Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'affaire Lubin

Imprimer Pin it!

Le sang glacé
medium_93.jpgJ'ai regardé hier soir l'émission de Christophe Hondelatte sur l'affaire, une émission effrayante par son sujet, et cela m'a rappelé cette critique. En commençant à lire ce livre, j'ai pensé à une phrase prononcée par un des avocats de Patrick Henry concernant la peine de mort : une fois tué, le crime d'un homme, ou d'une femme, sera-t-il racheté, cela ne change rien. La justice a désigné Magali Guillemot, la mère du petit Lubin, comme la meurtrière de son fils avec raison car tout l'accuse et non seulement car elle ne pleurait pas devant les caméras. On pensera également à l'assassinat du "petit Grégory".
Loly Clerc l'a rencontrée, elle pensait peut-être trouver une icône médiatique, une sorte de monstre du prime time, elle a trouvé une femme. Magali Guillemot est même une femme "brillante" par sa scolarité, mais une de ces femmes qui a tout consacré à sa réussite sociale et que çà a rendu folle, même à notre époque, certes on ne le pardonne pas non plus, mais elle a oublié l'essentiel qui est son humanité, comme beaucoup de gens. Loly Clerc est comme la plupart d'entre nous, elle voit en Magali Guillemot un miroir, prend ce qui l'arrange, et lui accorde son amitié. On ne prendra jamais quelqu'un que l'on aime bien pour un meurtrier. On ne veut pas voir une meurtrière d'enfants.
Cela m'a rappelé l'attitude de Jean-Claude Romand avec ses visiteurs de prison, de braves gens un peu naïfs (cf "l'adversaire" d'Emmanuel Carrère), qui voient en lui un homme qui s'est repenti, car il leur tend complaisamment unmedium_mauche_jerome_1.jpg miroir flatteur. Comme l'a dit une psychologue l'ayant observé, ils refusent d'affronter la vérité, comme ils l'avaient fait pendant dix-huit ans quand il montrait l'apparence de la réussite sociale. 
Ce qui me choque personnellement, c'est bien ce livre, inutile, impudique. Il ne changera rien. Ce qui me choque aussi, c'est que Magali Guillemot ait pu si facilement sortir de prison du fait de son milieu, de son parcours et de ses relations alors que des milliers de jeunes ados qui piquent une mobylette y croupissent sans espoir, alors que la jeune fille de 19 ans qui a tué son petit dans un geste de désespoir peut-être plus compréhensible à défaut d'être acceptable y est encore. Eux aussi, dans ce cas, devraient avoir la même chance. Ce qui me choque c'est maître Lombard disant pour justifier l'intelligence de sa cliente : "Magali, centralienne...". Cela ne change rien. Elle avait programmé sa vie pour la réussite, çà ne marche pas quant au bonheur. Lui s'était laissé éblouir. Ils se sont vite aperçus qu'ils n'avaient rien à se dire. Un enfant est mort pour çà...

Titre : Moi qui n'ai pas tué mon fils - l'affaire Lubin | Auteur : Magali Guillemot, Loly Clerc | Editeur : Grasset

Les commentaires sont fermés.