilisation des pauvres ?

    Imprimer Pin it!

    Voilà l'avis qu'en donne les instances officielles, le comité national d'éthique, un avis mesuré et objectif :

    medium_ass.2.jpgLa contraception des personnes handicapées mentales soulève de nombreuses questions qui touchent à leur condition, variable selon les individus et les situations, et où entre en jeu le respect de leurs droits. La complexité de ce problème est tel que l'on tend parfois à le réduire à la seule discussion de l'opportunité d'une stérilisation.

    Des médecins qui reçoivent, de la part des familles ou des institutions, des demandes de stérilisation pour ces personnes, ont sollicité l'avis du Comité consultatif national d'éthique; ils s'interrogent sur le bien-fondé de ces interventions, et notamment en regard de l'état actuel du droit. En effet, l'article 16-3 du Code Civil n'admet une atteinte à l'intégrité physique qu'en cas de nécessité thérapeutique, et à condition d'obtenir le consentement de la personne concernée. Or, la justification thérapeutique d'une intervention envisagée essentiellement dans un but contraceptif paraît hautement discutable ; en tout état de cause, la déficience mentale ne saurait à elle seule fournir cette justification. De plus, le consentement libre et éclairé des personnes handicapées mentales à une intervention médicale ou chirurgicale, quelle qu'elle soit, pose problème. Les pouvoirs publics se trouvent concernés par cette question, parce qu'il leur incombe de clarifier la situation et de prévoir un cadre réglementaire pour prévenir les actes abusifs à l'égard des personnes handicapées mentales, et notamment des jeunes femmes.

    Juger de l'opportunité éventuelle d'une stérilisation impose de la situer d'abord à sa place, dans la problématique générale des différentes modalités contraceptives. Une argumentation valable doit tenir compte de l'évolution des techniques, notamment dans le champ des contraceptions hormonales.

    La suite ici

    medium_2232671_224.jpgUne rumeur persistante dans les services sociaux et les hopitaux m'a été confirmée comme circulant dans différentes instances. On stériliserait les femmes pauvres ou malades "psy", ou handicapées, ou "sans papiers" aussi. Ce serait en obéissance à des nouvelles directives afin de limiter ce qu'ils appellent "l'assistanat social". Je le mets volontairement au conditionnel. Mais parfois, on ne veut pas voir ce qui se passe sous notre nez. Autour des camps de la mort, les gens ne se posaient pas de question sur ce qui s'y passait...

    Personne n'en parle mais tout le monde le sait, il y a aussi celles et ceux qui protestent mollement et qui laissent faire parce qu'ils sont d'accord avec le procédé malgré tout. Ce genre d'idées, on les entend quand on encourage certains "brav' gens" à se lâcher et quand ils se sentent en confiance. Patrick Pelloux a largement abordé la question dans sa chronique dans "Charlie Hebdo". C'est donc une France eugéniste que l'on nous préparerait où l'on choisit ceux qui peuvent avoir des enfants et ceux qui ne peuvent pas. Les nazis prenaient le même genre de décision, maintenant on fait passer çà pour une mesure d'humanité.

    Lien permanent Catégories : Article
  • Dans l'isoloir...

    Imprimer Pin it!

    medium_isoloir_.jpgCe matin, au bureau de vote, il y avait une foule surprenante. C'est amusant mais je crois que l'on discernait sans peine aux louques qui vote pour qui. Autrement les gens votent par essaims générationnels marqués. Je suis arrivé au moment du vote du troisième âge, qui a un sens aigu de la démocratie, on vote par deux ou trois dans les isoloirs, sans fermer le rideau, on s'en fiche de toutes façons...hein..., ou en tenant le Loulou de Poméranie d'une main, de l'autre on tient plus ou moins fermement son bulletin. L'on embrasse ensuite bruyamment en partageant une bonne partie du fond de teinte qui tartine les joues (je me croirais dans une pub Yves Rocher) l'un ou l'autre assesseurs dont l'on sait qu'il vote comme nous. Ensuite, à petits pas, l'on se dirige vers la sortie espérant que surtout rien ne changera dans ce pays et que l'on conservera ses petits privilèges, quel que soit le résultat. Il arrive que le suffrage universel fasse rire.

    Lien permanent Catégories : Article
  • Quelques jours de vacances...

    Imprimer Pin it!

    medium_carteret.jpgPendant quelques jours, jusqu'à samedi, ce blog ne va pas être actualisé (à moins que je ne trouve un cyber-café là-bas), car je pars en vacances à Barneville-Carteret, petit village non loin de Cherbourg et Saint Lô qui abrite une maison appartenant à Barbey d'Aurevilly (On y trouve aussi la maison de la Mère Denis pour ceux qui se souviennent de la pub "Vedette"), il y aurait écrit "l'Ensorcelée", en compagnie de deux de mes soeurs, de mes neveux et nièces (Flash publicité : l'Amaury est tout à fait recommandé pour les enfants du fait de ses formes rondes et de ses couleurs vives, de plus, très inventif en bêtises -sans gravité-, il les fera bien rire). De ma fenêtre, je verrai les bateaux et un grand pré avec des chevaux, le ciel au-dessus de la Manche. Cela me permettra de finir "L'Immeublemedium_m-Vue_depuis_le_se_maphore_de_Carteret.jpg Yacoubian" et le quatrième tome du recueil des nouvelles de Silverberg. Quant au deuxième tour, je le dis c'est pas pour cafter mais entendiez-vous ces candidats mugir dans les télévisions et les entendez-vous maintenant se taire...

    Bien sûr, celles ou ceux qui voudraient faire une escapade là-bas sont les bienvenus(es)...

    En photos : le phare de Carteret, la plage de Carteret

     

  • On n'est plus en sécurité sur les marchés (voyous en bleu)

    Imprimer Pin it!

    medium_sarko.7.jpgCe matin, allant chercher le fromage dominical traditionnel sur le marché d'Evreux (un peu de Maroilles, du camembert, du Saint Nectaire et du bleu de Gex pour ceux que çà intéresserait, je conseille ce bleu, excellent, peu gras et en plus bon marché), j'ai la surprise de constater que tout un emplacement, habituellement occupé par un marchand de boudin (il y a des coincidences troublantes), est colonisé par une bande de petits voyous et rebelles arborant un ticheurte bleu électrique sur leurs torses qui proclame fièrement qu'ils votent pour le troll, le petit nerveux. On n'est pas plus inconscients, cela montre bien qu'ils n'ont pas reçu une éducation convenable, que le système scolaire est en échec à travers eux, qu'ils sont d'ailleurs victimes de ce système favorisant l'assistanat. Il y a même des personnes d'âge mûr parmi elles, celles-ci singeant d'ailleurs l'élégance des quartiers plus raisonnables.

    medium_Segolene1.jpgDe peur de subir quelque violence de leur part, j'oblique un peu vers la gauche, et là tombant de Charbyde en Scylla, de grands escogriffes habillés en orange et armés de couteaux à beurre (arme centriste dangereuse) m'invitent à faire allégeance pour leur chef de gang, un certain "Baille-rou" crois-je comprendre à travers le sabir que l'un d'eux me débite, en effet, la dichotomie sociale se marque aussi par le langage. Tout cela m'affolerait presque quand j'aperçois les supporters de Ségolène attablés à une table de café, sans ticheurtes medium_bayrou_cool_lobo_lobofakes.3.jpgagressifs, sans arrogance, ici c'est la France, môssieur, je salue Hervé, Gérard, Sophie, Rachid, Bernard, et Émeric. Cela m'amuse, mais tout çà a évidemment un côté éminemment plus sympathique.

    Dernière minute : Un lien vers un article concernant le livre "Sarkozy Connection"

  • Cinq ans après le 21 avril 2002 - Anne Mansouret

    Imprimer Pin it!
    medium_am.jpgCi-après mon pronostic pour le premier tour, après étude et redressement
    des sondages publiés hier.
    D'après mes projections, le vote de Sarkozy est surévalué et
    celui de Le Pen sous évalué par les instituts: Les jeunes votent majoritairement Royal, Le Pen ou Bayrou, or les étudiants ne font
    peu ou pas partie des pannels; idem pour les chômeurs et les plus précaires...et ça fait des voix !
    Royal +ou- 25%
    Sarkozy +ou- 20%
    Le Pen +ou- 20%
    Bayrou +ou- 18%
    Nihous 3%
    Besancenot 4%
    Laguiller 2%
    Buffet 3%
    Voynet 2%
    de Villiers 1,5%
    Bové 1,5%
    Chivardi inexistant (- de 1% grapillé chez
    l'un ou l'autre des petits candidats)
    -1%

    Au second tour, Royal battra Sarkozy à 51 - 49 (effet "TSS-Tout sauf Sarko et déclaration mortelle de Le Pen en faveur de Sarkozy dimanche soir) ou Le Pen à 65 - 35

    Bon réveil, bon week-end à toutes et à tous, et bon vote !
    Vive la République, et Vive la France que nous portons tous dans le coeur.
    En amitié,

    ANNE MANSOURET (En cliquant sur la signature, on va sur son blog)
    Lien permanent Catégories : Politique
  • Vote utile ?

    Imprimer Pin it!

    medium_evreux.3.jpgLa notion de "vote utile" est finalement assez embêtante, car cela voudrait dire que les autres votes seraient donc "inutiles", donc la démocratie par là-même. Les élus oublient qu'ils sont au service de la Nation et de l'intérêt public et non l'inverse, c'est donc à eux de prouver leur compétence, qu'il s'agit de faire ce qu'ils disent, de se mettre véritablement au service d'un projet et non ponctuellement à celui d'ambitions présidentielles en collant des CRS partout pour rassurer, (cela ne change rien de toutes façons puisque les attaques aux personnes ont encore considérablement augmenté cette année).

    Pas seulement les élus d'ailleurs mais tous ceux qui font partie de la chaîne, des enseignants et éducateurs aux policiers qui parfois oublient le sens de la communauté et adoptent alors un comportement de plus en plus individualiste. La nuit dernière des escaliers d'immeubles ont brûlé pour la deuxième  fois dans un immeuble de la Madeleine le quartier "sensible" d'Evreux. Tout le monde sait qui sont les incendiaires mais personne ne veut bouger, par peur, par paresse, par indifférence. C'est cela qui appelle le vote le Pen car les habitants l'ont dit : "demain c'est FN".

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Quelques vers d'Aragon...

    Imprimer Pin it!

    medium_automne_15.jpg"Rien n'est précaire comme vivre
    Rien comme être n'est passager
    C'est un peu fondre comme le givre
    Et pour le vent être léger
    J'arrive où je suis étranger

    Un jour tu passes la frontière
    D'où viens-tu mais où vas-tu donc
    Demain qu'importe et qu'importe hier
    Le coeur change avec le chardon
    Tout est sans rime ni pardon

    Passe ton doigt là sur ta tempe
    Touche l'enfance de tes yeux
    Mieux vaut laisser basses les lampes
    La nuit plus longtemps nous va mieux
    C'est le grand jour qui se fait vieux

    Les arbres sont beaux en automne
    Mais l'enfant qu'est-il devenu
    Je me regarde et je m'étonne
    De ce voyageur inconnu
    De son visage et ses pieds nus

    Peu a peu tu te fais silence
    Mais pas assez vite pourtant
    Pour ne sentir ta dissemblance
    Et sur le toi-même d'antan
    Tomber la poussière du temps

    C'est long vieillir au bout du compte
    Le sable en fuit entre nos doigts
    C'est comme une eau froide qui monte
    C'est comme une honte qui croît
    Un cuir à crier qu'on corroie

    C'est long d'être un homme une chose
    C'est long de renoncer à tout
    Et sens-tu les métamorphoses
    Qui se font au-dedans de nous
    Lentement plier nos genoux

    medium_automne.2.jpgO mer amère ô mer profonde
    Quelle est l'heure de tes marées
    Combien faut-il d'années-secondes
    A l'homme pour l'homme abjurer
    Pourquoi pourquoi ces simagrées

    Rien n'est précaire comme vivre
    Rien comme être n'est passager
    C'est un peu fondre comme le givre
    Et pour le vent être léger
    J'arrive où je suis étranger."

    Louis Aragon, Oeuvres poétiques, Stock, 1997.

    Sur Aragon :
    http://www.adpf.asso.fr/adpf-publi/folio/aragon/
    http://perso.wanadoo.fr/aujourdhui/aragon/
    http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Louis_Aragon
    http://www.uni-muenster.de/Romanistik/Aragon/welcome.html

  • Ouragan sur l'eau plate - article désabusé du Père Fouettard

    Imprimer Pin it!

    medium_urne2.jpgDans deux jours on vote, nous votons, vous votez, ils votent, attention paraît que rien n'est joué et on nous promet un changement de société dans un sens ou dans un autre en cas de victoire de l'un ou de l'autre. Un changement concret, ce serait par exemple que les salaires, en particulier les plus bas, ceux des plus précaires, augmentent tout de suite  (Note personnelle : j'ai lu d'ailleurs il y a quelques temps un tract professionnel qui m'a semblé bien involontairement ironique concernant ma corporation -qui va voter Bayrou pour certains parce que "Ségolène elle était avec Allègre" oubliant que François Baille-roux, qui n'est pas la moitié d'un con, n'était pas mal non plus dans la fonction-  ce texte clamait "A travail égal, salaire égal", mais pas attention pas pour les profs contractuels faut pas déconner, même si j'avais envie de rajouter d'accord, on commence tout de suite alors ?).

    Quel que soit le résultat de l'élection, les fonds de pension des retraités américains cesseront-ils de faire la loi à la bourse ? Et les décisions européenns cesseront-elles d'être prises arbitrairement ? Bizarrement, j'ai des doutes ou alors peut-être suis-je un indécrottable pessimiste sur la nature humaine. Certains agitent encore l'épouvantail le Pen, attention les gars, vous nous avez déjà fait le coup en 2002 ce qui a permis à Jacques Chirac de confisquer le deuxième tour (On se souvient que si on ne votait pas pour lui, c'était le retour du fascisme comme le clamait tout le monde).

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Archives du Spirit

    Imprimer Pin it!

    Le Spirit veille
    medium_spirit.jpgUn flic intègre qui trouve que la police fait mal son travail, décide de faire semblant de mourir pour mieux renaître sous la forme du "Spirit", le justicier fantôme. Cela tombe bien, des malfrats organisaient au même moment un attentat contre lui, il en réchappe miraculeusement et devient donc "le Spirit", un justicier habillé d'un costume bleu et masqué d'un loup qui ne cache pas grand-chose objectivement. Ce serait commun s'il n'était clair qu'il a un solide sens de l'humour. Il tourne les passions humaines en dérision, dont le fric, le statut social et la pudibonderie, tombe amoureux de femmes fatales, très bien dessinées par Will Eisner, et aime ça, il se fait régulièrement défoncer le portrait et déchirer tout ses ensembles bleu-pétrole. On est loin du collant moule-trois pièces cuisines de Superman ou du psychotique Batman, celui de Miller pas la version "pinpon" de Bob Kane qui se rapproche de ce "comic book".

    Titre : Spirit archives, tome 2 | Auteur : Will Eisner | Editeur : DC-Comics

    En cliquant sur l'illustration, on trouve une planche de "The Spirit"

  • Bluk-Bluk zogotunga

    Imprimer Pin it!

    Agla ! Agla ! Breeuh!
    medium_edika.jpgVoilà le roi des bruitages bizarres de la BD pour adultes, ici les fermetures éclair peuvent faire "vroooum" ou "zboïng". Les histoires finissent toutes en queue de poisson. L'auteur livre ses préoccupations hautement métaphysiques sur son oeuvre et raconte la vie de son chat idiot, doté de tous les vices, Clark Gaybeule. Les imams portent des rangers sous leurs robes traditionnelles tendues par d'inavouables extases qui n'ont rien de mystique (dans un des gags de l'album, l'un d'eux appelle çà positiver à Carrefour). Edika est joyeusement iconoclaste. Il casse tout, comme un sale gosse et se moque de tout. Son humour ressemble beaucoup à celui de Desproges, dont il illustra il y a quelques années l'opus "Les étrangers sont nuls". Il se rapproche d'un autre infâme auteur de BD, l'ignoble Vuillemin.

    Titre : Bluk-Bluk zogotounga | Auteur : Edika | Editeur : Audié

  • Notre maître est Talon

    Imprimer Pin it!

    Achille Talon et Pécuchet
    medium_talon.jpgPour ceux qui ne le connaissent pas et qui ont entendu des déclarations abusives sur l'esprit bourgeois et étriqué de Talon, cette lecture est indispensable. Achille Talon est un génie méconnu (ils le sont tous, voyez mon cas) et un homme exceptionnel cultivé et disert, sans pompe ni vanité bien que d'un amour propre très chatouilleux, possédant également un physique hors-norme mais somme toute jovial voire joyeux. Hop ! Le ventre de Talon rassure sur son amour de la vie, ainsi que son nez un peu fort qui lui permet de goûter les vins. Talon n'est pas ridicule, il fait rire sciemment par un comique verbal des plus fins, quelques jeux de langue. Qu'on se le dise ! Il n'y a que le jaloux voisin, Lefuneste, pour oser penser que Talon est vaniteux, pompeux et trop gros et fait des calembours atroces. Fi donc des pleutres !

    Titre : Achille Talon aggrave son cas ! | Auteur : Greg | Editeur : Dargaud

    Cliquez sur l'image et cela mène à un gag complet de Talon

  • 4, rue Choron

    Imprimer Pin it!

    Souvenons-nous du bal tragique à Colombey...
    medium_choron.jpg

    Choron a dit : "Les gens sobres sont la réincarnation de chameaux, alors que les alcooliques sont la réincarnation d'éponges de mer." 

    "Bêtes et méchants". Choisissant l'appréciation traditionnelle sur des blagues un peu salées ou provocatrices, "Allez c'est plus bête que méchant". Plusieurs copains, dont Cavanna, Gébé, Cabu, Wolinski, décident de fonder un journal qui sera et bête et méchant à 100%, et qui de ce fait, se prendra plusieurs procès dans la gueule pour outrage à la bonne conscience publique. Ils vont souvent trop loin c'est certain tirant à boulets rouges sur tous les cons y compris les bien-pensants de leur camp théorique. Du fait de ces procès, Hara-Kiri sera en faillite souvent, mais renaîtra toujours de ses cendres. Il fallait un certain culot pour aller très loin au début des années 60, qui ne furent pas tant que ça les "swinging sixties" chez nous.

    Titre : 4, rue Choron | Auteur : François Cavanna | Editeur : Archipel (L')

    D'autres citations de Choron ici

    Un site entier sur lui

  • Liberty Meadows - un gag complet

    Imprimer Pin it!

    medium_LibMeadows_060501.jpgCliquez sur l'image pour l'agrandir

  • Propos sur le bonheur - Alain

    Imprimer Pin it!

    L'intelligence d'Alain
    medium_alain.jpgToute notre société, toutes nos réflexions, se fondent en grande partie sur un problème simple : Doit-on laisser, ou non, libre cours à nos désirs (consommation, sexe, enrichissement, réussite personnelle... etc) ? Pour le reste, réfléchir sur autre chose "prend la tête" comme disent les potaches qui découvrent la philosophie. Il y a ceux qui veulent restreindre, et ceux qui ne veulent pas de limite, dans les deux cas, le résultat sera le même, le désir sera annihilé. Ce qui implique deux sortes de philosophes et un cycle : une période de retour à un certain ordre moral, après une période de permissivité, et ainsi de suite...
    De plus, notre société, notre monde, adore les mouvements de masses, les communautés, dont on ne saurait faire abstraction. On ne peut être en dehors, et se construire librement. D'ailleurs, peu de monde aime vraiment la philosophie aujoud'hui, et ce n'est pas de la manière dont elle est enseignée actuellement que cela changera, car réfléchir sur soi-même et le monde, c'est se couper d'un groupe, d'une communauté rassurante, et ça, personne ne le veut, à aucun prix.
    Pourquoi lire Alain, qui est un peu dans une période de purgatoire en ce moment ? Justement parce qu'il va plus loin, dans les questions qu'ils posent, que justifier ou non un désir, que c'est une affaire de sagesse, d'équilibre, dont de paix. Et aussi, qu'Alain est un philosophe de la même espèce que Montaigne, il n'impose rien, aucune idéologie, bien au contraire, il libère.
    Site Internet :
    http://mper.chez.tiscali.fr/auteurs/Alain.html

    Titre : Propos sur le bonheur | Auteur : Alain | Editeur : Gallimard

    En cliquant sur l'image on va sur le site de l'artiste auteur du portrait, Didier Léveillé

  • "Désenseigner la sottise"

    Imprimer Pin it!

    Montaigne digeste
    medium_montaigne.2.jpgAnthologie présentée par Gaël Gauvin. Si on ne lit pas l'ancien français ou que les gros volumes nous révulsent, ce petit recueil donne un point de vue accessible sur la philosophie de Montaigne, traduit en langue moderne et dont l'anthologiste a classé les idées, qui "désenseignent la sottise".
    Montaigne ne prétend pas à l'universel, ne prétend pas connaître la panacée pour guérir l'humanité de ses maux, qu'elle soit consentante ou non. Il ne fait que parler de son expérience, expérience lentement mûrie, la fameuse formule "parce que c'était lui, parce que c'était moi", pour parler de l'amitié, paraissant si simple, ne viendra qu'à la vieillesse.
    Montaigne est sceptique sur tout ce qui fait agir ses contemporains, l'avidité, la haine, la religion à l'extrême, "l'humaine imbécilité", la vanité des possessions, l'injustice des sociétés, les lois du talion. C'est dire s'il est donc d'actualité en tant qu'homme tout simplement libre.

    Titre : Montaigne | Auteur : Michel De Montaigne | Editeur : Librio

  • Y-a-t-il plus con que la "Méthode Cauet" ?

    Imprimer Pin it!

    medium_quickcauet.jpgDe temps à autre, je me laisse aller à mettre TF1 le jeudi soir après 22heures30, je tiens à peu près une minute trente, montre en main. L'animateur, Sébastien Cauet, est de Picardie, je crois que c'est tout ce que nous avons en commun. Je me souviens de lui aux débuts de M6, il avait des côtés sympathiques, maintenant c'est devenu le spécialiste des blagues de beaufs ou de gros cons. il faut bien le dire. On dirait la revanche de gamins pas très mûrs, pas très finauds, pas sûrs d'eux, très ringards, dont l'humour se limite au tripotage de filles plus ou moins consentantes, certaines sont payées pour çà et doivent leur célébrité à ce type d'émissions, elles regardent le plafond au moment crucial. Cauet anime avec une aristocrate dont le physique est le seul à ne pas être trop décavé, Cécile de Ménibus. C'était le genre de filles qui faisait rêver les ringards avec qui elle traînait s'assurant une cour de lèches-bottes mais ne concrètisant jamais avec. Cette émission, c'est la revanche des médiocres, de ceux qui n'ont aucune culture, aucun intérêt pour s'ouvrir à autre chose que le bas de leur ceinture. 

  • Jurisprudence Delarue

    Imprimer Pin it!

    medium_delarue.jpgUn sémillant animateur de tévé, spécialiste de la maïeutique mélodramatique, a "pété un câble" selon ses propres termes dans un avion de ligne qui l'emmenait vers l'Afrique du Sud et molesté une douzaine de personnes qu'il a copieusement insultées. Ce n'est pas la première fois, il y a quelques années déjà cela lui était arrivé, il avait frappé des voyageurs avec un saumon trouvé au buffet des premières classes (véridique et plutôt marrant finalement). Il s'en tire avec trois jours de "stage citoyen" et de plates excuses. Hier, je croise un élève dans la rue, celui-ci m'explique que sa copine a été placée en garde à vue pendant 20 heures à cause d'une dispute dans un bar. Je lui aurai bien conseillé d'appliquer la jurisprudence Delarue. Depuis mon enfance, on me dit que les privilèges ont été abolis la nuit du 4 Août 1789 à l'école, ne serait-ce pas qu'il en reste ?

  • Contagion - article de Gérard Silighini

    Imprimer Pin it!

     medium_Sarkozy_LePen.jpgBon ! On le sait à présent... Le Pen a déteint sur Sarkozy, à moins que ce ne soit Sarkozy qui déteigne sur Le Pen... C'est vrai que durant cette campagne électorale, c'est une étrange alchimie qui aura rapproché ces deux là et, je le disais tout à l'heure à l'entrée de la maison de quartier de la Madeleine où se tenait l'AG de l'Arche, s'il ne restait plus au second tour que Le Pen et Sarkozy, je serais tenté de rester chez moi... De la racaille qu'il faut karchériser à l'immigration choisie qui vient appauvrir encore les pays les plus pauvres là où il faut au contraire les soutenir, du ministère de l'immigration et de l'identité nationale aux fantaisies génétiques, Sarkozy aura tout tenté pour faire oublier que, si la France était dans l'état qu'il dénonce, ce serait aussi parce qu'il y aura été ministre durant ces cinq dernières années, que ce soit à l'Intérieur ou aux Finances.

    Cette alchimie étrange...La suite ici

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Exilez vous au Groland !

    Imprimer Pin it!

    Un pays où c'est qu'il fait bon y vivre en cas de victoire du nabot éructant, sans lui, sans les autres...

    J'ai déjà mon passeport et mon permis de boisson grolandais, on ne sait jamais (j'aime beaucoup Kuntz, d'ailleurs, je suis résident à Mufflins où il est correspondant permanent). Ou alors peut-être aimez-vous le thé tiède à l'UDF ?

    medium_kael.jpgAlors que les gratte-ciels s'effondrent en Amérique, le pays des gros, alors qu'en France, terre des coqs au vin, les notables sont assez pervers, il reste un tout petit bout de terre, une "présipauté" démocratique où le président est élu de père en fils : le Groland. Ce pays a pour particularité de communiquer avec tous les autres et surtout de rassembler en lui tous les défauts des autres.
    Le guide a été rédigé, avec l'accord du président Salengro, par des figures grolandaises médiatiques mondialement reconnues : Jules-Edouard Moustic, présentateur vedette de notre télé, Michael Kael, journaliste et pleutre vedette, et Francis Kuntz, le journaliste que nous aimons détester.
    medium_index02-moustic.jpgCe pays s'enorgueillit de son alcool de pneu, de ses retraités, de cette invention révolutionnant la sexualité moderne : la pilule du surlendemain, de ses alcooliques et de ses 24 heures en mob. Pour finir, une déclaration de notre président :
    ...???
    COMMUNIQUÉ :
    Notre Président étant enroué,
    nous différons à une date ultérieure
    la mise en ligne de ses citations.
    medium_kuntz.jpgVeuillez nous excuser de la gêne occasionnée mais Notre Hiver est rude, et Notre Président a d'ores et déjà assidûment entamé une cure de grogs à l'alcool de poire afin de résorber le mal. Bien entendu, nous vous tiendrons informés de l'état de Notre Président dès que la situation s'améliorera.
    (si toutefois Notre Président, ci-dessus à droite avec deux personnalités du "Tout-Groland" tient encore debout !)

    Titre : Le Guide du Groland | Auteur : Jules-Edouard Moustic, Michael Kael, Francis Kuntz | Editeur : Michel Lafon