Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Présentation de son blog - article de Guillaume

    Imprimer Pin it!

    medium_caravanserail.jpgTout ce que je raconte sur cette page, tout ce que je balance dans les commentaires que je publie ici ou là, je l’assume pleinement. Tant pis si cela vous dérange.

    Mais ne vous méprenez pas : ce ne sont que des idées sorties de mon cerveau de scientifique borné, athée et gauchisant, vaguement mises en ordre de marche. Je ne suis pas capable de citer des philosophes et des écrivains de mémoire. Je ne suis pas nécessairement capable de disserter sur telle ou telle question de société avec du recul et des arguments. Cette page n’est constituée que de réactions - parfois épidermiques, j’en conviens - à ce qui se passe autour de moi. Ne m’emmerdez pas avec mes erreurs d’interprétation : je sais que j’en fais, je sais que mon point de vue est discutable. Alors discutons, mais ne me reprochez pas de faire de cette page un espace qui me ressemble. Si vous cherchez de la philo, de l’esprit littéraire ou de la sociologie de haute volée, ce n’est pas ici que vous trouverez.

    Mon truc, c'est les argiles et autres minéraux lamellaires...

    La suite ici sur son blog (et merci de tes compliments)

  • La publicité dans la joie - Gotlib/Alexis : la guillotine et la colle

    Imprimer Pin it!

    Cliquez sur l'image, réservée aux amateurs de l'engin, pour agrandirmedium_pubjoie.jpg

  • Un miracle !

    Imprimer Pin it!

    medium_1.6.jpgMardi, un "odieux" "sans papiers" "récidiviste et criminel" (il a volé de la viande et du pain dans un Franprix selon les faits réels signalés par la justice) a refusé de montrer son billet à un contrôleur. Bien sûr que ce n'est pas bien de voler, bien sûr que les émeutes ne se justifient pas et que les vandales, racailles, et autres petites frappes, qui sont pour la plupart des boutures de milicien dans les cités, ne réfléchissent pas deux secondes et ne se rendent pas compte qu'elles font le jeu des démagogues encore une fois (les gars, quand une voiture crame c'est autant de voix pour votre pire ennemi, quand le comprendrez-vous ?). C'est à désespérer de la nature humaine, vous avez apporté sur un plateau ce qui lui manquait à l'autre. Il est dommage que la gauche ait encore crié à la bavure, non, il y a une loi républicaine, c'est la même pour tous. Car là aussi, vous de même avez fait le jeu des populistes... 

    L'article du Monde sur le sujet

    Lien permanent Catégories : Politique
  • En cas de choc de civilisations, qu'emporter comme lexique ?

    Imprimer Pin it!

    medium_medium_051124_tagine.jpgIls sont nombreux ceux qui pensent qu'il y a un choc des civilisations, un affrontement Islam/Occident. Ils s'en rejouissent au fond et pensent que c'est inéluctable. Pour aller jusqu'au bout de leur logique, je préconise donc de retirer du dictionnaire français : le zéro, la notion d'infini, le mot alcool, le mot shampoing entre autres, le savon, l'huile d'olive, les chiffres que nous utilisons, je propose de ne plus lire ni Platon, ni aucun des philosophes antiques, qui nous sont arrivés par l'Espagne musulmane, de ne plus écouter ou écrire de poésie, née en Occident gràce à la poésie mozarabe, de détruire les cathédrales construites gràce la science au départ communiquée par les architectes d'Andalousie...etc...etc...

    Site sur le sujet

    Lien permanent Catégories : Article
  • Carton jaune pour Iznogoud - article de Gérard Silighini

    Imprimer Pin it!

    medium_iznogoud.jpg Après le califat municipal, notre grand vizir est venu hier soir s'emparer de celui de l'agglomération. Pas de plébiscite cette fois ! Au contraire.... C'est même un carton jaune ... Jeudi soir, en conseil communautaire, Serge Bontemps, le Maire de Saint Sébastien de Morsent annonce sa candidature à la présidence de la communauté d'agglomération contre celle de Monsieur Nicolas. Il estime en effet que, de la part de Monsieur Nicolas, donner, comme il l'a annoncé, la première vice-présidence et la délégation des finances à Gaston Gaudemer qui a déjà en charge l'eau et l'assainissement concentre trop de compétences sur l'attelage Président-Premier vice-président... C'est vrai qu'Iznogoud est coutumier du fait puisqu'il a jalousement gardé, à la mairie, cette fameuse compétence des finances qu'il exerce donc directement en tant que...
    Pour lire la suite cliquez ici

    Vers une page de la BD en grand ici

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Saint de centre-gauche et dessinateur - article du Père Fouettard

    Imprimer Pin it!

    medium_Plantu-Sarkosy.jpgUn dessinateur célèbre, dont le nom commence par P et finit par lantu, officiant dans un journal du soir célèbre et sarkozyste depuis peu et qui est la bible de nombreux enseignants depuis des lustres, se disant quant à lui de centre-gauche : çà permet de ne se fâcher avec personne et d'être considèré comme objectif par les naïfs, est devenu une sorte de figure de saint laïc -de centre-gauche-, d'instance morale distribuant les bons et mauvais point, les bénédictions et les anathèmes. Chez lui, il y a des méchants et des gentils mais finalement et comme à Disneyland, les méchants ont des lignes bien courbes et on ne les attaque pas de trop quand même de peur de choquer malgré tout leurs partisans (voir ci-contre ce dessin finalement anodin), en somme on est un peu faux-cul. Depuis qu'il a réussi à faire dessiner une étoile de David à Yasser Arafat, il pense être devenu partie prenante dans le processus de paix israèlo-palestinien alors qu'il n'a fait que suivre la pente habituelle des touristes politiques ou religieux en Palestine et Israèl, ils restent quinze jours et en partant ils ont LA solution ce qui, croient-ils, leur permet de faire la leçon aux deux camps. C'est un peu le Jacques Faizant des bien-pensants en quelque sorte.

    Le Père Fouettard 

    En cliquant sur l'image on va sur son site 

  • Correspondance de Léautaud

    Imprimer Pin it!

    Les blessures de l'écrivain
    medium_Leautaud2.jpgLa présentation commerciale de la quatrième de couverture du livre dans cette édition oublie une chose indispensable, pour la compréhension de l'auteur, qui est la blessure de l'amour qu'il portait à sa mère. C'est un homme blessé, fragile et sensible à la limite de la folie, se prétendant égoïste mais en fait idéaliste rempli de compassion, y compris pour les animaux.
    Sans blessures, il n'y aurait pas beaucoup de littérature intéressante, quoique l'on dise, j'en reste persuadé. Ce sont les humeurs qui suintent de celles de Léautaud qui le rend passionnant à lire. On se rappellera aussi de la phrase de Moravia, encore une fois, conseillant de se nourrir du désespoir pour vivre. La conscience humaine n'a pas beaucoup évolué depuis que l'être humain s'est organisé en sociétés. Comme tous les hyper-sensibles, Léautaud le sait parfaitement bien. C'est par là qu'il se crée une cuirasse pour se protèger contre la médiocrité triomphante.

    On se fiche un peu de ce que Léautaud raconte d'ailleurs, c'est comment il le raconte qui est intéressant et avec quels mots. 

    Titre : Correspondance 1 | Auteur : Paul Léautaud | Editeur : 10/18

  • Lettres de Dumas sur la gourmandise

    Imprimer Pin it!

    Lettres d'un ogre
    medium_Alexandre_Dumas.jpgDumas était un ogre "hénaurme" qui dévorait les histoires et les personnages, mais aussi la bonne chair et beaucoup de corps (il est intéressant de noter que beaucoup d'auteurs de la même période firent les mêmes expériences dont Flaubert, on en trouve un écho dans ses romans et sa correspondance). Il répond ici à un contradicteur pour lui livrer sa conception de la gastronomie, son idée du plaisir. On parle peu du plaisir de la chère actuellement, où si on parle c'est sous un angle déviant ou culpabilisant. Aucune culpabilité, aucune déviance dans ces textes mais un grand amour de la vie sous toutes ses formes, un grand amour des autres aussi, car le plus important c'est de partager tout cela en fait. Les extrémistes, les dogmatiques et les idéologues devraient tous lire des livres de cuisine.

    Titre : Lettres sur la cuisine à un prétendu gourmand napolitain | Auteur : Alexandre Dumas | Editeur : Mercure de France

  • Lettres de Cocteau à sa mère

    Imprimer Pin it!

    Interview post-mortem de Jean Marais
    medium_cocteau.2.jpgDe mon guéridon, j'ai demandé à Jean Marais de me parler de ce recueil de lettres :
    (voix rude et éraillée mais néanmoins grand comédien)
    "Cocteau adorait sa mère, lors du tournage de la Belle et la Bête, il me racontait qu'il aurait poussé l'amour à porter ses robes. Cocteau l'appelait Manman et la correspondance est déjà celle d'un grand poète profond et délicat, pas d'un mondain, ou de ces inventions qu'il a eu avec d'autres dont je suis très jaloux comme Radiguet ou Satie, petits salauds, et qu'ils eurent avant moi et sans moi. Ce recueil de lettres est tout à fait indispensable et toujours sérieux, j'aime la phrase de Jean pour ça.

    - Jean, je voudrais vous remercier pour votre sculpture du Passe-Murailles plus belle selon moi que beaucoup d'oeuvres superficielles de votre maître à penser. Je trouve aussi que ce recueil n'apporte pas grand-chose sur la genèse artistique des romans et écrits de Cocteau.

    - Merci, je vous embrasse. Mais je ne suis pas d'accord.
    - Jean, voudriez-vous me passer les dieux de l'Olympe pour voir si Cocteau n'est pas là-bas pendant qu'on y est ?
    (tonalité longue)
    -"Allo, ici, les dieux, nous sommes sur répondeur, veuillez laisser votre message après le bip sonore, biiiiiiiiiiiiiiiip...."

    Titre : Jean Cocteau. Lettres à sa mère, 1906-1918 | Auteur : Jean Cocteau | Editeur : Mercure de France

    A ce lien Cocteau parle de Proust 

  • Correspondance Nimier-Chardonne

    Imprimer Pin it!

    L'autre oncle à la mode de l'enfer de Nimier
    medium_63570.jpgNimier avait deux oncles à la mode de l'enfer, peu fréquentables du fait de prises de position inacceptables en leur temps et encore maintenant : Céline, le bon docteur Destouches et Chardonne, le peintre de la vie conjugale chez les grands bourgeois selon l'image habituelle que l'on a de lui mais il est bien plus sur ce sujet.

    Chardonne est anti-communiste, c'est ce qui lui fit accueillir les nazis presque comme une bénédiction. La peur de ce qu'il appelle les cosaques domine ses lettres. Chardonne est aussi un vieux monsieur plus ou moins antisémite, quoique tout est complexe car il fût ami avec Léon Blum, et blasé qui a eu de la chance d'avoir des amis bien placés après la seconde guerre mondiale. C'est aussi un excellent littérateur comme on le voit dans ce recueil de lettres réelles cette fois-ci (il y eut les lettres à Roger Nimier de Chardonne dans lesquelles il invente tout). Chardonne est un écrivain sensible, doux et plein de style.

    Titre : Correspondance (1950-1962) | Auteur : Roger Nimier, Jacques Chardonne | Editeur : Gallimard

  • Le clown qui ne fait pas rire les chtits nenfants par Luz

    Imprimer Pin it!

    Très bon site satirique sur Sarkozy par làmedium_6262358.2.jpg

  • C'était Chirac

    Imprimer Pin it!

    Le président entre deux parties de jokari
    medium_chirac-_-sarko.jpgL'agrégé de français qui a pondu cet ouvrage a du mérite, en effet, grâce à ce livre, Notre président passe pour un émule de Proudhon ou Fourier, ou de la bande à Bonnot (pour les hold-ups). On y trouve une idée de société utopique que l'on aurait aimé voir se mettre en place, après tout pourquoi pas ? Même le précurseur du libéralisme le plus dur, Adam Smith, a fini défenseur du socialisme naissant, (les deux se ressemblant comme matérialismes il est vrai). A moins qu'en fait, Chirac ne soit qu'un émule du joueur de flûte de Hamelin.

    On nous promet un duel un sommet entre les différents candidats au poste dit suprême de l'exécutif français. Mais c'est encore le même casting et finalement les mêmes idées qui s'affrontent. Il n'y a de duel que d'ambitions et non d'idées, une comédie humaine et un rideau de fumée, non un affrontement que mettent d'ailleurs en valeur certaines, on n'est pas à OK Corral ; C'est un rideau de fumée que le bon peuple admire pour se poser le moins de questions possibles sur les vrais questions : à commencer par la pauvreté de plus en plus présente...

    Titre : La France pour tous | Auteur : Jacques Chirac | Editeur : Nil

    Lien permanent Catégories : Politique
  • L'ascenseur social est en panne - Aziz Senni

    Imprimer Pin it!

    Par la sortie de secours
    medium_entree.jpgPour les jeunes des banlieues dites "difficiles" l'ascenseur social est non seulement en panne, mais l'escalier s'est effondré et les sorties de secours sont bloquées. Certes, cela ne justifie pas de brûler des voitures, mais cela fait bientôt trente ans qu'on leur promet monts et merveilles et que rien ne se passe, que rien ne change malgré les promesses. On peut comprendre qu'ils en aient assez. Il se développe en plus depuis quelques années une tendance des enfants à menacer leurs parents de porter plainte devant les services sociaux si ceux-ci n'accèdent pas à leur moindre désir. Les filles sont de plus en plus enfermées dans des normes d'un autre âge, on ne peut relativiser ce qu'elles subissent, ce qui permet aux garçons de retrouver ce qu'ils pensent être leur dignité à travers une sorte d'hyper-virilisme.

    L'exemple d'Aziz Senni, franc et direct, sans provocation, montre que le problème vient peut-être du système social français en lui-même, des étiquettes conscientes ou non que les éducateurs, les enseignants collent au front des adolescents. On - assistante sociale, enseignant, conseiller d'orientation - destinait Aziz Senni à la boucherie malgré des notes excellentes qui lui permettaient une scolarité tout à fait brillante dans le circuit général. Son exemple me rappelle aussi celui d'Alexandre Jollien, ce jeune philosophe, diplômé il y a peu, que l'on destinait à la fabrication de cigarettes car on ne le croyait pas capable d'autre chose (lien interne : http://www.zazieweb.fr/site/fichelivre.php?num=4419). Il n'y a pas de sot métier mais cela aurait été du gâchis. L'auteur de ce livre a eu la chance d'avoir un père très rigoureux qui n'a jamais cédé et l'a défendu pied à pied. Le pire racisme, enfin, d'après son témoignage, n'est pas forcément celui des apprentis fascistes, c'est celui ordinaire et latent de tous les jours des "gens commes les autres" de "bonne conscience".

    Titre : L'ascenseur social est en panne...j'ai pris l'escalier ! | Auteur : Aziz Senni | Editeur : Archipel (L')

    Son site 

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Votez Pompidou en avril

    Imprimer Pin it!

    medium_cover-pompidou_portrait_officiel.jpgDepuis quelques jours, d'odieux néo-staliniens se cachant sous la défroque de bobos parisiens littéraires promeuvent la candidature de Georges Marchais sur mon site ainsi que celui des Moissonneuses qu'ils ont rallié à leur cause. Afin de contrer cela, votez Georges Pompidou : agrégé de lettres, bon vivant, aimant la bonne chère et la chair, fumeur de cigarettes, bonhomme et placide, serein en fait. Pompidou saura vous rassembler de la gauche à la droite, construire des petites maisons pour tous les français et vous protéger en cas de scandale si votre garde du corps vous ennuie.

    VOTONS POMPIDOU ! 

    Le blog tout à fait sérieux d'un admirateur de Georges

    Dernière minute : Niki offre des cartes pour Pâques ici

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Drapeaux et flonflons

    Imprimer Pin it!

    medium_Delacroix_-_Liberty_Leading_the_People.jpgDepuis quelques jours, les candidats à la présidentielle les mieux placés nous ressortent les drapeaux et flonflons pour se mettre bien avec une bonne partie de l'électorat. Bien sûr, à l'inverse, plusieurs bons apôtres de gauche assimilent cela à de l'extrèmisme car pour eux être fier de son pays et de sa culture, demander à ce que l'on respecte les lois, que l'on soit éduqué à recevoir quelques règles de base pour vivre en communauté, c'est du fascisme. A force de répéter depuis des années ce jeu de l'autoflagellation consistant à énumérer tout ce que la France a fait de mal, ils n'ont fait qu'envoyer les électeurs dans les bras des plus nationalistes, ce genre de bon apôtre j'en ai rencontré quelques uns au Proche Orient, après avoir dit combien c'était "super d'être dans une ville cosmopolite", "que l'on est tous frères tu'ois", "qu'on aime tous le même Dieu, tu'ois", c'était les premiers à me ressortir le bruit et l'odeur. C'est quand même un peu ballot dira-t-on. Bien sûr, il ne s'agit pas de tomber dans l'extrême inverse, et de rejeter l'étranger, et personne n'est dupe, les drapeaux et flonflons, c'est pour amuser la galerie, mais un peu de raison ne nuit pas parfois.

    Lien permanent Catégories : Article
  • Qui veut faire l'âne...

    Imprimer Pin it!

    medium_ane-dans-un-pre-jaulny.jpgJ'ai entendu hier cette nouvelle qui m'a mis en joie, Clochemerle n'est pas mort. Dans l'Eure, on n'est pas des prétentieux, des pseudo-intellectuels qui s'occupent de problèmes soi-disant graves; On reste sur les fondamentaux, ce qui compte, ce qui est réellement important. Donc, une bonne dame s'est plainte devant monsieur le juge que l'âne de ses voisins, un animal vigoureux justifiant la réputation que l'on accorde d'habitude à ses braves bêtes, répondant parfois au nom de Pédro, faisait trop de bruit et agaçait tout le voisinage. Il faut dire que les voisins et le Martin "n'étaient pas d'ici", ce n'était pas des "gens du coin" mais des "parisiens". Après vérification, on s'aperçût que c'était le roquet de la bonne dame qui, aboyant nuit et jour, faisait le plus de boucan. Mais "des aboiements de mon chouchou", ainsi qu'elle l'a déclaré avec émotion, "c'est pas pareil".

    Le portail des ânes pour les amateurs 

  • Dickens, barbe à papa, et autres nourritures délectables - Philippe Delerm

    Imprimer Pin it!

    Inventaire de l'anodin (suite)
    medium_20051205606811.jpgPhilippe Delerm, le poète local eurois, continue sur sa lancée de parler des toutes petites choses, mais si agréables, que l'on partage en famille ou entre amis. Il parle de la purée d'antan (on croit entendre la musique d'une vieille pub sur de la purée justement à ce moment là), des barres chocolatées mauves que notre maman nous donnait petits avant de partir à l'école, la barbe à papa des foires, l'omelette aux champignons, la menthe à l'eau, le vin chaud dégusté en hiver, la pizza dévoré debout dans une gare, le mousseux. Il décrit ce que l'on dévore sans se soucier de raffinement. Il écrit encore sur la nostalgie, des petits plaisirs.
    Il traite aussi de littérature, de son goût pour Léautaud et Flaubert, pour Dickens et pour Alain de Botton, que personellement je lui laisse. Il serait facile de se moquer encore de Philippe Delerm qui ressemble physiquement à la caricature du parfait "bobo" : barbe de trois jours soigneusement "dés-entretenue", lunettes cerclées, pull zippé montant jusque sous le menton. Ce n'est pas du tout un auteur "engagé", ce qui semble être une tare depuis la Deuxième Guerre Mondiale. Un auteur se doit d'être en phase avec son époque et ses problèmes, et de proposer une analysé ou du moins une solution. Lui ne fait que parler de toutes petites choses paraissant moins importantes. Il arrive qu'il agace, c'est souvent le cas quand je le lis. Car à force de parler de petits plaisir minuscules, il finit par être souvent anodin, simplement.

    Titre : Dickens, barbe à papa, et autres nourritures délectables | Auteur : Philippe Delerm | Editeur : Gallimard

    Lien permanent Catégories : Nouvelles
  • Ecoute notre voie, ô seigneur... - Malcolm Lowry

    Imprimer Pin it!

    Inadaptés, perdants et princes
    medium_Lowry.jpgOn n'en finit pas de redécouvrir Malcolm Lowry qui n'est décidément pas seulement l'auteur d'"Au-Dessus du Volcan". Dans ces sept nouvelles, on suit des personnages en quête de salut, mais pas celui tel que les religieux le conçoivent, se sauver c'est d'abord éviter les compromis, chercher une éventuelle vérité intérieure. C'est une introspection sans garde-fous car on peut sombrer dans l'abîme, de trop d'alcool à trop de plaisirs illicites selon la morale commune, ce qui revient à trop de solitude finalement.

    medium_malcolm-lowry.jpg Hypersensible, on pourrait croire que cet auteur ne voit que le mal chez les autres, ce qui est sombre et trouble au fond de leurs âmes mais très vite, il discerne une harmonie du monde, un dessein caché qu'il voit dans l'art, dans des petits comme des grands signes. Il les trouve dans les paysages très divers qu'il traverse, de la forêt de la Colombie britannique aux monuments de Rome. C'est la beauté du monde qui le sauvera, l'amour, la sensibilité mais pas la sensiblerie ou la mièvrerie. Il y a actuellement une trop grande dichotomie entre les sentiments, qui sont montrés jusqu'à la nausée et frelatés, et l'intellectuel, poussé dans ses dernières limites au mieux et la superficialité au pire. Les deux paraissent alors s'opposer alors qu'ils sont complémentaires. Ce livre met également en lumière le cynisme de la société actuelle où ne domine plus que l'appât du gain et le cynisme.

    Titre : Ecoute notre voix ô Seigneur... | Auteur : Malcolm Lowry | Editeur : 10/18

    Lien permanent Catégories : Nouvelles
  • Contes du lundi - Alphonse Daudet

    Imprimer Pin it!

    Eloge de la dictée

    medium_daudet.jpgDaudet père nous livre quelques nouvelles inspirées par la guerre de 1870. Ma préférée est la première, "la dernière classe", qui est en même temps un éloge de la dictée, qui devient résistance, à l'occupant, à l'arbitraire. Un instituteur fait sa dernière classe à des petits garçons alsaciens. Il y montre son humanité et son émotion devant l'occupation. Il ne faut pas rougir d'être soi-même ému par ses nouvelles même si elles ont un arrière-goût déroulèdien, patriochard par moments...

    Au revoir
    "C'est en l'honneur de cette dernière classe qu'il avait mis ses beaux habits du dimanche, et maintenant je comprenais pourquoi ces vieux du village étaient venus s'asseoir au bout de la salle. Cela semblait dire qu'ils regrettaient de ne pas y être venus plus souvent, à cette école. C'était aussi comme une façon de remercier notre maître de quarante ans de bons services, et de rendre leurs devoirs à la patrie qui s'en allait..."

    Titre : Contes du Lundi | Auteur : Alphonse Daudet | Editeur : Pocket

    Le texte complet des contes 

  • Bleu, blanc, sang - collectif chez Fleuve Noir

    Imprimer Pin it!

    Nostalgie de Fleuve noir
    medium_quadruppani1.jpgIl y a des lustres, "Fleuve Noir" éditait des polars mal élevés, nerveux, bien ficelés, où le sexe était permis et la violence non-censurée : à une époque où le comble du scandale était : Bardot chez Vadim ou Marylin au-dessus d'une bouche de métro. Fleuve noir éditait San Antonio avant que celui-ci n'ait été panthéonisé, on s'y moquait des bourgeois, de leurs moeurs poussièreuses, de la France de "Tante Yvonne". Maintenant, "Fleuve Noir" édite encore "San Antonio", franchouillardisé mais aussi les novellisations de "Buffy contre les vampires"... l'époque change, même si la France de Tante Yvonne -justement - est de retour.
    Ces nouvelles noires et méchantes, sardoniques et meurtrières se moquent du nouvel ordre, des serreurs de fesses de banlieue, des "bobos" du centre qui aiment bien l'exotisme mais pas à deux pas de chez eux, des lofteurs pas si sans cervelle que çà, de la marchandisation galopante etc. Malgré tout ce recueil de nouvelles dirigé par Serge Quaddrupani est comme une bouffée d'air frais...

    Titre : Bleu, Blanc, Sang | Auteur : Collectif, Serge Quadruppani | Editeur : Fleuve Noir

    Lien permanent Catégories : Nouvelles
  • Pin-up spatiale de Franck Cho

    Imprimer Pin it!

    J'adore ce dessinateur extrêmement doué pour réactualiser certaines icônes des années 50/60 et de l'âge d'or de la SF...

    medium_cov37bw.2.jpg

     

  • "Psycho Park" - une manif de top modèles

    Imprimer Pin it!

    Cliquez sur l'image pour agrandir le strip, à droite, l'héroïne de "Psycho Park" ou "Liberty Meadows" en anglais. Par ici on peut d'ailleurs aller sur le site de l'auteur
    medium_missfrance.png

    medium_Cover_GirlS.2.jpg

  • Envie de jouer - Guy Bedos

    Imprimer Pin it!

    Ahlala ! Ahlala ! Bedos !
    medium_Bedosdaumier001.jpg

    "La différence entre le peuple et le public, c'est que le public paye... Mais à l'usage, on s'aperçoit qu'un billet de théâtre est souvent moins coûteux qu'un bulletin de vote."

    Il fut un temps, quand Bedos était comique officiel, estampillé provocateur et subversif officiel aussi, un peu comme Karl Zéro un temps par exemple, il suffisait qu'il arrive sur scène en faisant : "Ah lalala ! la Yougoslavie (la Palestine, l'Algérie, etc.)", pour que le public éclate de rire comme à Guignol lorsque l'on attend les coups de bâtons au gendarme ou sur les fâcheux. Les choses ont bien changé, Bedos est un peu délaissé, restent ses textes, qui ne sont pas si mal, voire très acceptables, même en dehors de leur actualité première. J'aime beaucoup les textes de Jean-Loup Dabadie et la période duo, avec Sophie Daumier bien que l'on ait trop entendu le sketch de "la drague". J'aime bien Bedos malgré ses prises de position parfois idiotes, comme tout le monde, son prêchi-prêcha parfois, sa mauvaise foi souvent réjouissante il faut dire, sa grosse tête aussi, là aussi comme tout le monde. Bedos a au moins une qualité, celui qui reçoit le plus ses flèches acèrées, c'est lui. Et il a joué dans deux de mes films français préféré : "un éléphant çà trompe énormément" et sa suite aussi bonne, "Nous irons tous au paradis";

    Titre : Envie de jouer | Auteur : Guy Bedos | Editeur : Seuil (Editions du)

  • Ondine par Giraudoux ou Desproges ?

    Imprimer Pin it!

    Giraudoux non ?
    medium_desproges1.jpg"on n'écrit pas Ondine impunément.
    J'exagère. Ondine, c'est pas que de la flotte.
    Il y a à boire et à manger. Rappelez-vous la scène du dîner de l'acte II.
    Si rappelez, vous :
    La scène représente la scène.
    Côté cour, un jardin.
    Côté jardin, la mer.
    Au centre, l'humble masure d'Ondine, au dos des dunes, où la mère d'Ondine dresse la table.
    Par la fenêtre, Ondine regarde la mer.
    Pas la mère, la mer.
    Elle est amère. Pas la mer. Ondine.
    Son oeil scrute l'océan où ça merdoie (Pardon) Où son père doit pêcher le congre ou le bar. Le congre que le bar abhorre, ou le bar que le congre hait."

  • Info ou intox sur Ségolène ?

    Imprimer Pin it!

    medium_segoleneroyal.3.jpgCe truc circule depuis quelques jours sur Internet, beaucoup se sont empressés de commenter ce document sans vérifier leurs sources, j'ai quand même un peu de mal à y croire, c'est assez gros, ou alors Ségolène Royal relève de la mythomanie.

    le texte :

    Article du Général de brigade (cr) TdM Pierre ROYAL dans le bulletin de sa promotion en mai 1992:

    "... suite aux nombreuses questions qui me sont posées quotidiennement concernant mes liens de parenté avec Ségolène ROYAL, le nouveau ministre de l'environnement, je tiens à effectuer la mise au point suivante. Ségolène ROYAL est ma nièce, fille de mon frère aîné Jacques, qui a terminé sa carrière militaire avec le grade de lieutenant-colonel dans l'artillerie de marine. Si je ne partage en aucune façon ses options politiques, l'esprit démocratique me contraint à les supporter. Par contre, je ne puis admettre que, pour construire sa carrière politique, elle ait sali de façon outrageante la mémoire de son père.

    Lors de la sortie de son livre "Le printemps des Grands-parents", titre très cocasse quand on saura qu'elle a été particulièrement odieuse avec mes parents (ses grands-parents), elle a accordé un certain nombre d'interviews d'où il ressortait qu'elle avait eu une enfance très dure du fait de son père, militaire rigide et borné qui la brimait. Par contre, au moment de la guerre du Golfe, dans une interview du journal "La Nouvelle République du Centre", elle disait son soutien aux soldats français, évoquant avec émotion le souvenir du départ de son père pour l'Algérie et sa mort au combat (en réalité mon frère est mort d'un cancer en 1981) !"

     

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Aux petits soins

    Imprimer Pin it!

    medium_708.jpgActuellement, l'insulte suprême chez la plupart des djeuns au courant des mouvements de mode, des tendances, c'est prosaïqement : "Wouah l'pédé, Sale pédé !". C'est assez amusant quand on y pense car on voit dans le même temps fleurir dans tous les magasines dits "masculins" des conseils-beauté, des pubs pour des crèmes de soin, de jour et de nuit, pour entretenir ce que l'on doit appeler, en bon consumériste, son "capital-beauté (comme son "capital santé" ou même son "capital-connerie" ah, non, pas son "capital-connerie" sinon beaucoup serait déjà rentiers). J'en étais là de mes réflexions si profondes quand Ornella Mutti et Michelle Pfeiffer -nous cachons notre amour dans une villa de l'Ouest de la France- sont revenues du marché et m'ont dit combien elles appréciaient mes courbes, mes coins et replis si confortables au toucher, ainsi que ma virilité et ma séduction très "yin".

    medium_visage-rasoir.jpgJ'en étais là de ces considérations quand nous décidâmes d'aller déguster quelques coquillages au "grand Hotel" de Cabourg où j'ai mes habitudes. C'est au moment du champagne que me revint cette anecdote frappant concernant le sujet qui nous occupe aujourd'hui. J'entendis un jour un djeuns qui prenait chaque soir comme bouc-émissaire favori un garçon dont il mettait systèmatiquement en cause la virilité ou la capacité à procréer se vanter de se raser le torse, d'utiliser des crèmes de nuit pour ses bras, de s'épiler les jambes et de s'hydrater les mains. Je découvris que le monde devenait métrosexuel sans le savoir. Nous décidâmes alors pour contrer ce mouvement de rentrer manger quelques tranches de saucisson arrosés de verres de côtes de Lubéron afin d'entretenir ma séduction "Vieille France".

  • Blue Monk - Jacques Ponzio

    Imprimer Pin it!

    Génie des silences impromptus, quadrature du sphère
    medium_thelonious-monk.jpg

    Encore un peu sur Monk, Thelonious...

    Ce livre est une somme (plus de 300 pages, deux kilos de feuillets, un grand nombre de photographies) sur un des musiciens de jazz moderne les plus inventifs qui ait jamais vécu et aussi un des plus originaux à tous les points de vue. C'est un peu le livre que l'on attendait depuis longtemps sur ce créateur qui avait le génie des silences impromptus. Sa musique déconstruite de façon savante, rien n'y est jamais gratuit, pouvait sembler difficile aux néophytes ou aux clients américains des clubs feutrés où l'on pouvait l'entendre à ces débuts. Le jazz qu'il a inventé avec d'autres était une manière de se réapproprier une culture qui avait été colonisée aussi par les blancs qui l'avaient cataloguée comme musique de danse et rien d'autres, un truc sautillant sans grande importance. Monk a aussi un côté lunaire et inadapté qui fait de lui l'égal de grands poètes maudits.

    Titre : Blue monk | Auteur : Jacques Ponzio | Editeur : Actes Sud

  • 1969 - Murakami

    Imprimer Pin it!

    Pop culture et culture pop
    medium_1969.2.jpgAu Japon où l'uniformisation sociale est de mise, ainsi que la lutte à la performance sans cesse assénée, la "Pop culture" apparaît encore comme une manière d'émancipation loin des critères de standardisation personnelle, de réussite entre autres. Les nippons n'aiment pas beaucoup non plus le dilettantisme, l'art de papillonner un rien sans recherche immédiate d'un quelconque profit. On a du Japon et des japonais, comme de l'Asie et des asiatiques, medium_19692.2.jpgune idée toute faite, des clichés d'Orient mystérieux, de mangas hyper-violents ou de lycéennes en socquettes plissées. Dans ce livre, une sorte d'inventaire à la Prévert des icônes de la culture de l'"après-69" permet à l'auteur, cette fois-ci plus guilleret, ce qui ne l'empêche pas de rester ironique, d'égrener ses souvenirs : en parlant de Led Zeppelin, Alain Delon, Claudia Cardinale, "Honkey Tonk Woman" des Stones et des expériences du "Velvet Underground" de Warhol et les autres.

    Titre : 1969 | Auteur : Ryû Murakami | Editeur : Philippe Picquier

  • Évitons d'importuner l'étrangleur -sketch de Monsieur Cyclopède

    Imprimer Pin it!

    medium_livre_l.jpgÉvitons d'importuner l'étrangleur
    CYCLOPÈDE
    De nos jours, on ne peut pas vivre sans parler anglais. C’est en tout cas ce que tout le monde prétend. Et moi je dis que cela reste à prouver. Regardez bien.
    LA FEMME
    Help !
    Help ! Aaaargh … Help !
    ( Un quidam passe à la hauteur )
    This man is trying to kill me.
    QUIDAM
    Je ne parle pas anglais. C’est dommage, car je ne comprends pas ce que me dit cette femme.
    CYCLOPÈDE
    (Tandis que le quidam passe son chemin et que le truand achève la femme)
    Eh bien oui, vous l’avez constaté de visu : on peut très bien vivre en ne parlant que le français. Alors que, comme cette pauvre femme, on peut mourir en parlant l’anglais.
    LA FEMME
    It is the fin of the haricots.
    CYCLOPÈDE
    ETONNING, NOT ?